Numéro 00
4 minutes de lecture
Vendredi 24 mars 2023
par LA RÉDACTION
LA RÉDACTION
Nous sommes un média en ligne, local, indépendant, sans publicité et sur abonnement. Nous voulons partir de chez nous, du local, pour ancrer des histoires et des personnages dont le vécu interroge notre place au sein de la collectivité.

Après un été 2022 caniculaire et un mois d’octobre estival, nous avons appris à côtoyer le mot « sécheresse ». Mais avons-nous bien compris ce qu’il signifie et quelles sont ses conséquences, même en hiver ?

Quoi ? Un sujet sur la sécheresse alors qu’il pleut ? Vous êtes pas un peu à la bourre chez Far Ouest ? Eh non ! L’ardoise des sécheresses ne s’efface pas magiquement dès le 21 septembre.

Dans ce numéro, on va essayer de comprendre ce qu’est une sécheresse et ses conséquences sur votre quotidien ; chiffrer l’économie d’eau du pipi sous la douche ; et plonger dans la guerre de l’eau en Charente.

Homme qui mange une pastèque avec un ventilateur pour illustrer la sécheresse

Cette newsletter a été envoyée le 13 septembre 2022 aux inscrit·es à la newsletter.

Le coup de loupe

Est-ce qu’on va toujours avoir de l’eau au robinet ?

En France, la sécheresse de cet été a trois principales causes : de grosses chaleurs, peu de pluie, et une trop grande utilisation de l’eau. Le principal problème, c’est que la sécheresse affecte les nappes phréatiques. Ce sont elles qui fournissent 96% de l’eau potable en Gironde. Donc, quand leur niveau baisse, nos ressources en eau potable aussi. Et quand on ne la pompe pas dans les nappes, l’eau potable que l’on boit vient des cours d’eau, comme à Agen avec la Garonne. Dans ce cas, la sécheresse peut aussi nous rendre malades, en contaminant le réseau d’eau potable : « Plus il fait chaud, plus le risque de développement de bactéries augmente, et peut contaminer l’eau du robinet », explique Nicolas Lyonnet, responsable à Eau de Garonne.

Quelles conséquences dans nos assiettes ?

L’été, 80 % de la consommation d’eau est consacrée à l’agriculture. La sécheresse va donc logiquement avoir un impact direct sur ce que nous mangeons. Du côté des productions végétales, le maïs et les pommes de terre sont les grands perdants : s’il est encore trop tôt pour tirer un bilan définitif, la récolte du maïs grain étant en cours, les agriculteurs de Nouvelle-Aquitaine tablent déjà sur une baisse de 20% à 40% de leur rendements. Dans les Landes, qui assure la moitié de la production de maïs de la région, certains parlent même de 70% de pertes.

Eau qui coule du robinet pour illustrer la sécheresse

Mais c’est la viande qui risque de payer le plus lourd tribut. En cause : la moitié de l’irrigation en France est consacrée au maïs, dont l’immense majorité sert à nourrir les bêtes. « Les premières victimes de cette conjonction de sécheresse et de hausse des prix de l’énergie, ce sont les éleveurs », analyse Michel Duru, directeur de recherche à l’INRAE, spécialiste de la transition agroécologique des systèmes alimentaires.

Alors, comment lutter contre la sécheresse dans nos assiettes ? « Manger moins de viande. Ce serait meilleur pour notre santé et notre climat. » Et irriguer des produits stratégiques, comme des fruits et légumes.

Et s’il pleut, tout ira mieux ?

Et non ! Les pluies actuelles ne sont pas encore efficaces car le sol est trop sec. Pour se « remettre » d’une sécheresse et réalimenter les nappes phréatiques, « il faudrait une pluie continue sur plusieurs jours, plusieurs fois par mois », explique l’hydrologue Laurie Caillouet. Mais ce qu’il faut surtout, c’est s’inquiéter de la sécheresse en hiver, et pas seulement quand il fait 40°C. « Les nappes se rechargent principalement en automne et en hiver. C’est à ce moment-là qu’il faut imposer des restrictions d’eau », poursuit l’hydrologue. Et ainsi, ne pas pomper l’eau des nappes en plein hiver plutôt qu’en mai, comme cela a été le cas cette année.

Le sachiez-tu ?

Le chiffre neuf

C’est le nombre de litres économisés par jour en faisant pipi sous la douche chaque matin. Par an, ça fait quand même 3 285 litres. Sans oublier qu’à chaque pipi sous la douche, on économise 2 feuilles de papier toilette :  c’est encore 602 litres gagnés sur l’année. Bon, on sait aussi que pisser sous la douche ne suffira pas.

>> Pour lire cette newsletter en entier, c’est par ici. <<

C’est arrivé près de chez nous

La guerre des bassines

Dans les Deux-Sèvres, la sécheresse a ravivé une guerre de l’eau qui fait rage entre agriculteurs et écologistes. En cause : les bassines, des réserves d’eau artificielles utilisées pour l’irrigation agricole, et particulièrement utiles en cas de sécheresse.

En clair, ces bassines serviraient avant tout à l’ensilage, pour de l’élevage intensif.

Ces bassines, creusées dans le sol, stockent l’eau des nappes phréatiques et des rivières l’hiver afin d’irriguer l’été. Tout bénef’ pour la FNSEA, pour qui ces réserves sont « un enjeu d’intérêt général » qui permettent de « garantir la pérennité de l’agriculture française et de son industrie agroalimentaire ». En effet, face à une sécheresse comme celle de cet été, les bassines sont une bénédiction pour les agriculteurs. Pourtant, elles sont loin de faire consensus.

« On privatise une ressource vitale et de plus en plus rare », s’indigne Julien Le Guet. Batelier, il est aussi porte-parole du collectif « Bassines, non merci ! », qui s’inquiète du projet de construction de 16 bassines dans le Marais-Poitevin, dont une seule a pour l’instant vu le jour, à Mauzé-sur-le-Mignon. Leur crainte : que ces bassines, subventionnées à 70 % par de l’argent public, vident les nappes phréatiques pour subvenir aux besoins des plus gros exploitants agricoles. « Toute cette eau, elle est pour des grosses fermes qui font de la céréale, afin de faire de la culture de rente, comme du maïs. » En clair, ces bassines serviraient avant tout à l’ensilage, pour de l’élevage intensif. Et à nourrir un modèle agro-industriel déjà bancal.

Pour aller plus loin

Que disent les scientifiques ? Deux chercheuses font part de leurs recherches sur ce que sont pour elles les bassines : un pansement sur une jambe de bois. 

Elles sont où, ces bassines ? Reporterre a recensé les retenues existantes et celles en projet, dans une carte participative en ligne. 

Passionnés par le sujet ? Retrouvez notre feuilleton « Bassines et moi » sur revue Far Ouest.

– Cette newsletter a été conçue par Amandine Sanial, Clémence Postis, Ana Hadj-Rabah et Margaux Pantobe.

LA RÉDACTION
Nous sommes un média en ligne, local, indépendant, sans publicité et sur abonnement. Nous voulons partir de chez nous, du local, pour ancrer des histoires et des personnages dont le vécu interroge notre place au sein de la collectivité.
Dans le même feuilleton

Sécheresse : Sec ton booty

Après un été 2022 caniculaire et un mois d’octobre estival, nous avons appris à côtoyer le mot « sécheresse ». Mais avons-nous bien compris ce qu’il signifie et quelles sont ses...

Méthanisation : une usine à gaz

Aujourd’hui, on se demande si on peut produire du gaz écolo en Nouvelle-Aquitaine. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 27 septembre 2022.

Déserts médicaux : où sont les médecins ?

Aujourd’hui, on se demande si on peut encore se faire soigner près de chez nous. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 11 octobre 2022.

Collages féministes : colères sur les murs

Aujourd’hui, on célèbre les 3 ans des collages contre les féminicides. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 25 octobre 2022.

Centre de rétention administrative : au bord du CRAquage

Aujourd’hui, on se demande à quoi peut bien servir un centre de rétention administrative. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es

Inflation : un coût monté

Aujourd’hui, on essaie de comprendre l’inflation et son impact dans le Sud-Ouest. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 22 novembre 2022.

Grippe aviaire : c'est grave duckteur ?

Aujourd’hui, on passe à la loupe les conséquences de la grippe aviaire dans le Sud-Ouest Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 06 décembre 2022.

Embûches de Noël

Aujourd’hui, on se demande si on va passer un chouette Noël. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 20 décembre 2022.

LGV Bordeaux-Toulouse : Fast & Furious

Aujourd’hui, on se demande si on doit toujours aller plus vite avec la LGV Bordeaux-Toulouse. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 3 janvier 2023.

Qui étaient les tirailleurs africains du Sud-Ouest ?

Aujourd’hui, on vous raconte l’histoire des tirailleurs africains tombés en Nouvelle-Aquitaine. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 17 janvier 2023.

Données personnelles : data gueule à la récré

Aujourd’hui, on se demande si on peut vraiment protéger ses données personnelles. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 31 janvier 2023.

Un chasseur sachant chasser

Aujourd’hui, on se demande s’il faut interdire la chasse. Cette newsletter a été envoyée le 28 février 2023.

Cannabis : l'herbe est plus verte dans le Sud-Ouest ?

Aujourd’hui, on se demande s’il faut légaliser le cannabis. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 14 février.

Drag queens à Bordeaux : belles de nuit

Aujourd’hui, on vous emmène à la rencontre des drag queens à Bordeaux. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 14 mars 2023.

Festival Imprimé : pour un journalisme engagé

Aujourd’hui, on vous invite à nous rencontrer au festival Imprimé. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 28 mars 2023.

Qui est Revue Far Ouest ?

Aujourd’hui, on fait un peu plus ample connaissance. Tout, tout, tout, vous saurez tout sur Revue Far Ouest. Cette newsletter a été envoyée le 11 avril 2023 à nos inscrit·es....

Nucléaire en Gironde : atome et à travers ?

Aujourd’hui, on se demande ce qu’est le nucléaire. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 25 avril 2023.

Les raisins des nazis : le vin comme arme de guerre

Aujourd’hui, on déterre une histoire du passé. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 9 mai 2023.

Peines perdues : la prison vaut-elle la peine ?

Aujourd’hui, on revient sur l’utilité de la prison. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 23 mai 2023.

Fort·es et fièr·es : Pride was a riot

Aujourd'hui, on vous parle de fierté(s). Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 6 juin 2023.

À ceux qui sont nés quelque part : une histoire d'exil

Aujourd'hui, on donne la parole à ceux qui ne l'ont pas. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 20 juin 2023.

On va t’emmener loin, juste à côté de chez toi : PopEx, l'intégrale

Aujourd'hui, on vous présente PopEx. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 4 juillet 2023.

Des sorcières féministes et des vêtements écolo : balais et chiffons

Aujourd’hui, on parle mode et sorcières. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 18 juillet 2023.

Des bastons et des tampons : rivalités et ovalie

Aujourd’hui, on parle rugby et rivalités. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 1er août 2023.

Des pièces et des patounes : argent sauvage

Aujourd'hui, on parle monnaie locale et vie sauvage. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 15 août 2023.

Les possédées de Loudun : le diable est dans les détails

Aujourd’hui, on se fait un petit tuto DIY exorcisme et religieuses possédées. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 3 octobre 2023.

Tou'Win : être gay et jouer au rugby

Aujourd’hui, on se demande où sont les hommes gay dans le rugby. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 24 octobre 2023.

L'extrême droite se sent pousser des ailes à Bordeaux

Aujourd’hui, on plonge dans la vague brune. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 7 novembre 2023.

Écriture inclusive : (dé)masculiniser la langue française

Aujourd’hui, on se demande si le masculin est vraiment neutre. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 22 novembre 2023.

Île de Ré : une Embellie pour les familles de détenus

Aujourd'hui, on découvre une prison au milieu des vacancier·eres. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 5 décembre 2023.

La Nouvelle-Aquitaine, reine du pétrole

Aujourd'hui, on creuse pour trouver du pétrole dans le Sud-Ouest. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 19 décembre 2023.

L'huître, l'Homme et le déni écologique

Aujourd'hui, on se demande si on peut continuer à manger des huîtres. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 22 janvier 2024.

Juger les militant·es de Sainte-Soline : deux poids deux mesures ?

Aujourd'hui, on s’intéresse à un tribunal qui se radicalise contre les écolos. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 6 février 2024.

Gamers Seniors : l'Âge d'Or ?

Aujourd’hui, on joue aux jeux vidéo avec Papy et Mamie. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 20 février 2024.

Agriculteur·ices : au bout du sillon

Aujourd’hui, on parle mal-être chez les agriculteurs. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 05 mars 2024.

Pénurie d’hébergement d’urgence à Bordeaux

Aujourd’hui, on parle d’hébergement d’urgence (dans un bateau). Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 19 mars 2024.

« Épidémie » de cancers pédiatriques en Charente-Maritime

Aujourd’hui, on s’interroge sur les liens entre les cancers pédiatriques et les pesticides en Charente-Maritime. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 2 avril 2024....

Sécurité sociale : L’alimentation doit-elle devenir un droit ?

Aujourd’hui, on parle sécurité sociale de l’alimentation. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 16 avril 2024.

Contraception masculine : la communauté de l'anneau

Aujourd’hui, on parle de contraception masculine. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 14 mai 2024.

Pourquoi on s'en fiche des élections européennes ?

Aujourd’hui, on se demande si les élections européennes nous concernent vraiment. Cette newsletter a été envoyée ) nos inscrit·es le 28 mai 2024.

Congé menstruel : rdv aux prochaines règles

Aujourd’hui, on parle du congé menstruel.  Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 11 juin 2024.

Extrême droite : localement vôtre

Aujourd’hui, on fait un point, très local, sur le programme de l’extrême droite. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·e le 25 juin 2024.

Pride rurale : la visibilité queer à la campagne

Aujourd’hui, on parle de la visibilité queer dans les campagnes de Nouvelle-Aquitaine. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 9 juillet 2024.

Ces épisodes pourraient vous intéresser
Bassine et Moi

Eau : la politique de la réserve

Eau : la politique de la réserve

Thierry Bouret, important céréalier dans la plaine d’Aunis, défend l’installation de retenues d’eau pour irriguer ses champs. Pour lui, la question des bassines est avant tout...
Bassine et Moi

Eau en Nouvelle-Aquitaine : pénurie en vue

Eau en Nouvelle-Aquitaine : pénurie en vue

Du fait des bouleversements climatiques et des activités humaines, la première des ressources de l’Humanité apparaît menacée dans toutes les simulations scientifiques. Acteurs...
Bassine et Moi

Marais poitevin : la détermination de l'eau

Marais poitevin : la détermination de l'eau

ZAD ou pas ? Aux enjeux des agriculteurs s'ajoutent ceux de l'écotourisme et de la préservation du Marais poitevin. Julien Le Guet est l’un des créateurs de La Frenaie, un...
Bassine et Moi

Retenues d'eau : un éleveur à l'heure du choix

Retenues d'eau : un éleveur à l'heure du choix

Éleveur et cultivateur, Hervé Gaborit fait paître ses vaches en prairies, mais il a besoin de maïs pour les nourrir l’hiver. Il irrigue ses cultures et le projet de construction...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement