Numéro 08
5 minutes de lecture
Vendredi 24 mars 2023
par LA RÉDACTION
LA RÉDACTION
Nous sommes un média en ligne, local, indépendant, sans publicité et sur abonnement. Nous voulons partir de chez nous, du local, pour ancrer des histoires et des personnages dont le vécu interroge notre place au sein de la collectivité.

Aujourd’hui, on vous raconte l’histoire des tirailleurs africains tombés en Nouvelle-Aquitaine.
Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 17 janvier 2023.

Le 4 janvier, le film Tirailleurs avec Omar Sy a débarqué sur les écrans. Grâce à lui, on n’a jamais autant parlé des tirailleurs sénégalais, ces soldats venus d’Afrique occidentale et équatoriale pour combattre aux côtés des Français pendant la Première Guerre mondiale. 

On connaît peu l’histoire de ces hommes, qui ont pourtant vécu l’enfer, ici, en Nouvelle-Aquitaine. Et on connaît encore moins celle des tirailleurs morts noyés au large de La Rochelle. 

Dans cette newsletter, vous allez apprendre qui étaient les tirailleurs, pourquoi ils ont combattu aux côtés des Français, et découvrir l’histoire du « Titanic français », dans lequel ont péri 178 soldats africains.

Le coup de loupe

Qui sont les tirailleurs sénégalais ?

Il s’agit d’un corps d’infanterie colonial créé en 1857 par Napoléon III. À l’époque, le Sénégal est une colonie française ; l’objectif pour la France est de recruter des combattants pour faciliter son implantation française en Afrique et étendre son empire colonial. 

Les premiers soldats commencent à être recrutés par la France au XVIIIe siècle, et seront régulièrement enrôlés par l’armée coloniale pour servir les intérêts de la France. Mais parler de « tirailleurs sénégalais » est un abus de langage : les soldats sont originaires de diverses régions d’Afrique, pas seulement du Sénégal. « Ce n’est pas l’histoire d’un seul pays, mais de plusieurs pays africains. À l’époque, il n’y avait pas de pays définis », explique Karfa Diallo, fondateur de l’association Mémoires et Partages et conseiller régional EELV.

Avant 1914, la plupart des tirailleurs sont recrutés grâce à des systèmes de primes. Mais quand la Grande Guerre commence, beaucoup de jeunes se cachent, d’autres fuient pour échapper au front. Au total, pendant la Première Guerre mondiale, ils sont 200 000 tirailleurs à se battre sous le drapeau français, dont 135 000 en Europe.

Quel rapport avec la Nouvelle-Aquitaine ?

Une fois en France, les tirailleurs sénégalais sont envoyés sur le front. Mais ces soldats sont peu habitués au froid hivernal, et nombre d’entre eux tombent malades. En 1916, les autorités militaires ouvrent alors deux « camps d’hivernage » en France, servant à acclimater les soldats venus d’Afrique et à les former aux rudiments militaires. L’un d’eux sera implanté dans le Var, l’autre, en Gironde, à La Teste-de-Buch, près de la dune du Pilat.

Illustration d'un tirailleur africain

Ce camp girondin, appelé camp du Courneau, voit transiter 70 000 tirailleurs entre avril 1916 et septembre 1917. Mais il présente un problème : installé sur une zone marécageuse, il est très humide et totalement inadapté. Les soldats sont rapidement victimes de maladies respiratoires et meurent par centaines de pneumonies fulgurantes. « La plupart meurent en arrivant », Jean-Pierre Caule. Autrefois appelé le camp « des nègres », le Courneau est rapidement surnommé « le camp de la misère ». Au total, en moins de 16 mois, près d’un millier de soldats mourront dans ce camp, souvent sans avoir combattu. 

Jusqu’en 1948, les dépouilles des soldats du camp du Courneau sont dispersées dans différents cimetières, notamment celui d’Arcachon. Elles sont ensuite déplacées dans une fosse commune à la Nécropole du Natus, qui a bien failli être emportée par les flammes cet été.

Pourquoi leur sort fait-il polémique ?

Si on parle encore aujourd’hui des tirailleurs sénégalais, et encore plus avec la sortie du film avec Omar Sy, c’est que la promesse de la France envers ces soldats n’a pas été tenue

Le premier député noir Blaise Diagne avait pourtant promis qu’en « versant le même sang », les tirailleurs obtiendraient « les mêmes droits ». Mais aujourd’hui encore, on est loin du compte. À titre d’exemple, les retraites de ces vétérans étaient inférieures à celles de leurs frères d’armes français. Et pour percevoir leur minimum vieillesse, les tirailleurs étaient obligés de vivre au moins six mois de l’année en France

Il aura fallu attendre le 4 janvier dernier pour que le gouvernement mette fin à cette mesure, autorisant ainsi les vétérans à rentrer définitivement dans leur pays d’origine sans perdre leur minimum vieillesse. Une annonce qui, étrange coïncidence, intervient le même jour que la sortie du film Tirailleurs.

Mais pas de quoi crier hourra pour autant : cette mesure ne concernerait que 37 survivants, l’immense majorité des tirailleurs sénégalais étant décédés. De plus, cette « tolérance », comme le définit le gouvernement, ne concerne que les 950 euros perçus dans le cadre du minimum vieillesse, et pas les aides de la CAF ni les pensions d’invalidité.

Le sachiez-tu ?

le nombre 15%

C’est la part de tirailleurs africains morts au combat ou de maladie durant la Première Guerre mondiale, soit 30 000 soldats.

C’est arrivé près de chez nous

Le paquebot « Afrique » à Bordeaux vers 1910, carte postale, phototypie Marcel Delboy, Bordeaux

Le 12 janvier 1920, le paquebot « Afrique » coulait au large de La Rochelle, causant la mort de 568 personnes. Parmi elles, 178 étaient des tirailleurs africains, issus d’un bataillon qui rentrait au pays après avoir servi la France pendant la Grande Guerre. 

Tout commence le 9 janvier, quand le navire appareille sur les quais de Bordeaux avec à son bord 602 personnes, à destination de Dakar et des ports des colonies ouest-africaines. Entre les voyageurs qui rêvent de découvrir le continent africain et les marchandises en transit, 192 tirailleurs sénégalais attendent de retrouver leur famille. Le lendemain, alors que le paquebot s’éloigne vers le large, de l’eau s’infiltre dans la cale. 

Au fil des heures, l’eau monte, jusqu’à inonder les moteurs. Le 11 janvier, l’Afrique, à la dérive, finit par heurter un bateau-phare, utilisé pour faciliter la navigation en indiquant un danger à l’approche des côtes. À minuit, le commandant décide de mettre les embarcations de sauvetage à la mer. La plupart des passagers, apeurés, refusent de monter à bord des canots. Seuls quelques tirailleurs prennent place à bord des radeaux, avant que l’Afrique ne sombre. Sur les 602 personnes à bord, 34 survivront. Cent ans après, l’épave de l’« Afrique » gît toujours à 40 mètres de fond, près du plateau de Rochebonne, à moins de 50 km des Sables-d’Olonne. 

Une tragédie oubliée

Il s’agit de la plus grande tragédie maritime française en temps de paix. Cette catastrophe a pourtant été peu médiatisée à l’époque, principalement à cause de l’élection présidentielle ayant eu lieu le même mois en 1920. Sans oublier qu’elle survient quelques mois après la fin de la guerre, alors que l’opinion publique est concentrée sur la reconstruction du pays. Si ce drame n’est pas resté dans les mémoires, pour Karfa Diallo, c’est aussi en raison du passé colonial de la France. « Le malaise est encore très persistant. Il n’y a pas eu suffisamment de créations artistiques et culturelles sur le naufrage. Tout le monde connaît l’histoire du Titanic américain, grâce aux films, aux livres, aux arts. » 

Pourtant, ils étaient encore quelques-uns à honorer la mémoire de l’« Afrique ». Comme chaque année depuis 2018, Karfa Diallo et les membres Mémoires et Partages se sont retrouvés le 12 janvier dernier sur les quais des Chartrons pour fêter ce triste anniversaire, mais surtout pour réhabiliter la mémoire de ces soldats. Aujourd’hui, l’association milite pour que ces 178 tirailleurs sénégalais bénéficient de la distinction « Morts pour la France » : pour l’instant, on leur refuse, car ce titre est réservé aux soldats morts les armes à la main.

Pour aller plus loin

🎙️ Les oubliés du paquebot Afrique. Dans un documentaire sonore en deux épisodes, France Culture retrace l’histoire du paquebot Afrique et de ses 568 victimes.

🎥 Le naufrage de « l’Afrique » en 7 minutes. Dans une vidéo illustrée, AJ+ revient sur le déroulé du drame qui s’est joué entre le 9 et le 12 janvier 1920.

🌊 Pèlerinage en mer. France 3 a suivi les descendants des victimes revenus, comme en pèlerinage, à l’endroit où le paquebot a sombré, au large des Sables-d’Olonne.

– Cette newsletter a été conçue par Amandine Sanial, Clémence Postis et Margaux Pantobe.

LA RÉDACTION
Nous sommes un média en ligne, local, indépendant, sans publicité et sur abonnement. Nous voulons partir de chez nous, du local, pour ancrer des histoires et des personnages dont le vécu interroge notre place au sein de la collectivité.
Dans le même feuilleton

Sécheresse : Sec ton booty

Après un été 2022 caniculaire et un mois d’octobre estival, nous avons appris à côtoyer le mot « sécheresse ». Mais avons-nous bien compris ce qu’il signifie et quelles sont ses...

Méthanisation : une usine à gaz

Aujourd’hui, on se demande si on peut produire du gaz écolo en Nouvelle-Aquitaine. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 27 septembre 2022.

Déserts médicaux : où sont les médecins ?

Aujourd’hui, on se demande si on peut encore se faire soigner près de chez nous. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 11 octobre 2022.

Collages féministes : colères sur les murs

Aujourd’hui, on célèbre les 3 ans des collages contre les féminicides. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 25 octobre 2022.

Centre de rétention administrative : au bord du CRAquage

Aujourd’hui, on se demande à quoi peut bien servir un centre de rétention administrative. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es

Inflation : un coût monté

Aujourd’hui, on essaie de comprendre l’inflation et son impact dans le Sud-Ouest. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 22 novembre 2022.

Grippe aviaire : c'est grave duckteur ?

Aujourd’hui, on passe à la loupe les conséquences de la grippe aviaire dans le Sud-Ouest Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 06 décembre 2022.

Embûches de Noël

Aujourd’hui, on se demande si on va passer un chouette Noël. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 20 décembre 2022.

LGV Bordeaux-Toulouse : Fast & Furious

Aujourd’hui, on se demande si on doit toujours aller plus vite avec la LGV Bordeaux-Toulouse. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 3 janvier 2023.

Qui étaient les tirailleurs africains du Sud-Ouest ?

Aujourd’hui, on vous raconte l’histoire des tirailleurs africains tombés en Nouvelle-Aquitaine. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 17 janvier 2023.

Données personnelles : data gueule à la récré

Aujourd’hui, on se demande si on peut vraiment protéger ses données personnelles. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 31 janvier 2023.

Un chasseur sachant chasser

Aujourd’hui, on se demande s’il faut interdire la chasse. Cette newsletter a été envoyée le 28 février 2023.

Cannabis : l'herbe est plus verte dans le Sud-Ouest ?

Aujourd’hui, on se demande s’il faut légaliser le cannabis. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 14 février.

Drag queens à Bordeaux : belles de nuit

Aujourd’hui, on vous emmène à la rencontre des drag queens à Bordeaux. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 14 mars 2023.

Festival Imprimé : pour un journalisme engagé

Aujourd’hui, on vous invite à nous rencontrer au festival Imprimé. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 28 mars 2023.

Qui est Revue Far Ouest ?

Aujourd’hui, on fait un peu plus ample connaissance. Tout, tout, tout, vous saurez tout sur Revue Far Ouest. Cette newsletter a été envoyée le 11 avril 2023 à nos inscrit·es....

Nucléaire en Gironde : atome et à travers ?

Aujourd’hui, on se demande ce qu’est le nucléaire. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 25 avril 2023.

Les raisins des nazis : le vin comme arme de guerre

Aujourd’hui, on déterre une histoire du passé. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 9 mai 2023.

Peines perdues : la prison vaut-elle la peine ?

Aujourd’hui, on revient sur l’utilité de la prison. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 23 mai 2023.

Fort·es et fièr·es : Pride was a riot

Aujourd'hui, on vous parle de fierté(s). Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 6 juin 2023.

À ceux qui sont nés quelque part : une histoire d'exil

Aujourd'hui, on donne la parole à ceux qui ne l'ont pas. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 20 juin 2023.

On va t’emmener loin, juste à côté de chez toi : PopEx, l'intégrale

Aujourd'hui, on vous présente PopEx. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 4 juillet 2023.

Des sorcières féministes et des vêtements écolo : balais et chiffons

Aujourd’hui, on parle mode et sorcières. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 18 juillet 2023.

Des bastons et des tampons : rivalités et ovalie

Aujourd’hui, on parle rugby et rivalités. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 1er août 2023.

Des pièces et des patounes : argent sauvage

Aujourd'hui, on parle monnaie locale et vie sauvage. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 15 août 2023.

Les possédées de Loudun : le diable est dans les détails

Aujourd’hui, on se fait un petit tuto DIY exorcisme et religieuses possédées. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 3 octobre 2023.

Tou'Win : être gay et jouer au rugby

Aujourd’hui, on se demande où sont les hommes gay dans le rugby. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 24 octobre 2023.

L'extrême droite se sent pousser des ailes à Bordeaux

Aujourd’hui, on plonge dans la vague brune. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 7 novembre 2023.

Écriture inclusive : (dé)masculiniser la langue française

Aujourd’hui, on se demande si le masculin est vraiment neutre. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 22 novembre 2023.

Île de Ré : une Embellie pour les familles de détenus

Aujourd'hui, on découvre une prison au milieu des vacancier·eres. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 5 décembre 2023.

La Nouvelle-Aquitaine, reine du pétrole

Aujourd'hui, on creuse pour trouver du pétrole dans le Sud-Ouest. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 19 décembre 2023.

L'huître, l'Homme et le déni écologique

Aujourd'hui, on se demande si on peut continuer à manger des huîtres. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 22 janvier 2024.

Juger les militant·es de Sainte-Soline : deux poids deux mesures ?

Aujourd'hui, on s’intéresse à un tribunal qui se radicalise contre les écolos. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 6 février 2024.

Gamers Seniors : l'Âge d'Or ?

Aujourd’hui, on joue aux jeux vidéo avec Papy et Mamie. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 20 février 2024.

Agriculteur·ices : au bout du sillon

Aujourd’hui, on parle mal-être chez les agriculteurs. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 05 mars 2024.

Pénurie d’hébergement d’urgence à Bordeaux

Aujourd’hui, on parle d’hébergement d’urgence (dans un bateau). Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 19 mars 2024.

« Épidémie » de cancers pédiatriques en Charente-Maritime

Aujourd’hui, on s’interroge sur les liens entre les cancers pédiatriques et les pesticides en Charente-Maritime. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 2 avril 2024....

Sécurité sociale : L’alimentation doit-elle devenir un droit ?

Aujourd’hui, on parle sécurité sociale de l’alimentation. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 16 avril 2024.

Contraception masculine : la communauté de l'anneau

Aujourd’hui, on parle de contraception masculine. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 14 mai 2024.

Pourquoi on s'en fiche des élections européennes ?

Aujourd’hui, on se demande si les élections européennes nous concernent vraiment. Cette newsletter a été envoyée ) nos inscrit·es le 28 mai 2024.

Congé menstruel : rdv aux prochaines règles

Aujourd’hui, on parle du congé menstruel.  Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 11 juin 2024.

Ces épisodes pourraient vous intéresser
Longues Peines

La vie d'après

La vie d'après

La sortie de prison, bien qu’émancipatrice, reste une étape difficile pour la réinsertion des anciens détenus.
Les Passager·e·s

Pablo Servigne x Camille Choplin : Libre échange

Pablo Servigne x Camille Choplin : Libre échange

« Tu n’en as pas marre de parler d’effondrement ? » C’est par cette interrogation que commence l’entretien que nous avons organisé entre Pablo Servigne et Camille Choplin....
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement