Numéro 32
5 minutes de lecture
Jeudi 22 février 2024
par LA RÉDACTION
LA RÉDACTION
Nous sommes un média en ligne, local, indépendant, sans publicité et sur abonnement. Nous voulons partir de chez nous, du local, pour ancrer des histoires et des personnages dont le vécu interroge notre place au sein de la collectivité.

Aujourd’hui, on joue aux jeux vidéo avec Papy et Mamie.
Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 20 février 2024.

Alors que les représentants syndicaux du studio Ubisoft appellent à la grève, et que deux jeux vidéo bordelais sont nommés aux Pégases (les César du jeu vidéo), on s’est demandé à la rédaction : qui joue le plus aux jeux vidéo ?

Les seniors bien sûr ! Et ce n’est pas une figure de style : les plus de 60 ans sont vraiment la tranche d’âge la plus joueuse.

Dans cette newsletter, vous comprendrez comment les seniors utilisent les jeux vidéo, quels sont leurs bienfaits pour cette population, mais aussi pourquoi certains peuvent être mal à l’aise à l’idée d’exposer leur pratique.

Le coup de loupe

Les seniors jouent vraiment aux jeux vidéo ?

Aujourd’hui, tout le monde joue. Des enfants aux seniors. Mais les plus de 60 ans occupent tout de même une place non négligeable dans l’industrie vidéoludique. Ils représentent pas moins de 19 % des joueurs en France. Mais qui dit une génération différente, dit un usage différent. Contrairement aux jeunes, les seniors jouent en solitaire plutôt qu’en groupe.

Selon une étude du Sell (syndicat des éditeurs de logiciels de loisirs), les casual games, jeux destinés à des joueurs occasionnels avec des règles simples, sont leurs favoris. Puzzle, Scrabble… Ils aiment jouer à des adaptations de jeux classiques sur leur ordinateur, tablette ou smartphone.

Ce qui n’empêche pas certains de sortir des sentiers battus. À Bordeaux, Jeannine, pensionnaire dans une résidence pour seniors est championne de Street Fighter, un jeu légendaire de combat. Manettes de PlayStation entre les mains, l’octogénaire confie à France Bleu Gironde que « les combinaisons et les jeux de combat, ça fait travailler les mouvements » et « ça défoule ».

À quoi ça sert de jouer aux jeux vidéo ?

Les jeux vidéo c’est cool. Ça permet de se divertir, mais ça a aussi de nombreux bienfaits. Du côté de la santé, ils permettent de travailler la mémoire et la motricité des seniors. Par exemple, avec les serious games, un type de jeu vidéo qui combine un objectif sérieux avec une démarche ludique, le cerveau est stimulé. Le tout avec une part de divertissement. Ceux basés sur le fitness ou la danse permettent de travailler la coordination et les mouvements des plus âgés. Ils réduisent ainsi les risques de chute.

Enfin, face à la fracture numérique, la démocratisation des jeux vidéo chez les plus de 60 ans s’avère aussi être un sacré atout. En Nouvelle-Aquitaine par exemple, une personne sur six souffre d’illectronisme. Mélange des mots illettrisme et électronique, il caractérise la difficulté ou l’incapacité à utiliser le numérique au quotidien. Et parmi les néo-Aquitains touchés, une personne sur deux est âgée de plus de 75 ans.

Les plus de 60 ans assument-ils de jouer ?

Lorsqu’on parle des jeux vidéo et des seniors, il est important de dépasser l’âgisme bienveillant.  « Quand on parle de femmes âgées qui font des jeux de combat ou des jeux d’aventure, et qu’on les appelle les « Mamies à la manette », on ne les prend pas au sérieux, on les regarde de manière surplombante, ce ne sont pas de vraies joueuses », expliquait à Libération, Gabrielle Lavenir, une sociologue dont les jeux vidéo chez les plus de 65 ans est le sujet de recherches.

À force de caricaturer les personnes âgées qui jouent aux jeux vidéo, certains en viennent à cacher leur pratique. « Et comme elles se cachent, on pense que les gens âgés ne jouent pas. C’est un cercle vicieux qui vient renforcer cette superposition de clichés », poursuit la chercheuse. Selon elle, le temps des retraités est constamment surveillé, contrôlé et jugé par les gens autour d’eux. Pour certains, les jeux vidéo ne sont pas considérés comme « culturellement très utiles ». De quoi mettre plus d’un senior mal à l’aise.

Le sachiez-tu ?

C’est le pourcentage des plus de 60 ans qui jouent à des jeux vidéo en 2023. Cela équivaut à 7,1 millions de seniors. Ils deviennent la tranche d’âge la plus consommatrice de jeux vidéo en France, devant les 15-24 ans.

C’est arrivé près de chez nous

Silver Geek : les seniors champions

Direction Poitiers, où l’association Silver Geek se mobilise depuis 2018 pour démocratiser les jeux vidéo auprès des seniors. Et en six ans, il s’en est passé des choses. D’une association locale, l’organisation a étendu son concept au niveau national. Aujourd’hui, une cinquantaine de départements français bénéficient de leurs projets.

À l’origine de ce plan, un collectif d’entreprises et d’associations qui a misé sur le numérique pour créer du lien entre les personnes âgées et les jeunes. De là, deux grandes lignes ont émergé. La première : des ateliers numériques animés par des jeunes dans des lieux d’accueil destinés aux seniors comme les EHPAD, les centres sociaux ou les médiathèques. Du côté de la Nouvelle-Aquitaine, 60 jeunes sont actuellement mobilisés dans neuf départements différents.

Au cours de ces moments partagés les personnes âgées découvrent la tablette de façon ludique et apprennent à jouer aux jeux vidéo sur la Wii (et depuis cette année sur la Switch). Le jeu phare ? Le Wii Bowling. Suivi de près par Just Dance, Ring Fit et Mario Kart. « L’objectif c’est de passer par des exergames, qui sont des jeux qui mettent en mouvement les seniors sans qu’ils puissent sans rendre compte. Souvent, les seniors qui sont réticents à faire des mouvements de gym n’ont aucun problème à le faire dans ce cadre », décrypte Hugo Marolleau, chargé de communication dans l’association.

Passer au-delà de la maladie grâce aux jeux vidéo

Et pour les plus assidus et passionnés, ces ateliers peuvent mener à des compétitions. Celles-ci sont réservées aux seniors de plus de 60 ans et concernent uniquement le bowling virtuel. Depuis quelques années, la Gamers Assembly de Poitiers est devenue le rendez-vous incontournable de l’association. Au cours de cet événement où circulent près de 20 000 visiteurs, « le public est plein avant même que la compétition commence ».

Les hourras énergiques semblent donner des supers pouvoirs aux seniors. «  Pour la finale nationale à Paris, on avait un senior qui était tout le temps assis et qui se déplaçait rarement debout en déambulateur. Et pourtant, sur scène, il était sur ses deux jambes, bras en l’air. La compétition ça leur permet de passer au-dessus de leur maladie », se remémore le salarié de l’association.

Créer du lien

L’objectif ultime de l’association poitevine, c’est avant tout de créer des liens. D’abord entre les jeunes et les seniors, « qui deviennent un peu comme des amis » au fil des rendez-vous hebdomadaires. Mais aussi entre les résidents, puisque grâce à ces différentes activités, des seniors qui ne se côtoyaient pas vont désormais partager une passion commune.

Le fait que les personnes âgées aient une activité stéréotypée « jeune » peut aussi renforcer les liens intrafamiliaux. « Des familles se déplacent, encouragent et participent aux compétitions avec leurs grands-parents », affirme Hugo Marolleau.

Pour aller plus loin

🎮 La pratique du jeu vidéo au grand âge. Dans le podcast Silence on joue !, la sociologue Gabrielle Lavenir partage tous les constats qu’elle a faits lors de ses recherches sur la pratique des jeux vidéo chez les plus de 65 ans.

🧠 Les jeux vidéo sont-ils un remède aux maladies neurodégénératives. Slate se questionne sur les « serious game » et se demande s’ils ne pourraient pas traiter des maladies telles qu’Alzheimer.

👵 Immersion en compétition d’Esport. Mais à quoi ressemble une compétition de jeux vidéo pour seniors ? Télérama nous embarque avec eux et partage leur expérience.

LA RÉDACTION
Nous sommes un média en ligne, local, indépendant, sans publicité et sur abonnement. Nous voulons partir de chez nous, du local, pour ancrer des histoires et des personnages dont le vécu interroge notre place au sein de la collectivité.
Dans le même feuilleton

Sécheresse : Sec ton booty

Après un été 2022 caniculaire et un mois d’octobre estival, nous avons appris à côtoyer le mot « sécheresse ». Mais avons-nous bien compris ce qu’il signifie et quelles sont ses...

Méthanisation : une usine à gaz

Aujourd’hui, on se demande si on peut produire du gaz écolo en Nouvelle-Aquitaine. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 27 septembre 2022.

Déserts médicaux : où sont les médecins ?

Aujourd’hui, on se demande si on peut encore se faire soigner près de chez nous. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 11 octobre 2022.

Collages féministes : colères sur les murs

Aujourd’hui, on célèbre les 3 ans des collages contre les féminicides. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 25 octobre 2022.

Centre de rétention administrative : au bord du CRAquage

Aujourd’hui, on se demande à quoi peut bien servir un centre de rétention administrative. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es

Inflation : un coût monté

Aujourd’hui, on essaie de comprendre l’inflation et son impact dans le Sud-Ouest. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 22 novembre 2022.

Grippe aviaire : c'est grave duckteur ?

Aujourd’hui, on passe à la loupe les conséquences de la grippe aviaire dans le Sud-Ouest Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 06 décembre 2022.

Embûches de Noël

Aujourd’hui, on se demande si on va passer un chouette Noël. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 20 décembre 2022.

LGV Bordeaux-Toulouse : Fast & Furious

Aujourd’hui, on se demande si on doit toujours aller plus vite avec la LGV Bordeaux-Toulouse. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 3 janvier 2023.

Qui étaient les tirailleurs africains du Sud-Ouest ?

Aujourd’hui, on vous raconte l’histoire des tirailleurs africains tombés en Nouvelle-Aquitaine. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 17 janvier 2023.

Données personnelles : data gueule à la récré

Aujourd’hui, on se demande si on peut vraiment protéger ses données personnelles. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 31 janvier 2023.

Un chasseur sachant chasser

Aujourd’hui, on se demande s’il faut interdire la chasse. Cette newsletter a été envoyée le 28 février 2023.

Cannabis : l'herbe est plus verte dans le Sud-Ouest ?

Aujourd’hui, on se demande s’il faut légaliser le cannabis. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 14 février.

Drag queens à Bordeaux : belles de nuit

Aujourd’hui, on vous emmène à la rencontre des drag queens à Bordeaux. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 14 mars 2023.

Festival Imprimé : pour un journalisme engagé

Aujourd’hui, on vous invite à nous rencontrer au festival Imprimé. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 28 mars 2023.

Qui est Revue Far Ouest ?

Aujourd’hui, on fait un peu plus ample connaissance. Tout, tout, tout, vous saurez tout sur Revue Far Ouest. Cette newsletter a été envoyée le 11 avril 2023 à nos inscrit·es....

Nucléaire en Gironde : atome et à travers ?

Aujourd’hui, on se demande ce qu’est le nucléaire. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 25 avril 2023.

Les raisins des nazis : le vin comme arme de guerre

Aujourd’hui, on déterre une histoire du passé. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 9 mai 2023.

Peines perdues : la prison vaut-elle la peine ?

Aujourd’hui, on revient sur l’utilité de la prison. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 23 mai 2023.

Fort·es et fièr·es : Pride was a riot

Aujourd'hui, on vous parle de fierté(s). Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 6 juin 2023.

À ceux qui sont nés quelque part : une histoire d'exil

Aujourd'hui, on donne la parole à ceux qui ne l'ont pas. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 20 juin 2023.

On va t’emmener loin, juste à côté de chez toi : PopEx, l'intégrale

Aujourd'hui, on vous présente PopEx. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 4 juillet 2023.

Des sorcières féministes et des vêtements écolo : balais et chiffons

Aujourd’hui, on parle mode et sorcières. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 18 juillet 2023.

Des bastons et des tampons : rivalités et ovalie

Aujourd’hui, on parle rugby et rivalités. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 1er août 2023.

Des pièces et des patounes : argent sauvage

Aujourd'hui, on parle monnaie locale et vie sauvage. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 15 août 2023.

Les possédées de Loudun : le diable est dans les détails

Aujourd’hui, on se fait un petit tuto DIY exorcisme et religieuses possédées. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 3 octobre 2023.

Tou'Win : être gay et jouer au rugby

Aujourd’hui, on se demande où sont les hommes gay dans le rugby. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 24 octobre 2023.

L'extrême droite se sent pousser des ailes à Bordeaux

Aujourd’hui, on plonge dans la vague brune. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 7 novembre 2023.

Écriture inclusive : (dé)masculiniser la langue française

Aujourd’hui, on se demande si le masculin est vraiment neutre. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 22 novembre 2023.

Île de Ré : une Embellie pour les familles de détenus

Aujourd'hui, on découvre une prison au milieu des vacancier·eres. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 5 décembre 2023.

La Nouvelle-Aquitaine, reine du pétrole

Aujourd'hui, on creuse pour trouver du pétrole dans le Sud-Ouest. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 19 décembre 2023.

L'huître, l'Homme et le déni écologique

Aujourd'hui, on se demande si on peut continuer à manger des huîtres. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 22 janvier 2024.

Juger les militant·es de Sainte-Soline : deux poids deux mesures ?

Aujourd'hui, on s’intéresse à un tribunal qui se radicalise contre les écolos. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 6 février 2024.

Gamers Seniors : l'Âge d'Or ?

Aujourd’hui, on joue aux jeux vidéo avec Papy et Mamie. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 20 février 2024.

Agriculteur·ices : au bout du sillon

Aujourd’hui, on parle mal-être chez les agriculteurs. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 05 mars 2024.

Pénurie d’hébergement d’urgence à Bordeaux

Aujourd’hui, on parle d’hébergement d’urgence (dans un bateau). Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 19 mars 2024.

« Épidémie » de cancers pédiatriques en Charente-Maritime

Aujourd’hui, on s’interroge sur les liens entre les cancers pédiatriques et les pesticides en Charente-Maritime. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 2 avril 2024....
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement