Épisode 7
7 minutes de lecture
Vendredi 20 avril 2018
par Clémence POSTIS
Clémence POSTIS
Journaliste pluri-média Clémence a pigé pour des médias comme NEON Magazine, Ulyces, Le Monde ou encore L'Avis des Bulles. Elle est également podcasteuse culture pour Radiokawa et auteure pour Third Éditions.

Philippe Bihouix est ingénieur de formation et auteur de L’âge des low tech. Il s’intéresse notamment à la question des ressources non renouvelables et des mutations technologiques de nos sociétés industrielles. Et si nos prouesses technologiques et les énergies « vertes » nous condamnaient aussi sûrement que le gaz et le pétrole ?

Philippe Bihouix
Philippe Bihouix, auteur de l’âge des Low Tech — Photo : OB/CB

Commençons par le commencement. Les low tech, qu’est-ce que c’est ?

Il s’agit d’un mot un peu bizarre. Un anglicisme affreux construit par opposition aux high-tech. En français, on pourrait parler de technologies appropriées, douces, sobres, résilientes…

Aujourd’hui, face aux désordres environnementaux et aux risques sur la disponibilité future des énergies fossiles, on nous présente toute une série de promesses technologiques. Grâce à des millions de chercheurs, d’ingénieurs et de techniciens, les technologies, actuelles ou futures, vont tout arranger. Les énergies « vertes », les voitures électriques et/ou autonomes, les smart cities… Ce sera formidable. Grâce aux high-tech et au numérique, la mobilité, l’habitat, les modes de consommation seront complètement transformés, et leur impact environnemental considérablement réduit.

Pourtant, nous faisons face à un problème de ressources. De ressources non renouvelables — qui ne se reconstituent pas à l’échelle d’une vie humaine — et que l’on pioche dans la croûte terrestre, comme les métaux. Les high-tech font appel à des ressources métalliques de plus en plus importantes, plus rares, de plus en plus difficiles à extraire, qu’il faut aller récupérer dans des mines toujours plus profondes — quand on ne lorgne pas sur le fond des océans ou les astéroïdes. Le risque de pénurie n’est pas immédiat, mais les conséquences environnementales et la consommation énergétique associée sont énormes.

La voiture autonome de Google
La voiture autonome de Google — Photo : Flickr

Ces matériaux nous éloignent également de l’économie circulaire dont nous rêvons tant. Théoriquement, ces métaux sont bien recyclables. Mais dans la high-tech ils sont utilisés en quantité très faible, souvent mélangés à d’autres matériaux et dispersés, dans des objets à la technologie de plus en plus complexe : tout cela empêche un recyclage efficace.

Les high-tech et leurs promesses ne vont pas résoudre les problèmes auxquels nous faisons face. Bien au contraire, nous les accélérons et nous les aggravons.

J’ignore combien de temps cela peut encore durer, mais nous piochons sans vergogne dans un stock qui a une quantité finie. Avec les high-tech, avec la tentative insuffisamment réfléchie de transition énergétique, le déploiement exponentiel du numérique dans tous les domaines, nous empilons à un extractivisme pétrolier et gazier, un extractivisme minier et métallique sans précédent. Cela ne pourra pas durer des siècles.

De ce constat vient l’idée des low tech. Il s’agit d’un jeu de mots un peu potache pour alerter sur une innovation technologique qui risque de nous amener encore plus vite au bord du précipice. Nous ne parlons pas ici d’un retour à la bougie ou à l’âge des cavernes. Mais d’orienter l’innovation vers un autre chemin, moins consommateur de ressources. Une démarche qui consiste à essayer de mettre la question des ressources non renouvelables davantage au centre des préoccupations.

Vous avez des exemples de low tech ?

J’aime bien résumer la démarche des low tech en trois questionnements : le Pourquoi, le Quoi, et le Comment. Le premier concerne la sobriété. Le produit, le service le moins impactant est celui dont je n’ai pas besoin. Le deuxième s’axe autour de la conception : comment aller encore plus loin dans les démarches d’écoconception ? Le dernier interroge les modes de production. Notamment la place de la machine et la place du travail humain. Depuis plus de deux siècles, nous sommes dans une logique où l’on déploie des machines pour remplacer le travail humain. Cela continue aujourd’hui, avec une nouvelle vague de robotisation, les services numériques, l’intelligence artificielle… Remplacer un humain par une machine ou un logiciel, c’est consommer plus d’énergie et de ressources.

Extrait de L’âge des low tech de Philippe Bihouix
Extrait de L’âge des low tech de Philippe Bihouix

Je suppose que mon smartphone n’est pas très low tech ?

Je pense qu’aucun fabricant de smartphones ne souhaiterait qualifier ses produits de low tech ! Dans votre téléphone, il y a une quarantaine de métaux différents. Lorsqu’il arrive en fin de vie, il ne faut pas le jeter dans n’importe quelle poubelle. Avec un peu de chance, s’il est correctement collecté et trié, il atteindra une des rares usines mondiales qui sait traiter ce genre de déchet extrêmement complexe. Alors, sur la quarantaine de métaux qu’il contient, dont certains dangereux pour l’environnement, on va réussir à en recycler une quinzaine.

Pour la majorité des déchets électroniques, c’est pire : décharge, incinérateur, circuits de recyclage « informel » en Afrique de l’Ouest, au Pakistan ou en Chine… Le smartphone est un exemple emblématique, un objet au rythme de remplacement accéléré, consommateur de ressources précieuses qui seront perdues de façon inéluctable à sa fin de vie.

Que pourrait-on faire dans une démarche low tech ? Déjà, essayer d’améliorer l’écoconception, travailler sur la durée de vie, la réparabilité, la modularité, le réemploi, l’utilisation parcimonieuse des ressources les plus rares… Concevoir des logiciels qui consomment moins de ressources de calcul, de mémoire.

Ensuite, se poser la question de la sobriété des usages. Regardez la liste des équipements de base dans un smartphone : un GPS et un appareil photo, certes, mais aussi un accéléromètre, un gyroscope à trois axes, une station météo complète… A-t-on vraiment besoin de tout ça ?

Le numérique consomme déjà plus de 10 % de l’électricité mondiale. C’est insoutenable et cela va le devenir encore plus.

Il s’agit d’un exemple parmi d’autres. On peut l’adapter à d’autres domaines comme le bâtiment ou la médecine. Des choses assez simples, alliées à des connaissances avancées, peuvent avoir des résultats assez incroyables. Par exemple, des équipes de recherche travaillent sur le diagnostic médical par des chiens. Dans certains types de cancers, on doit exsuder une odeur particulière, et des chiens dressés pour ça, à la façon des chiens douaniers, les diagnostiquent avec un taux de réussite de 100 %.

Aujourd’hui ce sont des IRM, des tests chimiques, une machinerie incroyable… qu’on peut remplacer par un chien. Ce n’est pas le retour à la bougie, bien au contraire. C’est une manière ultra agile, incroyablement intelligente, bien plus résiliente, de prendre un sujet et de le traiter différemment.

Il ne faut pas réduire les low tech à une question de la conception des objets.
Souvent les exemples sont systémiques, comme pour le numérique. Il consomme déjà plus de 10 % de l’électricité mondiale. Il commence à devenir un peu embêtant d’un point de vue environnemental. La quantité de données échangées, stockées et calculées explose. Et nous ne sommes qu’au début de l’aventure, on nous promet encore plus avec le big data, les voitures autonomes, les objets connectés, l’intelligence artificielle… C’est insoutenable et cela va le devenir encore plus.
Pour faire simple, si l’on repensait et retravaillait vraiment sur l’ensemble du système numérique, pour identifier les usages réellement nécessaires et la manière de les fournir, nous pourrions réduire de 95 %, au bas mot, son impact environnemental global. Pour cela bien sûr, il faut accepter un certain nombre de choses.

Par exemple, a-t-on vraiment besoin de mobilité, très énergivore, tout le temps et partout ? A-t-on besoin d’avoir du temps réel systématique, qui génère beaucoup de trafic ? Ne peut-on pas réduire le niveau de performance et de fiabilité attendu, avec des équipements doublés, triplés pour éviter la panne ? Énormément de questions gravitent autour de cela.

Un Data Center
Un Data Center — Photo : Wikimedia

Que voyez-vous comme solutions pour l’avenir ?

Je dirais qu’il y a quatre niveaux d’action. Le niveau personnel pour commencer. Certains renoncent à la voiture pour enfourcher un vélo. D’autres vont faire du compost, se lancer dans une démarche zéro déchet, moins chauffer en hiver et renfiler un pull-over… Il y a toute une série de choses à faire au niveau personnel, mais cela atteint vite ses limites, car on vit dans une économie « poussée ». Les consommateurs ont le choix entre un certain nombre de produits seulement. Acheter des gâteaux sans huile de palme pour sauver les orangs-outans, tout en faisant du zéro déchet et du circuit court, le tout à vélo, ce n’est pas toujours si simple. Les courses tournent au sport de combat et cela requiert du temps.

Le deuxième niveau est associatif et local, avec des gens qui se réunissent pour agir. Il y a une foultitude d’énergies, de réflexions, d’envies, d’idées, d’expérimentations… Ils vont ouvrir des recycleries, des repair cafés, créer des AMAP… Mais cela atteint aussi ses limites si le troisième niveau, celui de l’État, n’intervient pas pour soutenir ces initiatives et provoquer un basculement plus généralisé.

Son pouvoir de prescription peut être énorme. Il peut mettre en place des critères environnementaux plus forts dans les achats publics. Rendre le recyclage, le travail humain, plus avantageux économiquement par le biais réglementaire et les orientations fiscales. Pourquoi ne pas réduire les charges sur le travail et faire porter le coût de la protection sociale sur l’énergie et les ressources, par exemple ? Sans oublier les mécanismes de soutien à l’innovation. Est-ce durable, résilient, de mettre des centaines de millions d’euros pour faire de la France un champion de l’intelligence artificielle, de la voiture autonome, du numérique… ? Si à chaque euro mis dans le numérique, on en mettait un autre sur l’innovation locale, territoriale, créatrice d’emploi dans l’économie sociale et solidaire, le résultat serait à mon avis incroyable.

La COP24 se tiendra en décembre en Pologne

Et puis le quatrième niveau, le niveau multilatéral avec les COP ou l’Europe, où la diplomatie cherche à faire avancer les choses. Ce niveau est indispensable, mais le passé a montré qu’il est extrêmement difficile de se mettre tous d’accord sur une évolution plus drastique vers une économie soutenable. Les histoires, les contraintes locales, les intérêts sont trop divergents. Il faut malgré tout continuer à dialoguer, mais il ne faut pas trop en espérer et essayer d’avancer de notre côté.

Philippe Bihouix sera en conférence à Bordeaux à l’occasion de Climax Session ce lundi 23 avril.

Photo de couverture : Flickr

Clémence POSTIS
Journaliste pluri-média Clémence a pigé pour des médias comme NEON Magazine, Ulyces, Le Monde ou encore L'Avis des Bulles. Elle est également podcasteuse culture pour Radiokawa et auteure pour Third Éditions.
Dans le même feuilleton

Orsenna : « L'eau est le miroir de nos civilisations. »

Erik Orsenna est un « amoureux des fleuves ». Pour lui, ils racontent une histoire. Notre histoire. Présent au festival Biotope à Saint-Emilion il a répondu à nos questions.

Titouan Lamazou : « La réussite n'est pas la richesse matérielle »

Titouan Lamazou a vécu mille vies : navigateur, artiste, écrivain… Plus connu du grand public pour avoir remporté le Vendée Globe en 1990, il est aussi « artiste de l’UNESCO...

Christiane Franck : « L'eau est un droit, pas un produit. »

Christiane Franck a dirigé pendant plus de dix ans la compagnie des eaux belges. Elle garde aujourd’hui encore une attache profonde avec le monde de l’eau et ses impacts sur la...

Usul : la revanche sociale

Usul est vidéaste. Il a commencé à se faire connaître par des vidéos sur les jeux vidéo avant de s’attaquer à la vulgarisation politique. Aujourd’hui, il est éditorialiste pour...

Macron : « les années de domination de trop »

Et si Mai 68 c’était maintenant ? Usul, vidéaste et éditorialiste pour Médiapart est un communiste qui s’assume. Pour lui, les années Macron sont les années de domination de...

Extinction de masse : « Nous n'y survivrons pas. »

Marie-Monique Robin est journaliste, réalisatrice et écrivaine. Son documentaire Le monde selon Monsanto est l’un des plus piratés d’internet, et son livre éponyme a été traduit...

Low-tech : le futur simple de Philippe Bihouix

Philippe Bihouix est ingénieur de formation et auteur de L’âge des low tech. Il s’intéresse notamment à la question des ressources non renouvelables et des mutations...

« La politique européenne menace le vivant. »

Inès Trépant est conseillère politique à la Commission Développement du Parlement européen . Elle a écrit de nombreux ouvrages sur les impacts environnementaux de la politique...

François Gabart : croisière en optimisme

Le navigateur François Gabart était l’invité du festival Biotope, autour des vignes et du cuivre. Porte-parole d’un monde différent, celui de la voile, il alerte sur la...

Guillaume Pitron : les riches jouissent, les pauvres creusent

Et si les technologies vertes étaient une pure mystification ? C’est que ce démontre Guillaume Pitron, journaliste et auteur du livre La guerre des métaux rares. Pour polluer...

Vincent Mignerot : l'illusion de l'écologie

Pour Vincent Mignerot chercheur indépendant, l’humanité vit dans le déni : pour nous développer, nous devons détruire l’environnement. Un déni en forme d’avantage évolutif qui...

Pablo Servigne x Camille Choplin : Libre échange

« Tu n’en as pas marre de parler d’effondrement ? » C’est par cette interrogation que commence l’entretien que nous avons organisé entre Pablo Servigne et Camille Choplin....

Paul Jorion : sortir du capitalisme

Connaissez-vous vraiment le capitalisme et ses conséquences sur le monde ? Paul Jorion est anthropologue et sociologue. Sortir du capitalisme est pour lui une question de...

Alpha Kaba : esclave en Libye, journaliste à l'IJBA

Alpha Kaba Sept était journaliste radio en Guinée. Suite à une de ses enquêtes il doit quitter son pays pour sauver sa vie. Il traverse le continent à pied jusqu'à l'Algérie......

Saloon : solidarité 3.0

Dans le Saloon on se pose la question de la solidarité dans la culture. Solidarité 3.0 : les bons Samaritains à l’épreuve du terrain. Comment parler de solidarité quand on est...

Philippe Poutou : Bons baisers de Ford

L'usine Ford de Blanquefort ferme. Était-ce vraiment inéluctable ?

Gilles Bertin : la réalité, même refrain et même couplet

Gilles Bertin, premier bassiste et chanteur du groupe bordelais Camera Silens, est un rescapé : de ces années destructrices dans le milieu punk où la drogue et le sida ont...

Zebda : le succès pour tombe

Magyd Cherfi est un chanteur, acteur et écrivain français. Il grandit à Toulouse dans la cité des Izards, avec ses parents kabyles, la précarité, le racisme et l’art chevillé au...

Effondrement : l'écologie des riches

L’effondrement, la collapsologie, la fin des sociétés industrielles… Des termes et des concepts entendus partout depuis quelques mois, y compris chez Far Ouest. Jean-Baptiste...

Anticiper le présent

Comment écrire de la fiction lorsque celle-ci est rattrapée inexorablement par la réalité ?

La médecine des singes

Paludisme, maux de gorge, parasites intestinaux... Comment les grands singes se soignent-ils ?

LGBT+ : partir pour mieux vivre

Au Brésil et en Tunisie, les personnes LGBT émigrent pour en finir avec l'oppression et la peur.

Le jeu vidéo est-il sexiste ?

Quelles représentations des femmes dans le jeu vidéo ? Nous avons rencontré Fanny Lignon, autrice du livre Genre et jeux vidéo, au festival de journalisme de Couthures pour...

La loi de la nature

Valérie Cabanes, juriste spécialisée dans le droit humanitaire, lutte pour que la nature puisse défendre son existence.

Chomsky : « Nous sommes à la confluence de plusieurs crises majeures »

Crise démocratique, crise climatique, crise sanitaire. Nous assistons actuellement à une superposition de ces différents bouleversements. Noam Chomsky, linguiste et philosophe...

Rokhaya Diallo : “Racisme, sexisme, mettre fin au déni”

Journaliste et réalisatrice, Rokhaya Diallo est une des voix émergentes du « féminisme intersectionnel » en France. En visite dans le Sud-Ouest pour le festival « Comme un...

Féminisme : une histoire de violence

« Le machisme tue tous les jours, le féminisme n’a jamais tué personne ». Cette célèbre citation de la journaliste et militante Benoîte Groult est brandie depuis des décennies...

Ces épisodes pourraient vous intéresser
Le retour du sauvage

La lente conquête de l'ouest des ours et des loups

La lente conquête de l'ouest des ours et des loups

C’est donc fait. Les deux ourses slovènes, Claverina et Sorita, gambadent désormais dans le Béarn. Une première depuis plus de dix ans. Elles ont été relâchées pour tenter de...
N°1 : Courage

Féministe : le burn out militant

Féministe : le burn out militant

Septembre 2019 : Charlotte Monasterio lance avec d’autres femmes le collectif Collages Féministes Bordeaux. Printemps 2020 : elle va à l’hôpital pour une dépression sévère. Il...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement