Épisode 8
5 minutes de lecture
Vendredi 11 mai 2018
par Clémence POSTIS
Clémence POSTIS
Journaliste pluri-média Clémence a pigé pour des médias comme NEON Magazine, Ulyces, Le Monde ou encore L'Avis des Bulles. Elle est également podcasteuse culture pour Radiokawa et auteure pour Third Éditions.

Inès Trépant est conseillère politique à la Commission Développement du Parlement européen . Elle a écrit de nombreux ouvrages sur les impacts environnementaux de la politique commerciale européenne. Nous l’avons rencontrée lors de son passage à La Rochelle pour le festival Terre & Lettres. De quoi revenir sur les raisons qui la pousse à dénoncer l’hypocrisie de l’Union Européenne et de sa politique agricole commune.

En quoi consiste votre travail de conseillère politique à la commission développement ?

Je travaille sur plusieurs thématiques : agriculture, énergie, climat, migrations, etc. En ce moment, je m’active principalement sur la réforme de la politique agricole commune (PAC). Il s’agit de mesurer son impact sur les pays en développement. Il y a peu, je me suis attelée à une directive sur les énergies renouvelables : qu’elle nécessite une importation de bois ou de matière première agricoles, cela a aussi des répercussions en matière de développement…

Pourquoi être venue au festival Terre & Lettres ?

Les organisateurs m’ont invitée en tant qu’auteure d’un livre, Biodiversité : quand les politiques européennes menacent le vivant, dans lequel je démontre qu’une nouvelle méthode de protection de la biodiversité est nécessaire. Il nous faut sortir de notre vision cloisonnée des réserves naturelles et autres parcs nationaux et considérer la protection de la biodiversité comme un ensemble d’actions globales à mener.

La PAC et l’agriculture intensive sont incriminées dans beaucoup de rapports comme premiers vecteurs responsables de la perte de la biodiversité. J’analyse donc tout particulièrement leur responsabilité dans les mécanismes de destruction du vivant.

Inès Trépant en dédicace au festival Terre & Lettres
Inès Trépant en dédicace au festival Terre & Lettres — Photo : Clémence Postis

En 2015, à New York, l’ONU a défini dix-sept objectifs mondiaux de développement durable, dont la protection de la biodiversité. La politique agricole doit impérativement changer si nous voulons être crédibles dans la poursuite de ces objectifs. Pourtant, le décalage est encore terrible entre les préconisations des scientifiques et les futures actions politiques de l’Union européenne. Et si les orientations énergétiques et commerciales sont intrinsèquement liées, notre modèle économique reste fondamentalement insoutenable. Pour enrayer l’effondrement de la biodiversité, nous devons aller à la racine du mal…

Qu’entendez-vous par « sortir de notre vision cloisonnée » de la protection de la biodiversité ?

Les bulletins de santé de la biodiversité ne font que s’aggraver. Les habitats continuent de se détériorer. Les réserves naturelles seules ne peuvent pas résoudre ce problème.

Il y a eu un programme européen pour sauver certaines espèces de papillons dont les habitats avaient été détruits. Il a été démontré qu’ils disparaissaient à cause d’un manque de prairies « maigres ». Pour survivre, ces papillons avaient besoin de sols pauvres. La plus grande biodiversité se développe sur des sols beaucoup plus pauvres. Sur des sols riches, qui ont été engraissés, vous n’allez trouver que des pissenlits, des pâquerettes…

Ces papillons ont montré qu’il fallait restaurer les prairies pauvres. Le problème ? L’agriculture engraisse nos sols de façon généralisée. Croire que les actions d’un agriculteur se limitent à son champ est une illusion. Dans le cas des pesticides par exemple, 95 % des produits partent dans l’atmosphère. Avant qu’on interdise le DDT, il en a été retrouvé dans les peaux des phoques du Pôle Nord.

L’agriculture devient une source de problème climatique, alors qu’elle pourrait être une solution.

Pour les engrais, dont on fait un usage abusif, le principe est le même. Le lessivage des terres par la pluie déplace les produits dans les nappes phréatiques, les cours d’eau et les terres voisines. On ne peut considérer que l’agriculteur n’a aucun impact sur l’environnement, et il faut donc envisager la politique agricole de manière plus large.

Concrètement, comment la politique européenne menace-t-elle la biodiversité ?

Prenons un exemple d’actualité : l’Union européenne se lance dans des négociations d’accords tous azimuts. Ces accords commerciaux touchent tous les secteurs économiques, y compris l’agriculture.

Un accord entre l’Union européenne et les pays d’Amérique latine a le vent en poupe. On constate dans ces négociations que pour obtenir des avancées et de nouveaux marchés, nous sommes prêts à sacrifier des secteurs agricoles, notamment celui de la viande bovine. À force de libéraliser toujours plus les secteurs agricoles, nous poussons toujours plus les marchés à se spécialiser. Certains pays vont se spécialiser dans la production de viande, d’autres dans celle des céréales… Nous nous dirigeons ainsi vers une uniformisation des cultures et de l’élevage, ce qui va tout à l’opposé d’une logique de préservation de la biodiversité !

Les objectifs de développement durable mondiaux pour 2030
Les objectifs de développement durable mondiaux pour 2030 — Source : PNUD

Qui dit monocultures, surtout très vastes, dit piège infernal des pesticides et des engrais à outrance. Or, la restauration de la biodiversité passe par une agriculture multifonctionnelle, avec une mosaïque de paysages. Il ne s’agit pas de faire de jolis points de vue, mais de jouer au maximum sur l’interdépendance naturelle des écosystèmes. L’agriculture devient une source de problème climatique, alors qu’elle pourrait être une solution !

En Nouvelle-Aquitaine, nous avons beaucoup de monoculture (blé, maïs…). Est-ce que cela va bientôt changer ?

La France est une des plus grosses puissances agricoles européennes. Elle a joué un rôle majeur dans le modèle productiviste de la PAC et dans la spécialisation agricole. Mais il nous faut maintenant en sortir.

Les solutions sont connues. Les rapports de l’ONU et les scientifiques sont unanimes : l’avenir passe par l’agroécologie, par un sol vivant, garant de la productivité agricole et de la biodiversité. Il faut également retrouver la multifonctionnalité de l’agriculture, des circuits courts où l’élevage complète et diversifie la culture agricole. L’agriculture pourrait ainsi devenir un secteur gagnant-gagnant : elle pourrait enraciner convenablement le développement rural dans les politiques régionales et offrir aux agriculteurs une diversification des revenus. Sans oublier tous les bénéfices climatiques : l’agroécologie permet de caper du CO2.

Cela dit, je ne suis pas très optimiste quand je vois les concertations et les jalons posés pour la réforme de la PAC… D’un côté, un discours affiche la volonté d’aller un secteur agricole plus performant économiquement, qui tient compte des aspects sociaux et des défis environnementaux.

L’Union européenne est le premier exportateur mondial de produit agricole, mais aussi le premier importateur !

Mais de l’autre, il est écrit noir sur blanc que la vocation exportatrice de l’Union européenne doit être non seulement maintenue, mais aussi renforcée. Ils vont jusqu’à dire que la PAC doit pouvoir nourrir le monde et pas seulement la population européenne. Comment respecter les volets social, économique et climatique de l’agriculture tout en faisant prônant la libéralisation des échanges agricoles ?

Dans le cadre de cette économie mondiale dérégulée, les vices sont récompensés et les comportements vertueux pénalisés. Un produit agricole qui tient compte des conditions sociales et environnementales va être plus cher. Et dans le système actuel, ce coût devient un désavantage compétitif… si bien que la libéralisation des échanges provoque un nivellement par le bas des normes sociales et environnementales.

Résultat ? Les agriculteurs sont très mécontents du verdissement de la PAC, puisque se soucier de la biodiversité et de l’environnement nuit à leur compétitivité. Cela ne va pas, il faut absolument arrêter, purement et simplement. Considérer que la nourriture n’est pas une simple marchandise, relocaliser l’économie et retrouver les fondements mêmes du traité : une forme de sécurité alimentaire et d’autosuffisance.

Or aujourd’hui, on nage dans l’ineptie ! L’Union européenne est le premier exportateur mondial de produits agricoles, mais aussi le premier importateur : 90 % de l’alimentation européenne est importée. Ne devrions-nous pas être capables de la produire nous-mêmes au lieu d’importer d’Amérique latine de la nourriture remplie d’OGM pour nos vaches et nos cochons  ?

Clémence POSTIS
Journaliste pluri-média Clémence a pigé pour des médias comme NEON Magazine, Ulyces, Le Monde ou encore L'Avis des Bulles. Elle est également podcasteuse culture pour Radiokawa et auteure pour Third Éditions.
Dans le même feuilleton

Orsenna : « L'eau est le miroir de nos civilisations. »

Erik Orsenna est un « amoureux des fleuves ». Pour lui, ils racontent une histoire. Notre histoire. Présent au festival Biotope à Saint-Emilion il a répondu à nos questions.

Titouan Lamazou : « La réussite n'est pas la richesse matérielle »

Titouan Lamazou a vécu mille vies : navigateur, artiste, écrivain… Plus connu du grand public pour avoir remporté le Vendée Globe en 1990, il est aussi « artiste de l’UNESCO...

Christiane Franck : « L'eau est un droit, pas un produit. »

Christiane Franck a dirigé pendant plus de dix ans la compagnie des eaux belges. Elle garde aujourd’hui encore une attache profonde avec le monde de l’eau et ses impacts sur la...

Usul : la revanche sociale

Usul est vidéaste. Il a commencé à se faire connaître par des vidéos sur les jeux vidéo avant de s’attaquer à la vulgarisation politique. Aujourd’hui, il est éditorialiste pour...

Macron : « les années de domination de trop »

Et si Mai 68 c’était maintenant ? Usul, vidéaste et éditorialiste pour Médiapart est un communiste qui s’assume. Pour lui, les années Macron sont les années de domination de...

Extinction de masse : « Nous n'y survivrons pas. »

Marie-Monique Robin est journaliste, réalisatrice et écrivaine. Son documentaire Le monde selon Monsanto est l’un des plus piratés d’internet, et son livre éponyme a été traduit...

Low-tech : le futur simple de Philippe Bihouix

Philippe Bihouix est ingénieur de formation et auteur de L’âge des low tech. Il s’intéresse notamment à la question des ressources non renouvelables et des mutations...

« La politique européenne menace le vivant. »

Inès Trépant est conseillère politique à la Commission Développement du Parlement européen . Elle a écrit de nombreux ouvrages sur les impacts environnementaux de la politique...

François Gabart : croisière en optimisme

Le navigateur François Gabart était l’invité du festival Biotope, autour des vignes et du cuivre. Porte-parole d’un monde différent, celui de la voile, il alerte sur la...

Guillaume Pitron : les riches jouissent, les pauvres creusent

Et si les technologies vertes étaient une pure mystification ? C’est que ce démontre Guillaume Pitron, journaliste et auteur du livre La guerre des métaux rares. Pour polluer...

Vincent Mignerot : l'illusion de l'écologie

Pour Vincent Mignerot chercheur indépendant, l’humanité vit dans le déni : pour nous développer, nous devons détruire l’environnement. Un déni en forme d’avantage évolutif qui...

Pablo Servigne x Camille Choplin : Libre échange

« Tu n’en as pas marre de parler d’effondrement ? » C’est par cette interrogation que commence l’entretien que nous avons organisé entre Pablo Servigne et Camille Choplin....

Paul Jorion : sortir du capitalisme

Connaissez-vous vraiment le capitalisme et ses conséquences sur le monde ? Paul Jorion est anthropologue et sociologue. Sortir du capitalisme est pour lui une question de...

Alpha Kaba : esclave en Libye, journaliste à l'IJBA

Alpha Kaba Sept était journaliste radio en Guinée. Suite à une de ses enquêtes il doit quitter son pays pour sauver sa vie. Il traverse le continent à pied jusqu'à l'Algérie......

Saloon : solidarité 3.0

Dans le Saloon on se pose la question de la solidarité dans la culture. Solidarité 3.0 : les bons Samaritains à l’épreuve du terrain. Comment parler de solidarité quand on est...

Philippe Poutou : Bons baisers de Ford

L'usine Ford de Blanquefort ferme. Était-ce vraiment inéluctable ?

Gilles Bertin : la réalité, même refrain et même couplet

Gilles Bertin, premier bassiste et chanteur du groupe bordelais Camera Silens, est un rescapé : de ces années destructrices dans le milieu punk où la drogue et le sida ont...

Zebda : le succès pour tombe

Magyd Cherfi est un chanteur, acteur et écrivain français. Il grandit à Toulouse dans la cité des Izards, avec ses parents kabyles, la précarité, le racisme et l’art chevillé au...

Effondrement : l'écologie des riches

L’effondrement, la collapsologie, la fin des sociétés industrielles… Des termes et des concepts entendus partout depuis quelques mois, y compris chez Far Ouest. Jean-Baptiste...

Anticiper le présent

Comment écrire de la fiction lorsque celle-ci est rattrapée inexorablement par la réalité ?

La médecine des singes

Paludisme, maux de gorge, parasites intestinaux... Comment les grands singes se soignent-ils ?

LGBT+ : partir pour mieux vivre

Au Brésil et en Tunisie, les personnes LGBT émigrent pour en finir avec l'oppression et la peur.

Le jeu vidéo est-il sexiste ?

Quelles représentations des femmes dans le jeu vidéo ? Nous avons rencontré Fanny Lignon, autrice du livre Genre et jeux vidéo, au festival de journalisme de Couthures pour...

La loi de la nature

Valérie Cabanes, juriste spécialisée dans le droit humanitaire, lutte pour que la nature puisse défendre son existence.

Chomsky : « Nous sommes à la confluence de plusieurs crises majeures »

Crise démocratique, crise climatique, crise sanitaire. Nous assistons actuellement à une superposition de ces différents bouleversements. Noam Chomsky, linguiste et philosophe...

Rokhaya Diallo : “Racisme, sexisme, mettre fin au déni”

Journaliste et réalisatrice, Rokhaya Diallo est une des voix émergentes du « féminisme intersectionnel » en France. En visite dans le Sud-Ouest pour le festival « Comme un...

Féminisme : une histoire de violence

« Le machisme tue tous les jours, le féminisme n’a jamais tué personne ». Cette célèbre citation de la journaliste et militante Benoîte Groult est brandie depuis des décennies...

Ces épisodes pourraient vous intéresser
M6 Foot Story

Les Girondins & GACP : American Express

Les Girondins & GACP : American Express

Le feuilleton qui voit les Girondins de Bordeaux négocier leur rachat par le fonds d’investissements états-uniens GACP serait sur le point de prendre fin. D’après nos...
Le PodCATS

PodCATS #1 : Loup y es-tu ?

PodCATS #1 : Loup y es-tu ?

Fin 2018, le roman Lune Rousse sort aux éditions Castelmore. Ce roman suit deux jeunes filles dans un petit village à la fin du 19ème siècle. Entre secret de famille...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement