Numéro 11
6 minutes de lecture
Vendredi 24 mars 2023
par LA RÉDACTION
LA RÉDACTION
Nous sommes un média en ligne, local, indépendant, sans publicité et sur abonnement. Nous voulons partir de chez nous, du local, pour ancrer des histoires et des personnages dont le vécu interroge notre place au sein de la collectivité.

Aujourd’hui, on se demande s’il faut légaliser le cannabis.
Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 14 février.

À vous qui en avez marre des newsletters de Saint-Valentin et de leurs bouquets de roses venues du Kenya, ceci est pour vous. Chez Far Ouest, on a pensé à vous, et on a décidé de vous parler d’une autre fleur : le cannabis

Le mois dernier, le débat pour sa légalisation a refait surface. Le Conseil économique, social et environnemental s’est prononcé pour une légalisation encadrée, et le maire de Bègles n’a pas traîné pour proposer sa ville comme test.

Dans cette newsletter, vous allez découvrir ce qu’est vraiment le cannabis, la raison pour laquelle il a été interdit, et ce que changerait sa légalisation.

Cannabis en pot

Le coup de loupe

C’est quoi la différence entre un joint et ma chemise en chanvre ?

Le cannabis est en réalité le nom latin du chanvre. Mais déjà il faut en distinguer deux types : le chanvre agricole utilisé pour votre chemise préférée ou l’isolation de votre maison, et le chanvre indien, aussi appelé beuh, weed, marijuana ou ganja. C’est lui que l’on consomme le plus souvent sous forme de cigarette notamment pour ses propriétés médicinales (apaiser des douleurs, augmenter l’appétit ou diminuer les effets secondaires de certains médicaments), et pour ses effets psychotropes.

Ces effets sont générés par une molécule : le tétrahydrocannabinol, ou THC. C’est lui qui modifie notre perception de la réalité en agissant directement dans notre système nerveux central. « Le THC agit comme une clé qui débloque des récepteurs de notre cerveau », explique Giovanni Marsicano, chercheur au NeuroCampus de Bordeaux et à l’Inserm. 

Mais le THC peut aussi induire une forte dépendance. Ses puissants effets psychoactifs peuvent également entraîner chez l’individu des problèmes de concentration, de sommeil et de stress. Des mécanismes qui arrivent aussi avec la consommation de café, d’alcool ou de tabac. Et chez les adolescents, les effets peuvent s’avérer plus graves : « Lorsque le cerveau est encore en développement, la consommation de cannabis agit comme des courts-circuits dans son développement », détaille le chercheur. Pourtant, rien qu’en Nouvelle-Aquitaine, 45% des moins 17 ans ont déjà fumé de l’herbe, selon un rapport de l’Observatoire français des drogues et des tendances (OFDT) publié en 2021. 

Illustration de cerveau

Pourquoi c’est interdit ? 

Pour comprendre, il faut remonter aux années 1970. L’époque sexe, drogue et rock’n’roll a une star : la marijuana. Afin de lutter contre les drogues en général et le cannabis en particulier, le Parlement vote une loi qui en interdit la consommation et la vente dès 1971.

La raison invoquée ? Sa dangerosité psychique, notamment les pertes de mémoires, les troubles anxieux et les pertes d’anticipation. Mais selon le chercheur Giovanni Marsicano, « l’alcool provoque les mêmes effets, si ce n’est pire. » Selon une étude anglaisele risque de mortalité lié à la consommation de cannabis est même 200 fois moins important que celui lié au tabac ou à l’alcool

Là où le cannabis s’avère être le plus dangereux, c’est pour les personnes qui pourraient développer une schizophrénie. « Dans ces cas-là, la consommation de cannabis va les précipiter dans cette maladie mentale », explique le chercheur. 

Pourquoi la légalisation fait (à nouveau) débat ?

Tout est parti du dernier rapport du Conseil économique, social et environnemental (CESE). Composé de représentants du patronat, de syndicats, d’associations, il préconise pour la première fois une « légalisation encadrée du cannabis ». Selon eux, le constat est clair : la politique répressive de la France depuis 50 ans est un échec. 

Mais qu’apporterait, concrètement, cette légalisation ? Déjà, un contrôle sanitaire strict des produits. Il faut savoir que dans l’herbe qu’on se procure dans la rue, il y a souvent des produits dangereux : du détergent, du sable, du verre ou encore de la colle.  Mais c’est aussi la concentration de THC qui inquiète : dans les années 2000, son taux moyen était de 6%. En 2019, il atteint les 28%. C’est un peu comme si vous décidiez de faire un apéro à la bière et qu’on y mettait du gin à l’intérieur, sans vous prévenir. 

Ensuite, la légalisation du cannabis permettrait de créer une toute nouvelle filière économique dans le pays. Depuis mai 2018, l’Insee intègre les revenus liés au trafic de drogue dans le PIB  : on sait donc que ce marché pèse 2,8 milliards d’euros par an

Certains élus sont d’ailleurs convaincus des bienfaits d’une légalisation : en janvier, le maire écologiste de Bègles (Gironde), Clément Rossignol Puech, a proposé de faire de sa ville un territoire expérimental de culture de vente et de consommation de cannabis. Si tout reste encore à inventer, le maire rêve d’une réglementation à la française, avec de « potentielles futures structures qui seraient encadrées et suivies par des médecins auxquelles seuls les majeurs pourraient avoir accès, voire les plus de 21 ans. » 

Le sachiez-tu ?

12%

des 18-64 ans vivant en Nouvelle-Aquitaine ont déclaré avoir fumé du cannabis en 2021, selon l’OFDT.

C’est arrivé près de chez nous

Plant de cannabis dans la nature

En Creuse, les rois du chanvre

Si le cannabis est lui toujours prohibé, en décembre, le Conseil d’État a finalement autorisé la vente de fleurs et de feuilles de chanvre cannabidiol, ou CBD. Mais dans le Sud-Ouest, les agriculteurs n’ont pas attendu cette décision pour se lancer dans le CBD et assurer leur avenir.

Jouany Chatoux est éleveur depuis 1999. Dans sa ferme de Gentioux, sur le plateau de Millevaches, il cultivait du sarrasin et du seigle et était à la tête d’un élevage d’une centaine de têtes. Sans jamais arriver à en vivre décemment. « En 20 ans, on a tout essayé : les circuits courts, les colis postaux, le restaurant à la ferme… Mais en face, les revenus n’étaient jamais à la hauteur. »

En 2018, il a eu une idée : troquer ses céréales pour du CBD, du chanvre bien-être dépourvu de THC, la substance psychotrope et prohibée du cannabis. Le CBD, légal lui, est utilisé pour les douleurs, l’anxiété ou les nausées, et n’a pas d’effet stupéfiant. En quelques mois, Jouany Chatoux convertit son labo de 400 m2 dédié à la viande bovine pour se consacrer uniquement à sa nouvelle activité : la transformation du cannabis en résine, huiles, infusions et tisanes. Un choix qui paye : « En 2020, nous avons sorti 500 000 euros de CBD dédié au marché du bien-être. L’équivalent de mon élevage », calcule l’agriculteur. 

Et il n’est pas le seul à avoir franchi le pas. Un tiers de la production française de CBD vient de Nouvelle-Aquitaine, selon l’association française des producteurs de cannabinoïdes (AFPC). Au total, cela représente 150 hectares, répartis sur une centaine de producteurs. Une potentielle mine d’or, qui se heurte à un problème : les décisions fluctuantes de l’État en matière de législation, qui placent les producteurs dans un flou juridique.

Des pieds de cannabis sur un ancien site militaire

Pour faire reconnaître le chanvre comme culture artisanale, Jouany Chatoux est devenu porte-parole de l’association française des producteurs de cannabinoïdes (AFPC). Mais son objectif va au-delà des tisanes : comme le reste de la filière, il mise sur le cannabis thérapeutique. « Il y aura très peu d’acteurs en France. D’où la nécessité de se placer. » 

Selon lui, le marché pourrait représenter jusqu’à 2 millions de patients, pour le traitement de pathologies telles que l’épilepsie, la sclérose en plaques, ou encore la maladie de Parkinson. Et pour ne pas laisser le marché aux mains de producteurs étrangers, la Creuse a déjà son projet : un « pôle d’excellence du cannabis », du nom de Cannapole 23, devrait voir le jour en 2024 sur ancien site militaire, avec un bunker de 850 m2 pour cultiver le cannabis… À condition que la justice autorise pour de bon le cannabis à usage thérapeutique

Pour en savoir plus, retrouvez l’article de notre journaliste Fabien Paillot sur le sujet dans notre revue papier « Tout reprendre ».

Pour aller plus loin

🎙️ On risque quoi avec le CBD ? Vous voulez être incollable sur le CBD ? France Inter lui consacre une émission complète.

👨🏻‍🌾 Des paysans comme les autres. Reporterre est parti à Roanne, dans la Loire, à la rencontre d’agriculteurs qui s’étaient lancés dans la culture de CBD avant la décision du Conseil d’État. « Enfin on n’est plus des trafiquants potentiels, mais des paysans comme les autres ! »

🇩🇪 En Allemagne, bientôt un usage récréatif ? Alors qu’elle emploie le CBD comme thérapie pour de nombreuses maladies, l’Allemagne s’apprête à autoriser le cannabis à usage récréatif. En attendant, les entreprises du secteur se préparent, comme cette start-up qui fait pousser du cannabis dans un ancien abattoir près de Dresde. 

– Cette newsletter a été conçue par Amandine Sanial, Clémence Postis, Ana Hadj-Rabah et Margaux Pantobe.

LA RÉDACTION
Nous sommes un média en ligne, local, indépendant, sans publicité et sur abonnement. Nous voulons partir de chez nous, du local, pour ancrer des histoires et des personnages dont le vécu interroge notre place au sein de la collectivité.
Dans le même feuilleton

Sécheresse : Sec ton booty

Après un été 2022 caniculaire et un mois d’octobre estival, nous avons appris à côtoyer le mot « sécheresse ». Mais avons-nous bien compris ce qu’il signifie et quelles sont ses...

Méthanisation : une usine à gaz

Aujourd’hui, on se demande si on peut produire du gaz écolo en Nouvelle-Aquitaine. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 27 septembre 2022.

Déserts médicaux : où sont les médecins ?

Aujourd’hui, on se demande si on peut encore se faire soigner près de chez nous. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 11 octobre 2022.

Collages féministes : colères sur les murs

Aujourd’hui, on célèbre les 3 ans des collages contre les féminicides. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 25 octobre 2022.

Centre de rétention administrative : au bord du CRAquage

Aujourd’hui, on se demande à quoi peut bien servir un centre de rétention administrative. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es

Inflation : un coût monté

Aujourd’hui, on essaie de comprendre l’inflation et son impact dans le Sud-Ouest. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 22 novembre 2022.

Grippe aviaire : c'est grave duckteur ?

Aujourd’hui, on passe à la loupe les conséquences de la grippe aviaire dans le Sud-Ouest Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 06 décembre 2022.

Embûches de Noël

Aujourd’hui, on se demande si on va passer un chouette Noël. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 20 décembre 2022.

LGV Bordeaux-Toulouse : Fast & Furious

Aujourd’hui, on se demande si on doit toujours aller plus vite avec la LGV Bordeaux-Toulouse. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 3 janvier 2023.

Qui étaient les tirailleurs africains du Sud-Ouest ?

Aujourd’hui, on vous raconte l’histoire des tirailleurs africains tombés en Nouvelle-Aquitaine. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 17 janvier 2023.

Données personnelles : data gueule à la récré

Aujourd’hui, on se demande si on peut vraiment protéger ses données personnelles. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 31 janvier 2023.

Un chasseur sachant chasser

Aujourd’hui, on se demande s’il faut interdire la chasse. Cette newsletter a été envoyée le 28 février 2023.

Cannabis : l'herbe est plus verte dans le Sud-Ouest ?

Aujourd’hui, on se demande s’il faut légaliser le cannabis. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 14 février.

Drag queens à Bordeaux : belles de nuit

Aujourd’hui, on vous emmène à la rencontre des drag queens à Bordeaux. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 14 mars 2023.

Festival Imprimé : pour un journalisme engagé

Aujourd’hui, on vous invite à nous rencontrer au festival Imprimé. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 28 mars 2023.

Qui est Revue Far Ouest ?

Aujourd’hui, on fait un peu plus ample connaissance. Tout, tout, tout, vous saurez tout sur Revue Far Ouest. Cette newsletter a été envoyée le 11 avril 2023 à nos inscrit·es....

Nucléaire en Gironde : atome et à travers ?

Aujourd’hui, on se demande ce qu’est le nucléaire. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 25 avril 2023.

Les raisins des nazis : le vin comme arme de guerre

Aujourd’hui, on déterre une histoire du passé. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 9 mai 2023.

Peines perdues : la prison vaut-elle la peine ?

Aujourd’hui, on revient sur l’utilité de la prison. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 23 mai 2023.

Fort·es et fièr·es : Pride was a riot

Aujourd'hui, on vous parle de fierté(s). Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 6 juin 2023.

À ceux qui sont nés quelque part : une histoire d'exil

Aujourd'hui, on donne la parole à ceux qui ne l'ont pas. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 20 juin 2023.

On va t’emmener loin, juste à côté de chez toi : PopEx, l'intégrale

Aujourd'hui, on vous présente PopEx. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 4 juillet 2023.

Des sorcières féministes et des vêtements écolo : balais et chiffons

Aujourd’hui, on parle mode et sorcières. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 18 juillet 2023.

Des bastons et des tampons : rivalités et ovalie

Aujourd’hui, on parle rugby et rivalités. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 1er août 2023.

Des pièces et des patounes : argent sauvage

Aujourd'hui, on parle monnaie locale et vie sauvage. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 15 août 2023.

Les possédées de Loudun : le diable est dans les détails

Aujourd’hui, on se fait un petit tuto DIY exorcisme et religieuses possédées. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 3 octobre 2023.

Tou'Win : être gay et jouer au rugby

Aujourd’hui, on se demande où sont les hommes gay dans le rugby. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 24 octobre 2023.

L'extrême droite se sent pousser des ailes à Bordeaux

Aujourd’hui, on plonge dans la vague brune. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 7 novembre 2023.

Écriture inclusive : (dé)masculiniser la langue française

Aujourd’hui, on se demande si le masculin est vraiment neutre. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 22 novembre 2023.

Île de Ré : une Embellie pour les familles de détenus

Aujourd'hui, on découvre une prison au milieu des vacancier·eres. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 5 décembre 2023.

La Nouvelle-Aquitaine, reine du pétrole

Aujourd'hui, on creuse pour trouver du pétrole dans le Sud-Ouest. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 19 décembre 2023.

L'huître, l'Homme et le déni écologique

Aujourd'hui, on se demande si on peut continuer à manger des huîtres. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 22 janvier 2024.

Juger les militant·es de Sainte-Soline : deux poids deux mesures ?

Aujourd'hui, on s’intéresse à un tribunal qui se radicalise contre les écolos. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 6 février 2024.

Gamers Seniors : l'Âge d'Or ?

Aujourd’hui, on joue aux jeux vidéo avec Papy et Mamie. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 20 février 2024.

Ces épisodes pourraient vous intéresser
En vrai, en vrac

Ze Drive : les courses zéro déchets

Ze Drive : les courses zéro déchets

Faire ses courses rapidement grâce au drive, tout en réduisant ses déchets par le vrac : c’est le pari de Ze Drive. Le supermarché sans déchet propose des retraits à Libourne...
Écartez-vous mesdames

Mon gynéco, mon mari & moi

Mon gynéco, mon mari & moi

Tout au long de leurs vies, la gynécologie accompagne les femmes. Mais que faire quand celle-ci nie leurs choix individuels ? Stérilisation, IVG, examens routiniers… Entre...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement