Numéro 26
5 minutes de lecture
Mercredi 8 novembre 2023
par LA RÉDACTION
LA RÉDACTION
Nous sommes un média en ligne, local, indépendant, sans publicité et sur abonnement. Nous voulons partir de chez nous, du local, pour ancrer des histoires et des personnages dont le vécu interroge notre place au sein de la collectivité.

Aujourd’hui, on plonge dans la vague brune.
Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 7 novembre 2023.

On les voit se multiplier sur les murs. Des tags racistes, antisémites, homophobes, découverts au matin sur les façades des mosquées, d’associations luttant pour les droits humains, ou sur des locaux de partis politiques. Et souvent, la même signature : “Action directe identitaire”. 

À Bordeaux, depuis plusieurs mois, des groupuscules d’extrême droite frappent la nuit et attaquent des lieux symboliques de la ville, quand ils ne s’en prennent pas directement aux passants. Dernier en date, le local du PCF a été la cible de l’extrême droite, il y a une dizaine de jours.

Mais qui se cache derrière ce groupe ? Combien sont-ils, ces militants qui taguent des croix celtiques la nuit ? Dans cette newsletter spéciale, nous ferons le bilan d’un an et demi de violences de la part de l’extrême droite bordelaise, et le point sur le profil de ces jeunes militants.

On rembobine

Remontons un peu le temps. Dimanche 12 juin 2022, Bordeaux est en fête : des milliers de personnes célèbrent la Pride et dansent debout sur des chars au milieu de drapeaux arc-en-ciel. Alors que le cortège rejoint les quais, une dizaine d’hommes cagoulés montent sur le toit de la maison écocitoyenne et y déploient une banderole sur laquelle on peut lire : « Protégeons les enfants. Stop folie LGBT » en tendant le bras droit. 

Quelques jours plus tard, dans la nuit du 24 au 25 juin, des habitants du quartier Saint-Michel sont réveillés en pleine nuit par des cris. Masqués, habillés en noir, des militants d’extrême droite tabassent des passants en scandant  « On est chez nous ». Cris de singe, saluts nazis, agressions… Ce soir-là, en pleine rue, deux hommes seront gazés et frappés, une femme insultée. Et entre deux coups, un cri de ralliement : « Bordeaux nationaliste »

Bordeaux nationaliste n’est pas un parti, ni une association : c’est un groupuscule, sans statut déposé, de militants regroupés autour de valeurs racistes et xénophobes. Apparu début 2019 sous ce nom, le groupe serait en réalité actif depuis 2016 et occupait un local appelé « Le Menhir ». Mais c’est véritablement à partir de l’été 2022 que les membres de Bordeaux nationaliste commencent à faire parler d’eux.

Une trentaine d’actes haineux en un an

Après la ratonnade de Saint-Michel, les militants se sentent pousser des ailes : fin novembre 2022, les militants de l’Association de solidarité avec tous les immigrés (Asti) se réveillent avec l’inscription « Qu’ils retournent en Afrique ! » sur leur devanture. En décembre, des membres du groupuscule font une irruption violente à l’université Bordeaux Montaigne, lors d’une conférence de deux élus France insoumise. Dans la nuit du 21 au 22 février, 2023, le groupuscule s’en prend au local des Hébergeurs solidaires, une association d’aide aux mineurs isolés. Quant au Planning familial, il est vandalisé trois fois au cours du mois de février.

Au total, on recense près d’une trentaine d’actes racistes, xénophobes ou haineux depuis novembre 2022 : SOS Racisme, mais aussi la Cimade, le Boulevard des Potes, le local d’un député LFI, ainsi que les mosquées de Pessac et de Saint-Michel font aussi partie des cibles de l’extrême droite. À chaque attaque, un prétexte politique en filigrane pour diffuser leurs idées nauséabondes : le meurtre de la petite Lola à Paris, l’attaque au couteau à Annecy, ou l’assassinat d’un professeur à Arras.

Après plusieurs mois d’impunité, l’État met un premier coup d’arrêt au groupuscule : en février 2023, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin annonce la dissolution de Bordeaux nationaliste. Mais à peine dissous, le groupe est déjà reformé sous un autre nom : la Bastide bordelaise

Stickers d’Hitler et « poings levés »

Qui sont ces militants de la Bastide bordelaise ? Au total, ils ne seraient pas plus d’une trentaine au sein du groupe. Et s’ils agissent cagoulés et de nuit, certains ont été forcés de montrer leur visage : en avril dernier, huit prévenus membres du groupe comparaissaient pour les violences commises à Saint-Michel l’année précédente. Sur le banc des accusés : des hommes célibataires, la vingtaine, insérés socialement, pour la plupart jamais condamnés. Ils sont moniteurs d’auto-école, apprentis mécanos, ouvriers dans le bâtiment.

À la barre, ils défilent un à un, et renvoient tous cette impression étrange de jeunes perdus qui n’assument rien. Chez plusieurs d’entre eux, lors de perquisitions, la police retrouvera des stickers à l’effigie d’Adolf Hitler et des affiches « Non au génocide européen ». Mais pour eux, pas question de s’affirmer raciste ou nazi. Si Sacha a rejoint Bordeaux nationaliste, c’est surtout pour « éviter la solitude ». Et les saluts nazis, filmés par des passants ? « C’est un poing levé, comme en manifestation », assure Fabien. 

« Racaillisation » de la France

D’autres sont plus francs. Yanis, qui se place en tête de file du petit groupe, ne cache ni son visage, ni ses idées : reconnaissable par son tatouage, une croix chrétienne accompagnée d’une devise en latin, « si tu veux la paix, prépare la guerre », il apparaît souvent sur les vidéos de la Bastide bordelaise

Chez lui, la police a retrouvé un couteau à cran d’arrêt, une bombe lacrymo et une batte de baseball, « pour se protéger ». Ulcéré par la « racaillisation de ce pays », Yanis a été recalé par la Légion étrangère avant de s’engager chez Génération Zemmour lors de la campagne présidentielle. C’est là où il a rencontré plusieurs des membres de ce qui sera la Bastide bordelaise. 

Sept des huit prévenus ont été condamnés à deux ans de prison ferme dont un avec sursis pour la ratonnade de Saint-Michel, et purgent actuellement leur peine sous surveillance électronique. Une peine qui ne semble pas pour autant les empêcher de fêter leur anniversaire en grande pompe sur les quais de la ville.

Que fait la police ?

Si plusieurs membres du groupe ont été entendus et condamnés par la justice suite aux attaques de Saint-Michel et de la Pride, la plupart des tags restent eux impunis. Le maire Pierre Hurmic affirme qu’à chaque attaque, la ville porte plainte systématiquement aux côtés des victimes. 

Alors, en attendant que les coupables soient condamnés, les associations, elles, se regroupent, et des collectifs se créent : c’est le cas de l’Organisation antifasciste bordelaise, qui organise des manifestations contre l’extrême droite et informe régulièrement sur les violences commises par la Bastide bordelaise.

Pour aller plus loin 

📍L’extrême droite près de chez vous. Libération a récemment publié une carte interactive des groupuscules d’extrême droite. Un bon moyen de savoir où agissent les groupes, et quels sont leurs liens. Si le sujet vous intéresse, Libé a aussi lancé Frontal, une newsletter dédiée à l’extrême droite. 

👊Aidez StreetPress à lutter contre l’extrême droite. Le média indépendant a lui aussi sa newsletter consacrée aux fachos, FAF. Aujourd’hui, StreetPress s’apprête à lancer une grande enquête participative sur l’extrême droite et a besoin de vous

📺Chants antisémites et krav-maga. Déjà, en 2010, l’ombre de l’extrême droite planait sur la capitale girondine. Dans un reportage des Infiltrés diffusé sur France 2, on découvrait que de jeunes enfants entonnaient des chants antisémites dans une école privée de Bordeaux. Pour revoir l’émission complète, c’est ici.⚜️Le passé identitaire de Grégoire de Fournas. Vous vous souvenez sûrement de lui : l’an dernier, le député RN de Gironde s’était fait remarquer en lançant « Qu’ils retournent en Afrique ! » dans l’Hémicycle. Selon le site La Horde, rien d’étonnant : dans les années 2010, De Fournas était l’un des responsables du Bloc identitaire d’Aquitaine.

LA RÉDACTION
Nous sommes un média en ligne, local, indépendant, sans publicité et sur abonnement. Nous voulons partir de chez nous, du local, pour ancrer des histoires et des personnages dont le vécu interroge notre place au sein de la collectivité.
Dans le même feuilleton

Sécheresse : Sec ton booty

Après un été 2022 caniculaire et un mois d’octobre estival, nous avons appris à côtoyer le mot « sécheresse ». Mais avons-nous bien compris ce qu’il signifie et quelles sont ses...

Méthanisation : une usine à gaz

Aujourd’hui, on se demande si on peut produire du gaz écolo en Nouvelle-Aquitaine. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 27 septembre 2022.

Déserts médicaux : où sont les médecins ?

Aujourd’hui, on se demande si on peut encore se faire soigner près de chez nous. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 11 octobre 2022.

Collages féministes : colères sur les murs

Aujourd’hui, on célèbre les 3 ans des collages contre les féminicides. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 25 octobre 2022.

Centre de rétention administrative : au bord du CRAquage

Aujourd’hui, on se demande à quoi peut bien servir un centre de rétention administrative. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es

Inflation : un coût monté

Aujourd’hui, on essaie de comprendre l’inflation et son impact dans le Sud-Ouest. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 22 novembre 2022.

Grippe aviaire : c'est grave duckteur ?

Aujourd’hui, on passe à la loupe les conséquences de la grippe aviaire dans le Sud-Ouest Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 06 décembre 2022.

Embûches de Noël

Aujourd’hui, on se demande si on va passer un chouette Noël. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 20 décembre 2022.

LGV Bordeaux-Toulouse : Fast & Furious

Aujourd’hui, on se demande si on doit toujours aller plus vite avec la LGV Bordeaux-Toulouse. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 3 janvier 2023.

Qui étaient les tirailleurs africains du Sud-Ouest ?

Aujourd’hui, on vous raconte l’histoire des tirailleurs africains tombés en Nouvelle-Aquitaine. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 17 janvier 2023.

Données personnelles : data gueule à la récré

Aujourd’hui, on se demande si on peut vraiment protéger ses données personnelles. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 31 janvier 2023.

Un chasseur sachant chasser

Aujourd’hui, on se demande s’il faut interdire la chasse. Cette newsletter a été envoyée le 28 février 2023.

Cannabis : l'herbe est plus verte dans le Sud-Ouest ?

Aujourd’hui, on se demande s’il faut légaliser le cannabis. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 14 février.

Drag queens à Bordeaux : belles de nuit

Aujourd’hui, on vous emmène à la rencontre des drag queens à Bordeaux. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 14 mars 2023.

Festival Imprimé : pour un journalisme engagé

Aujourd’hui, on vous invite à nous rencontrer au festival Imprimé. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 28 mars 2023.

Qui est Revue Far Ouest ?

Aujourd’hui, on fait un peu plus ample connaissance. Tout, tout, tout, vous saurez tout sur Revue Far Ouest. Cette newsletter a été envoyée le 11 avril 2023 à nos inscrit·es....

Nucléaire en Gironde : atome et à travers ?

Aujourd’hui, on se demande ce qu’est le nucléaire. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 25 avril 2023.

Les raisins des nazis : le vin comme arme de guerre

Aujourd’hui, on déterre une histoire du passé. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 9 mai 2023.

Peines perdues : la prison vaut-elle la peine ?

Aujourd’hui, on revient sur l’utilité de la prison. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 23 mai 2023.

Fort·es et fièr·es : Pride was a riot

Aujourd'hui, on vous parle de fierté(s). Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 6 juin 2023.

À ceux qui sont nés quelque part : une histoire d'exil

Aujourd'hui, on donne la parole à ceux qui ne l'ont pas. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 20 juin 2023.

On va t’emmener loin, juste à côté de chez toi : PopEx, l'intégrale

Aujourd'hui, on vous présente PopEx. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 4 juillet 2023.

Des sorcières féministes et des vêtements écolo : balais et chiffons

Aujourd’hui, on parle mode et sorcières. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 18 juillet 2023.

Des bastons et des tampons : rivalités et ovalie

Aujourd’hui, on parle rugby et rivalités. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 1er août 2023.

Des pièces et des patounes : argent sauvage

Aujourd'hui, on parle monnaie locale et vie sauvage. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 15 août 2023.

Les possédées de Loudun : le diable est dans les détails

Aujourd’hui, on se fait un petit tuto DIY exorcisme et religieuses possédées. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 3 octobre 2023.

Tou'Win : être gay et jouer au rugby

Aujourd’hui, on se demande où sont les hommes gay dans le rugby. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 24 octobre 2023.

L'extrême droite se sent pousser des ailes à Bordeaux

Aujourd’hui, on plonge dans la vague brune. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 7 novembre 2023.

Écriture inclusive : (dé)masculiniser la langue française

Aujourd’hui, on se demande si le masculin est vraiment neutre. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 22 novembre 2023.

Île de Ré : une Embellie pour les familles de détenus

Aujourd'hui, on découvre une prison au milieu des vacancier·eres. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 5 décembre 2023.

La Nouvelle-Aquitaine, reine du pétrole

Aujourd'hui, on creuse pour trouver du pétrole dans le Sud-Ouest. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 19 décembre 2023.

L'huître, l'Homme et le déni écologique

Aujourd'hui, on se demande si on peut continuer à manger des huîtres. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 22 janvier 2024.

Juger les militant·es de Sainte-Soline : deux poids deux mesures ?

Aujourd'hui, on s’intéresse à un tribunal qui se radicalise contre les écolos. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 6 février 2024.

Gamers Seniors : l'Âge d'Or ?

Aujourd’hui, on joue aux jeux vidéo avec Papy et Mamie. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 20 février 2024.

Agriculteur·ices : au bout du sillon

Aujourd’hui, on parle mal-être chez les agriculteurs. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 05 mars 2024.

Pénurie d’hébergement d’urgence à Bordeaux

Aujourd’hui, on parle d’hébergement d’urgence (dans un bateau). Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 19 mars 2024.

« Épidémie » de cancers pédiatriques en Charente-Maritime

Aujourd’hui, on s’interroge sur les liens entre les cancers pédiatriques et les pesticides en Charente-Maritime. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 2 avril 2024....

Sécurité sociale : L’alimentation doit-elle devenir un droit ?

Aujourd’hui, on parle sécurité sociale de l’alimentation. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 16 avril 2024.

Ces épisodes pourraient vous intéresser
En attendant la fin du monde

5G : fantasmes et réalités

5G : fantasmes et réalités

« C’est aussi sur ça que joue la peur de la 5G : on n’a pas de certitudes. » Course à la surconsommation ou économie d'énergie ? Rend-elle malade ? Sébastien Gavois, journaliste...
Écartez-vous mesdames

Burn-out : les femmes au bûcher

Burn-out : les femmes au bûcher

Très médiatisé, mais encore peu reconnu, le burn-out toucherait aujourd’hui plus les femmes que les hommes. Créée pour accompagner et sensibiliser, l’association L’Burn propose...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement