Numéro 19
6 minutes de lecture
Jeudi 13 juillet 2023
par LA RÉDACTION
LA RÉDACTION
Nous sommes un média en ligne, local, indépendant, sans publicité et sur abonnement. Nous voulons partir de chez nous, du local, pour ancrer des histoires et des personnages dont le vécu interroge notre place au sein de la collectivité.

Aujourd’hui, on donne la parole à ceux qui ne l’ont pas.
Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 20 juin 2023.

Une semaine après le naufrage d’un bateau ayant causé la mort d’au moins 78 exilés au large de la Grèce, et probablement de plusieurs centaines d’autres dont les corps n’ont pas été retrouvés, nous avons ressenti le besoin de leur consacrer cette édition. Mais comment parler de ceux qui ne sont plus là ? Et quoi dire ?

Après ce drame, et en cette journée mondiale des réfugiés, nous avons choisi de modifier notre format habituel pour vous parler des destins de ceux, plus chanceux, qui sont arrivés jusqu’ici. 

Nous vous partageons l’histoire d’Akbar, qui a fui l’Afghanistan et les talibans pour s’installer en Dordogne. Akbar est coursier, et à la tombée de la nuit, il parcourt les rues de Périgueux pour livrer des repas. L’article complet sur l’histoire d’Akbar est à retrouver dans notre deuxième revue papier, « Tout reprendre », que vous pouvez commander à la fin de cette newsletter.

Akbar, une histoire d’exil

Akbar est né en 1993 à Kunduz, une ville de 250 000 habitants perchée au nord de l’Afghanistan, à quelques encablures de la frontière tadjike. Faute de données plus précises, il explique célébrer son anniversaire chaque année le 1er janvier. Il est Pachtoune, l’ethnie dominante en Afghanistan.

Akbar a trois ans quand les talibans prennent le pouvoir dans le pays en 1996, au terme d’une guerre civile des plus meurtrières. Ses sœurs ne vont pas à l’école, et une absolue rigueur est de mise dans les ruelles de son village, situé à quelques kilomètres de Kunduz. Pourtant, il ne semble pas tellement marqué par cette période : « La vie, à l’époque, me semblait normale. Les combats se déroulaient principalement la nuit. Je ne me rendais pas bien compte, j’ai compris en quittant le pays que je n’avais pas eu une enfance normale. »

L’après 11 septembre

Puis, il y eut le 11 septembre 2001. L’effroi parcourait le monde, à la vue de ces avions percutant de plein fouet les tours jumelles du World Trade Center. Parmi les 19 pirates de l’air, 14 étaient saoudiens, aucun Afghan. Pourtant, c’est bien l’Afghanistan qui va être pointé du doigt comme le responsable de l’attaque : l’acte a été revendiqué par Al-Qaida, un groupuscule niché depuis 1986 dans les zones tribales afghano-pakistanaises.

« Rapidement, nous avons vu arriver l’armée américaine dans nos rues. Les forces de la coalition se sont divisées le pays, et nous nous sommes retrouvés avec les forces militaires allemandes dans la région de Kunduz », explique Akbar.

La suite, ce sont de nouvelles années de terreur. Akbar, comme l’ensemble de ses compatriotes, se retrouve dans la position du suspect. Ses nuits sont courtes, entrecoupées par le vrombissement des hélicoptères qui se posent dans le village. Parfois, la porte de sa maison est enfoncée par les militaires. Les enfants hurlent, les coups pleuvent.

« Un bain de sang »

Parfois, les drames sont d’une autre ampleur. Ce fut le cas le 4 septembre 2009 : le village d’Akbar est bombardé en pleine nuit. C’est un bain de sang : 142 victimes sont à déplorer. Ces victimes — des civils, dans leur grande majorité — Akbar explique avoir connu chacune d’entre elles.

Résilient malgré les drames qui l’entourent, Akbar tente de vivre le plus normalement possible, monte un commerce alimentaire, et se marie. Mais il se sent en sursis permanent, pris en étau entre l’occupation étrangère et les forces obscurantistes locales qui mènent l’insurrection. Alors, un matin de 2018, il prend une décision qui va changer toute sa vie : partir.

pour aller plus loin

🏊‍♀️ Nager pour l’humanité. Contrainte à l’exil par la guerre, la nageuse syrienne Sara Mardini a secouru d’autres migrants à Lesbos. Arrêtée pour cette activité humanitaire, elle encourt aujourd’hui vingt-cinq ans de prison. Arte dresse le portrait poignant d’une infatigable militante.

📱 Les smartphones du voyage. Sur les chemins de l’exil, les téléphones guident, parfois, rattachent au pays d’origine et intègrent dans le pays d’arrivée. Ce documentaire de France TV raconte la place des smartphones à  travers le parcours de 5 jeunes adultes venus d’Albanie, de Guinée, du Turkestan oriental, de Syrie et de Colombie.

🚢 « Les Grecs les ont laissés mourir ! » En Grèce, le naufrage de mercredi a tout d’un drame humanitaire. Des proches de disparus témoignent leur colère au journal Le Temps. Certains soupçonnent les autorités de garder les rescapés à l’écart pour les empêcher de parler.

Le sachiez-tu ?

C’est le nombre d’Afghans ayant demandé l’asile en France en 2022, selon l’Ofpra.

De Kaboul à Périgueux

Le long voyage d’Akbar

Quitter l’Afghanistan sans document de voyage en règle n’a rien de facile. En 2018, Akbar part de son village, un sac sur le dos. Il a 25 ans. Son plan : arriver à se frayer un chemin vers l’Europe, avant de faire venir sa femme. Son odyssée durera près de six mois.

Première étape : Kaboul, la capitale, qu’il va rallier par bus. Puis cap vers le sud : il passe la frontière pakistanaise, avant la prochaine étape cruciale : l’entrée sur le territoire iranien. La frontière pakistano-iranienne est à la fois un axe majeur de migrations, mais également une autoroute mondiale de la drogue. Il faut échapper aux impitoyables paramilitaires iraniens, qui tirent littéralement à vue. Avec une vingtaine de personnes, il se positionne près de la frontière, attend plusieurs heures. « Nous le savions tous. Tellement de personnes sont mortes ici sous les balles des Iraniens. »

Akbar et ses camarades d’infortune passent sans encombre. Mais rien n’est fini. Aux côtés d’Akbar, ils sont des centaines à tenter de sortir d’Iran pour rejoindre la Turquie, cheminant péniblement dans les montagnes enneigées qui séparent les deux pays. La file s’étend sur un kilomètre. « Les soldats iraniens ont attaqué la tête de ce long cortège. Plusieurs personnes sont mortes sous les balles. Par chance, je me trouvais plus loin. Nous étions gelés, sans bouger, terrifiés. Finalement, je suis passé. Cela a été le pire moment de mon trajet. »

Les soldats iraniens ont attaqué la tête de ce long cortège. Plusieurs personnes sont mortes sous les balles.

Puis, la chance sourit. Il entre en Grèce, puis en Macédoine, en Croatie, en Autriche, en Slovénie, et en Italie. Akbar le sait : des dizaines de milliers d’autres n’ont pas eu cette chance, et croupissent toujours dans des camps sur ce trajet.

La France, enfin

Arrivé en France, le jeune Afghan passe deux mois à Paris, dans un abri de fortune. Il y retrouve de nombreux compatriotes, avec qui il va partir pour Calais. « Là-bas, tout le monde avait peur. Il n’y avait pas de justice, pas d’ordre, pas de sécurité. C’était incroyable de se dire que nous nous trouvions en France. »

À Calais aussi, le drame est quotidien. Plusieurs de ses camarades tentent la traversée vers l’Angleterre, et s’accrochent sous des camions. Personne ne les reverra jamais. À plusieurs reprises, Akbar assiste à des scènes qui ne peuvent se raconter, où la chair humaine s’écrase contre les mécaniques des semi-remorques. 

Akbar ne souhaite pas se rendre en Angleterre, et fait une demande d’asile en France. Après plusieurs entretiens, il reçoit une réponse positive. Il en parle comme un des plus beaux jours de sa vie. 

Après le démantèlement de la jungle de Calais en 2016, l’État français a tenté de disperser des groupes de réfugiés et de demandeurs d’asile un peu partout en France, afin de ne pas surcharger les structures de la capitale et du Nord–Pas-de-Calais. Comme des centaines d’Afghans, Akbar arrive en 2020 à Périgueux. Il obtient rapidement un logement, fait de premières belles rencontres, et devient coursier à scooter. « Fini la jungle, l’insécurité, la peur de l’expulsion, finies les nuits dehors. J’ai eu l’impression de commencer ma vie. »

Écrit par Laurent Perpigna Iban

Publié dans Revue Far Ouest N°2, « Tout reprendre »

Tour d’horizon

🇮🇷 Loin de de l’Iran, près de nos sœurs. Quand la brûlure de l’exil rencontre le feu de la révolution. Dans ce podcast, Anahid Djalali, fille de réfugié politique, raconte son voyage en Iran en mars 2022. C’était sans savoir que 6 mois plus tard, le peuple déclencherait une révolution après la mort de Mahsa Jina Amini.

🇩🇿 Ya Rayah, l’exil en dansant. Créée par le chanteur algérien Dahmane El Harrachi en 1971, “Ya Rayah” raconte la douleur de l’exil en France et le regret du pays natal. À l’aide d’analyses brillantes et de punchlines, de témoignages et de confidences, ce podcast questionne ce que cette chanson dit de l’histoire des Français d’origine maghrébine et de leurs exils intimes.

🎤 Des racines et des rêves. Théo Yossa, jeune créatif, s’interroge sur l’influence des racines africaines quand on habite à Roubaix. Au gré de rencontres avec 6 créateurs roubaisiens issus de la diaspora africaine et du monde culturel local, il écrit un slam, qui sera le point d’orgue de cette série.

LA RÉDACTION
Nous sommes un média en ligne, local, indépendant, sans publicité et sur abonnement. Nous voulons partir de chez nous, du local, pour ancrer des histoires et des personnages dont le vécu interroge notre place au sein de la collectivité.
Dans le même feuilleton

Sécheresse : Sec ton booty

Après un été 2022 caniculaire et un mois d’octobre estival, nous avons appris à côtoyer le mot « sécheresse ». Mais avons-nous bien compris ce qu’il signifie et quelles sont ses...

Méthanisation : une usine à gaz

Aujourd’hui, on se demande si on peut produire du gaz écolo en Nouvelle-Aquitaine. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 27 septembre 2022.

Déserts médicaux : où sont les médecins ?

Aujourd’hui, on se demande si on peut encore se faire soigner près de chez nous. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 11 octobre 2022.

Collages féministes : colères sur les murs

Aujourd’hui, on célèbre les 3 ans des collages contre les féminicides. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 25 octobre 2022.

Centre de rétention administrative : au bord du CRAquage

Aujourd’hui, on se demande à quoi peut bien servir un centre de rétention administrative. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es

Inflation : un coût monté

Aujourd’hui, on essaie de comprendre l’inflation et son impact dans le Sud-Ouest. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 22 novembre 2022.

Grippe aviaire : c'est grave duckteur ?

Aujourd’hui, on passe à la loupe les conséquences de la grippe aviaire dans le Sud-Ouest Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 06 décembre 2022.

Embûches de Noël

Aujourd’hui, on se demande si on va passer un chouette Noël. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 20 décembre 2022.

LGV Bordeaux-Toulouse : Fast & Furious

Aujourd’hui, on se demande si on doit toujours aller plus vite avec la LGV Bordeaux-Toulouse. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 3 janvier 2023.

Qui étaient les tirailleurs africains du Sud-Ouest ?

Aujourd’hui, on vous raconte l’histoire des tirailleurs africains tombés en Nouvelle-Aquitaine. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 17 janvier 2023.

Données personnelles : data gueule à la récré

Aujourd’hui, on se demande si on peut vraiment protéger ses données personnelles. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 31 janvier 2023.

Un chasseur sachant chasser

Aujourd’hui, on se demande s’il faut interdire la chasse. Cette newsletter a été envoyée le 28 février 2023.

Cannabis : l'herbe est plus verte dans le Sud-Ouest ?

Aujourd’hui, on se demande s’il faut légaliser le cannabis. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 14 février.

Drag queens à Bordeaux : belles de nuit

Aujourd’hui, on vous emmène à la rencontre des drag queens à Bordeaux. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 14 mars 2023.

Festival Imprimé : pour un journalisme engagé

Aujourd’hui, on vous invite à nous rencontrer au festival Imprimé. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 28 mars 2023.

Qui est Revue Far Ouest ?

Aujourd’hui, on fait un peu plus ample connaissance. Tout, tout, tout, vous saurez tout sur Revue Far Ouest. Cette newsletter a été envoyée le 11 avril 2023 à nos inscrit·es....

Nucléaire en Gironde : atome et à travers ?

Aujourd’hui, on se demande ce qu’est le nucléaire. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 25 avril 2023.

Les raisins des nazis : le vin comme arme de guerre

Aujourd’hui, on déterre une histoire du passé. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 9 mai 2023.

Peines perdues : la prison vaut-elle la peine ?

Aujourd’hui, on revient sur l’utilité de la prison. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 23 mai 2023.

Fort·es et fièr·es : Pride was a riot

Aujourd'hui, on vous parle de fierté(s). Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 6 juin 2023.

À ceux qui sont nés quelque part : une histoire d'exil

Aujourd'hui, on donne la parole à ceux qui ne l'ont pas. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 20 juin 2023.

On va t’emmener loin, juste à côté de chez toi : PopEx, l'intégrale

Aujourd'hui, on vous présente PopEx. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 4 juillet 2023.

Des sorcières féministes et des vêtements écolo : balais et chiffons

Aujourd’hui, on parle mode et sorcières. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 18 juillet 2023.

Des bastons et des tampons : rivalités et ovalie

Aujourd’hui, on parle rugby et rivalités. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 1er août 2023.

Des pièces et des patounes : argent sauvage

Aujourd'hui, on parle monnaie locale et vie sauvage. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 15 août 2023.

Les possédées de Loudun : le diable est dans les détails

Aujourd’hui, on se fait un petit tuto DIY exorcisme et religieuses possédées. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 3 octobre 2023.

Tou'Win : être gay et jouer au rugby

Aujourd’hui, on se demande où sont les hommes gay dans le rugby. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 24 octobre 2023.

L'extrême droite se sent pousser des ailes à Bordeaux

Aujourd’hui, on plonge dans la vague brune. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 7 novembre 2023.

Écriture inclusive : (dé)masculiniser la langue française

Aujourd’hui, on se demande si le masculin est vraiment neutre. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 22 novembre 2023.

Île de Ré : une Embellie pour les familles de détenus

Aujourd'hui, on découvre une prison au milieu des vacancier·eres. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 5 décembre 2023.

La Nouvelle-Aquitaine, reine du pétrole

Aujourd'hui, on creuse pour trouver du pétrole dans le Sud-Ouest. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 19 décembre 2023.

L'huître, l'Homme et le déni écologique

Aujourd'hui, on se demande si on peut continuer à manger des huîtres. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 22 janvier 2024.

Juger les militant·es de Sainte-Soline : deux poids deux mesures ?

Aujourd'hui, on s’intéresse à un tribunal qui se radicalise contre les écolos. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 6 février 2024.

Gamers Seniors : l'Âge d'Or ?

Aujourd’hui, on joue aux jeux vidéo avec Papy et Mamie. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 20 février 2024.

Agriculteur·ices : au bout du sillon

Aujourd’hui, on parle mal-être chez les agriculteurs. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 05 mars 2024.

Pénurie d’hébergement d’urgence à Bordeaux

Aujourd’hui, on parle d’hébergement d’urgence (dans un bateau). Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 19 mars 2024.

« Épidémie » de cancers pédiatriques en Charente-Maritime

Aujourd’hui, on s’interroge sur les liens entre les cancers pédiatriques et les pesticides en Charente-Maritime. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 2 avril 2024....

Sécurité sociale : L’alimentation doit-elle devenir un droit ?

Aujourd’hui, on parle sécurité sociale de l’alimentation. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 16 avril 2024.

Contraception masculine : la communauté de l'anneau

Aujourd’hui, on parle de contraception masculine. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 14 mai 2024.

Pourquoi on s'en fiche des élections européennes ?

Aujourd’hui, on se demande si les élections européennes nous concernent vraiment. Cette newsletter a été envoyée ) nos inscrit·es le 28 mai 2024.

Congé menstruel : rdv aux prochaines règles

Aujourd’hui, on parle du congé menstruel.  Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 11 juin 2024.

Ces épisodes pourraient vous intéresser
Amateurs pro

Les spectateurs

Les spectateurs

Quand on se connecte à la chatroom de la camgirl Carmina, ce n'est pas pour parler chiffon. Vraiment ? On discute dans les salons. Beaucoup même. Derrière l'excitation se tisse...
Contagions Chroniques

Silence

Silence

Bordeaux ne méritait plus vraiment son surnom de « Belle endormie ». Jusqu’à ce que le confinement vide les rues, les bars de nuits et les marchés du matin. La frénésie a laissé...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement