Numéro 18
6 minutes de lecture
Jeudi 13 juillet 2023
par LA RÉDACTION
LA RÉDACTION
Nous sommes un média en ligne, local, indépendant, sans publicité et sur abonnement. Nous voulons partir de chez nous, du local, pour ancrer des histoires et des personnages dont le vécu interroge notre place au sein de la collectivité.

Aujourd’hui, on vous parle de fierté(s).
Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 6 juin 2023.

Le mois des fiertés a commencé jeudi dernier : en juin, de nombreux événements pour célébrer la fierté LGBTQI+ ont lieu partout en France. Le plus connu d’entre eux, la marche des fiertés (également appelée “Pride”) se tiendra ce samedi 10 juin à Bordeaux. 

Mais au-delà des arcs-en-ciel et de la fête, ce rassemblement est surtout le souvenir d’émeutes new-yorkaises.

Dans cette newsletter, vous allez comprendre d’où vient la marche des fiertés, si elle n’existe qu’en ville, et pourquoi elle est particulièrement importante cette année à Bordeaux.

Le coup de loupe

Ça vient d’où, la Pride ? 

“Pride was a riot”, comprendre “La Pride était une révolte”. Avant d’être une fête avec des chars, de la danse et de la musique, la Pride prend son origine dans la révolte.

On rembobine : juin 1969, New-York. À cette époque, les personnes LGBTQI+ (lesbiennes, gays, bies, transgenres, queers, intersexes) sont perçues comme des personnes malades et l’homosexualité comme une pathologie. La haine envers cette communauté est si forte que porter des vêtements qui ne correspondent pas à son genre ou danser avec une personne du même genre peuvent mener directement à la case prison. Les personnes queer n’ont pas droit de cité dans les bars, sauf au Stonewall Inn, l’un des seuls établissements qui les tolèrent. Mais iels sont régulièrement victime de descentes de police. 

Dans la nuit du 27 au 28 juin, ça ne passe plus. La colère gronde et les personnes LGBTQI+ à l’intérieur du bar se révoltent, provoquant des émeutes pendant cinq jours. Un an après les émeutes, des centaines de personnes descendent dans les rues de New-York, et marquent une affirmation identitaire sans précédent. 

Pourquoi la Pride de Bordeaux est importante cette année ?

Il faut remonter un an plus tôt : le 12 juin 2022, à l’occasion de la marche des fiertés de Bordeaux, des milliers de personnes défilent dans les rues. Mais les organisateurs·ices ne sont pas tranquilles. De bon matin, le local du Girofard, le centre LGBTQI+ à l’origine de l’événement, a été vandalisé et tagué de messages à caractère LGBTIQAphobe. 

Le schéma se répète au départ de la marche : ils et elles reçoivent des menaces de mort sur leur téléphone personnel.Mais nous ne voulions pas que les agresseurs gagnent, nous avions déposé plainte et décidé de  de maintenir la marche”, déclare Tristan, président du Girofard. 

Vers 17h, la fête prend fin. À l’arrivée d’une partie du cortège au niveau de la maison écocitoyenne, sur les quais, un groupe d’une dizaine de personnes d’extrême droite les attendait sur le toit. Le visage en partie masqué, équipés de fumigènes et d’un mégaphone, ils brandissent une banderole sur laquelle on peut lire : “Protégeons les enfants, stop folie LGBT”. Ils lancent des projectiles et insultent les membres du cortège. 

Peu après, les organisateurs prennent la décision de mettre fin à la marche. Pour Tristan, « s’attaquer aux personnes LGBTQI+ le jour de la marche des fiertés, c’est un symbole extrêmement fort envoyé par l’extrême droite. »  Le 26 mai dernier, quatre des neuf prévenus ont été condamnés pour ces attaques.  Pour Tristan, il s’agit d’un procès historique : « Le fait que le caractère homophobe soit reconnu c’est un message  très fort de la justice. » 

La Pride, c’est uniquement dans les grandes villes ?

Si la Nouvelle-Aquitaine regorge de territoires ruraux, les personnes LGBTQI+ y sont souvent invisibilisé·es. En Nouvelle-Aquitaine, on compte cinq grandes marches des fiertés, presque toutes situées dans des métropoles : Bordeaux, Angoulême, La Rochelle, Périgueux ou encore Biarritz. 

Pourtant, le village de Chenevelles, en Vienne, fait exception : en 2022, ce village de 554 habitant·es a organisé la première marche des fiertés rurales de France. Tout part d’un groupe d’ami·es queer qui passent tous leurs week-ends à Chenevelles. L’un d’eux, Antoine Framery, réalise qu’il n’a jamais de représentations LGBTQI+ et de lieu de partage dans sa jeunesse. Ils créent alors l’association Fiertés Rurales qui lutte, à son échelle, contre le départ des personnes queer vers les grandes villes. 

Leur première Pride est une réussite : « On était plus d’un millier de personnes selon les gendarmes, l’événement a rayonné sur un large territoire. »  Au-delà de la représentation, l’événement a pour but de casser le cliché selon lequel l’homophobie serait davantage présente à la campagne. « Je pense surtout qu’il y a plus d’ignorance », nuance Antoine Framery. L’équipe de Fiertés Rurales met tout en œuvre pour aller vers la population et les faire venir à la Pride. 

D’ailleurs, cette année, la marche a été déplacée fin juillet. « Plusieurs agriculteurs voulaient venir et nous ont demandé d’attendre la fin de la moisson pour être présents. » La marche aura donc lieu le 29 juillet et un concours de chars du public est prévu pour l’occasion : « il n’y a pas mieux que la campagne pour construire des chars ! Ici, tout le monde a des tracteurs et des remorques », s’amuse Antoine Framery. 

POUR aller plus loin

🤝 Devenir bénévole. Si vous voulez soutenir les actions du planning familial, vous pouvez vous inscrire via ce lien

🏳️‍🌈 La carte des Prides. Vous voulez vous rendre à la marche des fiertés de votre ville mais vous ne savez pas où et quand elle a lieu ? Cette carte interactive devrait vous aider.

💊 Histoire de l’avortement. Que se passe-t-il quand l’avortement devient interdit ? Le Monde tente de répondre à cette question en partant des États-Unis, là où le droit à l’IVG n’est plus garanti depuis le 24 juin 2022.  

Le sachiez-tu ?

En 2022, le nombre d’agressions transphobes a augmenté de 27 % par rapport à 2021 selon le dernier rapport de SOS homophobie.

C’est arrivé près de chez nous

Des associations dans le viseur de l’extrême droite

La marche des fiertés n’est pas la seule cible des groupuscules identitaires. Le 22 mai dernier, le centre LGBTQI+ de Touraine a été visé par une bouteille explosive artisanale, qui heureusement, n’a fait aucune victime. Des attaques de ce genre sur des établissements LGBTQI+ ou féministes se sont multipliées ces derniers mois.

Le planning familial de Gironde, qui œuvre pour le droit à l’IVG, la contraception et une éducation à la sexualité pour tous·tes, ne fait pas exception à cette montée de l’extrême droite : le 8 février dernier, Annie Carraretto, la co-présidente du planning de Gironde, se rend au local de l’association à Bordeaux comme à son habitude.

Mais ce jour-là, elle découvre un message en lettres rouges tagué sur la façade, signé “Action identitaire” : “Aujourd’hui stérilisés, demain pucés ?”. La semaine suivante, c’est un tag anti-avortement qu’Annie Carraretto découvre sur le local. Au même moment, les Hébergeurs solidaires de Bordeaux, une association d’aide aux mineurs isolés, voit son local recouvert de tags racistes

Un élan de solidarité

Le 1er mars, en réaction à ces attaques, près de 500 personnes se sont réunies devant le planning familial. La co-présidente rappelle les nombreuses plaintes déposées à la police pour délit d’entrave à l’IVG, « on a interpellé plusieurs fois la procureure de Bordeaux et rien n’est fait à ce jour », se désole-t-elle. L’ancienne infirmière de profession ne tolère plus cette impunité, « surtout quand celle-ci n’est pas la même pour tous et toutes. On voit bien les colleur·euses constamment arrêté·es. »

Elle regrette qu’il n’y ait pas autant d’actions de la part des forces de l’ordre envers les attaques de l’extrême droite. Pour Tristan, président du Girofard, ces attaques ont tout de même permis « à toutes les associations LGBTQI+ et féministes de se réunir et d’être un bloc uni  ».

Tour d’horizon

🏳️‍⚧️ À la campagne, chacun son genre. Revue Far Ouest est allé rencontrer celleux qui vivent leur non-binarité loin des villes. Comment affirmer son identité de genre dans un village où tout le monde se connaît ? 

🏔 La montagne de Sascha. Au micro de Podcastine, Sascha raconte son parcours de transition et la montagne qu’il a dû gravir. 

👩‍👩‍👧‍👧 Faire famille. Dans cette série documentaire, Océan et sa meilleure amie Sophie-Marie Larrouy vont interroger leur lien d’amitié, leur désir d’enfant et leur capacité à s’engager ensemble, allant à la rencontre de personnes qui ont fait famille « autrement ».

Héroïne de la lutte. Cette vidéo de SOS Racisme retrace l’histoire de la militante Marsha P. Johnson, une femme noire et transgenre qui a consacré sa vie à la lutte des personnes LGBTQI+. 

🎧 Etre queer et musulman·e, impossible ? Quels sont les clichés autour de la sexualité des personnes racisées qui pratiquent l’islam ? Ce podcast de Kiffe ta race tord le cou aux idées reçues et montre que sexualité libre et foi ne sont pas nécessairement incompatibles.

LA RÉDACTION
Nous sommes un média en ligne, local, indépendant, sans publicité et sur abonnement. Nous voulons partir de chez nous, du local, pour ancrer des histoires et des personnages dont le vécu interroge notre place au sein de la collectivité.
Dans le même feuilleton

Sécheresse : Sec ton booty

Après un été 2022 caniculaire et un mois d’octobre estival, nous avons appris à côtoyer le mot « sécheresse ». Mais avons-nous bien compris ce qu’il signifie et quelles sont ses...

Méthanisation : une usine à gaz

Aujourd’hui, on se demande si on peut produire du gaz écolo en Nouvelle-Aquitaine. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 27 septembre 2022.

Déserts médicaux : où sont les médecins ?

Aujourd’hui, on se demande si on peut encore se faire soigner près de chez nous. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 11 octobre 2022.

Collages féministes : colères sur les murs

Aujourd’hui, on célèbre les 3 ans des collages contre les féminicides. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 25 octobre 2022.

Centre de rétention administrative : au bord du CRAquage

Aujourd’hui, on se demande à quoi peut bien servir un centre de rétention administrative. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es

Inflation : un coût monté

Aujourd’hui, on essaie de comprendre l’inflation et son impact dans le Sud-Ouest. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 22 novembre 2022.

Grippe aviaire : c'est grave duckteur ?

Aujourd’hui, on passe à la loupe les conséquences de la grippe aviaire dans le Sud-Ouest Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 06 décembre 2022.

Embûches de Noël

Aujourd’hui, on se demande si on va passer un chouette Noël. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 20 décembre 2022.

LGV Bordeaux-Toulouse : Fast & Furious

Aujourd’hui, on se demande si on doit toujours aller plus vite avec la LGV Bordeaux-Toulouse. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 3 janvier 2023.

Qui étaient les tirailleurs africains du Sud-Ouest ?

Aujourd’hui, on vous raconte l’histoire des tirailleurs africains tombés en Nouvelle-Aquitaine. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 17 janvier 2023.

Données personnelles : data gueule à la récré

Aujourd’hui, on se demande si on peut vraiment protéger ses données personnelles. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 31 janvier 2023.

Un chasseur sachant chasser

Aujourd’hui, on se demande s’il faut interdire la chasse. Cette newsletter a été envoyée le 28 février 2023.

Cannabis : l'herbe est plus verte dans le Sud-Ouest ?

Aujourd’hui, on se demande s’il faut légaliser le cannabis. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 14 février.

Drag queens à Bordeaux : belles de nuit

Aujourd’hui, on vous emmène à la rencontre des drag queens à Bordeaux. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 14 mars 2023.

Festival Imprimé : pour un journalisme engagé

Aujourd’hui, on vous invite à nous rencontrer au festival Imprimé. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 28 mars 2023.

Qui est Revue Far Ouest ?

Aujourd’hui, on fait un peu plus ample connaissance. Tout, tout, tout, vous saurez tout sur Revue Far Ouest. Cette newsletter a été envoyée le 11 avril 2023 à nos inscrit·es....

Nucléaire en Gironde : atome et à travers ?

Aujourd’hui, on se demande ce qu’est le nucléaire. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 25 avril 2023.

Les raisins des nazis : le vin comme arme de guerre

Aujourd’hui, on déterre une histoire du passé. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 9 mai 2023.

Peines perdues : la prison vaut-elle la peine ?

Aujourd’hui, on revient sur l’utilité de la prison. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 23 mai 2023.

Fort·es et fièr·es : Pride was a riot

Aujourd'hui, on vous parle de fierté(s). Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 6 juin 2023.

À ceux qui sont nés quelque part : une histoire d'exil

Aujourd'hui, on donne la parole à ceux qui ne l'ont pas. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 20 juin 2023.

On va t’emmener loin, juste à côté de chez toi : PopEx, l'intégrale

Aujourd'hui, on vous présente PopEx. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 4 juillet 2023.

Des sorcières féministes et des vêtements écolo : balais et chiffons

Aujourd’hui, on parle mode et sorcières. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 18 juillet 2023.

Des bastons et des tampons : rivalités et ovalie

Aujourd’hui, on parle rugby et rivalités. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 1er août 2023.

Des pièces et des patounes : argent sauvage

Aujourd'hui, on parle monnaie locale et vie sauvage. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 15 août 2023.

Les possédées de Loudun : le diable est dans les détails

Aujourd’hui, on se fait un petit tuto DIY exorcisme et religieuses possédées. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 3 octobre 2023.

Tou'Win : être gay et jouer au rugby

Aujourd’hui, on se demande où sont les hommes gay dans le rugby. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 24 octobre 2023.

L'extrême droite se sent pousser des ailes à Bordeaux

Aujourd’hui, on plonge dans la vague brune. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 7 novembre 2023.

Écriture inclusive : (dé)masculiniser la langue française

Aujourd’hui, on se demande si le masculin est vraiment neutre. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 22 novembre 2023.

Île de Ré : une Embellie pour les familles de détenus

Aujourd'hui, on découvre une prison au milieu des vacancier·eres. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 5 décembre 2023.

La Nouvelle-Aquitaine, reine du pétrole

Aujourd'hui, on creuse pour trouver du pétrole dans le Sud-Ouest. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 19 décembre 2023.

L'huître, l'Homme et le déni écologique

Aujourd'hui, on se demande si on peut continuer à manger des huîtres. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 22 janvier 2024.

Juger les militant·es de Sainte-Soline : deux poids deux mesures ?

Aujourd'hui, on s’intéresse à un tribunal qui se radicalise contre les écolos. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 6 février 2024.

Gamers Seniors : l'Âge d'Or ?

Aujourd’hui, on joue aux jeux vidéo avec Papy et Mamie. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 20 février 2024.

Agriculteur·ices : au bout du sillon

Aujourd’hui, on parle mal-être chez les agriculteurs. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 05 mars 2024.

Pénurie d’hébergement d’urgence à Bordeaux

Aujourd’hui, on parle d’hébergement d’urgence (dans un bateau). Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 19 mars 2024.

« Épidémie » de cancers pédiatriques en Charente-Maritime

Aujourd’hui, on s’interroge sur les liens entre les cancers pédiatriques et les pesticides en Charente-Maritime. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 2 avril 2024....

Sécurité sociale : L’alimentation doit-elle devenir un droit ?

Aujourd’hui, on parle sécurité sociale de l’alimentation. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 16 avril 2024.

Contraception masculine : la communauté de l'anneau

Aujourd’hui, on parle de contraception masculine. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 14 mai 2024.

Pourquoi on s'en fiche des élections européennes ?

Aujourd’hui, on se demande si les élections européennes nous concernent vraiment. Cette newsletter a été envoyée ) nos inscrit·es le 28 mai 2024.

Congé menstruel : rdv aux prochaines règles

Aujourd’hui, on parle du congé menstruel.  Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 11 juin 2024.

Ces épisodes pourraient vous intéresser
À chacun son Mai 68

Mai 68 à Périgueux : « La peur »

Mai 68 à Périgueux : « La peur »

31 mai 1968 : les gaullistes se réveillent à Périgueux, et décident « siffler la fin de la récréation » à grand coup de contre-manifestations.
Une année sans

Grippe aviaire : le chômage

Grippe aviaire : le chômage

Hiver 2017, l'État a ordonné la mise à mort de tous les canards pour lutter contre l'épidémie de grippe aviaire. Mais plus de canards, plus de travail. Plus jamais pour les...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement