Numéro 12
5 minutes de lecture
Mercredi 3 mai 2023
par LA RÉDACTION
LA RÉDACTION
Nous sommes un média en ligne, local, indépendant, sans publicité et sur abonnement. Nous voulons partir de chez nous, du local, pour ancrer des histoires et des personnages dont le vécu interroge notre place au sein de la collectivité.

Aujourd’hui, on vous emmène à la rencontre des drag queens à Bordeaux.
Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 14 mars 2023.

Aux États-Unis, les conservateurs font tout pour interdire leurs performances, mais chez nous, leurs spectacles font un carton. Les drag queens font parler d’elles et remplissent cabarets et boîtes de nuit partout en France, et particulièrement à Bordeaux.

Le 28 mars, nous vous emmènerons à la découverte de cette scène drag bordelaise dans le documentaire « Sous les paillettes », co-produit par Revue Far Ouest, diffusé en avant-première à l’Utopia.

Mais en attendant, dans cette newsletter, vous allez comprendre ce qu’est vraiment le drag, d’où vient cet art, et comment le drag se professionnalise à Bordeaux.

Une drag queen vue de dos, dans la lumière

Le coup de loupe

C’est quoi, le drag ?

Le terme de « drag queen » regroupe des personnes, hommes, femmes ou non-binaires, qui adoptent les codes de la féminité en les poussant à l’extrême. Mais il existe d’autres formes de drag : le drag king, qui lui joue avec les codes de la masculinité. Enfin, le drag queer, qui sort des codes binaires féminins/masculins pour créer un personnage singulier. Les drags performent généralement dans des cabarets, des boîtes de nuit, lors de drag shows, de compétitions ou encore de la Pride

Il y a encore quelques années, le drag était méconnu et souvent confondu avec la transidentité, qui n’a pourtant rien à voir : un·e trans est une personne dont le genre ne correspond pas à celui qui lui a été attribué à la naissance. Le drag, ce sont des personnes qui performent, se griment de façon temporaire, peu importe leur identité de genre ou leur orientation sexuelle

Loin d’être anecdotique, le drag est un art complet, où se mêlent plusieurs qualités et médiums artistiques : « Ma performance ne pourrait pas exister si je ne savais pas faire du costume », explique Lucas, alias La Maryposa, drag queen à Bordeaux. « Dans le drag, il y a un travail de couture, de perruque, de maquillage, de comédien… »

Ça vient d’où ?

L’origine du terme « drag » est incertaine. Sa première utilisation daterait du XVIIIe siècle, quand des travestis laissaient traîner (« to drag », en anglais) leurs jupes derrière eux. Une autre théorie date du XXe siècle, époque où les femmes n’étaient pas autorisées à jouer au théâtre, et où les hommes incarnaient les rôles féminins. L’acronyme « drag » pour « dressed as girl » était alors notée sur les scripts des acteurs.

Une chose est sûre : le drag est vraiment apparu aux États-Unis avec l’essor de la « Ball culture ». La première personne à se proclamer « queen of drag » est William Dorsey Swann, un esclave noir américain. Militant pour les droits des personnes LGBT, il organise des bals secrets à Washington dans les années 1880, dans lesquels des hommes, anciens esclaves eux aussi, défilent en robes de satin et de soie. 

Dans les années 1920, ces bals s’étendent à la communauté LGBTQ+ de New-York, où des drag queens performent afin de remporter des prix. À l’époque, les drag queens sont souvent délaissées, rejetées ou abandonnées par leurs familles, et trouvent refuge dans de véritables maisons. Le terme de « maison » est alors élargi pour parler non seulement du lieu, mais aussi de la communauté de drags qui l’habite. Chaque drag queen adopte un nouveau prénom, et, comme pour une famille, y ajoute celui de sa maison ou de sa  « marraine ». En effet, elles sont adoptées par une « mère » drag, souvent plus expérimentée, qui leur apporte un soutien et les forme à l’art drag.

Il y a des drag queens en Nouvelle-Aquitaine ?

Oui ! Particulièrement à Bordeaux, où la scène drag est bien installée : la capitale girondine compte au moins quatre maisons de drag queens. La première, Maison Éclose, est née après la Pride de 2018. Elle a ouvert la voie à trois autres maisons : La Casa ; la FamiLips, dont fait partie Elips, la star locale ayant participé à l’émission Drag Race ; et O’Fantasme, que nous avons suivi pendant plusieurs mois pour le documentaire « Sous les paillettes ». Toujours à Bordeaux, une maison de drag kings, La Cave à Kings, a vu le jour en 2019 et se produit régulièrement au Pourquoi Pas Café.

Les drag shows sont en pleine expansion à Bordeaux et conquièrent un public toujours plus éclectique : en 2022, Ô Fantasme a organisé une cinquantaine d’événements, devant un public allant de 100 à 1 400 personnes. 

Au Pays Basque, il n’existe pas (encore) de maisons, mais la drag Safir performe régulièrement dans des bars de Bayonne. Tandis qu’à Poitiers, trois artistes ont créé La Coloc Drag, où elles répètent, se maquillent, et habitent.

Pour aller plus loin

🏠 La première maison de Bordeaux. En 2020, nous sommes partis à la rencontre des drag queens de la Maison Éclose, la première maison drag de Bordeaux. Écoutez Vicky Lips, Andrea Liqueer, La Déch’ et Tiny Beast Prince raconter sa naissance dans ce mini-doc.

🎓 Le drag pour les nuls. Dans cette vidéo du Monde, les drags Minima et Catherine font de la pédagogie, et décryptent les codes et les mots du drag.

🎙️ Des origines au succès populaire. France Inter revient sur l’histoire du drag, de ses origines à son explosion auprès du grand public avec l’émission RuPaul’s Drag Race.

Le sachiez-tu ?

Le chiffre 7

C’est en millions le nombre de téléspacteur·ices qui ont regardé la première saison de Drag Race France. Cette télé-réalité a vu s’affronter dix drag queens venues des quatre coins de la France.

C’est arrivé près de chez nous

Profession : drag queen

Une drag queen à la gay pride de Bordeaux

Peut-on faire du drag son « vrai » métier ? Poser cette question revient à se demander : « Est-ce qu’artiste est un vrai métier ? ». Lucas, alias La Maryposa, en donne la preuve. Il est drag queen à plein temps à Bordeaux depuis quatre ans. « On est ultra rares en France, et encore plus à Bordeaux, à faire 100% du drag. »

La professionnalisation du drag est au cœur de ce que défend Lucas et l’association Ô Fantasme, maison transdisciplinaire queer. « Je viens du conservatoire, j’ai donc tout de suite considéré le drag comme une profession. Avec ce que cela implique d’engagement technique et de qualité. » Mais quand il se lance dans le drag il y a cinq ans, il ne trouve pas le cadre professionnel qu’il cherche. 

Lucas décide alors de fonder Ô Fantasme, pour promouvoir les arts et les artistes queer « dans leur singularité ». Les spectacles sont gérés par des personnes qui ne montent pas sur scène, et les performances Ô Fantasmes sont parmi les tarifs les plus élevés de Bordeaux. « Comme les arts queer sont nouveaux, sans visibilité, c’est une façon de légitimer mon travail et d’affirmer qu’il vaut tout autant que celui d’un artiste dans un théâtre ou pendant un concert. »

À l’avenir, Ô Fantasme veut proposer à ses artistes un véritable accompagnement vers la professionnalisation, avec des conseils pour se lancer, comment travailler avec des boîtes de production… « On voudrait aussi monter des cours, pour proposer une offre pédagogique sur cette forme d’art. »

Artistique et militante

Ô Fantasme est aussi une association engagée. « C’est très important pour nous de s’engager et de participer à des événements caritatifs et bénévoles. » Ils sont par exemple les organisateurs de l’édition bordelaise du Sidragtion, un événement national où les drags font des maraudes pour collecter de l’argent pour le Sidaction. La maison a également participé au concert contre la précarité de Révolution Permanente ou travaille avec le collectif Bienvenue. « Il y a un temps où nous devons être payé·es pour que notre travail soit reconnu à sa juste valeur ; et un temps pour se rappeler que les luttes sont importantes, et qu’y participer l’est tout autant. »

Ô Fantasme est aussi proche de l’association bordelaise LGBTQIA+ Le Girofard, pour réussir à développer des moyens pour des luttes queer. « Notre ligne de conduite est presque militante, et artistiquement, nous allons bientôt la réaffirmer. » Un char entièrement noir, inspiré des pirates et des révolutionnaires devrait défiler pour la prochaine Pride, prévue en juin. « Nous voulons réaffirmer notre identité artistique, qui est aussi notre identité politique. »

– Cette newsletter a été conçue par Amandine Sanial, Clémence Postis et Margaux Pantobe.

LA RÉDACTION
Nous sommes un média en ligne, local, indépendant, sans publicité et sur abonnement. Nous voulons partir de chez nous, du local, pour ancrer des histoires et des personnages dont le vécu interroge notre place au sein de la collectivité.
Dans le même feuilleton

Sécheresse : Sec ton booty

Après un été 2022 caniculaire et un mois d’octobre estival, nous avons appris à côtoyer le mot « sécheresse ». Mais avons-nous bien compris ce qu’il signifie et quelles sont ses...

Méthanisation : une usine à gaz

Aujourd’hui, on se demande si on peut produire du gaz écolo en Nouvelle-Aquitaine. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 27 septembre 2022.

Déserts médicaux : où sont les médecins ?

Aujourd’hui, on se demande si on peut encore se faire soigner près de chez nous. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 11 octobre 2022.

Collages féministes : colères sur les murs

Aujourd’hui, on célèbre les 3 ans des collages contre les féminicides. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 25 octobre 2022.

Centre de rétention administrative : au bord du CRAquage

Aujourd’hui, on se demande à quoi peut bien servir un centre de rétention administrative. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es

Inflation : un coût monté

Aujourd’hui, on essaie de comprendre l’inflation et son impact dans le Sud-Ouest. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 22 novembre 2022.

Grippe aviaire : c'est grave duckteur ?

Aujourd’hui, on passe à la loupe les conséquences de la grippe aviaire dans le Sud-Ouest Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 06 décembre 2022.

Embûches de Noël

Aujourd’hui, on se demande si on va passer un chouette Noël. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 20 décembre 2022.

LGV Bordeaux-Toulouse : Fast & Furious

Aujourd’hui, on se demande si on doit toujours aller plus vite avec la LGV Bordeaux-Toulouse. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 3 janvier 2023.

Qui étaient les tirailleurs africains du Sud-Ouest ?

Aujourd’hui, on vous raconte l’histoire des tirailleurs africains tombés en Nouvelle-Aquitaine. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 17 janvier 2023.

Données personnelles : data gueule à la récré

Aujourd’hui, on se demande si on peut vraiment protéger ses données personnelles. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 31 janvier 2023.

Un chasseur sachant chasser

Aujourd’hui, on se demande s’il faut interdire la chasse. Cette newsletter a été envoyée le 28 février 2023.

Cannabis : l'herbe est plus verte dans le Sud-Ouest ?

Aujourd’hui, on se demande s’il faut légaliser le cannabis. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 14 février.

Drag queens à Bordeaux : belles de nuit

Aujourd’hui, on vous emmène à la rencontre des drag queens à Bordeaux. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 14 mars 2023.

Festival Imprimé : pour un journalisme engagé

Aujourd’hui, on vous invite à nous rencontrer au festival Imprimé. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 28 mars 2023.

Qui est Revue Far Ouest ?

Aujourd’hui, on fait un peu plus ample connaissance. Tout, tout, tout, vous saurez tout sur Revue Far Ouest. Cette newsletter a été envoyée le 11 avril 2023 à nos inscrit·es....

Nucléaire en Gironde : atome et à travers ?

Aujourd’hui, on se demande ce qu’est le nucléaire. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 25 avril 2023.

Les raisins des nazis : le vin comme arme de guerre

Aujourd’hui, on déterre une histoire du passé. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 9 mai 2023.

Peines perdues : la prison vaut-elle la peine ?

Aujourd’hui, on revient sur l’utilité de la prison. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 23 mai 2023.

Fort·es et fièr·es : Pride was a riot

Aujourd'hui, on vous parle de fierté(s). Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 6 juin 2023.

À ceux qui sont nés quelque part : une histoire d'exil

Aujourd'hui, on donne la parole à ceux qui ne l'ont pas. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 20 juin 2023.

On va t’emmener loin, juste à côté de chez toi : PopEx, l'intégrale

Aujourd'hui, on vous présente PopEx. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 4 juillet 2023.

Des sorcières féministes et des vêtements écolo : balais et chiffons

Aujourd’hui, on parle mode et sorcières. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 18 juillet 2023.

Des bastons et des tampons : rivalités et ovalie

Aujourd’hui, on parle rugby et rivalités. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 1er août 2023.

Des pièces et des patounes : argent sauvage

Aujourd'hui, on parle monnaie locale et vie sauvage. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 15 août 2023.

Les possédées de Loudun : le diable est dans les détails

Aujourd’hui, on se fait un petit tuto DIY exorcisme et religieuses possédées. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 3 octobre 2023.

Tou'Win : être gay et jouer au rugby

Aujourd’hui, on se demande où sont les hommes gay dans le rugby. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 24 octobre 2023.

L'extrême droite se sent pousser des ailes à Bordeaux

Aujourd’hui, on plonge dans la vague brune. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 7 novembre 2023.

Écriture inclusive : (dé)masculiniser la langue française

Aujourd’hui, on se demande si le masculin est vraiment neutre. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 22 novembre 2023.

Île de Ré : une Embellie pour les familles de détenus

Aujourd'hui, on découvre une prison au milieu des vacancier·eres. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 5 décembre 2023.

La Nouvelle-Aquitaine, reine du pétrole

Aujourd'hui, on creuse pour trouver du pétrole dans le Sud-Ouest. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 19 décembre 2023.

L'huître, l'Homme et le déni écologique

Aujourd'hui, on se demande si on peut continuer à manger des huîtres. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 22 janvier 2024.

Juger les militant·es de Sainte-Soline : deux poids deux mesures ?

Aujourd'hui, on s’intéresse à un tribunal qui se radicalise contre les écolos. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 6 février 2024.

Gamers Seniors : l'Âge d'Or ?

Aujourd’hui, on joue aux jeux vidéo avec Papy et Mamie. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 20 février 2024.

Agriculteur·ices : au bout du sillon

Aujourd’hui, on parle mal-être chez les agriculteurs. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 05 mars 2024.

Pénurie d’hébergement d’urgence à Bordeaux

Aujourd’hui, on parle d’hébergement d’urgence (dans un bateau). Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 19 mars 2024.

« Épidémie » de cancers pédiatriques en Charente-Maritime

Aujourd’hui, on s’interroge sur les liens entre les cancers pédiatriques et les pesticides en Charente-Maritime. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 2 avril 2024....

Sécurité sociale : L’alimentation doit-elle devenir un droit ?

Aujourd’hui, on parle sécurité sociale de l’alimentation. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 16 avril 2024.

Contraception masculine : la communauté de l'anneau

Aujourd’hui, on parle de contraception masculine. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 14 mai 2024.

Pourquoi on s'en fiche des élections européennes ?

Aujourd’hui, on se demande si les élections européennes nous concernent vraiment. Cette newsletter a été envoyée ) nos inscrit·es le 28 mai 2024.

Congé menstruel : rdv aux prochaines règles

Aujourd’hui, on parle du congé menstruel.  Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 11 juin 2024.

Ces épisodes pourraient vous intéresser
Reboot

Drag-queens, reines de la maison

Drag-queens, reines de la maison

Quatre drag-queens, membres de la la Maison Éclose —première maison de drag-queens à Bordeaux— revendiquent cette culture et leur identité.
FantastiQueer

Ni homme ni femme, mais non-binaire

Ni homme ni femme, mais non-binaire

Sven est un·e vidéaste de 29 ans, membre de l’association bordelaise Trans 3.0. Son genre ne correspond pas au sexe biologique — dans son cas féminin — qu’on lui a assigné à la...
FantastiQueer

Vivre sa non-binarité à la campagne

Vivre sa non-binarité à la campagne

À Bressuire, dans les Deux-Sèvres, Ishe, Charlie et Sasha mènent une vie presque normale. Mais dans une ville où tout le monde se connaît, iels ne passent pas inaperçu·es. Ni...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement