Numéro 06
7 minutes de lecture
Vendredi 24 mars 2023
par Clémence Postis

Aujourd’hui, on se demande si on va passer un chouette Noël.
Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 20 décembre 2022.

Pour diminuer notre empreinte carbone, on sait ce qu’il faut faire : ne plus manger de viande, ne pas acheter du neuf, éviter les emballages… Autrement dit, tout l’inverse de ce que l’on fait à Noël. Sans oublier que Noël, c’est aussi le moment où, entre deux désastres écologiques servis à table (oui les coquilles Saint-Jacques et le foie gras, c’est de vous dont on parle), on se retrouve embourbés dans des débats de société imprévus.

Dans cette newsletter, on se demande ce qu’est l’empreinte carbone, quel est le bilan écologique de Noël et… on vous offre un petit guide de survie pour faire face aux débats moisis des fêtes.

Personne qui tient des cadeaux de Noël

Le coup de loupe

Au fait, c’est quoi, l’empreinte carbone ?

L’empreinte carbone, on en parle tout le temps. Mais savez-vous ce qui est calculé dans une empreinte carbone ? Alors, oui, le CO2, mais pas que. L’empreinte carbone représente la quantité de gaz à effet de serre (GES) produite par un individu ou une entité. 

Des GES, il y en a plusieurs, et pas uniquement le dioxyde de carbone (CO2) : le méthane, le protoxyde d’azote, les hydrocarbures… Et quand on parle d’empreinte ou de bilan carbone, ils sont tous comptabilisés. Pour que ce soit plus clair pour le grand public, on a choisi de tout mesurer avec uniquement l’unité carbone. C’est-à-dire que dans un bilan carbone, on va convertir le méthane, par exemple, en équivalent carbone.

Quand l’Ademe* explique que « les fêtes de fin d’année sont à l’origine d’environ 6 294 kilotonnes d’émissions d’équivalent », ce calcul contient également les émissions de méthane ou encore d’hydrocarbures. C’est pourquoi on retrouve parfois l’expression « équivalent », même si par souci de simplicité on parle la plupart du temps « d’émissions de CO2 ».

En réalité, l’empreinte carbone fait partie d’un plus grand ensemble baptisé “l’empreinte écologique”. Inventée et développée par deux chercheurs canadiens, cette échelle permet de mesurer l’impact de l’activité humaine sur l’environnement. Dans cette empreinte écologique, on trouve l’impact des pâturages, de la pêche, de l’exploitation du bois… et l’empreinte carbone. Si vous voulez en savoir plus sur l’histoire de l’empreinte carbone, on vous conseille cet article du média Bon PoteOn y parle marketing, lobby pétrolier et responsabilité écologique.

*Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie

Mais alors, Noël, c’est terrible niveau empreinte carbone ?

Oui. Mais en même temps, on s’en doutait un peu : toute l’année on prend le vélo, on utilise un dentifrice solide au goût exécrable et on se démaquille avec un coton lavable qui gratte. Et soudainement, en décembre, on achète tout neuf et suremballé, on mange une quantité astronomique de produits animaux et on installe assez de guirlandes lumineuses pour transformer le salon en piste d’atterrissage nocturne.

En 2021, l’application de bilan carbone Greenly a calculé qu’en moyenne, un foyer français (soit 2,2 personnes selon les chiffres Insee) émet 396 kg de CO2 pour Noël, soit 180 kg par personne. C’est douze fois plus qu’un simple dîner en famille un lundi soir. 

L’Ademe a également réalisé une étude selon laquelle les fêtes de fin d’année représentent plutôt 215 kg de CO2 par foyer et 90 kg par personne. L’écart entre les deux études peut s’expliquer par une méthodologie différente : l’Ademe a procédé à une enquête sur un échantillon représentatif de 1 252 personnes et parle des “fêtes de fin d’année” ; Greenly analyse uniquement Noël et s’est basée sur différentes études comme celles de Delabs, LSA-conso, la Fnac… ou encore l’Ademe.

Grâce à ces deux études, on peut tout de même se rendre compte que l’empreinte carbone des fêtes de fin d’année pèse entre 1% et 1,9% des émissions annuelles d’un Français moyen.

En même temps, l’écologie à Noël, on s’en fout un peu, non ?

Eh oui ! Toujours selon l’Ademe, moins d’un Français sur cinq a véritablement en tête le sujet environnemental au moment des fêtes de fin d’année. Qu’on n’y pense même pas, ou bien que l’on considère Noël comme un moment de “relâche”, l’écologie passe à la trappe  C’est même moins important que le reste : 52 % des Français estiment que les cadeaux sont un geste indispensable à Noël. Et que ce soit l’Ademe ou Greenly, les deux études sont d’accord : les cadeaux représentent plus de la moitié des émissions carbone de Noël…

On offre en moyenne 6,5 cadeaux par réveillon (oui, le neveu mal aimé a droit à un demi-cadeau), soit 300 millions de cadeaux offerts chaque année en France à cette période… On n’est pas sorti des ronces. L’Ademe, pas bégueule, propose quand même quelque solutions : cuisiner un repas végétarien ferait économiser 35 kg de CO2 ; organiser un Noël Canadien (on tire au sort une seule personne à qui offrir un seul cadeau) diminue l’empreinte carbone de 34 kg ; et si vous comptez offrir un smartphone pour Noël, choisir le reconditionné plutôt que le neuf représente 49 kg de CO2 en moins.

Par contre, ne paniquez pas : un sapin entièrement décoré ne représente que 2 à 6% des émissions de CO2 du réveillon. Donc qu’il soit en plastique, en pot ou coupé, ce n’est vraiment pas le plus important. 

C’est arrivé près de chez nous

Père noël qui jette des cadeaux

Le guide de survie au repas de Noël

Autour de la table de Noël, qui êtes-vous ? La féministe qui casse l’ambiance en soirée ? L’écolo qui répète à tue-tête que de toute façon on est condamné·es ?  Le végétarien relou qui ne mange que les marrons ? Si vous êtes abonné·es à Revue Far Ouest, c’est qu’il y a de bonnes chances que de nombreux “débats” vous aient fait soupirer cette année. Et si vous avez une famille élargie et que vous fêtez Noël, vous savez qu’ils vont arriver sur la table. Alors, à la rédac, on a décidé de vous donner des billes pour survivre à ces grands moments de solitude. 

Voici notre guide de survie au repas de Noël, avec à chaque fois des ressources  pour aller plus loin. Pour mettre de l’ambiance entre la bûche et le digestif, et savoir quoi répondre quand votre oncle vous agace, vous pouvez compter sur nous !
 

« De toute façon, c’est la Chine qui pollue le plus, on peut rien y faire. »

🎄 Déjà, il faut remettre les choses dans l’ordre. L’Europe a longtemps été une très mauvaise élève concernant le réchauffement climatique, notamment par son utilisation intensive du charbon pour faire tourner les industries. À titre d’exemple, au XIXe siècle, Londres était aussi polluée par les particules fines que les villes asiatiques d’aujourd’hui. L’Europe est donc historiquement la source du problème. Et rien n’empêche de faire nous aussi des efforts : dans cette vidéo, Blast fait un tour d’horizon des actions à entreprendre pour agir face à l’urgence écologique.

« Les femmes dans notre pays, elles ont atteint l’égalité, c’est pas comme en Iran ! »

🎄 Merci tonton de faussement t’inquiéter pour le sort des  femmes en Iran. Mais depuis le 4 novembre 2022, les femmes bossent gratuitement, ici, en France. À ce jour, l’écart de salaire entre un homme et une femme est toujours de 15,8%, et tend à augmenter (il était de 15,1% en 2016). De leur côté, les femmes noires ont commencé à travailler bénévolement depuis le mois de juin. Et dans la sphère privée, ce n’est pas mieux, puisque plus des deux tiers des tâches domestiques sont assumées par les femmes. Clap de fin : en France, une femme sur 10 sera victime de violence de la part de son conjoint. Donc oui, la situation n’est pas celle de l’Iran, mais on n’est pas non plus sorties de l’auberge.   

« Il faudrait peut-être s’occuper de nos SDF avant de donner des aides aux étrangers ? »

🎄 Eh bien, c’est déjà le cas : si on compare les ressources minimales attribuées en France, les Français touchent plus de deux fois plus que les étrangers. Grâce au RSA (le revenu de solidarité active, une allocation de l’État pour les personnes sans ressources), les Français reçoivent en moyenne 564,78 € par mois. Les demandeurs d’asile survivent eux avec en moyenne 204 € par mois. Et si tu veux vraiment être incollable sur le sujet, tu peux t’informer sur le lexique de l’immigration de Guitinews. Parce que non, les migrants, les réfugiés ou les déplacés n’ont pas les mêmes réalités. 

« Mais la transidentité, c’est une mode ! »

🎄 Avant d’embarquer dans ce débat houleux entre deux coupes de champagne, on souffle un bon coup. Non tatie, il ne s’agit pas d’une mode, et ta remarque est transphobe. La revue de l’Académie américaine de pédiatrie a publié en août dernier une étude de grande ampleur qui confirme que les taux de transition ne sont pas soumis “à des logiques d’influence sociale, d’effet de mode”. Les chercheurs ont d’ailleurs observé que les transitions de genre masculin vers féminin ont baissé en deux ans. Le pourcentage d’ados assignés femmes à la naissance et qui s’identifient comme transgenres ou de genre divers a aussi diminué en deux ans. Mais en plus, la communauté trans reste à ce jour le groupe sociologique le plus touché par le suicide, donc difficile de dire qu’on est trans pour “être à la mode”. Une étude de l’institut Williams relayée par Slate montre que 46% des hommes trans et 42% des femmes trans ont déjà fait une tentative de suicide aux États-Unis. 

Si vous en avez marre d’être à côté de la plaque sur les questions de transidentité, ce podcast de Soif de Sens devrait vous aider. Lexie, militante transgenre, assignée garçon à la naissance, raconte son parcours et sa transition. 

« La  prison en France, c’est le  Club Med ! »

🎄 Aïe, même au moment de la bûche, ça coince. Et là encore, on peut sortir les chiffres : la prison c’est tellement bien que la France a été condamnée 8 fois en 10 ans par la Cour Européenne des droits de l’Homme pour ses conditions indignes de détention. Et du côté de chez nous, ça n’est pas bien mieux : le tribunal administratif de Bordeaux a examiné la demande présentée par le Barreau de Bordeaux, l’Observatoire international des prisons (OIP) et l’association pour la défense des droits des détenus. Leur souhait ? Que le juge prennent des mesures en urgence pour améliorer le sort des détenus du centre pénitentiaire de Bordeaux-Gradignan. 

Et si les conditions de vie des personnes privées de liberté, à chez Far Ouest on a sorti une newsletter sur les CRA, les centres de rétention administrative, des prisons qui n’en portent pas le nom.  

On vous souhaite de sortir indemne de ces “débats” et de profiter des bons côtés de vos proches, histoire que ça ne finisse pas en défaite de famille. 

– Cette newsletter a été conçue par Clémence Postis, Amandine Sanial, Ana Hadj-Rabah et Margaux Pantobe.

Dans le même feuilleton

Sécheresse : Sec ton booty

Après un été 2022 caniculaire et un mois d’octobre estival, nous avons appris à côtoyer le mot « sécheresse ». Mais avons-nous bien compris ce qu’il signifie et quelles sont ses...

Méthanisation : une usine à gaz

Aujourd’hui, on se demande si on peut produire du gaz écolo en Nouvelle-Aquitaine. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 27 septembre 2022.

Déserts médicaux : où sont les médecins ?

Aujourd’hui, on se demande si on peut encore se faire soigner près de chez nous. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 11 octobre 2022.

Collages féministes : colères sur les murs

Aujourd’hui, on célèbre les 3 ans des collages contre les féminicides. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 25 octobre 2022.

Centre de rétention administrative : au bord du CRAquage

Aujourd’hui, on se demande à quoi peut bien servir un centre de rétention administrative. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es

Inflation : un coût monté

Aujourd’hui, on essaie de comprendre l’inflation et son impact dans le Sud-Ouest. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 22 novembre 2022.

Grippe aviaire : c'est grave duckteur ?

Aujourd’hui, on passe à la loupe les conséquences de la grippe aviaire dans le Sud-Ouest Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 06 décembre 2022.

Embûches de Noël

Aujourd’hui, on se demande si on va passer un chouette Noël. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 20 décembre 2022.

LGV Bordeaux-Toulouse : Fast & Furious

Aujourd’hui, on se demande si on doit toujours aller plus vite avec la LGV Bordeaux-Toulouse. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 3 janvier 2023.

Qui étaient les tirailleurs africains du Sud-Ouest ?

Aujourd’hui, on vous raconte l’histoire des tirailleurs africains tombés en Nouvelle-Aquitaine. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 17 janvier 2023.

Données personnelles : data gueule à la récré

Aujourd’hui, on se demande si on peut vraiment protéger ses données personnelles. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 31 janvier 2023.

Un chasseur sachant chasser

Aujourd’hui, on se demande s’il faut interdire la chasse. Cette newsletter a été envoyée le 28 février 2023.

Cannabis : l'herbe est plus verte dans le Sud-Ouest ?

Aujourd’hui, on se demande s’il faut légaliser le cannabis. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 14 février.

Drag queens à Bordeaux : belles de nuit

Aujourd’hui, on vous emmène à la rencontre des drag queens à Bordeaux. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 14 mars 2023.

Festival Imprimé : pour un journalisme engagé

Aujourd’hui, on vous invite à nous rencontrer au festival Imprimé. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 28 mars 2023.

Qui est Revue Far Ouest ?

Aujourd’hui, on fait un peu plus ample connaissance. Tout, tout, tout, vous saurez tout sur Revue Far Ouest. Cette newsletter a été envoyée le 11 avril 2023 à nos inscrit·es....

Nucléaire en Gironde : atome et à travers ?

Aujourd’hui, on se demande ce qu’est le nucléaire. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 25 avril 2023.

Les raisins des nazis : le vin comme arme de guerre

Aujourd’hui, on déterre une histoire du passé. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 9 mai 2023.

Peines perdues : la prison vaut-elle la peine ?

Aujourd’hui, on revient sur l’utilité de la prison. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 23 mai 2023.

Fort·es et fièr·es : Pride was a riot

Aujourd'hui, on vous parle de fierté(s). Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 6 juin 2023.

À ceux qui sont nés quelque part : une histoire d'exil

Aujourd'hui, on donne la parole à ceux qui ne l'ont pas. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 20 juin 2023.

On va t’emmener loin, juste à côté de chez toi : PopEx, l'intégrale

Aujourd'hui, on vous présente PopEx. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 4 juillet 2023.

Des sorcières féministes et des vêtements écolo : balais et chiffons

Aujourd’hui, on parle mode et sorcières. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 18 juillet 2023.

Des bastons et des tampons : rivalités et ovalie

Aujourd’hui, on parle rugby et rivalités. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 1er août 2023.

Des pièces et des patounes : argent sauvage

Aujourd'hui, on parle monnaie locale et vie sauvage. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 15 août 2023.

Les possédées de Loudun : le diable est dans les détails

Aujourd’hui, on se fait un petit tuto DIY exorcisme et religieuses possédées. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 3 octobre 2023.

Tou'Win : être gay et jouer au rugby

Aujourd’hui, on se demande où sont les hommes gay dans le rugby. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 24 octobre 2023.

L'extrême droite se sent pousser des ailes à Bordeaux

Aujourd’hui, on plonge dans la vague brune. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 7 novembre 2023.

Écriture inclusive : (dé)masculiniser la langue française

Aujourd’hui, on se demande si le masculin est vraiment neutre. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 22 novembre 2023.

Île de Ré : une Embellie pour les familles de détenus

Aujourd'hui, on découvre une prison au milieu des vacancier·eres. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 5 décembre 2023.

La Nouvelle-Aquitaine, reine du pétrole

Aujourd'hui, on creuse pour trouver du pétrole dans le Sud-Ouest. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 19 décembre 2023.

L'huître, l'Homme et le déni écologique

Aujourd'hui, on se demande si on peut continuer à manger des huîtres. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 22 janvier 2024.

Juger les militant·es de Sainte-Soline : deux poids deux mesures ?

Aujourd'hui, on s’intéresse à un tribunal qui se radicalise contre les écolos. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 6 février 2024.

Gamers Seniors : l'Âge d'Or ?

Aujourd’hui, on joue aux jeux vidéo avec Papy et Mamie. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 20 février 2024.

Agriculteur·ices : au bout du sillon

Aujourd’hui, on parle mal-être chez les agriculteurs. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 05 mars 2024.

Pénurie d’hébergement d’urgence à Bordeaux

Aujourd’hui, on parle d’hébergement d’urgence (dans un bateau). Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 19 mars 2024.

« Épidémie » de cancers pédiatriques en Charente-Maritime

Aujourd’hui, on s’interroge sur les liens entre les cancers pédiatriques et les pesticides en Charente-Maritime. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 2 avril 2024....

Sécurité sociale : L’alimentation doit-elle devenir un droit ?

Aujourd’hui, on parle sécurité sociale de l’alimentation. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 16 avril 2024.

Contraception masculine : la communauté de l'anneau

Aujourd’hui, on parle de contraception masculine. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 14 mai 2024.

Pourquoi on s'en fiche des élections européennes ?

Aujourd’hui, on se demande si les élections européennes nous concernent vraiment. Cette newsletter a été envoyée ) nos inscrit·es le 28 mai 2024.

Congé menstruel : rdv aux prochaines règles

Aujourd’hui, on parle du congé menstruel.  Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 11 juin 2024.

Ces épisodes pourraient vous intéresser
En vrai, en vrac

L'urine, déchet renouvelable

L'urine, déchet renouvelable

La société Toopi Organics recycle l'urine pour créer des engrais, pesticides et produits ménagers. Une alternative écologique, mais aussi économique pour les agriculteurs...
Social Brutal

Situationnisme : Parole aux murs

Situationnisme : Parole aux murs

Certains refusent de voir autre chose que du vandalisme. Pire, même, le sabotage d’un patrimoine. D’autres, en revanche, associent les dizaines de graffitis qui apparaissent au...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement