Épisode 3
7 minutes de lecture
Article réservé aux abonné.e.s


Jeudi 29 mars 2018
par Véronique Duval
Véronique Duval
Auteur de Rencontre avec des paysans remarquables, publié fin 2017 aux éditions Sud Ouest, Véronique Duval vit en Charente-Maritime. Journaliste venue du documentaire audiovisuel, elle s’intéresse aux transformations sociales ainsi qu’à notre relation au vivant et aux paysages. Elle a cofondé un maison d’édition associative, La nage de l’ourse.

Thierry Bouret, important céréalier dans la plaine d’Aunis, défend l’installation de retenues d’eau pour irriguer ses champs. Pour lui, la question des bassines est avant tout affaire de volonté politique.

« Dans le monde, 17 % des surfaces (agricoles) sont irriguées. Ces 17 % représentent 40 % de la production mondiale. » Assis face à une baie vitrée qui s’ouvre sur une vaste parcelle de terre encore nue, Thierry Bouret, 55 ans, parle d’une voix posée. Pour le deuxième rendez-vous de ce feuilleton sur les protagonistes de la bataille de l’eau, au nord de la Nouvelle-Aquitaine, j’ai rendez-vous avec l’un des principaux céréaliers de la plaine d’Aunis.

Le 22 février, il me reçoit de bonne grâce dans la salle de réunion de ses entreprises. Mais il ne tient pas à s’étendre sur l’ensemble de ses responsabilités.

Outre les 200 hectares de l’exploitation familiale, à Bois-Joly sur la commune de Saint-Pierre-d’Amilly, Thierry Bouret gère la production sur un bon millier d’autres, via plusieurs sociétés dans lesquelles il est actionnaire principal ou associé. C’est aussi un grand irriguant. Chaque année, les canons à eau postés dans les champs arrosent blé dur et maïs. D’emblée, il précise qu’il souhaite s’exprimer sur l’eau non à partir de son cas particulier, mais d’un point de vue général, « pour dépassionner le débat ». Nous savons l’un et l’autre que nous ne partageons pas les mêmes idées sur le sujet.

Thierry Bouret, céréalier et pro Bassines
Thierry Bouret, céréalier et pro Bassines — Photo : Véronique Duval

Investi dans un groupement pour la construction, en 2008, de cinq réserves d’eau d’une capacité de 1,5 million de mètres cubes en bordure de Marais poitevin, il rencontre l’opposition d’habitants et d’associations. Nature environnement 17 porte l’affaire au tribunal administratif. Le feuilleton judiciaire dure plusieurs années. Les réserves sont jugées illégales en 2009, puis 2010. Néanmoins, le syndicat d’irriguant les remplit et les utilise chaque année, de 2010 à 2014. En 2015, après une nouvelle enquête publique, les réserves sont à nouveau autorisées. Enfin, en 2017, le tribunal administratif de Poitiers reconnaît le préjudice subi par Nature environnement 17 du fait de l’exploitation illégale des réserves pendant 4 ans.

Cet article est réservé aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter


Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement
Véronique Duval
Auteur de Rencontre avec des paysans remarquables, publié fin 2017 aux éditions Sud Ouest, Véronique Duval vit en Charente-Maritime. Journaliste venue du documentaire audiovisuel, elle s’intéresse aux transformations sociales ainsi qu’à notre relation au vivant et aux paysages. Elle a cofondé un maison d’édition associative, La nage de l’ourse.
Dans le même feuilleton

Rétention d'eau : les bassines de la discorde

Une bataille de l’eau se déroule depuis une dizaine d’années entre Marais poitevin, rivière Boutonne et fleuve Charente.

Retenues d'eau : un éleveur à l'heure du choix

Éleveur et cultivateur, Hervé Gaborit fait paître ses vaches en prairies, mais il a besoin de maïs pour les nourrir l’hiver. Il irrigue ses cultures et le projet de construction...

Eau : la politique de la réserve

Thierry Bouret, important céréalier dans la plaine d’Aunis, défend l’installation de retenues d’eau pour irriguer ses champs. Pour lui, la question des bassines est avant tout...

Marais poitevin : la détermination de l'eau

ZAD ou pas ? Aux enjeux des agriculteurs s'ajoutent ceux de l'écotourisme et de la préservation du Marais poitevin. Julien Le Guet est l’un des créateurs de La Frenaie, un...

Paysans : de la terre à la mer

Les paysans de la mer s'inquiètent des conséquences de l'agriculture intensive sur leur activité.

Eau en Nouvelle-Aquitaine : pénurie en vue

Du fait des bouleversements climatiques et des activités humaines, la première des ressources de l’Humanité apparaît menacée dans toutes les simulations scientifiques. Acteurs...

Ces épisodes pourraient vous intéresser
Une année sans

Foie gras en Chalosse : la reprise

Foie gras en Chalosse : la reprise

Après une année sans canards, la production reprend. Avec la boule au ventre, et la peur à chaque fois qu'un germe est détecté. En attendant la prochaine crise. Les éleveurs de...
Histoires d'époques

Programme B : l'éternité du chemin

Programme B : l'éternité du chemin

Gabriel Okoundji est né au Congo-Brazzaville et est arrivé à Bordeaux en 1983. Il a été et est encore le témoin et l’acteur de toutes les Présences Noires qui ont émaillées la...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement