Épisode 6
9 minutes de lecture
Article réservé aux abonné.e.s


Mardi 1 septembre 2020
par Alexandre Camino
Alexandre Camino
Intéressé par les sujets de société, par les problématiques sociales, démocratiques et environnementales, je cherche à les traiter dans des enquêtes long-format. Originaire du Périgord et amoureux de ses trésors, je cultive une vraie passion pour l'Histoire.

Du fait des bouleversements climatiques et des activités humaines, la première des ressources de l’Humanité apparaît menacée dans toutes les simulations scientifiques. Acteurs de l’eau et citoyens s’organisent pour prévenir et anticiper les scénarios catastrophes. Alors que notre région devrait être la plus touchée par les pénuries d’eau d’ici 30 ans, sommes-nous préparés au pire ? Enquête.

Découvrez la boutique
Revue Far Ouest

Revues papiers • Abonnements

Boutique

Imaginez que les rivières viennent à se tarir, qu’il vous soit impossible d’entretenir votre champ, votre jardin, ou même d’avoir accès à l’eau potable. Cette description apocalyptique aux atours grossiers n’est pas si éloignée de la réalité. Chaque année, plusieurs villes de France sont frappées par la sécheresse (80 départements à l’été 2019) et les pénuries d’eau.

Ce fut particulièrement le cas dans la Creuse à l’été 2019. Guéret, petite ville de 14 000 habitants, a connu un manque d’eau d’une ampleur sans précédent depuis les années 1950. Après trois mois sans pluie, les 60 points de captages environnants ont chuté de moitié, entraînant une « situation de crise » dès le 10 juillet. À la fin de l’été, les réserves d’eau ne permettaient d’entrevoir qu’un sursis de 100 jours, une situation « catastrophique » selon le maire de la ville Michel Vergnier.

Tweet de la préfecture de la Creuse

100 jours d’incertitudes pour les habitants d’une ville au bord de la « catastrophe naturelle ». Des mesures de restrictions ont bien sûr été mises en place : interdiction de laver sa voiture, remplir sa piscine et même d’arroser son jardin. Les contrôles étaient fréquents et les récalcitrants verbalisés.

Non loin de là, la situation était bien plus critique encore. Plus d’eau potable à Gouzon, où l’eau n’arrivait plus jusqu’au robinet. Pour se sortir de cette situation invraisemblable, des camions-citernes acheminant de l’eau ont dû être réquisitionnés. Le maire de la commune reconnaissait à l’époque être « au pied du mur ».

Pénurie d’eau : d’où vient le problème ?

Le problème vient d’abord de notre consommation. Les prélèvements annuels d’eau douce par exemple dépassent le milliard de m3 par an, tous usages confondus, mais hors centrale nucléaire. Le but est de satisfaire aussi bien les usages domestiques (forte démographie oblige) que les besoins industriels, agricoles ou la production d’énergie. Les fortes chaleurs n’y sont également pas étrangères.

Cet article est réservé aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter


Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement
Alexandre Camino
Intéressé par les sujets de société, par les problématiques sociales, démocratiques et environnementales, je cherche à les traiter dans des enquêtes long-format. Originaire du Périgord et amoureux de ses trésors, je cultive une vraie passion pour l'Histoire.
Dans le même feuilleton

Rétention d'eau : les bassines de la discorde

Une bataille de l’eau se déroule depuis une dizaine d’années entre Marais poitevin, rivière Boutonne et fleuve Charente.

Retenues d'eau : un éleveur à l'heure du choix

Éleveur et cultivateur, Hervé Gaborit fait paître ses vaches en prairies, mais il a besoin de maïs pour les nourrir l’hiver. Il irrigue ses cultures et le projet de construction...

Eau : la politique de la réserve

Thierry Bouret, important céréalier dans la plaine d’Aunis, défend l’installation de retenues d’eau pour irriguer ses champs. Pour lui, la question des bassines est avant tout...

Marais poitevin : la détermination de l'eau

ZAD ou pas ? Aux enjeux des agriculteurs s'ajoutent ceux de l'écotourisme et de la préservation du Marais poitevin. Julien Le Guet est l’un des créateurs de La Frenaie, un...

Paysans : de la terre à la mer

Les paysans de la mer s'inquiètent des conséquences de l'agriculture intensive sur leur activité.

Eau en Nouvelle-Aquitaine : pénurie en vue

Du fait des bouleversements climatiques et des activités humaines, la première des ressources de l’Humanité apparaît menacée dans toutes les simulations scientifiques. Acteurs...

Ces épisodes pourraient vous intéresser
En vrai, en vrac

Yoyo vidéo : le dernier vidéoclub

Yoyo vidéo : le dernier vidéoclub

Au début des années 2000, La France comptait 5000 vidéoclubs. Aujourd’hui il en reste à peine sur cinquantaine sur tout le territoire. Parmi eux, Yoyo Vidéo, le vidéo club du...
Les Embarqués

Asso Entr-autres : pédaler pour se trouver

Asso Entr-autres : pédaler pour se trouver

Cette association bordelaise propose aux jeunes de 16 à 25, qui cherchent encore leur place dans le monde de l’école et du travail, de vendre des jus d’orange pressés sur les...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement