5 minutes de lecture
Vendredi 24 mars 2023
par LA RÉDACTION
LA RÉDACTION
Nous sommes un média en ligne, local, indépendant, sans publicité et sur abonnement. Nous voulons partir de chez nous, du local, pour ancrer des histoires et des personnages dont le vécu interroge notre place au sein de la collectivité.

Aujourd’hui, on se demande à quoi peut bien servir un centre de rétention administrative.
Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es

L’affaire Lola, du nom de la petite fille tuée par une ressortissante algérienne à Paris, a relancé le débat sur l’expulsion d’étrangers sans-papiers. Et avec lui, l’existence des CRA, les centres de rétention administrative, qui servent à enfermer ces étrangers.

Dans cette newsletter, on va essayer de comprendre ce qu’est un CRA, combien de personnes retenues sont ensuite effectivement expulsées, et découvrir un projet de CRA à Mérignac qui fait polémique.

barbelés

Le coup de loupe

C’est quoi, un CRA ?

Un CRA, ou centre de rétention administrative, est un lieu d’enfermement dans lequel on place des personnes étrangères dans le but de les expulser vers leur pays d’origine. Elles ne sont pas là parce qu’ellesauraient commis un crime ou un délit,mais parce qu’elles n’ont pas de titre de séjour en règle. En gros, un CRA, c’est une sorte de prison qui ne dit pas son nom. 

En France, ces centres existent depuis 1981. On en compte 25 pour environ 1500 places au totalDont deux en Nouvelle-Aquitaine, à Hendaye et Bordeaux. Ce dernier est le plus petit du territoire : il compte une vingtaine de places et se trouve au sous-sol du commissariat de police.

Les conditions de rétention dans les CRA sont régulièrement jugées indignes par les associations et les élus locaux : une fois à l’intérieur, les retenu·es – c’est ainsi qu’on les appelle – peuvent se déplacer librement dans le centre mais ont l’interdiction d’en sortir. Mais surtout, aucune activité ne leur est proposée, iels passent leur temps à attendre.

Qui enferme-t-on dedans ?

Par définition, toutes les personnes en irrégularité administrative : des personnes exilées frappées par une mesure d’expulsion, souvent car le titre de séjour leur a été refusé ou est périmé. En 2021, sur les15 000 personnes qui ont été enfermées en CRA, 95 % étaient des hommes. Mais 76 enfants ont aussi été enfermés dans ces enceintes anxiogènes en France métropolitaine, bien que la Cour européenne des droits de l’Homme ait condamné 9 fois l’État français pour l’enfermement d’enfants dans des centres de rétention.

Parmi les retenus au CRA de Bordeaux en 2021, plus d’un quart sont des ressortissants algériens. Un problème d’autant plus important que l’Algérie refuse de plus en plus d’accueillir ses ressortissants visés par une obligation de quitter le territoire français (OQTF)

Balance de la justice

C’est quoi le problème avec les CRA ?

D’abord, la loi prévoit que l’enfermement soit utilisé en dernier recours« La rétention ne devrait pas être la norme. Ce qui devrait l’être, c’est l’assignation à résidence. Mais les politiques ne sont pas dans cette logique-là », explique Soizic Chevrat, coordinatrice juridique aux CRA de Lille, Metz et Strasbourg. « C’est une logique adoptée par les politiques qui pensent qu’en enfermant de plus en plus les personnes en situation irrégulière, cela flattera l’opinion publique. » Une mesure d’autant plus contestable que selon la Cimadeen 2021, plus de la moitié des personnes retenues ont finalement été libérées. C’est-à-dire qu’ils peuvent être assignés à résidence ou remis en liberté sur le sol français. 

Ensuite, les conditions d’enfermement posent question. Les centres rappellent toujours l’univers carcéral : barbelés, grillages et présence policière 24h/24. Dans les CRA, les tensions et le stress font partie des murs et des drames s’y produisent régulièrement. En mars 2021, après 17 jours d’enfermement, un homme de 27 ansest retrouvé mort dans le CRA de Bordeaux après une « surdose d’anxiolytiques et de somnifères absorbés volontairement ».

Partout, les associations telle que la Cimade pointent les conséquences graves et irréversibles d’un enfermement sur la santé physique et psychique des retenu·es, d’autant plus que la durée moyenne d’enfermement ne fait qu’augmenterLes retenu·es du CRA ne bénéficient pas d’une équipe médicale suffisante, les personnes souffrant de maladie mentale ne sont pas suivies.

Le sachiez-tu ?

le nombre 42,5%

C’est la part de personnes retenues en CRA qui ont finalement été expulsées du territoire en 2021, selon un rapport sur les centres et locaux de rétention de la Cimade. Au total, ces procédures d’éloignement ont concerné 5 779 personnes.

C’est arrivé près de chez nous

Illustration de personne derrière des barreaux en centre de rétention

Un nouveau CRA à Mérignac

La Nouvelle-Aquitaine ne compte que deux CRA, dont un en Gironde, situé dans les sous-sols de l’hôtel de police de Bordeaux. Mais un nouveau centre de rétention, qui pourrait enfermer jusqu’à 140 personnes, devrait voir le jour d’ici fin 2023.

À l’origine, ce CRA devait être implanté sur la commune de Pessac. Mais le projet a suscité une telle opposition de la part des riverains, organisés en un collectif appelé « Crapasla », que la métropole de Bordeaux a rétropédalé en juillet 2022 et autorisé un échange de terrains avec une autre commune : Mérignac.

Détruire la nature pour enfermer des hommes

Ce nouveau centre attise lui aussi la colère des riverains, pour des questions écologiquesnotamment : si le projet n’évolue pas, ce nouveau CRA devrait être construit sur le bioparc de Mérignac. « C’est une zone humide, une zone de reproduction pour de nombreuses espèces », explique Tristan Lemmi, porte-parole du collectif « NonCraBioparc », créé après l’annonce du transfert de parcelles entre les deux communes. Le Conseil national de la protection de la nature (CNCP), rattaché au ministère de la Transition écologique, s’est d’ailleurs prononcé contre l’aménagement de ce parc.

Le futur CRA concentre également les critiques du côté des associations de défense des droits de l’Homme : le Droit au logement (DAL), la Cimade ou encore la Ligue des droits de l’Homme (LDH) se sont rassemblées au sein d’un autre collectif « Anti-CRA ». Eux s’opposent à tout projet de CRA, ici ou ailleurs. Au-delà des durées et des conditions de rétention, la Cimade s’oppose « au principe même de rétention des étrangers », explique Pauline Racato, accompagnatrice juridique au sein du centre de rétention de Bordeaux. Pour l’heure, le dossier est sur la table du ministre de l’Intérieur, qui devra trancher entre Pessac, Mérignac… ou ailleurs.

Pour aller plus loin

🔎 Sur le terrain. Après l’annonce de son implantation à Mérignac, Reporterre et StreetPress se sont rendus sur les lieux du futur CRA. Quelques mois plus tôt, Libération avait pénétré le CRA de Bordeaux, sous l’hôtel de police, pour rendre compte des conditions indignes de rétention.

 Et maintenant ? Pour suivre l’avancée du projet de CRA à Mérignac, retrouvez la page Facebook du collectif NonCraBioparc, ainsi que leur pétition en ligne.

📷 Un CRA en images. À quoi ressemble la vie dans un CRA ? Le 19 novembre, à Rion-des-Landes (40), découvrez l’exposition « À l’intérieur c’est l’enfer », fruit d’un projet réunissant six personnes enfermées au CRA du Mesnil-Amelot, en Seine-et-Marne.

– Cette newsletter a été conçue par Amandine Sanial, Clémence Postis, Ana Hadj-Rabah et Margaux Pantobe.

LA RÉDACTION
Nous sommes un média en ligne, local, indépendant, sans publicité et sur abonnement. Nous voulons partir de chez nous, du local, pour ancrer des histoires et des personnages dont le vécu interroge notre place au sein de la collectivité.
Retrouvez cet article dans le feuilleton :

Newsletter

Sécheresse : Sec ton booty

Après un été 2022 caniculaire et un mois d’octobre estival, nous avons appris à côtoyer le mot « sécheresse ». Mais avons-nous bien compris ce qu’il signifie et quelles sont ses...

Méthanisation : une usine à gaz

Aujourd’hui, on se demande si on peut produire du gaz écolo en Nouvelle-Aquitaine. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 27 septembre 2022.

Déserts médicaux : où sont les médecins ?

Aujourd’hui, on se demande si on peut encore se faire soigner près de chez nous. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 11 octobre 2022.

Collages féministes : colères sur les murs

Aujourd’hui, on célèbre les 3 ans des collages contre les féminicides. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 25 octobre 2022.

Centre de rétention administrative : au bord du CRAquage

Aujourd’hui, on se demande à quoi peut bien servir un centre de rétention administrative. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es

Inflation : un coût monté

Aujourd’hui, on essaie de comprendre l’inflation et son impact dans le Sud-Ouest. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 22 novembre 2022.

Grippe aviaire : c'est grave duckteur ?

Aujourd’hui, on passe à la loupe les conséquences de la grippe aviaire dans le Sud-Ouest Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 06 décembre 2022.

Embûches de Noël

Aujourd’hui, on se demande si on va passer un chouette Noël. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 20 décembre 2022.

LGV Bordeaux-Toulouse : Fast & Furious

Aujourd’hui, on se demande si on doit toujours aller plus vite avec la LGV Bordeaux-Toulouse. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 3 janvier 2023.

Qui étaient les tirailleurs africains du Sud-Ouest ?

Aujourd’hui, on vous raconte l’histoire des tirailleurs africains tombés en Nouvelle-Aquitaine. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 17 janvier 2023.

Données personnelles : data gueule à la récré

Aujourd’hui, on se demande si on peut vraiment protéger ses données personnelles. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 31 janvier 2023.

Un chasseur sachant chasser

Aujourd’hui, on se demande s’il faut interdire la chasse. Cette newsletter a été envoyée le 28 février 2023.

Cannabis : l'herbe est plus verte dans le Sud-Ouest ?

Aujourd’hui, on se demande s’il faut légaliser le cannabis. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 14 février.

Drag queens à Bordeaux : belles de nuit

Aujourd’hui, on vous emmène à la rencontre des drag queens à Bordeaux. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 14 mars 2023.

Festival Imprimé : pour un journalisme engagé

Aujourd’hui, on vous invite à nous rencontrer au festival Imprimé. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 28 mars 2023.

Qui est Revue Far Ouest ?

Aujourd’hui, on fait un peu plus ample connaissance. Tout, tout, tout, vous saurez tout sur Revue Far Ouest. Cette newsletter a été envoyée le 11 avril 2023 à nos inscrit·es....

Nucléaire en Gironde : atome et à travers ?

Aujourd’hui, on se demande ce qu’est le nucléaire. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 25 avril 2023.

Les raisins des nazis : le vin comme arme de guerre

Aujourd’hui, on déterre une histoire du passé. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 9 mai 2023.

Peines perdues : la prison vaut-elle la peine ?

Aujourd’hui, on revient sur l’utilité de la prison. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 23 mai 2023.

Fort·es et fièr·es : Pride was a riot

Aujourd'hui, on vous parle de fierté(s). Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 6 juin 2023.

À ceux qui sont nés quelque part : une histoire d'exil

Aujourd'hui, on donne la parole à ceux qui ne l'ont pas. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 20 juin 2023.

On va t’emmener loin, juste à côté de chez toi : PopEx, l'intégrale

Aujourd'hui, on vous présente PopEx. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 4 juillet 2023.

Des sorcières féministes et des vêtements écolo : balais et chiffons

Aujourd’hui, on parle mode et sorcières. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 18 juillet 2023.

Des bastons et des tampons : rivalités et ovalie

Aujourd’hui, on parle rugby et rivalités. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 1er août 2023.

Des pièces et des patounes : argent sauvage

Aujourd'hui, on parle monnaie locale et vie sauvage. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 15 août 2023.

Les possédées de Loudun : le diable est dans les détails

Aujourd’hui, on se fait un petit tuto DIY exorcisme et religieuses possédées. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 3 octobre 2023.

Tou'Win : être gay et jouer au rugby

Aujourd’hui, on se demande où sont les hommes gay dans le rugby. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 24 octobre 2023.

L'extrême droite se sent pousser des ailes à Bordeaux

Aujourd’hui, on plonge dans la vague brune. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 7 novembre 2023.

Écriture inclusive : (dé)masculiniser la langue française

Aujourd’hui, on se demande si le masculin est vraiment neutre. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 22 novembre 2023.

Île de Ré : une Embellie pour les familles de détenus

Aujourd'hui, on découvre une prison au milieu des vacancier·eres. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 5 décembre 2023.

La Nouvelle-Aquitaine, reine du pétrole

Aujourd'hui, on creuse pour trouver du pétrole dans le Sud-Ouest. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 19 décembre 2023.

L'huître, l'Homme et le déni écologique

Aujourd'hui, on se demande si on peut continuer à manger des huîtres. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 22 janvier 2024.

Juger les militant·es de Sainte-Soline : deux poids deux mesures ?

Aujourd'hui, on s’intéresse à un tribunal qui se radicalise contre les écolos. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 6 février 2024.

Gamers Seniors : l'Âge d'Or ?

Aujourd’hui, on joue aux jeux vidéo avec Papy et Mamie. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 20 février 2024.

Agriculteur·ices : au bout du sillon

Aujourd’hui, on parle mal-être chez les agriculteurs. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 05 mars 2024.

Pénurie d’hébergement d’urgence à Bordeaux

Aujourd’hui, on parle d’hébergement d’urgence (dans un bateau). Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 19 mars 2024.

« Épidémie » de cancers pédiatriques en Charente-Maritime

Aujourd’hui, on s’interroge sur les liens entre les cancers pédiatriques et les pesticides en Charente-Maritime. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 2 avril 2024....

Sécurité sociale : L’alimentation doit-elle devenir un droit ?

Aujourd’hui, on parle sécurité sociale de l’alimentation. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 16 avril 2024.

Contraception masculine : la communauté de l'anneau

Aujourd’hui, on parle de contraception masculine. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 14 mai 2024.

Ces épisodes pourraient vous intéresser
À la croisée des destins

Centre de rétention d'Hendaye : « être migrant n'est pas un délit. »

Centre de rétention d'Hendaye : « être migrant n'est pas un délit. »

« Eux c’est nous. » 146 personnes, dont des membres de l’association altermondialiste Bizi et le député européen José Bové ont voulu prendre la place des migrants du centre de...
À la croisée des destins

De Bordeaux à Dakar, les routes de l'exil.

De Bordeaux à Dakar, les routes de l'exil.

Le pays, présenté comme l’un des plus stables d’Afrique, voit tout un pan de sa jeunesse tenter l’aventure vers l’Europe. Depuis le début des années 2000, ils partent par...
À la croisée des destins

Mehmet Yalçin : une famille kurde dans la tourmente

Mehmet Yalçin : une famille kurde dans la tourmente

Installé à Bordeaux depuis 2006, Mehmet Yalçin a bien manqué être expulsé vers son pays d’origine, la Turquie. Ses soutiens et avocats préviennent : s’il est extradé, il risque...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement