6 minutes de lecture
Vendredi 24 mars 2023
par LA RÉDACTION
LA RÉDACTION
Nous sommes un média en ligne, local, indépendant, sans publicité et sur abonnement. Nous voulons partir de chez nous, du local, pour ancrer des histoires et des personnages dont le vécu interroge notre place au sein de la collectivité.

Aujourd’hui, on célèbre les 3 ans des collages contre les féminicides.
Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 25 octobre 2022.

Vous les apercevez parfois au détour d’une rue : de grandes lettres noires sur papier blanc qui ressortent sur les murs. « Elle le quitte, il la tue » ; « Nous sommes la voix de celles qui n’en ont plus »… Apparus à la fin de l’été 2019, les collages féministes se sont invités dans toute la France, y compris en Nouvelle-Aquitaine.

Dans ce numéro, on va revenir sur les origines de cette mobilisation ; découvrir les différentes significations de «féminicides » ; et partir à la rencontre du collectif Collages Féministes Bordeaux.

Le coup de loupe

Ça vient d’où, ces collages ?

En 2016, le collectif féministe Insomnia affiche dans Paris les noms des victimes de féminicides. Il veut rendre hommage aux victimes et porte deux revendications : « La reconnaissance du féminicide en France et son inscription dans le Code pénal. »

Trois ans plus tard, en 2019, Marguerite Stern réalise le premier collage à Marseille, sur lequel on peut lire : « Depuis que j’ai 13 ans, les hommes commentent mon apparence dans la rue. » Là où Insomnia peignait ses slogans sur une seule grande affiche, Marguerite Stern peint chaque lettre sur une feuille de papier A4 et les colle à même le mur. Le slogan prend de la place, il est visuellement impactant : personne ne peut passer à côté. « On oblige les gens à voir ce qu’ils ne veulent pas voir », explique Mariette de Collages Féministes Bordeaux.

À la fin de l’été 2019, Marguerite Stern va réunir autour d’elle quelques femmes et réaliser d’autres collages dans Paris. Grâce à un appel sur les réseaux sociaux, de nombreuses personnes répondent à son appel. Des collages contre les féminicides apparaissent dans toute la France, y compris dans le Sud-Ouest, à Bordeaux et à Toulouse.

Au bout d’un mois, Marguerite Stern se retire du projet : « Je n’avais pas envie qu’il y ait de leadeuse », expliquait-elle à Libération. Mais très vite, le mouvement des collages prend définitivement son indépendance de Marguerite Stern : en janvier 2020, après une série de tweets transphobes, elle est définitivement écartée. 

Illustration de main levée en revendication féministe

Depuis quand dit-on « féminicides » ?

Contrairement à une idée reçue, le mot féminicide ne date pas d’hier. « C’est un mot avec une longue histoire, et il n’a pas toujours eu le sens qu’on lui donne aujourd’hui », explique Frédéric Chauvaud, historien et professeur d’histoire à l’Université de Poitiers. Au XIX° siècle, « féminicide » désigne les contraintes que peuvent faire peser les femmes sur les hommes. Rien à voir. Plus tard, au XX° siècle, sa définition change encore : « À cette époque, il désigne les lois qui vont à l’encontre des droits des femmes. »

Dans les années 1970, la sociologue sud-africaine Diana Russel utilise le mot « féminicide » (« femicide » en anglais), avec sa définition moderne : le meurtre d’une femme parce qu’elle est une femme. Le mot va alors rester l’apanage des ouvrages scientifiques jusqu’aux années 2010.

« L’OMS et l’ONU commencent à l’utiliser pour désigner des actions de violences spécifiques contre les femmes », détaille Frédéric Chauvaud. Il faudra encore attendre 2015 pour que le mot féminicide entre dans le dictionnaire. Pour l’historien, c’est en 2019 que le terme passe vraiment dans le langage courant : « Il y a une sorte de vague, le mot n’est plus utilisé uniquement par les spécialistes. »

En effet, beaucoup de choses se passent en 2019. Les premiers collages de Marguerite Stern tout d’abord. Puis, dans le Gers, une magistrate emploie pour la première fois le terme. Enfin, la presse n’y est pas pour rien. Après avoir constaté que le traitement médiatique des violences faites aux femmes n’était pas à la hauteur des enjeux, l’AJP (Association des journalistes professionnels) publie une série de recommandations à destination des journalistes : « Il est essentiel de nommer les violences faites aux femmes pour ce qu’elles sont : des violences sexistes ou encore des violences de genre. Les violences contre les femmes ne sont pas une « affaire privée ». Les auteurs de violences n’ont pas à être « excusés » par leurs « sentiments ». »

Illustration mégaphone

Les collages, ce n’est que pour les féminicides ?

À l’origine, le mouvement des collages a pour but de coller à la vue de tous·tes les violences sexistes et sexuelles. Très vite, les collectifs de toute la France vont élargir leur slogan à d’autres sujets. À Bordeaux par exemple, les colleur·euses sont des acteur·ices incontournables de toutes les manifestations et luttes sociales. Elles ont par exemple collé « T’en as pas marre de faire pleurer des enfants, Buccio ? » (la préfète de Bordeaux) suite à l’expulsion de 300 personnes, dont des mineurs, d’un squat de Cenon.

Dans l’ouvrage Notre colère sur vos murs, le collectif parisien explique ainsi cette évolution logique : « Il s’agit de nous battre contre un système (entre autres patriarcal, colonial, capitaliste et écocidaire) qui domine, exploite et détruit depuis des millénaires. »

Dans le collectif bordelais, cela s’est aussi fait naturellement, comme nous l’explique Mariette, au nom du collectif : « Chacun·e propose les sujets de collages. On propose des actions, et ça se fait assez naturellement. »

Le sachiez-tu ?

le chiffre quatre

C’est le nombre de cas de féminicides que distingue l’OMS : le féminicide « intime », commis par le conjoint, actuel ou ancien ; le féminicide non intime, où l’agresseur n’a pas de lien particulier avec la victime ; les crimes « d’honneur »où une femme est accusée d’avoir transgressé des lois morales ou des traditions ; le féminicide lié à la dot, où une femme est tuée par sa belle-famille pour des conflits liés aux biens qu’une femme apporte en se mariant.

C’est arrivé près de chez nous

Les colleur·euses de Bordeaux

Pendant leurs actions, les réactions sont très variables. « On reçoit beaucoup plus de menaces que d’encouragements. » On les menace d’appeler la police, de décoller leurs affiches – quand on ne les décolle pas directement devant elleux –, on les prend à partie. Comme cet homme, excédé de voir devant chez lui le slogan « On te croit ».

Ce soir-là, elles sont six colleuses. L’homme s’emporte et leur dit qu’elles exagèrent, qu’elles n’ont pas pu être toutes agressées. Elles se regardent, avec un petit sourire en coin, et confirment que si. Toutes les six. L’homme leur répond en hurlant : « Et bah c’était pas moi ! C’est pas de ma faute, je ne veux pas le savoir ! » Un exemple qui montre l’importance des collages pour Mariette : « Les gens ne veulent pas savoir. Ils ne veulent pas savoir qu’il y a un viol toutes les 7 minutes en France. » Heureusement, toutes les réactions ne sont pas négatives. Les colleur·euses reçoivent aussi des encouragements et parfois des témoignages.

On sait qu’on est lu et reçu. C’est ça, le plus important.

Un soir où Mariette participe à un collage où est affiché le 3919 – le numéro pour les violences conjugales – une femme s’arrête avec son enfantElle leur explique que ce numéro lui a sauvé la vie. « Elle a ajouté que ça lui faisait beaucoup de bien quand elle croisait nos collages, que ça lui faisait chaud au coeur. » Une autre femme, elle aussi avec son petit garçon, s’arrête pour encourager et remercier les colleur·euses. Son petit garçon lui demande quel est ce numéro. « C’est le numéro que maman a appelé quand il y a eu des problèmes avec papa. »

Un moment émouvant pour Mariette : « On a l’impression de servir à quelque chose. » Grâce à ces personnes, qui ne sont jamais des hommes d’après l’expérience de Mariette, les colleur·euses tiennent le coup. « On sait qu’on est lu et reçu. C’est ça, le plus important. »

Pour aller plus loin

🌌 Les colleur·euses n’agissent pas que la nuit. Iels participent aussi aux manifestations bordelaises

⚖️ Et la loi, dans tout ça ? En 2019, Charlotte Beluet est la première magistrate à employer le mot « féminicide », même si elle est contre son entrée dans le Code pénal.

💌 Vous voulez contacter les colleur·euses de Bordeaux ? Vous pouvez leur envoyer un message soit sur Facebook, soit sur Instagram

– Cette newsletter a été conçue par Clémence Postis, Amandine SanialAna Hadj-Rabah et Margaux Pantobe.

LA RÉDACTION
Nous sommes un média en ligne, local, indépendant, sans publicité et sur abonnement. Nous voulons partir de chez nous, du local, pour ancrer des histoires et des personnages dont le vécu interroge notre place au sein de la collectivité.
Retrouvez cet article dans le feuilleton :

Newsletter

Sécheresse : Sec ton booty

Après un été 2022 caniculaire et un mois d’octobre estival, nous avons appris à côtoyer le mot « sécheresse ». Mais avons-nous bien compris ce qu’il signifie et quelles sont ses...

Méthanisation : une usine à gaz

Aujourd’hui, on se demande si on peut produire du gaz écolo en Nouvelle-Aquitaine. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 27 septembre 2022.

Déserts médicaux : où sont les médecins ?

Aujourd’hui, on se demande si on peut encore se faire soigner près de chez nous. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 11 octobre 2022.

Collages féministes : colères sur les murs

Aujourd’hui, on célèbre les 3 ans des collages contre les féminicides. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 25 octobre 2022.

Centre de rétention administrative : au bord du CRAquage

Aujourd’hui, on se demande à quoi peut bien servir un centre de rétention administrative. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es

Inflation : un coût monté

Aujourd’hui, on essaie de comprendre l’inflation et son impact dans le Sud-Ouest. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 22 novembre 2022.

Grippe aviaire : c'est grave duckteur ?

Aujourd’hui, on passe à la loupe les conséquences de la grippe aviaire dans le Sud-Ouest Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 06 décembre 2022.

Embûches de Noël

Aujourd’hui, on se demande si on va passer un chouette Noël. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 20 décembre 2022.

LGV Bordeaux-Toulouse : Fast & Furious

Aujourd’hui, on se demande si on doit toujours aller plus vite avec la LGV Bordeaux-Toulouse. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 3 janvier 2023.

Qui étaient les tirailleurs africains du Sud-Ouest ?

Aujourd’hui, on vous raconte l’histoire des tirailleurs africains tombés en Nouvelle-Aquitaine. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 17 janvier 2023.

Données personnelles : data gueule à la récré

Aujourd’hui, on se demande si on peut vraiment protéger ses données personnelles. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 31 janvier 2023.

Un chasseur sachant chasser

Aujourd’hui, on se demande s’il faut interdire la chasse. Cette newsletter a été envoyée le 28 février 2023.

Cannabis : l'herbe est plus verte dans le Sud-Ouest ?

Aujourd’hui, on se demande s’il faut légaliser le cannabis. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 14 février.

Drag queens à Bordeaux : belles de nuit

Aujourd’hui, on vous emmène à la rencontre des drag queens à Bordeaux. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 14 mars 2023.

Festival Imprimé : pour un journalisme engagé

Aujourd’hui, on vous invite à nous rencontrer au festival Imprimé. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 28 mars 2023.

Qui est Revue Far Ouest ?

Aujourd’hui, on fait un peu plus ample connaissance. Tout, tout, tout, vous saurez tout sur Revue Far Ouest. Cette newsletter a été envoyée le 11 avril 2023 à nos inscrit·es....

Nucléaire en Gironde : atome et à travers ?

Aujourd’hui, on se demande ce qu’est le nucléaire. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 25 avril 2023.

Les raisins des nazis : le vin comme arme de guerre

Aujourd’hui, on déterre une histoire du passé. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 9 mai 2023.

Peines perdues : la prison vaut-elle la peine ?

Aujourd’hui, on revient sur l’utilité de la prison. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 23 mai 2023.

Fort·es et fièr·es : Pride was a riot

Aujourd'hui, on vous parle de fierté(s). Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 6 juin 2023.

À ceux qui sont nés quelque part : une histoire d'exil

Aujourd'hui, on donne la parole à ceux qui ne l'ont pas. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 20 juin 2023.

On va t’emmener loin, juste à côté de chez toi : PopEx, l'intégrale

Aujourd'hui, on vous présente PopEx. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 4 juillet 2023.

Des sorcières féministes et des vêtements écolo : balais et chiffons

Aujourd’hui, on parle mode et sorcières. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 18 juillet 2023.

Des bastons et des tampons : rivalités et ovalie

Aujourd’hui, on parle rugby et rivalités. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 1er août 2023.

Des pièces et des patounes : argent sauvage

Aujourd'hui, on parle monnaie locale et vie sauvage. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 15 août 2023.

Les possédées de Loudun : le diable est dans les détails

Aujourd’hui, on se fait un petit tuto DIY exorcisme et religieuses possédées. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 3 octobre 2023.

Tou'Win : être gay et jouer au rugby

Aujourd’hui, on se demande où sont les hommes gay dans le rugby. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 24 octobre 2023.

L'extrême droite se sent pousser des ailes à Bordeaux

Aujourd’hui, on plonge dans la vague brune. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 7 novembre 2023.

Écriture inclusive : (dé)masculiniser la langue française

Aujourd’hui, on se demande si le masculin est vraiment neutre. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 22 novembre 2023.

Île de Ré : une Embellie pour les familles de détenus

Aujourd'hui, on découvre une prison au milieu des vacancier·eres. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 5 décembre 2023.

La Nouvelle-Aquitaine, reine du pétrole

Aujourd'hui, on creuse pour trouver du pétrole dans le Sud-Ouest. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 19 décembre 2023.

L'huître, l'Homme et le déni écologique

Aujourd'hui, on se demande si on peut continuer à manger des huîtres. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 22 janvier 2024.

Juger les militant·es de Sainte-Soline : deux poids deux mesures ?

Aujourd'hui, on s’intéresse à un tribunal qui se radicalise contre les écolos. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 6 février 2024.

Gamers Seniors : l'Âge d'Or ?

Aujourd’hui, on joue aux jeux vidéo avec Papy et Mamie. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 20 février 2024.

Agriculteur·ices : au bout du sillon

Aujourd’hui, on parle mal-être chez les agriculteurs. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 05 mars 2024.

Pénurie d’hébergement d’urgence à Bordeaux

Aujourd’hui, on parle d’hébergement d’urgence (dans un bateau). Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 19 mars 2024.

« Épidémie » de cancers pédiatriques en Charente-Maritime

Aujourd’hui, on s’interroge sur les liens entre les cancers pédiatriques et les pesticides en Charente-Maritime. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 2 avril 2024....

Sécurité sociale : L’alimentation doit-elle devenir un droit ?

Aujourd’hui, on parle sécurité sociale de l’alimentation. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 16 avril 2024.

Contraception masculine : la communauté de l'anneau

Aujourd’hui, on parle de contraception masculine. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 14 mai 2024.

Ces épisodes pourraient vous intéresser
N°1 : Courage

Féministe : le burn out militant

Féministe : le burn out militant

Septembre 2019 : Charlotte Monasterio lance avec d’autres femmes le collectif Collages Féministes Bordeaux. Printemps 2020 : elle va à l’hôpital pour une dépression sévère. Il...
Écartez-vous mesdames

Féminicides : « On ne veut plus les compter »

Féminicides : « On ne veut plus les compter »

Depuis quelques-jours, des centaines d’affichettes honorant la mémoire des 102 femmes mortes en France en 2019 sous les coups d’un compagnon, d’un mari, ou d’un ex-mari, ont...
Écartez-vous mesdames

Du désir au viol : la réalité du consentement

Du désir au viol : la réalité du consentement

Le consentement peut paraître simple : oui, c’est oui et non, c’est non. La doctorante en sociologie Alexia Boucherie est l’autrice de « Troubles dans le consentement : du désir...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement