3 minutes de lecture
Mercredi 12 mai 2021
par Louise Saubade
Louise Saubade
Jeune journaliste plurimédia, je me passionne pour les nouvelles écritures numériques, en particulier la vidéo web et le podcast. Je m’intéresse de près aux sujets de société, culture, solidarité, initiatives et solutions, mais aussi aux questions de genre et à l’actualité internationale. Mais mon premier amour demeure et restera l’information de proximité.

Depuis sa création, il y a deux ans, le mouvement des collages féministes n’a cessé d’évoluer. Les colleur·euses féministes utilisent l’affichage sauvage pour lutter en faveur des droits des femmes et des minorités de genre. Désormais, iels s’emparent de la rue en plein jour, aux yeux de tous, avec un mode opératoire bien spécifique aux manifestations.

Découvrez la boutique
Revue Far Ouest

Revues papiers • Abonnements

Boutique

Les colleur·euses utilisent l’affichage sauvage, un moyen d’expression issu de la désobéissance civile non-violente, afin de dénoncer les injustices et éveiller les consciences, toujours sous le prisme d’un féminisme intersectionnel. À l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, le 8 mars, iels ont pris part à la grève féministe organisée à Bordeaux par diverses associations.

Blue, 19 ans, fait partie du collectif Collages féministes de Bordeaux. « Le mouvement des colleur·euses, c’est un mouvement qui s’est fédéré à Paris, à l’été 2019, raconte la jeune femme aux cheveux bleus. Des personnes ont décidé de commencer à coller les noms des personnes qui ont été assassinées, les féminicides. À Bordeaux, ça s’est fédéré en septembre 2019. C’est assez rapidement devenu « Collages féministes » au lieu de « Collages féminicides », lorsqu’il y a eu la scission avec la personne qui a été à l’origine de ce mouvement. »

Car contrairement à elle, les colleur·euses défendent « un féminisme intersectionnel, qui accepte les personnes trans, non binaires, les personnes voilées, les personnes qui sont des travailleur·euses du sexe. On ne colle pas uniquement sur des sujets qui sont féministes, poursuit Blue. En fait, on colle sur toutes les injustices qui vont nous toucher. Par exemple, récemment, on a fait beaucoup de collages sur les Ouïghours, on a collé sur les personnes qui ont été expulsées de la Zone libre à Cenon. Dès qu’il y a une injustice quelconque qui va nous sauter aux yeux, on va coller sur le sujet pour essayer d’informer les gens dessus. C’est le plus important, d’éduquer les gens. »

Des acteur·ices de l’ombre

Blue a rejoint les colleur·euses de Bordeaux il y a quelques mois : « J’ai connu le groupe en voyant les collages dans la rue. J’avais prévu d’aller coller moi-même parce que je ne savais pas comment rejoindre le collectif. Et en fait, totalement par hasard, j’ai rencontré quelqu’un qui faisait partie du collectif, et par le biais de cette personne, j’ai pu le rejoindre. »

Peu de temps après son arrivée, la jeune militante assiste à la fédération des collages durant les manifestations. « Traditionnellement, on opère la nuit, quand tout le monde dort, on est un peu des acteurs et des actrices de l’ombre, témoigne-t-elle. Avant, le collage en manifestation, ce n’était pas quelque chose qu’on faisait spécialement, mais depuis celles concernant la loi Sécurité globale, c’est quelque chose qu’on a vraiment mis en place. »

Néanmoins, ce nouveau mode opératoire ne met pas en danger l’intégrité des jeunes militant·es. « En manifestation, on sait qu’on peut coller en plein jour parce qu’on est protégé, avance Blue. Déjà, on se protège entre nous, on se cache, on ne colle pas réellement devant les gens, on a des moyens de se cacher grâce aux pancartes. » Le collage en manifestation, « c’est un moyen de se faire entendre en plus, affirme la jeune femme. C’est aussi un moyen de montrer aux gens qu’on existe, parce que souvent, on ne nous voit pas, on voit les collages apparaître mais on ne voit pas qui est derrière. De plus, on sait que la foule ne va pas nous jeter des pierres, ni appeler la police parce qu’on est en train de coller, on est énormément soutenu à chaque fois par les manifestants. Ce sont des moments qui sont très forts. »

Un féminisme ouvert et inclusif

Un profil type des colleur·euses se dessine : « La plupart du temps, les gens qui rejoignent le collectif, ce sont des gens qui n’ont aucune expérience dans le militantisme auparavant, analyse Blue. Ce sont des personnes qui sont toutes nouvelles, qui arrivent dans ce milieu, qui viennent un peu de se déconstruire au niveau du féminisme, qui ont envie d’agir. Je pense que c’est une très bonne option, justement pour commencer, et tout le monde peut nous rejoindre. Faire partie des colleur·euses, c’est un très bon moyen de commencer dans le militantisme, parce qu’en fait c’est quelque chose de relativement simple : c’est simple d’aller coller une feuille de papier avec de l’eau et de la farine en guise de colle », conclut la militante.

Car le mouvement des colleur·euses se veut avant tout inclusif. « Je sais que souvent, il y a des gens qui ont peur de se sentir illégitimes pour coller pour différentes raisons, et à chaque fois je leur dis qu’il ne faut pas, martèle Blue. Pour nous, ce qui est très important, c’est le féminisme intersectionnel.  Tout le monde est légitime de faire partie du féminisme, que ce soit des personnes cis, blanches, hétéros, ou des personnes qui font partie de la communauté LGBTQIA+, des personnes qui sont racisées, des personnes qui sont neuroatypiques, des personnes handicapées… Tout le monde est légitime d’en faire partie et il ne faut laisser personne vous dire le contraire. »

Louise Saubade
Jeune journaliste plurimédia, je me passionne pour les nouvelles écritures numériques, en particulier la vidéo web et le podcast. Je m’intéresse de près aux sujets de société, culture, solidarité, initiatives et solutions, mais aussi aux questions de genre et à l’actualité internationale. Mais mon premier amour demeure et restera l’information de proximité.
Retrouvez cet article dans le feuilleton :

En vrai, en vrac

Le compostage participatif

Impossible de composter en appartement ? C'est oublier le système du bokashi.

On ne joue pas, on boxe

"On joue au foot, on joue au tennis... mais on boxe, on ne joue pas."

La cravate solidaire

« L’habit ne fait pas le moine, mais il y contribue. » Voici la devise de l’association la Cravate Solidaire. Pour les recruteurs, l’apparence est une source importante de...

LOGICIELS LIBRES & SOUVERAINETÉ

"Un logiciel fermé est une menace pour la souveraineté de toute organisation, quels que soient son niveau et sa taille."

Le sexisme dans la boxe

"Les hommes avaient des bourses afin de se concentrer sur leur pratique sportive, alors que moi j'avais un travail." L'autrice, comédienne et triple championne du monde de boxe...

Pride sauvage, (cis)tème brutal

La Marche des Fiertés commémore chaque année l’insurrection de Stonewall. Évènement pilier de la lutte de la communauté LGBTQUIA+, elle a été annulée suite à la crise sanitaire...

La mort écolo

Entre l'embaumement, l'importation du cercueil, la crémation... Et si votre mort gâchait tous vos efforts écolo ?

Sanctuariser la terre

« Terre de Liens s’inscrit dans le changement que doivent opérer l’agriculture et les paysans dans leurs pratiques. » Alors que la Nouvelle-Aquitaine est la 1ère région agricole...

Courses : temps calme pour les autistes

Lumières moins fortes et bruits réduits : le supermarché de Langon a mis en place deux heures de temps calme tous les mardis. Ces temps calmes permettent aux autistes et...

Réforme scolaire : toujours plus d'inégalités

« On peut presque prédire quelle sera la trajectoire scolaire d’un élève à six ans et c’est extrêmement problématique. » Vos enfants rentrent à l’école ? Votre famille, vos...

L'école à la maison creuse les inégalités scolaires

Même si les classes populaires passaient plus de temps sur les devoirs que les autres, la « continuité pédagogique » des deux mois sans école a creusé les inégalités. Romain...

Sabine Delcour : Odyssée dans l'empire du milieu

SABINE DELCOUR. Dans sa nouvelle série, la photographe nous plonge dans la frénésie urbanistique de la Chine et la vertigineuse transformation de la ville démesurée, connectée...

Yoyo vidéo : le dernier vidéoclub

Au début des années 2000, La France comptait 5000 vidéoclubs. Aujourd’hui il en reste à peine sur cinquantaine sur tout le territoire. Parmi eux, Yoyo Vidéo, le vidéo club du...

Le dernier Gilet Jaune

Terminé le mouvement des Gilets Jaunes à Bordeaux ? Pas pour Patrice qui tient le piquet de grève tous les jours sur son rond-point.

La low-tech au quotidien

Difficile de se débarrasser de ses outils technologiques alors que peu d’alternatives durables semblent accessibles. L’association Low-Tech Bordeaux essaie justement de...

Ze Drive : les courses zéro déchets

Faire ses courses rapidement grâce au drive, tout en réduisant ses déchets par le vrac : c’est le pari de Ze Drive. Le supermarché sans déchet propose des retraits à Libourne...

La créativité musicale des enfants

Le producteur bordelais Müca Ozer a créé des ateliers d’éveil musical électronique destinés aux enfants dans le but de réveiller leur créativité. Avec des capteurs...

Spiruline bio : la Ferme de l'or vert

À la ferme de l’or vert, située à Bruges, Arthur et Fatima produisent leur propre spiruline bio depuis août 2020. Cette cyanobactérie, surtout utilisée comme complément...

Klaus compagnie : danser en fauteuil roulant

À Bordeaux, la Klaus compagnie inclut les personnes handicapées avec des danseurs et danseuses valides. Elle permet aux premiers de s’exprimer sur scène ou dans les cours de...

Bordeaux-Montaigne : des étudiant·es en détresse

Pour analyser l’ampleur du mal-être étudiant et proposer des solutions pour y répondre, plusieurs associations de l’Université de sciences humaines Bordeaux Montaigne (UBM) ont...

Le Pourquoi Pas Café met la culture locale sous enveloppe

Contraint de fermer ses portes depuis le 28 octobre dernier, le Pourquoi pas Café culturel se réinvente. Afin de lutter contre l'isolement en ces temps de crise sanitaire...

Le quotidien des sans-abris "confiné·es dehors"

Paris, mars 2020. Dans une capitale nocturne vidée par le confinement, le journaliste bordelais Julien Goudichaud a filmé la nuit de ceux qui dorment dehors. Son court-métrage...

Sortir du traumatisme du licenciement

Le sentiment après un licenciement se rapprocherait du stress post-traumatique. C’est la thèse avancée par Luc Biecq dans son Guide d’autodéfense du licencié, paru en 2019. Il y...

La mort civique : dépasser la vieillesse

Une personne âgée, moins indépendante qu’un enfant ? Marianne Blin, autrice de la conférence gesticulée "ridée... mais pas fanée" dénonce les idées reçues sur "les vieux"....

50 ans de féminisme

En 1977, Anne Raulin, avec un groupe de femmes, traduit et adapte le livre américain "Notre Corps, Nous-mêmes" sur la santé féminine. 50 ans après, neuf femmes le réadaptent...

"Tōitsu" de Senbeï : un album collaboratif et confiné

C’était il y a un an, au printemps 2020. Alors que tous ses projets professionnels s’arrêtent avec le reste du monde, mis sous cloche durant le premier confinement, l’artiste...

Les colleur·euses de Bordeaux

Depuis sa création, il y a deux ans, le mouvement des collages féministes n'a cessé d'évoluer. Les colleur·euses féministes utilisent l’affichage sauvage pour lutter en faveur...

Des femmes et des fûts

Déconstruire les clichés tenaces liés à leur genre et donner de la visibilité à leurs actions locales, tels sont les objectifs du collectif des femmes brasseuses de...

La forêt de Higas : une forêt comestible dans les Landes

Au cœur des Landes, à Estibeaux, Yoann Lang sème les graines d’un projet fou : créer la plus grande forêt comestible d’Europe. Étendue sur près de 7 hectares, la forêt de Higas...

Psychiatrie hors les murs

En France, les patient·es en psychiatrie sont dirigé·es vers un service en fonction de leur lieu d’habitation. Mais comment fait-on lorsqu’on n’a pas de lieu d'habitation...

Grappling : les femmes se défendent en non-mixité

À Villenave d’Ornon, le club Submission Power Team propose des cours de self-defense en non-mixité, destinés uniquement aux femmes. Le « grappling », mix entre jiu jitsu et...

Urbanisation et féminisme : tou·tes en selle

Dans les villes françaises, l’absence de monuments ou de mentions à la gloire des femmes témoigne de leur invisibilisation systématique et de leur éviction hors du champ de la...

L'urine, déchet renouvelable

La société Toopi Organics recycle l'urine pour créer des engrais, pesticides et produits ménagers. Une alternative écologique, mais aussi économique pour les agriculteurs...

École en forêt : l'enfant dans la nature

En 2019 paraît le livre L’enfant dans la nature, co-écrit par Matthieu Chéreau et Moïna Fauchier-Delavigne. En plus d'aider à l'épanouissement et développement de l'enfant...

Marie Ange & Flory : le droit à s'habiller dignement

Marie-Josée a été aide-soignante dans une maison de retraite, et a vu la difficulté des personnes âgées et handicapées qui s'habillent avec des vêtements inadaptés. En réponse à...

Alernative urbaine : visiter son quartier

Entre insertion sociale et tourisme alternatif, l’association Alternative Urbaine propose de (re)visiter des quartiers bordelais. Les principaux hauts-lieux de Belcier, La...

Nouveaux cycles : lever les tabous sur la santé féminine

Évoquer la santé ou sexualité féminine reste tabou aujourd’hui : les maladies, les cycles, bien connaître son corps reste crucial pour les personnes concernées ou non. Pour...

Obi : voix migratoire

Obi, nigérian sans papiers, a fui son pays il y a dix ans pour rejoindre l’Europe par la voie de la Méditerranée. De camps en squats, le rappeur a composé de nombreux morceaux...

Ces épisodes pourraient vous intéresser
Les Passager·e·s

Macron : « les années de domination de trop »

Macron : « les années de domination de trop »

Et si Mai 68 c’était maintenant ? Usul, vidéaste et éditorialiste pour Médiapart est un communiste qui s’assume. Pour lui, les années Macron sont les années de domination de...
À chacun son Mai 68

Mai 68 à Périgueux : « L'avenir »

Mai 68 à Périgueux : « L'avenir »

Mai 68 en Dordogne a été bien différent du mouvement parisien. Alors que le mouvement touche à sa fin, la parole se libère et de nouveaux questionnements voient le jour dans les...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement