Épisode 22
7 minutes de lecture
Vendredi 26 mars 2021
par Louise Saubade
Louise Saubade
Jeune journaliste plurimédia, je me passionne pour les nouvelles écritures numériques, en particulier la vidéo web et le podcast. Je m’intéresse de près aux sujets de société, culture, solidarité, initiatives et solutions, mais aussi aux questions de genre et à l’actualité internationale. Mais mon premier amour demeure et restera l’information de proximité.

Paris, mars 2020. Dans une capitale nocturne vidée par le confinement, le journaliste bordelais Julien Goudichaud a filmé la nuit de ceux qui dorment dehors. Son court-métrage “Confinés dehors” a remporté le Prix du public au Festival de Clermont-Ferrand.

Comment se confiner chez soi quand on n’a pas de domicile ? Dans un Paris nocturne déserté par le premier confinement, une partie de la population n’a pas d’autres choix que de se confiner dehors. Alors que le monde entier s’est arrêté, celles et ceux qui dorment dans la rue doivent désormais survivre dans une capitale vidée de sa population. Caméra à la main, le réalisateur bordelais Julien Goudichaud a décidé de raconter leur quotidien.

« Un soir, je suis sorti faire un tour dans mon quartier, les rues étaient désertes, il était à peu près 2 heures du matin, se souvient le journaliste. En arrivant à l’angle d’un carrefour très fréquenté habituellement, juste à côté de chez moi, j’ai vu un homme qui était accroupi par terre, sur un trottoir. Je me suis approché de lui au pas de course pour lui demander ce qui n’allait pas ou lui venir en aide. Et quand je suis arrivé à son niveau, j’ai vu un homme avec la tête plongée dans une grille d’égout. Il a relevé la tête, sa lampe torche m’a aveuglé et il m’a dit : “Je cherche des pièces.” »

Pour le réalisateur, c’est une révélation : « Il fallait que je le filme, c’était une évidence ! Je suis rentrée chez moi pour prendre ma caméra, il a accepté de me parler un petit peu. » Mais très vite, une patrouille de police arrive sur place et sépare les deux hommes, leur ordonnant de rentrer chez eux. « C’était une scène absurde, lui disait : “Moi je n’ai pas de chez moi, j’habite dehors !” », poursuit-il.

Nelson, Sarah et les autres

« Ça a été une claque énorme, confie Julien Goudichaud. Je suis rentré chez moi, j’ai regardé les images, fait le montage… et c’était lunaire. Il n’y avait pas un bruit sur les plans larges et il était là, à chercher des pièces… À partir de là, je me suis dit : “Je vais me promener maintenant, et on va voir s’il y a d’autres personnes comme lui qui en sont réduit à faire des choses un petit peu dingues pour survivre. Au fur et à mesure des nuits, j’ai commencé à filmer avec l’un, avec l’autre, et à la fin ça a donné une déambulation dans Paris, des histoires de personnes de différentes entrecoupées de plans de rues et de places mondialement connues qui étaient complètement vides et fantomatiques. »

Le journaliste bordelais passe du temps avec cet homme, Nelson. Il parvient même à aller dans son repère, dissimulé sous une trappe. Le sans-abris collectionne les bijoux qu’il préfère offrir aux personnes qu’il affectionne plutôt que de les revendre. Julien Goudichaud en fait partie : « Il m’a offert un stylo plaqué or parce qu’il tenait à ce que j’en possède un qui soit présentable pour le travail. » En faisant des recherches sur Internet, le journaliste réalise que le-dit stylo vaut en réalité plusieurs centaines d’euros. « Je lui ai dit mais il ne voulait pas que je lui rende, sourit le journaliste. Et je me retrouve aujourd’hui avec ce stylo en or, sur mon bureau, je remplis tous mes papiers administratifs avec et je pense à lui à chaque fois. »

Des rues de Paris au festival de Clermont-Ferrand

Habitué des circuits classiques du milieu de la production télévisuelle, Julien Goudichaud ne parvient pas à vendre son projet. « Les producteurs me disaient : “Ecoute Julien, ton film c’est un ovni, il y n’a aucun programme qui veut l’acheter. Il est super mais on ne peut rien en faire.” Or, mon documentaire, je le trouvais bien comme ça, je ne voulais pas le modifier. Heureusement, je connais très bien le producteur d’une société bordelaise, Mon Ballon Productions, qui m’a dit : “Tu n’as jamais essayé mais en fait, il ne faut surtout pas le modifier ton film, il faut le faire vivre de la manière dont tu l’as raconté et lui faire faire un circuit en festival.” 

Pari réussi. Son documentaire est sélectionné au Festival du court métrage de Clermont-Ferrand. « C’est un circuit que je ne connaissais pas du tout, reconnaît Julien Goudichaud. C’est en me renseignant que je me suis aperçu de l’ampleur de ces festivals. Alors, quand on m’a annoncé les premières sélections, j’ai été très surpris. Surtout, cela m’a permis de découvrir un monde dans lequel il nous était permis de créer comme on voulait, de raconter les choses comme on voulait. »

La surprise est d’autant plus grande pour le réalisateur bordelais, qui remporte la catégorie dans laquelle son film est nommé. Covid oblige, l’annonce du grand gagnant a lieu en ligne, en distanciel. « Quand on m’a dit Prix du public, j’ai pas du tout cherché à faire bonne figure, s’amuse Julien Goudichaud. Je crois que j’ai poussé des cris, j’ai sauté, ça a beaucoup fait rire les gens qui regardaient ! »

« Pour moi, le Prix du public, c’est le prix numéro un, confie le journaliste. C’est le public que je cherche à émouvoir, à faire réfléchir, à faire se questionner. Je pensais que j’avais été sélectionné parce que mon film génère de l’empathie et qu’il y avait quelque chose de visuel, mais je ne pensais pas du tout que je serais primé. Je n’avais même pas moi-même appelé le public à voter, à relayer, à envoyer des mails. En fait, ça s’est fait naturellement, les gens l’ont vu et se le sont renvoyé entre eux. Il y a eu un espèce d’effet boule de neige, car je pense que les gens que j’ai filmés dans mon film les ont beaucoup touchés. Et c’est ça, la victoire. »

Louise Saubade
Jeune journaliste plurimédia, je me passionne pour les nouvelles écritures numériques, en particulier la vidéo web et le podcast. Je m’intéresse de près aux sujets de société, culture, solidarité, initiatives et solutions, mais aussi aux questions de genre et à l’actualité internationale. Mais mon premier amour demeure et restera l’information de proximité.
Dans le même feuilleton

Le compostage participatif

Impossible de composter en appartement ? C'est oublier le système du bokashi.

On ne joue pas, on boxe

"On joue au foot, on joue au tennis... mais on boxe, on ne joue pas."

La cravate solidaire

« L’habit ne fait pas le moine, mais il y contribue. » Voici la devise de l’association la Cravate Solidaire. Pour les recruteurs, l’apparence est une source importante de...

LOGICIELS LIBRES & SOUVERAINETÉ

"Un logiciel fermé est une menace pour la souveraineté de toute organisation, quels que soient son niveau et sa taille."

Le sexisme dans la boxe

"Les hommes avaient des bourses afin de se concentrer sur leur pratique sportive, alors que moi j'avais un travail." L'autrice, comédienne et triple championne du monde de boxe...

Pride sauvage, (cis)tème brutal

La Marche des Fiertés commémore chaque année l’insurrection de Stonewall. Évènement pilier de la lutte de la communauté LGBTQUIA+, elle a été annulée suite à la crise sanitaire...

La mort écolo

Entre l'embaumement, l'importation du cercueil, la crémation... Et si votre mort gâchait tous vos efforts écolo ?

Sanctuariser la terre

« Terre de Liens s’inscrit dans le changement que doivent opérer l’agriculture et les paysans dans leurs pratiques. » Alors que la Nouvelle-Aquitaine est la 1ère région agricole...

Courses : temps calme pour les autistes

Lumières moins fortes et bruits réduits : le supermarché de Langon a mis en place deux heures de temps calme tous les mardis. Ces temps calmes permettent aux autistes et...

Réforme scolaire : toujours plus d'inégalités

« On peut presque prédire quelle sera la trajectoire scolaire d’un élève à six ans et c’est extrêmement problématique. » Vos enfants rentrent à l’école ? Votre famille, vos...

L'école à la maison creuse les inégalités scolaires

Même si les classes populaires passaient plus de temps sur les devoirs que les autres, la « continuité pédagogique » des deux mois sans école a creusé les inégalités. Romain...

Sabine Delcour : Odyssée dans l'empire du milieu

SABINE DELCOUR. Dans sa nouvelle série, la photographe nous plonge dans la frénésie urbanistique de la Chine et la vertigineuse transformation de la ville démesurée, connectée...

Yoyo vidéo : le dernier vidéoclub

Au début des années 2000, La France comptait 5000 vidéoclubs. Aujourd’hui il en reste à peine sur cinquantaine sur tout le territoire. Parmi eux, Yoyo Vidéo, le vidéo club du...

Le dernier Gilet Jaune

Terminé le mouvement des Gilets Jaunes à Bordeaux ? Pas pour Patrice qui tient le piquet de grève tous les jours sur son rond-point.

La low-tech au quotidien

Difficile de se débarrasser de ses outils technologiques alors que peu d’alternatives durables semblent accessibles. L’association Low-Tech Bordeaux essaie justement de...

Ze Drive : les courses zéro déchets

Faire ses courses rapidement grâce au drive, tout en réduisant ses déchets par le vrac : c’est le pari de Ze Drive. Le supermarché sans déchet propose des retraits à Libourne...

La créativité musicale des enfants

Le producteur bordelais Müca Ozer a créé des ateliers d’éveil musical électronique destinés aux enfants dans le but de réveiller leur créativité. Avec des capteurs...

Spiruline bio : la Ferme de l'or vert

À la ferme de l’or vert, située à Bruges, Arthur et Fatima produisent leur propre spiruline bio depuis août 2020. Cette cyanobactérie, surtout utilisée comme complément...

Klaus compagnie : danser en fauteuil roulant

À Bordeaux, la Klaus compagnie inclut les personnes handicapées avec des danseurs et danseuses valides. Elle permet aux premiers de s’exprimer sur scène ou dans les cours de...

Bordeaux-Montaigne : des étudiant·es en détresse

Pour analyser l’ampleur du mal-être étudiant et proposer des solutions pour y répondre, plusieurs associations de l’Université de sciences humaines Bordeaux Montaigne (UBM) ont...

Le Pourquoi Pas Café met la culture locale sous enveloppe

Contraint de fermer ses portes depuis le 28 octobre dernier, le Pourquoi pas Café culturel se réinvente. Afin de lutter contre l'isolement en ces temps de crise sanitaire...

Le quotidien des sans-abris "confiné·es dehors"

Paris, mars 2020. Dans une capitale nocturne vidée par le confinement, le journaliste bordelais Julien Goudichaud a filmé la nuit de ceux qui dorment dehors. Son court-métrage...

Sortir du traumatisme du licenciement

Le sentiment après un licenciement se rapprocherait du stress post-traumatique. C’est la thèse avancée par Luc Biecq dans son Guide d’autodéfense du licencié, paru en 2019. Il y...

La mort civique : dépasser la vieillesse

Une personne âgée, moins indépendante qu’un enfant ? Marianne Blin, autrice de la conférence gesticulée "ridée... mais pas fanée" dénonce les idées reçues sur "les vieux"....

50 ans de féminisme

En 1977, Anne Raulin, avec un groupe de femmes, traduit et adapte le livre américain "Notre Corps, Nous-mêmes" sur la santé féminine. 50 ans après, neuf femmes le réadaptent...

"Tōitsu" de Senbeï : un album collaboratif et confiné

C’était il y a un an, au printemps 2020. Alors que tous ses projets professionnels s’arrêtent avec le reste du monde, mis sous cloche durant le premier confinement, l’artiste...

Les colleur·euses de Bordeaux

Depuis sa création, il y a deux ans, le mouvement des collages féministes n'a cessé d'évoluer. Les colleur·euses féministes utilisent l’affichage sauvage pour lutter en faveur...

Des femmes et des fûts

Déconstruire les clichés tenaces liés à leur genre et donner de la visibilité à leurs actions locales, tels sont les objectifs du collectif des femmes brasseuses de...

La forêt de Higas : une forêt comestible dans les Landes

Au cœur des Landes, à Estibeaux, Yoann Lang sème les graines d’un projet fou : créer la plus grande forêt comestible d’Europe. Étendue sur près de 7 hectares, la forêt de Higas...

Psychiatrie hors les murs

En France, les patient·es en psychiatrie sont dirigé·es vers un service en fonction de leur lieu d’habitation. Mais comment fait-on lorsqu’on n’a pas de lieu d'habitation...

Grappling : les femmes se défendent en non-mixité

À Villenave d’Ornon, le club Submission Power Team propose des cours de self-defense en non-mixité, destinés uniquement aux femmes. Le « grappling », mix entre jiu jitsu et...

Urbanisation et féminisme : tou·tes en selle

Dans les villes françaises, l’absence de monuments ou de mentions à la gloire des femmes témoigne de leur invisibilisation systématique et de leur éviction hors du champ de la...

École en forêt : l'enfant dans la nature

En 2019 paraît le livre L’enfant dans la nature, co-écrit par Matthieu Chéreau et Moïna Fauchier-Delavigne. En plus d'aider à l'épanouissement et développement de l'enfant...

Ces épisodes pourraient vous intéresser
Cash sur Table

Pesticides : l'enquête de Rue89 Bordeaux

Pesticides : l'enquête de Rue89 Bordeaux

Rue 89 Bordeaux chronique depuis de nombreuses années la catastrophe sanitaire et environnementale des pesticides dans les vignes du bordelais. Durant deux semaines, nous vous...
Mystères, Mystères

Biodynamie : un vin lunaire

Biodynamie : un vin lunaire

De plus en plus de viticulteurs se détournent des méthodes industrielles pour se convertir à la biodynamie. Un système d’exploitation agricole et ésotérique un peu particulier...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement