Épisode 28
4 minutes de lecture
Vendredi 21 mai 2021
par Louise Saubade
Louise Saubade
Jeune journaliste plurimédia, je me passionne pour les nouvelles écritures numériques, en particulier la vidéo web et le podcast. Je m’intéresse de près aux sujets de société, culture, solidarité, initiatives et solutions, mais aussi aux questions de genre et à l’actualité internationale. Mais mon premier amour demeure et restera l’information de proximité.

Déconstruire les clichés tenaces liés à leur genre et donner de la visibilité à leurs actions locales, tels sont les objectifs du collectif des femmes brasseuses de Nouvelle-Aquitaine, porté par la chanteuse brésilienne Alê Kali. Elles se sont réunies pour la première fois le 10 mars dernier à la Microbrasserie béglaise autour d’un brassin collaboratif, afin d’acter la naissance de leur collectif féministe et solidaire.

Le café est chaud, les croissants sont disposés à côté des revues féministes. Alors que les premières invitées commencent à arriver, Alê Kali s’active dans son entrepôt reconverti depuis peu en microbrasserie. La chanteuse brésilienne s’est lancée dans l’aventure de la bière locale il y a quelques mois. Le 10 mars dernier, elle a réuni quatorze femmes brasseuses autour d’un brassin collaboratif. Toutes sont implantées en Nouvelle-Aquitaine et motivées par l’envie de concilier bière et sororité au sein d’un collectif résolument féministe.

« Ce brassin collectif a été mis en place dans le but de réunir les femmes de l’univers de la bière et de développer notre collectif de femmes brasseuses de la Nouvelle-Aquitaine, résume Alê Kali. Le groupe n’a pas encore de nom. C’est juste une envie de nous réunir autour d’actions, d’initiatives, de brassins collectifs régionaux… Et réaliser des actions pour affirmer la présence féminine dans ce milieu, montrer qu’on a une force au niveau local. »

Outre les moments d’échange organisés à intervalle régulier, le collectif veut donner plus de visibilité aux femmes dans cet univers traditionnellement masculin. « Dans les brasseries, il y a toujours des petites mains qui sont derrière les brasseurs. C’est important aussi de reconnaître leur travail, de montrer que les femmes sont là et qu’elles sont fondamentales », poursuit la chanteuse brésilienne.

Un brassin collaboratif

Au cours de cette première journée, les quatorze brasseuses s’accordent à produire une recette collaborative. Le produit final sera distribué dans chacune de leur brasserie. « Cette bière sera une double IPA, une bière plus forte en alcool… un truc de femme quoi ! Dans les huit degrés d’alcool, bien chargée en houblon, bien aromatique », s’amuse Alê Kali. 

Le choix de ce breuvage n’est pas un hasard. L’objectif de ce brassin, c’est aussi de « déconstruire les clichés qu’on nous attribue tout le temps : « Les femmes n’aiment pas l’amertume, il vaut mieux faire une bière très sucrée, bien rouge, bien fruitée… » Non. On aime bien les bières bien chargées en houblon, bien amères, bien fortes en alcool. »

Les brassages collaboratifs s’inscrivent dans un mouvement international originaire des États-Unis, le Pink Boots Collaboration Brew Day, créé par l’association Pink Boots Society. Les bénéfices de ventes de ces bières seront redistribués entre les branches participantes. Les revenus peuvent notamment servir à financer la formation et la spécialisation des membres de l’association.

« L’histoire de la bière est intimement liée à celle des femmes » 

Fin de matinée, c’est l’heure de la dégustation. Les quatorze brasseuses quittent le hangar et s’installent à l’extérieur autour d’une grande table de jardin, sur laquelle sont disposées des dizaines de bières. Chacune des participantes a ramené quelques bouteilles de sa production personnelle. Véro est venue avec ses bières “Virgo”. Elle et son acolyte – qui porte le même surnom – ont monté ensemble la microbrasserie Y a une sorcière dans ma bière, basée à La Réole.

« L’histoire de la bière est intimement liée à celle des femmes, assure Véro. Dès l’Antiquité, c’étaient les femmes qui brassaient la bière. Alors, pas forcément pour de bonnes raisons, puisqu’en fait il s’agissait d’une activité domestique, c’est-à-dire qui se faisait à la maison, dans la cuisine. »

C’est cette histoire oubliée liant les femmes au monde de la bière qui ont inspiré les deux Véro quant au choix du nom de leur entreprise locale. « À une époque, celle de l’Inquisition, les femmes brasseuses ont également été accusées de sorcellerie, puisqu’elles avaient une indépendance économique, rapporte la brasseuse. Les femmes ont été évincées du monde de la bière quand c’est devenu rentable, tout simplement. »

Selon Véro, des chercheur·ses s’accordent à dire que les accessoires commerciaux associés à la figure de la sorcière au moment d’Halloween tireraient leur origine « des femmes brasseuses, anglaises notamment, qui, pour se faire repérer sur les marchés quand elles allaient y vendre leurs bières, portaient un chapeau noir. Quand la bière était prête, elles installaient une gerbe de blé devant leur maison, qui peut faire penser à un balai. Elles avaient des chats pour chasser les rongeurs et puis surtout, elles préparaient leur potion magique dans un chaudron, dans la cheminée. »

Démarche féministe

Après la dégustation vient le temps de l’échange. À l’heure du déjeuner, les quatorze brasseuses débattent à propos du nom de leur collectif néo-aquitain et des modalités de leurs prochaines rencontres. Le calendrier n’a pas été laissé au hasard. Ce premier rendez-vous se déroule la semaine du 8 mars, date de la Journée internationale de lutte des droits de femmes. « On est dans une démarche féministe parce qu’il y a un déséquilibre dans notre société. Malheureusement, on doit se battre pour affirmer qu’on a des droits égaux », regrette Alê Kali.

Autour de ce brassin collaboratif, les professionnelles de la bière envisagent un avenir plus solidaire. « C’est ça qu’inspire ce collectif-là, c’est la sororité, sourit la brasseuse béglaise. C’est le fait de créer un espace d’entraide et d’écoute. C’est le fait de savoir qu’il y a quelqu’un à qui tu peux recourir si tu as besoin d’échanger, si tu as besoin d’un coup de main, pour faire avancer d’un pas et rendre ta journée plus légère. C’est ça le but d’un collectif. »

Louise Saubade
Jeune journaliste plurimédia, je me passionne pour les nouvelles écritures numériques, en particulier la vidéo web et le podcast. Je m’intéresse de près aux sujets de société, culture, solidarité, initiatives et solutions, mais aussi aux questions de genre et à l’actualité internationale. Mais mon premier amour demeure et restera l’information de proximité.
Dans le même feuilleton

Le compostage participatif

Impossible de composter en appartement ? C'est oublier le système du bokashi.

On ne joue pas, on boxe

"On joue au foot, on joue au tennis... mais on boxe, on ne joue pas."

La cravate solidaire

« L’habit ne fait pas le moine, mais il y contribue. » Voici la devise de l’association la Cravate Solidaire. Pour les recruteurs, l’apparence est une source importante de...

LOGICIELS LIBRES & SOUVERAINETÉ

"Un logiciel fermé est une menace pour la souveraineté de toute organisation, quels que soient son niveau et sa taille."

Le sexisme dans la boxe

"Les hommes avaient des bourses afin de se concentrer sur leur pratique sportive, alors que moi j'avais un travail." L'autrice, comédienne et triple championne du monde de boxe...

Pride sauvage, (cis)tème brutal

La Marche des Fiertés commémore chaque année l’insurrection de Stonewall. Évènement pilier de la lutte de la communauté LGBTQUIA+, elle a été annulée suite à la crise sanitaire...

La mort écolo

Entre l'embaumement, l'importation du cercueil, la crémation... Et si votre mort gâchait tous vos efforts écolo ?

Sanctuariser la terre

« Terre de Liens s’inscrit dans le changement que doivent opérer l’agriculture et les paysans dans leurs pratiques. » Alors que la Nouvelle-Aquitaine est la 1ère région agricole...

Courses : temps calme pour les autistes

Lumières moins fortes et bruits réduits : le supermarché de Langon a mis en place deux heures de temps calme tous les mardis. Ces temps calmes permettent aux autistes et...

Réforme scolaire : toujours plus d'inégalités

« On peut presque prédire quelle sera la trajectoire scolaire d’un élève à six ans et c’est extrêmement problématique. » Vos enfants rentrent à l’école ? Votre famille, vos...

L'école à la maison creuse les inégalités scolaires

Même si les classes populaires passaient plus de temps sur les devoirs que les autres, la « continuité pédagogique » des deux mois sans école a creusé les inégalités. Romain...

Sabine Delcour : Odyssée dans l'empire du milieu

SABINE DELCOUR. Dans sa nouvelle série, la photographe nous plonge dans la frénésie urbanistique de la Chine et la vertigineuse transformation de la ville démesurée, connectée...

Yoyo vidéo : le dernier vidéoclub

Au début des années 2000, La France comptait 5000 vidéoclubs. Aujourd’hui il en reste à peine sur cinquantaine sur tout le territoire. Parmi eux, Yoyo Vidéo, le vidéo club du...

Le dernier Gilet Jaune

Terminé le mouvement des Gilets Jaunes à Bordeaux ? Pas pour Patrice qui tient le piquet de grève tous les jours sur son rond-point.

La low-tech au quotidien

Difficile de se débarrasser de ses outils technologiques alors que peu d’alternatives durables semblent accessibles. L’association Low-Tech Bordeaux essaie justement de...

Ze Drive : les courses zéro déchets

Faire ses courses rapidement grâce au drive, tout en réduisant ses déchets par le vrac : c’est le pari de Ze Drive. Le supermarché sans déchet propose des retraits à Libourne...

La créativité musicale des enfants

Le producteur bordelais Müca Ozer a créé des ateliers d’éveil musical électronique destinés aux enfants dans le but de réveiller leur créativité. Avec des capteurs...

Spiruline bio : la Ferme de l'or vert

À la ferme de l’or vert, située à Bruges, Arthur et Fatima produisent leur propre spiruline bio depuis août 2020. Cette cyanobactérie, surtout utilisée comme complément...

Klaus compagnie : danser en fauteuil roulant

À Bordeaux, la Klaus compagnie inclut les personnes handicapées avec des danseurs et danseuses valides. Elle permet aux premiers de s’exprimer sur scène ou dans les cours de...

Bordeaux-Montaigne : des étudiant·es en détresse

Pour analyser l’ampleur du mal-être étudiant et proposer des solutions pour y répondre, plusieurs associations de l’Université de sciences humaines Bordeaux Montaigne (UBM) ont...

Le Pourquoi Pas Café met la culture locale sous enveloppe

Contraint de fermer ses portes depuis le 28 octobre dernier, le Pourquoi pas Café culturel se réinvente. Afin de lutter contre l'isolement en ces temps de crise sanitaire...

Le quotidien des sans-abris "confiné·es dehors"

Paris, mars 2020. Dans une capitale nocturne vidée par le confinement, le journaliste bordelais Julien Goudichaud a filmé la nuit de ceux qui dorment dehors. Son court-métrage...

Sortir du traumatisme du licenciement

Le sentiment après un licenciement se rapprocherait du stress post-traumatique. C’est la thèse avancée par Luc Biecq dans son Guide d’autodéfense du licencié, paru en 2019. Il y...

La mort civique : dépasser la vieillesse

Une personne âgée, moins indépendante qu’un enfant ? Marianne Blin, autrice de la conférence gesticulée "ridée... mais pas fanée" dénonce les idées reçues sur "les vieux"....

50 ans de féminisme

En 1977, Anne Raulin, avec un groupe de femmes, traduit et adapte le livre américain "Notre Corps, Nous-mêmes" sur la santé féminine. 50 ans après, neuf femmes le réadaptent...

"Tōitsu" de Senbeï : un album collaboratif et confiné

C’était il y a un an, au printemps 2020. Alors que tous ses projets professionnels s’arrêtent avec le reste du monde, mis sous cloche durant le premier confinement, l’artiste...

Les colleur·euses de Bordeaux

Depuis sa création, il y a deux ans, le mouvement des collages féministes n'a cessé d'évoluer. Les colleur·euses féministes utilisent l’affichage sauvage pour lutter en faveur...

Des femmes et des fûts

Déconstruire les clichés tenaces liés à leur genre et donner de la visibilité à leurs actions locales, tels sont les objectifs du collectif des femmes brasseuses de...

La forêt de Higas : une forêt comestible dans les Landes

Au cœur des Landes, à Estibeaux, Yoann Lang sème les graines d’un projet fou : créer la plus grande forêt comestible d’Europe. Étendue sur près de 7 hectares, la forêt de Higas...

Psychiatrie hors les murs

En France, les patient·es en psychiatrie sont dirigé·es vers un service en fonction de leur lieu d’habitation. Mais comment fait-on lorsqu’on n’a pas de lieu d'habitation...

Grappling : les femmes se défendent en non-mixité

À Villenave d’Ornon, le club Submission Power Team propose des cours de self-defense en non-mixité, destinés uniquement aux femmes. Le « grappling », mix entre jiu jitsu et...

Urbanisation et féminisme : tou·tes en selle

Dans les villes françaises, l’absence de monuments ou de mentions à la gloire des femmes témoigne de leur invisibilisation systématique et de leur éviction hors du champ de la...

École en forêt : l'enfant dans la nature

En 2019 paraît le livre L’enfant dans la nature, co-écrit par Matthieu Chéreau et Moïna Fauchier-Delavigne. En plus d'aider à l'épanouissement et développement de l'enfant...

Ces épisodes pourraient vous intéresser
Les Embarqués

Enzo, boxeur pieds et poings liés

Enzo, boxeur pieds et poings liés

Être un champion ou tout sacrifier pour le devenir… Voilà les deux seules options d’Enzo. À 15 ans, ce jeune espoir de la boxe thaïlandaise ne vit que pour son rêve : le titre...
Amateurs pro

Cam Girlz de Sean Dunne : « Nous sommes de vraies filles »

Cam Girlz de Sean Dunne : « Nous sommes de vraies filles »

Sean Dunne a suivi les camgirls dans leur intimité, au-delà de la webcam dans le documentaire Cam Girlz.
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement