Épisode 12
10 minutes de lecture
Article réservé aux abonné.e.s


Vendredi 12 mars 2021
par Laurent Perpigna Iban
Laurent Perpigna Iban
Il travaille principalement sur la question des nations sans états, des luttes d'émancipation des peuples aux processus politiques en cours, des minorités, et des réfugiés. Il est souvent sur la route du proche et du moyen Orient pour son site Folklore du quotidien.

Après la mort d’un jeune homme de 16 ans, tué par arme à feu dans le quartier des Aubiers à Bordeaux en janvier 2021, la pression médiatique s’est estompée. La superposition des problèmes qui frappent les quartiers populaires, elle, est toujours intacte. Afin de comprendre ce qui se joue dans les cités bordelaises, nous vous emmenons à la rencontre de cinq acteurs de terrain. Sous couvert d’anonymat, mais sans filtre, ils décryptent.

Le 2 janvier 2021, peu après 20 heures, une berline aux teintes sombres s’engouffre dans le quartier des Aubiers, à Bordeaux. Quelques secondes plus tard, les occupants du véhicule ouvrent le feu. Les balles sifflent, des hurlements retentissent. Quatre jeunes qui stationnaient en bas des tours sont blessés par arme à feu. Un cinquième, 16 ans à peine, décède peu après aux urgences.

L’affaire a un retentissement national. Partout, les mêmes questions tournent en boucle : une guerre des cités est-elle en cours ? Faut-il s’attendre à ce que les quartiers de Bordeaux flambent ? La situation est — elle hors de contrôle ?

Comme si soudainement les quartiers populaires de l’agglomération bordelaise se voyaient plongés au centre des préoccupations ; des problématiques abordées, comme il est de coutume, sous le seul prisme sécuritaire. Pourtant, depuis des semaines, depuis des mois, les cris d’alarme émanant de travailleurs sociaux et d’acteurs de terrain s’étaient multipliés, n’obtenant pour seul retour que l’écho de leurs propres voix sur les blocs de béton.

Un tag dans les quartiers nord de Bordeaux
« Que voulez-vous ? Les jeunes ont la rage des institutions » — Photo : Laurent Perpigna Iban

Bintou, Amélie, Mathieu, Laurent et Maelle sont éducateurs de rue, médiateurs, ou anciens travailleurs sociaux victimes de licenciement économique. Mais ils ne manquent pas de le signaler, au moment des présentations : tous et toutes habitent des quartiers populaires depuis toujours. Ils ont fait le choix d’y rester et, au travers de leurs missions ou de leurs engagements, de maintenir un lien fort avec la jeunesse du Grand Parc, des Aubiers, ou de Bacalan.

Cet article est réservé aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter


Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement
Laurent Perpigna Iban
Il travaille principalement sur la question des nations sans états, des luttes d'émancipation des peuples aux processus politiques en cours, des minorités, et des réfugiés. Il est souvent sur la route du proche et du moyen Orient pour son site Folklore du quotidien.
Dans le même feuilleton

Gilets jaunes : casser la violence

Depuis novembre, le mouvement des Gilets jaunes occupe l’espace médiatique. Au cœur des discussions, « la violence ». Violences des casseurs, des CRS, des manifestants, de...

Street medics : croix bleues et gilets jaunes

Chaque semaine, les images de manifestants blessés lors des mobilisations des gilets jaunes envahissent les réseaux sociaux. Dans ce nouvel épisode de Social Brutal, Revue Far...

« L'État a réalisé des années de propagande anarchiste »

Enseignant chercheur, « géographe libertaire » et auteur d’une vingtaine d’ouvrages, Philippe Pelletier écume les sphères militantes depuis la fin des années 1970. Son...

Situationnisme : Parole aux murs

Certains refusent de voir autre chose que du vandalisme. Pire, même, le sabotage d’un patrimoine. D’autres, en revanche, associent les dizaines de graffitis qui apparaissent au...

Philippe Poutou : Bons baisers de Ford

L'usine Ford de Blanquefort ferme. Était-ce vraiment inéluctable ?

Ne plus se mentir : le temps de la radicalisation

C’est un ancien communicant chez Orange et co-fondateur de l’écosystème Darwin. Aujourd’hui installé à la Réunion, nous avons retrouvé Jean-Marc Gancille lors de son passage à...

« La possibilité du fascisme »

« Ceux qui s’imaginent que l’extrême droite est simplement un épouvantail agité par les partis de centre gauche ou de droite pour se faire élire ne voient qu’une partie du...

Les clichés écos : les retraites

Jean-Marie Harribey est un Économiste atterré. Pour vous aider à survivre aux fêtes, il débunke quatre clichés sur les retraites et la réforme. Durée de la cotisation...

Les clichés éco : la dette

Eric Berr est maître de conférence en économie à l’Université de Bordeaux, et membres des économistes atterrés. Il décrypte pour nous les clichés qui entourent la dette, et...

L'énergie pour enrayer la machine

« Si les Gilets jaunes n’avaient pas été radicaux, personne n’aurait entendu parler d’eux. » Au détour d’un piquet de grève, les électriciens et gaziers restent mobilisés autant...

Trop précaires pour manifester

« Le passage à l’acte est plus difficile : les précaires sont moins habitués à ce genre de mobilisation et sont moins syndiqués. » Frédéric Neyrat est professeur de sociologie....

Bordeaux : l’abandon « des cités » vu de l’intérieur

Après la mort d’un jeune homme de 16 ans, tué par arme à feu dans le quartier des Aubiers à Bordeaux en janvier 2021, la pression médiatique s’est estompée. La superposition des...

Rémy Garnier ou la soif de justice

Inspecteur des finances à la retraite dans le Lot-et-Garonne, Rémy Garnier a passé sa carrière à se battre contre la fraude. Jusqu’à entrer en scène dans l’affaire Cahuzac, dont...

Ces épisodes pourraient vous intéresser
En vrai, en vrac

La mort écolo

La mort écolo

Entre l'embaumement, l'importation du cercueil, la crémation... Et si votre mort gâchait tous vos efforts écolo ?
Le retour du sauvage

La lente conquête de l'ouest des ours et des loups

La lente conquête de l'ouest des ours et des loups

C’est donc fait. Les deux ourses slovènes, Claverina et Sorita, gambadent désormais dans le Béarn. Une première depuis plus de dix ans. Elles ont été relâchées pour tenter de...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement