Épisode 2
12 minutes de lecture
Article réservé aux abonné.e.s


Vendredi 18 janvier 2019
par Les Frères Lopez
Les Frères Lopez
Auteurs-réalisateurs, les frères Lopez abordent au travers leurs œuvres de fiction et de documentaire un sujet récurrent : la violence sociale.

Chaque semaine, les images de manifestants blessés lors des mobilisations des gilets jaunes envahissent les réseaux sociaux. Dans ce nouvel épisode de Social Brutal, Revue Far Ouest vous fait découvrir la démarche des “Croix bleues”, ces secouristes de l’extrême qui parcourent les manifestations afin d’administrer les premiers soins aux blessés.

Midi pile. En cette nouvelle journée de mobilisation, toujours aucun gilet jaune ni force de l’ordre à l’horizon. Nous avons rendez-vous dans Bordeaux avec une équipe de Croix bleues. Deux hommes d’une trentaine d’années nous attendent, adossés à un mur.

Ils sont vite rejoints par le reste de leur équipe. Autour de Vincent, Bastien, Jacques, Paul et Marie, ils sont une quinzaine. Organisés via des groupes sur les réseaux sociaux, ils ont ajusté leur nombre quelques heures avant la manifestation. « Nous avons dû procéder à un grand nettoyage sur Facebook, en réduisant les effectifs de 600 à 200 personnes. Beaucoup ne possédaient aucune compétence médicale. Il y avait même un marabout éloigneur de mauvais sort et une femme qui soignait la douleur en posant sur les corps blessés des pierres chaudes. C’était un peu trop long comme process médical ! », s’amuse l’un d’entre eux.

social brutal, violences, violent, revue far ouest, local, documentaire, long formats, sud ouest, bordeaux, manifestations, CRS, Bordeaux, Pey Berland, débordement, politique, affrontements, street medics, croix bleues, soins, blessés, violences policières
Les « Croix bleues rejoignent la place de la Bourse — Photo : Alexis Lopez

Leur démarche rappelle celle des Street Medics, qui ont fait leur apparition il y a quelques années sur la zone à défendre (ZAD) de Notre-Dame-des-Landes, avant de se démocratiser lors des mobilisations face à la « Loi Travail ». Pour autant, l’histoire de ces secouristes des mouvements sociaux est déjà ancienne, puisqu’elle a pris sa source au cœur des combats pour les droits civiques aux États-Unis, dans les années 1960. « Nous avons une démarche un peu différente des street medics, on pense qu’on est plus efficaces en la jouant collectif et en nous organisant avec des tenues officielles, des talkies-walkies… » commente l’un d’entre eux.

À Bordeaux, la plupart de ces croix bleues, plus communément appelées « médics », appartiennent au corps médical : infirmiers, aide-soignants, pompiers volontaires, anciens militaires… Les âges sont très disparates : celles et ceux que nous suivons ont entre 22 et 56 ans. Ils forment, comme les gilets jaunes, un groupe hétéroclite.

« C’est génial ce que vous faites, continuez »

Leur après-midi commence souvent par un bilan de la dernière manifestation. Aujourd’hui, ils évoquent le cas d’un jeune homme, blessé à la tempe par un tir de flash-ball. Il n’avait pourtant rien à voir avec les gilets jaunes : il traversait la rue pour aller dîner chez des amis. La mère du jeune garçon rapidement pris en charge par l’équipe de médics présente sur place leur a témoigné sa gratitude par téléphone. Sourires complices et sentiment du devoir accompli. Tous se félicitent.

Avant de partir, ils se séparent en quatre équipes. Bastien, ancien militaire en charge du groupe, distribue les talkies-walkies et nous regarde fixement : « Tu as bien ton équipement ? Sans cela tu ne viens pas avec nous, c’est trop dangereux, tu ne tiendras pas un quart d’heure là-bas. »

Il est 12 h 15, et le ton est donné. Nous enfilons la tenue officielle de ces soigneurs de l’extrême : un pardessus blanc floqué d’une croix bleue. À nos côtés, l’équipe se prépare : masque respiratoire et lunettes de protection hermétiques pour tous.

On cherche à se distinguer pour que les forces de l’ordre nous reconnaissent et évitent de nous tirer dessus

La troupe se met en branle, direction place de la Bourse. À son arrivée, quelques gilets jaunes déjà sur place applaudissent les médics. Certains viennent leur serrer la main : « C’est génial ce que vous faites, continuez », s’exclame l’un d’eux.

Cet article est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter


Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement
Les Frères Lopez
Auteurs-réalisateurs, les frères Lopez abordent au travers leurs œuvres de fiction et de documentaire un sujet récurrent : la violence sociale.
Dans le même feuilleton

Gilets jaunes : casser la violence

Depuis novembre, le mouvement des Gilets jaunes occupe l’espace médiatique. Au cœur des discussions, « la violence ». Violences des casseurs, des CRS, des manifestants, de...

Street medics : croix bleues et gilets jaunes

Chaque semaine, les images de manifestants blessés lors des mobilisations des gilets jaunes envahissent les réseaux sociaux. Dans ce nouvel épisode de Social Brutal, Revue Far...

« L'État a réalisé des années de propagande anarchiste »

Enseignant chercheur, « géographe libertaire » et auteur d’une vingtaine d’ouvrages, Philippe Pelletier écume les sphères militantes depuis la fin des années 1970. Son...

Situationnisme : Parole aux murs

Certains refusent de voir autre chose que du vandalisme. Pire, même, le sabotage d’un patrimoine. D’autres, en revanche, associent les dizaines de graffitis qui apparaissent au...

Philippe Poutou : Bons baisers de Ford

L'usine Ford de Blanquefort ferme. Était-ce vraiment inéluctable ?

Ne plus se mentir : le temps de la radicalisation

C’est un ancien communicant chez Orange et co-fondateur de l’écosystème Darwin. Aujourd’hui installé à la Réunion, nous avons retrouvé Jean-Marc Gancille lors de son passage à...

« La possibilité du fascisme »

« Ceux qui s’imaginent que l’extrême droite est simplement un épouvantail agité par les partis de centre gauche ou de droite pour se faire élire ne voient qu’une partie du...

Les clichés écos : les retraites

Jean-Marie Harribey est un Économiste atterré. Pour vous aider à survivre aux fêtes, il débunke quatre clichés sur les retraites et la réforme. Durée de la cotisation...

Les clichés éco : la dette

Eric Berr est maître de conférence en économie à l’Université de Bordeaux, et membres des économistes atterrés. Il décrypte pour nous les clichés qui entourent la dette, et...

L'énergie pour enrayer la machine

« Si les Gilets jaunes n’avaient pas été radicaux, personne n’aurait entendu parler d’eux. » Au détour d’un piquet de grève, les électriciens et gaziers restent mobilisés autant...

Trop précaires pour manifester

« Le passage à l’acte est plus difficile : les précaires sont moins habitués à ce genre de mobilisation et sont moins syndiqués. » Frédéric Neyrat est professeur de sociologie....

Ces épisodes pourraient vous intéresser
Les Embarqués

La Benauge : bloc d(estruction)

La Benauge : bloc d(estruction)

Prétendue insalubre, une barre HLM est vouée à la destruction à Bordeaux. Est-ce inévitable ?
La réalité des squats de la Métropole

Les jeunes migrants isolés trouvent refuge en Gironde

Les jeunes migrants isolés trouvent refuge en Gironde

Avec les nouvelles routes migratoires remontant de l’Espagne via le Pays basque, le département de la Gironde voit affluer des centaines de jeunes migrants isolés. D’abord...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement