Épisode 10
6 minutes de lecture
Article réservé aux abonné.e.s


Mercredi 22 janvier 2020
par Laurent Perpigna Iban
Laurent Perpigna Iban
Il travaille principalement sur la question des nations sans états, des luttes d'émancipation des peuples aux processus politiques en cours, des minorités, et des réfugiés. Il est souvent sur la route du proche et du moyen Orient pour son site Folklore du quotidien.

« Si les Gilets jaunes n’avaient pas été radicaux, personne n’aurait entendu parler d’eux. » Au détour d’un piquet de grève, les électriciens et gaziers restent mobilisés autant que lucides. Et ce ne sont pas les quelques quarante jours de grève au compteur qui vont entamer leur détermination. Face à un gouvernement qui joue la carte de l’enlisement, ils n’ont de cesse de chercher de nouvelles modalités dans la conflictualité du travail. Ce qui les pousse à réaliser des actions spectaculaires. Rencontre.

Vendredi 17 janvier, 12 h 30. Sur la rive droite bordelaise, 150 personnes, réunies en assemblée générale, décident de la reconduction du blocage du site Serval Enedis GRDF, déjà occupé depuis plus de 72 heures. La grande majorité d’entre eux sont des agents des industries électriques et gazières (IEG) ; d’autres — enseignants, lycéens, étudiants ou cheminots — sont venus témoigner leur soutien aux électriciens et aux gaziers en grève. Le ton est vindicatif. Le vote, à bulletins secrets, est sans appel : l’écrasante majorité des participants ont reconduit l’occupation du site.

Jacques, employé sur le site d’Enedis, présente les lieux : « Ici, c’est une des onze plateformes d’Enedis. On y entrepose du matériel : des compteurs gaz aux compteurs Linky en passant par la connectique. C’est le point de départ de tout ce matériel vers la Nouvelle-Aquitaine, un lieu stratégique. C’est pour ça que nous le bloquons », explique-t-il. À côté de lui, un homme d’une cinquantaine d’années acquiesce : « L’énergie c’est le nerf de la guerre. »

Black out

Depuis le début de ce mouvement social, la CGT Énergie — forte de plus de 1 100 adhérents en Gironde — a multiplié les actions coup de poing. En quelques semaines, la FNME CGT a revendiqué des dizaines de coupures électriques ou gazières ; un tableau d’honneur où figurent en bonne place les zones commerciales de Bordeaux Lac et de Mérignac Soleil, mais aussi la Mairie de Bordeaux, Cdiscount, Lafarge, Michelin, la Gare Saint-Jean… Dans le reste de la région, leurs collègues ne sont pas en reste : le 21 décembre, c’est le stade d’Agen qui se trouvait soudainement plongé dans le noir durant la rencontre de Top 14 Agen-Toulouse.

Le syndicat a installé son stand, avec écrit "on lâche rien !"
« Ici, c’est une des onze plateformes d’Enedis. On y entrepose du matériel : des compteurs gaz aux compteurs Linky en passant par la connectique. » – Photo : Laurent Perpigna Iban.

Christophe Garcia, secrétaire général de la CGT Énergie 33, explique : « Toutes ces actions sont bien ciblées, bien coordonnées, et faites dans les règles de sécurité les plus strictes par des gens qui savent faire ces opérations-là. Ce sont des coupures d’électricité démocratiquement décidées, directement sur les piquets de grève. » Premières cibles des activistes, l’État au travers de ses bâtiments, et l’économie au travers des sièges des grandes entreprises. « Surtout celles qui exploitent leurs salariés. Ce fut le cas avec Cdiscount ou Amazon, qui font beaucoup de profit et également beaucoup de mal à leurs employés », poursuit Christophe.

Cet article est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter


Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement
Laurent Perpigna Iban
Il travaille principalement sur la question des nations sans états, des luttes d'émancipation des peuples aux processus politiques en cours, des minorités, et des réfugiés. Il est souvent sur la route du proche et du moyen Orient pour son site Folklore du quotidien.
Dans le même feuilleton

Gilets jaunes : casser la violence

Depuis novembre, le mouvement des Gilets jaunes occupe l’espace médiatique. Au cœur des discussions, « la violence ». Violences des casseurs, des CRS, des manifestants, de...

Street medics : croix bleues et gilets jaunes

Chaque semaine, les images de manifestants blessés lors des mobilisations des gilets jaunes envahissent les réseaux sociaux. Dans ce nouvel épisode de Social Brutal, Revue Far...

« L'État a réalisé des années de propagande anarchiste »

Enseignant chercheur, « géographe libertaire » et auteur d’une vingtaine d’ouvrages, Philippe Pelletier écume les sphères militantes depuis la fin des années 1970. Son...

Situationnisme : Parole aux murs

Certains refusent de voir autre chose que du vandalisme. Pire, même, le sabotage d’un patrimoine. D’autres, en revanche, associent les dizaines de graffitis qui apparaissent au...

Philippe Poutou : Bons baisers de Ford

L'usine Ford de Blanquefort ferme. Était-ce vraiment inéluctable ?

Ne plus se mentir : le temps de la radicalisation

C’est un ancien communicant chez Orange et co-fondateur de l’écosystème Darwin. Aujourd’hui installé à la Réunion, nous avons retrouvé Jean-Marc Gancille lors de son passage à...

« La possibilité du fascisme »

« Ceux qui s’imaginent que l’extrême droite est simplement un épouvantail agité par les partis de centre gauche ou de droite pour se faire élire ne voient qu’une partie du...

Les clichés écos : les retraites

Jean-Marie Harribey est un Économiste atterré. Pour vous aider à survivre aux fêtes, il débunke quatre clichés sur les retraites et la réforme. Durée de la cotisation...

Les clichés éco : la dette

Eric Berr est maître de conférence en économie à l’Université de Bordeaux, et membres des économistes atterrés. Il décrypte pour nous les clichés qui entourent la dette, et...

L'énergie pour enrayer la machine

« Si les Gilets jaunes n’avaient pas été radicaux, personne n’aurait entendu parler d’eux. » Au détour d’un piquet de grève, les électriciens et gaziers restent mobilisés autant...

Trop précaires pour manifester

« Le passage à l’acte est plus difficile : les précaires sont moins habitués à ce genre de mobilisation et sont moins syndiqués. » Frédéric Neyrat est professeur de sociologie....

Ces épisodes pourraient vous intéresser
La Mine Dort

Stop Mines 87 : le déni de démocratie

Stop Mines 87 : le déni de démocratie

Au-delà même des menaces de catastrophes environnementales et sanitaires qu’elles font peser sur les territoires où elles sont susceptibles de s’implanter, les mines — et leur...
Sous les canopées

Forêt de Rochechouart : réactions en chêne

Forêt de Rochechouart : réactions en chêne

Rochechouart : une forêt de 660 hectares, à l’héritage millénaire et à la biodiversité exceptionnelle. 40 hectares, parmi les plus remarquables, ont été rachetés par un...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement