Épisode 5
10 minutes de lecture
Article réservé aux abonné.e.s


Lundi 13 avril 2020
par Laurent Perpigna Iban
Laurent Perpigna Iban
Il travaille principalement sur la question des nations sans états, des luttes d'émancipation des peuples aux processus politiques en cours, des minorités, et des réfugiés. Il est souvent sur la route du proche et du moyen Orient pour son site Folklore du quotidien.

Les jours défilent. Manon, Rosa, Anthony, Willy et les autres acteurs notre série sont toujours au front. La fatigue commence à se faire sentir. Ils témoignent de leurs doutes, de leurs peurs, et d’un quotidien complètement bouleversé. Dans leur tête, comme dans celle de millions de français, toujours les mêmes questions sans réponses.

Souscrire à l’une de nos offres, c’est nous aider à réaliser toujours plus de contenus de qualité.
Notre objectif : 1 000 nouvelles souscriptions d’ici le 30 novembre, pour un média double format, à la fois web et papier.

25 mars 2020, 9e jour du confinement. Les journées sont longues comme des nuits d’hiver, même pour ceux qui abordaient ce confinement avec sérénité.

L’absence d’horizon aveugle. Jusqu’à quand cette situation va-t-elle durer ? Faut-il attendre un déconfinement dans les semaines à venir ? Faut-il écouter les rumeurs ? Peut-on faire confiance au gouvernement ? Nous cache-t-on des choses ? Dans l’esprit de chacun et de chacune, les questions abondent. Et si tout le monde se résigne à faire le dos rond, l’anxiété ronge les foyers, lentement mais sûrement.

En Aquitaine, pourtant, la situation sanitaire reste pour l’heure relativement stable : le 1000e cas est rapporté par l’Agence régionale de santé (ARS). « On arrive à gérer correctement, l’organisation est bien huilée et il y a encore des places dans l’hôpital. Si l’on doit comparer notre situation avec celles des hôpitaux parisiens et de l’est, alors on peut dire qu’ici, c’est calme », explique Manon, depuis le CHU.

Les Bordelais, pour beaucoup, commencent à intérioriser l’ampleur du désastre. Dans les files d’attente qui mènent à l’intérieur des grandes surfaces, l’inquiétude se lit sur les visages. À l’intérieur, les clients slaloment entre les rayons, s’évitant soigneusement. Des peurs qui sont aussi vectrices de tensions. Anthony, depuis Carrefour Rives d’Arcins, raconte : « Les personnes qui travaillent en caisses sont protégées par des plaques en plastique. Dans les rayons, il y a quand même des tensions : des personnes ne comprennent pas pourquoi on bloque les rayons le temps de la mise en place des produits. J’ai failli me faire agresser physiquement », explique le jeune homme. Pourtant, si beaucoup ont l’impression de rentrer des courses comme on rentre de la guerre, la consommation ne diminue pas, bien au contraire : « Aux échos que nous avons, nous faisons un chiffre d’affaires record sur le non alimentaire, comme les consoles, ou le bricolage », poursuit Anthony.

Des personnes font leurs courses masquées suite au Covid.
Des tensions apparaissent pendant les courses… — Photo : Laurent Perpigna Iban

Dans les pharmacies, l’heure est à résilience, comme l’explique Rosa : « Les gens se font à l’idée, oui. On reçoit des ordonnances de toutes parts : dans les boites aux lettres, par fax, par mail, ou carrément dictées par téléphone. C’est un peu compliqué à gérer pour nous. » D’autant qu’il a fallu aussi qu’elle et ses collègues commandent des trousses d’urgence pour les médecins généralistes ainsi que pour les EHPAD : « Ces derniers ont reçu comme consigne de se préparer à assurer les soins palliatifs à domicile. J’ai très peur d’une pénurie de médicaments, qui nous empêcherait de fournir les médicaments nécessaires aux médecins. »

Dimanche 29 mars 2020. La gare Saint-Jean a pris les allures d’un bunker. Les forces de police et l’armée quadrillent le quartier. En début d’après-midi, un train médicalisé en provenance de l’est arrive sur le quai numéro 1. Devant la partie nord de la gare, des dizaines d’ambulances stationnent. À bord du train, quatre patients sont installés par voiture, accompagnés par une équipe médicale pour le moins conséquente : des infirmiers, un médecin anesthésiste réanimateur, d’un infirmier anesthésiste, et un interne.

Le transfert des malades est minutieux. Plusieurs d’entre eux ne tardent pas à arriver au CHU : « Nous avons été impressionnés par l’organisation mise en place pour aller chercher ces patients et pour les ramener intubés, ventilés… De notre côté, nous ne nous sommes pas posé de questions. Il y a eu de suite des volontaires pour aller les chercher, par solidarité avec les autres régions bien sûr, mais aussi par envie de participer. Cela a été plutôt bien vécu dans nos rangs », explique Manon.

« L’opération Chardon » est un franc succès. Quelques jours plus tard, un nouvel hôpital roulant rejoindra les bords de la Garonne, amenant une nouvelle vague de malades.

Le travail en question

Si une grande majorité de Français reste cloîtrée, pour ceux qui ont repris le travail — où qui ne l’ont jamais arrêté —, chaque seconde ressemble à une prise de risques. Face à l’absence de protections efficaces, c’est la débrouille qui prévaut, comme l’explique Marc, qui travaille dans le BTP : « Les masques sont introuvables, nous avons la tête dans le guidon, ce qui rend les gestes de sécurités difficiles à effectuer. Nous avons dû aménager un camion de chantier, en créant une cabine avec un rideau de douche scotchée pour limiter l’échange de microbes entre nous. On ne sait pas si ça va fonctionner, mais il y a de la bonne volonté. »

Cet article est réservé aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter


Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement
Laurent Perpigna Iban
Il travaille principalement sur la question des nations sans états, des luttes d'émancipation des peuples aux processus politiques en cours, des minorités, et des réfugiés. Il est souvent sur la route du proche et du moyen Orient pour son site Folklore du quotidien.
Dans le même feuilleton

La bascule

Autour de la table: un médecin urgentiste, une pharmacienne, une cheminote, un agent de la Mairie, un employé d’une grande surface, la propriétaire d’un bar… et un invité...

Claustrophobie

Rosa la pharmacienne, Virginie la gérante de bar, Manon l’urgentiste, Anthony l’employé de grande surface… Nous retrouvons nos personnages – rejoints par d’autres – au lendemain...

Silence

Bordeaux ne méritait plus vraiment son surnom de « Belle endormie ». Jusqu’à ce que le confinement vide les rues, les bars de nuits et les marchés du matin. La frénésie a laissé...

L'enfance placée confine à l'abandon

Déjà difficile en temps normal, la situation des enfants placés durant le confinement devient intenable.

Questions sans réponses

Les jours défilent. Manon, Rosa, Anthony, Willy et les autres acteurs notre série sont toujours au front. La fatigue commence à se faire sentir. Ils témoignent de leurs doutes...

L'horizon du 11 mai

4e volet de notre série contagions chroniques. Nous sommes le 13 avril 2020. Rosa la pharmacienne, Manon la médecin urgentiste, Virginie la gérante d’un bar, Bastien, professeur...

Assurances, le lien de défiance

La pandémie et le confinement qui en a découlé ont conduit beaucoup de professionnels à se tourner vers leur assurance, espérant voir leur perte d’exploitation être en partie...

Déconfinons le futur

« Les Français ne retrouveront pas avant longtemps leur vie d’avant. » Quelle était notre vie d’avant ? Et souhaitons-nous tout·e·s la reprendre telle quelle ? Nous avons voulu...

Le jour d'après, phase 1

Ce 11 mai 2020 devait faire date. Pour des millions de personnes, cette journée était celle du renouveau ; et même si le covid-19 est loin d’avoir disparu de nos vies et de nos...

Pour les autres

La crise du coronavirus a mis en lumière des dizaines de métiers jusqu’alors relativement invisibilisés. Comme si, soudain, le monde prenait conscience de leur importance de...

7 jours pour changer de métier

Mise à mal par la pandémie de Covid-19, Ramset NSO, une petite entreprise girondine spécialisée dans la distribution de ramettes de papier et produits d’impression grand format...

[En images] Covid : Vivre avec

Lorsque nous bouclions le dernier sujet de « contagions chroniques » à la fin du mois de mai, les personnages de notre série étaient partagés entre l’espoir d’un retour à la...

Précarité étudiante : solidarité sur le campus de Bordeaux

Avant même la crise sanitaire, L’Insee estimait que 20 % des étudiant·e·s en France vivaient sous le seuil de pauvreté. Créé au début du premier confinement, l’association...

Concerts et artistes : la scène musicale en plein flou artistique

La musique « live » va-t-elle disparaître ? Adieu concerts, salle de répétition et pogo ? Un an après le début des premières restrictions sanitaires, le flou est toujours total...

Ces épisodes pourraient vous intéresser
Reboot

De l'audioguide au vélo : re-cylces

De l'audioguide au vélo : re-cylces

Quand des batteries usagées deviennent un vélo électrique.
Les raisins de la misère

Sylvie Berger : lutter pour survivre

Sylvie Berger : lutter pour survivre

Sylvie Berger est ouvrière dans les vignes et a toujours connu la précarité. Aujourd’hui, elle connait la maladie et lutte avec son ancien employeur pour faire valoir ses droits...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement