Épisode 10
13 minutes de lecture
Article réservé aux abonné.e.s


Vendredi 19 juin 2020
par Alban Dejong
Alban Dejong
28 années désormais. Une partie passée dans le Sud-Ouest, une autre dans le Nord, avec ici et là des cursus avortés, un Lycée mal fichu, un collège médiocre et une enfance pas assez immature. Un premier épanouissement dans le sport de haut-niveau, puis la défaite et la rentrée dans le monde universitaire avec ses premières difficultés. À Toulouse, en faculté de sport, par proximité avec mon activité sportive, après un baccalauréat scientifique arraché durant la session de rattrapage. Cette partie de ma vie, en trompe l’œil, m’égare, me rapproche un peu plus de mes passions, vouées aux histoires, à la finesse du récit littéraire et filmé, aux grands reporters, aux documentaires, au journalisme, aux autres. Je reprends, à Clermont-Ferrand, un cursus d’histoire. L’idée germe, j’aimerai être journaliste. Seconde partie à Lille, j’ai 23 ans. À 24 ans, j’achète mon premier appareil photo. Je ne sais toujours pas si je serai reporter. Mais si je dois l’être, cela sera par la caméra. Mes premières une, Libération, L’Humanité, via l’agence Abacapress, sont une bouffée d’air. Je reprends mon souffle et me replonge, plus que jamais, dans les histoires, celle des autres.

La crise du coronavirus a mis en lumière des dizaines de métiers jusqu’alors relativement invisibilisés. Comme si, soudain, le monde prenait conscience de leur importance de leurs acteurs : caissiers, magasiniers, livreurs, aides à domicile (…), une liste presque aussi longue que le confinement. Mais d’autres, bénévoles cette fois, s’inscrivent également dans cette liste des « héros de la pandémie ». Ces hommes et ces femmes, qui se sont relayés jour et nuit auprès des plus vulnérables ont tous quelque chose en commun : un engagement sans faille auprès des autres. Le photographe Alban Dejong est parti à leur rencontre pour Revue Far Ouest.

Souscrire à l’une de nos offres, c’est nous aider à réaliser toujours plus de contenus de qualité.
Notre objectif : 1 000 nouvelles souscriptions d’ici le 30 novembre, pour un média double format, à la fois web et papier.

KIKO : AU SERVICE DES AUTRES À LA ZONE LIBRE DE CENON

La crise de 2008 a bouleversé le quotidien de millions de personnes. C’est à cette époque que Kiko, alors en Espagne, a choisi la voie du squat. Devenu clown dans le milieu éducatif, il a posé ses bagages à Bordeaux il y a 6 ans. Depuis, il s’est engagé dans l’accompagnement des familles installées dans un ancien Ephad de Cenon, la Zone libre. Un lieu qui rassemble aujourd’hui 300 personnes — dont 115 enfants — et dont la préfète de la Gironde, Fabienne Buccio, a ordonné l’évacuation le 11 juin dernier.

Kiko, l'un des bénévoles qui tient le squat la Zone libre à Cenon, assis dans un fauteuil.

Quand le confinement a débuté, nous nous sommes trouvés face à un manque de bénévoles, principalement à cause de l’impossibilité de se déplacer. Alors je suis devenu un peu le référent sur la Zone libre. Ce fut très compliqué au début : tout d’abord parce qu’il fallait faire prendre conscience aux résidents de la gravité de la situation, mais également parce que l’angoisse de la pénurie alimentaire planait. Nous avons réuni l’ensemble des personnes sur place, nous avons discuté ensemble. Une certaine autonomie s’est de suite mise en place, notamment sur les moments de distribution.

Nous avons mis en place des référents dans chaque bloc, qui devaient faire des bilans des besoins au sein de leur zone. La méfiance s’est progressivement estompée. Il y a évidemment eu quelques tensions, de la peur, mais la solidarité a été plus forte. Médecins du monde sont venus chaque semaine pour mettre en place des contrôles sanitaires.

Ce confinement a été un stage intensif d’apprentissage culturel, de médiation sociale, de tout, en fait. C’est comme un petit village, ici. Le problème, c’est le préjugé, la crainte, que beaucoup nourrissent pour ce lieu. Mais il faut venir voir la réalité. Cela permet de casser les préjugés.

ADELINE : FABRIQUER DES MASQUES, VITE

Metteuse en scène, danseuse et comédienne, Adeline est arrivée à Bordeaux il y a maintenant 12 ans. Danseuse tzigane dans la compagnie Romano Dji, et dirigeante de la compagnie du Réfectoire — un théâtre contemporain destiné à un jeune public — elle a vécu le confinement comme un enfermement ; une situation qui l’a conduite à se tourner vers l’autre.

Adeline à côté de tissus avec lesquels elle fabrique des masques.

Plus d’activités. Il y avait un dégagement de temps, teinté d’angoisse. Si le monde des possibles semblait s’ouvrir au début, au bout de quatre jours, cela s’est transformé pour moi en piétinement. C’était cela, la réalité du confinement, quelque chose qui n’était pas naturel. Est venu rapidement le besoin de recréer du lien. Parallèlement, les problématiques liées au manque de masques sont apparues. Dès la première semaine, je faisais déjà des masques, alertée par une amie travaillant dans un centre hospitalier.

Puis certaines personnes ont commencé à discuter sur les réseaux sociaux, à se soutenir, à lancer des appels pour des masques. Savoir quel modèle, quel patron de masque était efficace a été une tâche compliquée, d’autant que tout changeait rapidement.

Cet article est réservé aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter


Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement
Alban Dejong
28 années désormais. Une partie passée dans le Sud-Ouest, une autre dans le Nord, avec ici et là des cursus avortés, un Lycée mal fichu, un collège médiocre et une enfance pas assez immature. Un premier épanouissement dans le sport de haut-niveau, puis la défaite et la rentrée dans le monde universitaire avec ses premières difficultés. À Toulouse, en faculté de sport, par proximité avec mon activité sportive, après un baccalauréat scientifique arraché durant la session de rattrapage. Cette partie de ma vie, en trompe l’œil, m’égare, me rapproche un peu plus de mes passions, vouées aux histoires, à la finesse du récit littéraire et filmé, aux grands reporters, aux documentaires, au journalisme, aux autres. Je reprends, à Clermont-Ferrand, un cursus d’histoire. L’idée germe, j’aimerai être journaliste. Seconde partie à Lille, j’ai 23 ans. À 24 ans, j’achète mon premier appareil photo. Je ne sais toujours pas si je serai reporter. Mais si je dois l’être, cela sera par la caméra. Mes premières une, Libération, L’Humanité, via l’agence Abacapress, sont une bouffée d’air. Je reprends mon souffle et me replonge, plus que jamais, dans les histoires, celle des autres.
Dans le même feuilleton

La bascule

Autour de la table: un médecin urgentiste, une pharmacienne, une cheminote, un agent de la Mairie, un employé d’une grande surface, la propriétaire d’un bar… et un invité...

Claustrophobie

Rosa la pharmacienne, Virginie la gérante de bar, Manon l’urgentiste, Anthony l’employé de grande surface… Nous retrouvons nos personnages – rejoints par d’autres – au lendemain...

Silence

Bordeaux ne méritait plus vraiment son surnom de « Belle endormie ». Jusqu’à ce que le confinement vide les rues, les bars de nuits et les marchés du matin. La frénésie a laissé...

L'enfance placée confine à l'abandon

Déjà difficile en temps normal, la situation des enfants placés durant le confinement devient intenable.

Questions sans réponses

Les jours défilent. Manon, Rosa, Anthony, Willy et les autres acteurs notre série sont toujours au front. La fatigue commence à se faire sentir. Ils témoignent de leurs doutes...

L'horizon du 11 mai

4e volet de notre série contagions chroniques. Nous sommes le 13 avril 2020. Rosa la pharmacienne, Manon la médecin urgentiste, Virginie la gérante d’un bar, Bastien, professeur...

Assurances, le lien de défiance

La pandémie et le confinement qui en a découlé ont conduit beaucoup de professionnels à se tourner vers leur assurance, espérant voir leur perte d’exploitation être en partie...

Déconfinons le futur

« Les Français ne retrouveront pas avant longtemps leur vie d’avant. » Quelle était notre vie d’avant ? Et souhaitons-nous tout·e·s la reprendre telle quelle ? Nous avons voulu...

Le jour d'après, phase 1

Ce 11 mai 2020 devait faire date. Pour des millions de personnes, cette journée était celle du renouveau ; et même si le covid-19 est loin d’avoir disparu de nos vies et de nos...

Pour les autres

La crise du coronavirus a mis en lumière des dizaines de métiers jusqu’alors relativement invisibilisés. Comme si, soudain, le monde prenait conscience de leur importance de...

7 jours pour changer de métier

Mise à mal par la pandémie de Covid-19, Ramset NSO, une petite entreprise girondine spécialisée dans la distribution de ramettes de papier et produits d’impression grand format...

[En images] Covid : Vivre avec

Lorsque nous bouclions le dernier sujet de « contagions chroniques » à la fin du mois de mai, les personnages de notre série étaient partagés entre l’espoir d’un retour à la...

Précarité étudiante : solidarité sur le campus de Bordeaux

Avant même la crise sanitaire, L’Insee estimait que 20 % des étudiant·e·s en France vivaient sous le seuil de pauvreté. Créé au début du premier confinement, l’association...

Concerts et artistes : la scène musicale en plein flou artistique

La musique « live » va-t-elle disparaître ? Adieu concerts, salle de répétition et pogo ? Un an après le début des premières restrictions sanitaires, le flou est toujours total...

Ces épisodes pourraient vous intéresser
Les Embarqués

Asso Entr-autres : pédaler pour se trouver

Asso Entr-autres : pédaler pour se trouver

Cette association bordelaise propose aux jeunes de 16 à 25, qui cherchent encore leur place dans le monde de l’école et du travail, de vendre des jus d’orange pressés sur les...
En vrai, en vrac

Le dernier Gilet Jaune

Le dernier Gilet Jaune

Terminé le mouvement des Gilets Jaunes à Bordeaux ? Pas pour Patrice qui tient le piquet de grève tous les jours sur son rond-point.
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement