37%
Nouveau site & version papier,
embarquez avec nous !
Objectif : 370/1000 souscriptions. 19 jours restants

Alban Dejong

28 années désormais. Une partie passée dans le Sud-Ouest, une autre dans le Nord, avec ici et là des cursus avortés, un Lycée mal fichu, un collège médiocre et une enfance pas assez immature. Un premier épanouissement dans le sport de haut-niveau, puis la défaite et la rentrée dans le monde universitaire avec ses premières difficultés. À Toulouse, en faculté de sport, par proximité avec mon activité sportive, après un baccalauréat scientifique arraché durant la session de rattrapage. Cette partie de ma vie, en trompe l’œil, m’égare, me rapproche un peu plus de mes passions, vouées aux histoires, à la finesse du récit littéraire et filmé, aux grands reporters, aux documentaires, au journalisme, aux autres. Je reprends, à Clermont-Ferrand, un cursus d’histoire. L’idée germe, j’aimerai être journaliste. Seconde partie à Lille, j’ai 23 ans. À 24 ans, j’achète mon premier appareil photo. Je ne sais toujours pas si je serai reporter. Mais si je dois l’être, cela sera par la caméra. Mes premières une, Libération, L’Humanité, via l’agence Abacapress, sont une bouffée d’air. Je reprends mon souffle et me replonge, plus que jamais, dans les histoires, celle des autres.

Pride sauvage, (cis)tème brutal

Pour les autres