Épisode 6
11 minutes de lecture
Article réservé aux abonné.e.s


Jeudi 30 avril 2020
par Laurent Perpigna Iban
Laurent Perpigna Iban
Il travaille principalement sur la question des nations sans états, des luttes d'émancipation des peuples aux processus politiques en cours, des minorités, et des réfugiés. Il est souvent sur la route du proche et du moyen Orient pour son site Folklore du quotidien.

4e volet de notre série contagions chroniques. Nous sommes le 13 avril 2020. Rosa la pharmacienne, Manon la médecin urgentiste, Virginie la gérante d’un bar, Bastien, professeur des écoles — ainsi que les autres personnages de notre feuilleton — sont devant leur poste de télévision. Tou·te·s attendent avec impatience l’allocution présidentielle qui doit débuter d’un instant à l’autre. L’enjeu pour ces hommes et ces femmes ? Obtenir, enfin, des réponses à leurs questions.

Souscrire à l’une de nos offres, c’est nous aider à réaliser toujours plus de contenus de qualité.
Notre objectif : 1 000 nouvelles souscriptions d’ici le 30 novembre, pour un média double format, à la fois web et papier.

Cette journée du 13 avril a été infiniment longue. Il est 20 h. Près de 36 millions de personnes — c’est un nouveau record — trépignent, suspendues aux lèvres du Président de la République. Alors que la France navigue à vue depuis désormais un mois, chacun attend de puiser dans le discours présidentiel des informations, de l’espoir, un horizon auxquels se raccrocher.

Le ton de l’allocution est bien différent des dernières : alors que la fatigue, l’anxiété et parfois la colère rongent les foyers, Emmanuel Macron semble s’engager dans une opération de communication, versant tour à tour dans l’émotion, l’empathie, mais également la gratitude vis-à-vis des Français qui ont fait que « l’épidémie commence à marquer le pas ». « Les résultats sont là. Plusieurs régions ont pu être épargnées, depuis quelques jours les entrées en réanimation diminuent, l’espoir renait. (…) L’espoir renait, oui, mais rien n’est acquis. Le confinement le plus strict doit encore se poursuivre jusqu’au lundi 11 mai. »

La date est lâchée. Elle a l’effet d’un coup de tonnerre, provoquant chez nombre d’entre nous des sentiments contradictoires : ce 11 mai est un cap vital pour garder l’espoir, bien que le chemin qui y mène semble définitivement interminable.

Une feuille de papier sur le store baissé d'un magasin indique : "Restez chez vous ! Et nous, on revient dès que possible."
Dès que possible : le 11 mai ? — Photo : Laurent Perpigna Iban

Les éléments de langage de ce discours présidentiel de près de 30 minutes en disent long sur les turbulences qui secouent l’exécutif français, plongé au cœur d’une crise qu’il ne semble pas ou peu maitriser. Politiquement, l’annonce de ce déconfinement progressif à venir vient à point nommé, redonnant au Président un semblant de contrôle sur une situation jusqu’alors bien volatile.

Espoirs et peurs

L’exercice le plus insolite que nous ayons eu à mener depuis des décennies n’en est donc qu’à mi-parcours. Rosa, depuis sa pharmacie, l’avoue sans détour. Elle est abattue : « J’ai envie de pleurer, je ne m’attendais pas à ce que nous devions rester confinés un mois de plus. Même si je n’étais pas bien optimiste quant à un hypothétique déconfinement, cette annonce a l’effet d’un coup de massue », explique-t-elle.

Au CHU de Bordeaux, Manon, notre médecin-urgentiste s’estime rassurée : « Je suis un peu soulagée que le confinement se prolonge, je l’avoue. Mais, pour la suite, je ne sais pas trop quoi en penser. »

Dans son esprit, comme dans celui de l’ensemble du personnel soignant, l’épouvantail d’une « deuxième vague » est omniprésent, alors même qu’ils ont réussi à contenir la première de justesse : « Aujourd’hui, je ressens plus de peur que d’enthousiasme. Même si je suis anxieuse, je sais qu’il nous faudra aller de l’avant, c’est une question de survie pour beaucoup de Français, en particulier pour ceux qui travaillent dans de petites entreprises et de petits commerces », explique-t-elle.

Cet article est réservé aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter


Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement
Laurent Perpigna Iban
Il travaille principalement sur la question des nations sans états, des luttes d'émancipation des peuples aux processus politiques en cours, des minorités, et des réfugiés. Il est souvent sur la route du proche et du moyen Orient pour son site Folklore du quotidien.
Dans le même feuilleton

La bascule

Autour de la table: un médecin urgentiste, une pharmacienne, une cheminote, un agent de la Mairie, un employé d’une grande surface, la propriétaire d’un bar… et un invité...

Claustrophobie

Rosa la pharmacienne, Virginie la gérante de bar, Manon l’urgentiste, Anthony l’employé de grande surface… Nous retrouvons nos personnages – rejoints par d’autres – au lendemain...

Silence

Bordeaux ne méritait plus vraiment son surnom de « Belle endormie ». Jusqu’à ce que le confinement vide les rues, les bars de nuits et les marchés du matin. La frénésie a laissé...

L'enfance placée confine à l'abandon

Déjà difficile en temps normal, la situation des enfants placés durant le confinement devient intenable.

Questions sans réponses

Les jours défilent. Manon, Rosa, Anthony, Willy et les autres acteurs notre série sont toujours au front. La fatigue commence à se faire sentir. Ils témoignent de leurs doutes...

L'horizon du 11 mai

4e volet de notre série contagions chroniques. Nous sommes le 13 avril 2020. Rosa la pharmacienne, Manon la médecin urgentiste, Virginie la gérante d’un bar, Bastien, professeur...

Assurances, le lien de défiance

La pandémie et le confinement qui en a découlé ont conduit beaucoup de professionnels à se tourner vers leur assurance, espérant voir leur perte d’exploitation être en partie...

Déconfinons le futur

« Les Français ne retrouveront pas avant longtemps leur vie d’avant. » Quelle était notre vie d’avant ? Et souhaitons-nous tout·e·s la reprendre telle quelle ? Nous avons voulu...

Le jour d'après, phase 1

Ce 11 mai 2020 devait faire date. Pour des millions de personnes, cette journée était celle du renouveau ; et même si le covid-19 est loin d’avoir disparu de nos vies et de nos...

Pour les autres

La crise du coronavirus a mis en lumière des dizaines de métiers jusqu’alors relativement invisibilisés. Comme si, soudain, le monde prenait conscience de leur importance de...

7 jours pour changer de métier

Mise à mal par la pandémie de Covid-19, Ramset NSO, une petite entreprise girondine spécialisée dans la distribution de ramettes de papier et produits d’impression grand format...

[En images] Covid : Vivre avec

Lorsque nous bouclions le dernier sujet de « contagions chroniques » à la fin du mois de mai, les personnages de notre série étaient partagés entre l’espoir d’un retour à la...

Précarité étudiante : solidarité sur le campus de Bordeaux

Avant même la crise sanitaire, L’Insee estimait que 20 % des étudiant·e·s en France vivaient sous le seuil de pauvreté. Créé au début du premier confinement, l’association...

Concerts et artistes : la scène musicale en plein flou artistique

La musique « live » va-t-elle disparaître ? Adieu concerts, salle de répétition et pogo ? Un an après le début des premières restrictions sanitaires, le flou est toujours total...

Ces épisodes pourraient vous intéresser
Contagions Chroniques

7 jours pour changer de métier

7 jours pour changer de métier

Mise à mal par la pandémie de Covid-19, Ramset NSO, une petite entreprise girondine spécialisée dans la distribution de ramettes de papier et produits d’impression grand format...
Contagions Chroniques

Claustrophobie

Claustrophobie

Rosa la pharmacienne, Virginie la gérante de bar, Manon l’urgentiste, Anthony l’employé de grande surface… Nous retrouvons nos personnages – rejoints par d’autres – au lendemain...
Contagions Chroniques

Déconfinons le futur

Déconfinons le futur

« Les Français ne retrouveront pas avant longtemps leur vie d’avant. » Quelle était notre vie d’avant ? Et souhaitons-nous tout·e·s la reprendre telle quelle ? Nous avons voulu...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement