Épisode 11
-19 minutes de lecture
Mardi 16 juin 2020
par Xavier DAVIAS
Xavier DAVIAS
Correspondant local de presse et collaborateur régulier de la Dépêche du bassin. S'autorise de temps en temps une incartade sur les médias en ligne tels que Revue Far Ouest afin de traiter des sujets un peu à l'étroit sur papier. Prête-plume et rédacteur indépendant. A commencé deux ouvrages majeurs de la littérature française mais n’en a fini aucun. Un troisième opus est en cours.

Mise à mal par la pandémie de Covid-19, Ramset NSO, une petite entreprise girondine spécialisée dans la distribution de ramettes de papier et produits d’impression grand format, s’est inventé un nouveau destin. Fort d’un coup de pouce du hasard et d’un imparable instinct d’adaptation, Stéphane Mangnez, son PDG, est devenu en quelques jours le n° 1 de la distribution de visières de protection. De quoi donner un peu de relief à une notion « étendard » de cette crise : la résilience.

Stéphane Mangnez est un chef d’entreprise sur le pont. À la tête de Ramset NSO, cet entrepreneur chevronné, naviguant à vue dans les eaux troubles du Covid-19, vient d’ouvrir une voie dans la distribution de produits destinés à la préservation des gestes barrières. Mais contrairement à ce que peuvent laisser penser les apparences aujourd’hui, Ramset NSO n’a pas toujours été spécialisée dans le matériel préventif.

Jusqu’à la déclaration du confinement par le gouvernement, la petite société girondine était le leader régional des solutions d’impression. Machines de façonnage, impression grand format, ramettes de papier…

Repensez donc à toutes ces heures passées devant la photocopieuse, judicieusement placée à côté de la machine à café de votre boîte ou de votre université. À combien de fois vous y êtes-vous repris avec la relieuse perforeuse du service « Repro » pour réaliser le précieux rapport d’activité de votre direction ? Ou le rapport de stage de votre petit dernier, imprimé en « loucedé » ? Si cette belle couverture ornée d’un feuillet transparent fait votre fierté, sachez-le, vous la devez certainement à la société de distribution de Stéphane.

Et il serait juste de préciser ici que ce commerce n’a en effet que peu de choses en commun avec la gestion de pandémies. Mais dès le 17 mars, le couperet tombe, l’activité est au point mort. « Pétole », pourrait-on dire… L’entreprise et ses 12 employés sont au chômage technique.

Stéphane Mangnez, à la tête de Ramset NSO.
Stéphane Mangnez doit trouver une solution pour sauver son entreprise et le travail de ses 12 employés. – Photo : Xavier Davias

Malgré une conjoncture désastreuse, il aura suffi d’un seul élément et d’une invraisemblable inclinaison du hasard à bien faire les choses pour redonner du vent dans les voiles à cette entreprise en difficulté, et en faire un des fleurons français de la lutte contre le Covid-19. Et le fameux transparent en polyester qui a permis de « saper comme jamais » votre précieux rapport n’y est pas pour rien.

Coup de poker : constituer un stock énorme

Stéphane, visionnaire s’il en est, détaille le récit d’une aventure commerciale peu banale : « Nous étions au chômage, on assurait 30 % de l’activité environ et l’usine voisine, PSD, était fermée également. PSD est une usine de transformation de mousse et ils m’ont demandé s’il nous restait des feuillets transparents servant à la reliure, produit que nous distribuons dans le cadre de notre activité initiale. Un premier prototype de visière a été réalisé en assemblant un socle de mousse et un feuillet transparent en guise de visière. J’ai suggéré des modifications, notamment sur la fixation des deux éléments et nous sommes parvenus à un modèle que j’ai trouvé fabuleux. »

De cette improbable rencontre naît en quelques jours à peine « Face protect », la première visière de protection 100 % made in France et 100 % recyclable. En effet, qu’il s’agisse du support, réalisé en mousse d’origine non chimique, ou du feuillet transparent en polyester, ces matériaux ont été retenus pour leur prédisposition naturelle au recyclage et pour le fait qu’ils ne contiennent ni bisphénol ni nanoparticules. Dès lors, une organisation se met en place : PSD fournit le support en mousse, Ramset NSO fournit les visières en polyester. La première produit, la seconde distribue. Une formule sans fioritures qui connaît aussitôt un franc succès.

L’entrepreneur poursuit : « Au tout début, PSD pouvait fabriquer 1000 visières par jour, mais les commandes ont explosé. Il y avait alors pénurie de masques. Nous sommes passés de 1000 à 10 000 unités par jour. Les trois usines de PSD qui étaient à l’arrêt ont été réactivées et nous sommes passés à 50 000 unités par jour. Alors que l’essentiel du marché est localisé en Chine, en 7 jours, nous sommes devenus le 1er distributeur français de visières de protection. »

Stéphane Mangnez avec un exemple de visière fabriquée.
Au lieu de relier des mémoires, la feuille transparente protège des gouttelettes — Photo : Xavier Davias

Les entreprises voisines, soucieuses de poursuivre leur activité, passent les premières commandes de visières de protection. La mairie de Saint-Jean-d’Illac à son tour s’approvisionne auprès de sa « jeune pousse ». Hervé Seyve, édile illacais, est alors en première ligne sur la gestion communale de la pandémie. « Lorsque nous avons eu connaissance de ce nouveau produit distribué par Ramset, nous avons tout de suite été intéressés. Dans le contexte du confinement, nous ne savions pas quels seraient les équipements requis et il nous fallait protéger nos salariés. »

300 pièces sont commandées pour équiper les agents communaux, puis 700 visières supplémentaires pour les enfants de la commune dans l’optique de la rentrée des classes. Bordeaux Métropole suit le mouvement. De même que le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine qui passe commande de 30 000 pièces. Pour les collectivités territoriales en attente de masques, la disponibilité sur le sol girondin de ces visières de protection est un soulagement.

Aujourd’hui, des négociations auprès de grands groupes français sont en cours. Mais l’emballement pour les produits préventifs tels que masques, gants et gel hydroalcoolique et les promesses de contrats à venir ont enseigné à notre entrepreneur une leçon : la préservation du stock et la disponibilité du produit sont primordiales.

Raccourcir les délais de paiement pour survivre

Convaincu de devoir agir vite, Stéphane sort le chéquier et passe une commande record de 1,2 million de feuillets transparents. Une « cagnotte » constituée en prévision d’une prochaine pénurie de matière première qui permet à Ramset NSO d’avoir un, sinon deux, coups d’avance dans la course à l’armement anti-Covid-19. « Nous étions pratiquement les seuls à avoir du stock », confirme Stéphane Mangnez. « Personne ne fait ça, le risque est trop important. Il y a une énorme part de risque, c’est toute la difficulté et c’est pourquoi nous avons demandé un soutien de la part des institutions. »

Stéphane Mangnez montre un exemple d'outil pour éviter de toucher les portes.
Stéphane Mangnez ne développe pas que les visières : il vous évite aussi de toucher les poignées de porte. – Photo : Xavier Davias

Cette gestion du risque devient dans le développement de cette nouvelle activité une donnée permanente dans le processus décisionnel. Pourquoi ? Parce que l’entreprise choisit d’investir et de payer d’avance ses fournitures. Dans un second temps, les délais de paiement de la commande publique représentent en soi un danger imminent pour la pérennité de la société. Pour tenir, l’assurance d’une trésorerie et d’un fonds de roulement adapté est essentielle.

Sensible à ce fragile équilibre, Florence Lassarade, sénatrice de la Gironde est rapidement venue au secours de Ramset NSO. « Le règlement des commandes génère toujours un décalage qui peut mettre en péril l’activité. Or là, il y a urgence sur le plan sanitaire et nous savons que la visière de protection, de même que les masques, sont des outils que l’on devra utiliser de manière courante jusqu’à la fin de l’année au moins. Il est donc impératif d’aider Ramset NSO à obtenir des sources de financements. »

Stéphane Mangnez confirme l’impérieuse nécessité de ce soutien : « Suite à la sollicitation de la sénatrice, la Préfecture est intervenue afin de faciliter les délais de paiement, le but étant de ne souffrir d’aucun défaut de trésorerie. » Cette bonne santé financière a par ailleurs été confiée à la surveillance étroite d’un nouveau directeur administratif et financier, recruté pendant le confinement. Une « aide précieuse » pour accompagner la croissance singulière de Ramset NSO.

Ramset NSO, au chômage technique il y a encore quelques semaines, a aujourd’hui recruté deux autres salariés afin de suivre la marche. Son métier initial, les solutions d’impression grand format et les ramettes de papier, est toujours en berne. L’entreprise doit composer avec de nouveaux clients, de nouveaux produits et une commercialisation menée à train d’enfer dans un contexte où le cadre réglementaire est connu « à la semaine ».

« Aujourd’hui, le long terme, c’est 7 jours. »

« Il y avait au tout début du confinement un stress lié à la peur du lendemain. Désormais, les équipes connaissent un stress lié au surcroît d’activité et au rythme quotidien. Ça a beaucoup perturbé le personnel. Les gens sont fatigués, nerveusement et psychologiquement. Mais quand on voit que l’on fait du chiffre d’affaires, on s’estime heureux. » Jamais à court d’idées, Stéphane Mangnez a depuis le début de cette aventure consolidé son offre avec la création d’une gamme dédiée à la lutte contre le Covid-19.

Un outil pour éviter de toucher les objets (ici, une imprimante) et bien appliquer les gestes barrière.
Pour respecter les gestes barrières, il faut redoubler d’imagination — Photo : Xavier Davias

Séparateurs, hygiaphones, accessoires individuels multi-usages ou encore poignée de porte universelle sans contact palmaire, les innovations ne manquent pas et la production suit un schéma de conception basé sur l’agilité, les itérations et l’expérience utilisateur. « On peut concevoir un prototype en 48 h, le tester chez nos clients et le mettre en production aussitôt. Une semaine après leur conception, nous sommes déjà en capacité de distribuer nos produits. »

À l’heure où nous écrivons ces lignes, le chef d’entreprise a ralenti sa cadence et a décidé d’arrêter la production. Un stock de 160 000 unités a été ainsi constitué afin d’alimenter « les plus grosses centrales d’achat ». Si les entreprises privées et les collectivités locales s’approvisionnent toujours chez Ramset NSO, l’entrepreneur note toutefois « une petite baisse chez les particuliers, qui s’explique certainement par un relâchement de l’application des gestes barrières ».

Que restera-t-il de ce rebondissement singulier dans la vie de Ramset NSO dans les mois ou les années à venir ? Personne ne saurait le dire. Si la fourniture de produits de prévention a permis de « sauver » l’année, Stéphane Mangnez ne peut se prononcer sur le maintien de cette activité sur le long terme, pas plus qu’il ne peut prévoir la reprise de son activité initiale. « On ne sait jamais ce qu’il va se passer la semaine suivante. Aujourd’hui, le long terme, c’est 7 jours. »

Xavier DAVIAS
Correspondant local de presse et collaborateur régulier de la Dépêche du bassin. S'autorise de temps en temps une incartade sur les médias en ligne tels que Revue Far Ouest afin de traiter des sujets un peu à l'étroit sur papier. Prête-plume et rédacteur indépendant. A commencé deux ouvrages majeurs de la littérature française mais n’en a fini aucun. Un troisième opus est en cours.
Dans le même feuilleton

La bascule

Autour de la table: un médecin urgentiste, une pharmacienne, une cheminote, un agent de la Mairie, un employé d’une grande surface, la propriétaire d’un bar… et un invité...

Claustrophobie

Rosa la pharmacienne, Virginie la gérante de bar, Manon l’urgentiste, Anthony l’employé de grande surface… Nous retrouvons nos personnages – rejoints par d’autres – au lendemain...

Silence

Bordeaux ne méritait plus vraiment son surnom de « Belle endormie ». Jusqu’à ce que le confinement vide les rues, les bars de nuits et les marchés du matin. La frénésie a laissé...

L'enfance placée confine à l'abandon

Déjà difficile en temps normal, la situation des enfants placés durant le confinement devient intenable.

Questions sans réponses

Les jours défilent. Manon, Rosa, Anthony, Willy et les autres acteurs notre série sont toujours au front. La fatigue commence à se faire sentir. Ils témoignent de leurs doutes...

L'horizon du 11 mai

4e volet de notre série contagions chroniques. Nous sommes le 13 avril 2020. Rosa la pharmacienne, Manon la médecin urgentiste, Virginie la gérante d’un bar, Bastien, professeur...

Assurances, le lien de défiance

La pandémie et le confinement qui en a découlé ont conduit beaucoup de professionnels à se tourner vers leur assurance, espérant voir leur perte d’exploitation être en partie...

Déconfinons le futur

« Les Français ne retrouveront pas avant longtemps leur vie d’avant. » Quelle était notre vie d’avant ? Et souhaitons-nous tout·e·s la reprendre telle quelle ? Nous avons voulu...

Le jour d'après, phase 1

Ce 11 mai 2020 devait faire date. Pour des millions de personnes, cette journée était celle du renouveau ; et même si le covid-19 est loin d’avoir disparu de nos vies et de nos...

Pour les autres

La crise du coronavirus a mis en lumière des dizaines de métiers jusqu’alors relativement invisibilisés. Comme si, soudain, le monde prenait conscience de leur importance de...

7 jours pour changer de métier

Mise à mal par la pandémie de Covid-19, Ramset NSO, une petite entreprise girondine spécialisée dans la distribution de ramettes de papier et produits d’impression grand format...

[En images] Covid : Vivre avec

Lorsque nous bouclions le dernier sujet de « contagions chroniques » à la fin du mois de mai, les personnages de notre série étaient partagés entre l’espoir d’un retour à la...

Précarité étudiante : solidarité sur le campus de Bordeaux

Avant même la crise sanitaire, L’Insee estimait que 20 % des étudiant·e·s en France vivaient sous le seuil de pauvreté. Créé au début du premier confinement, l’association...

Concerts et artistes : la scène musicale en plein flou artistique

La musique « live » va-t-elle disparaître ? Adieu concerts, salle de répétition et pogo ? Un an après le début des premières restrictions sanitaires, le flou est toujours total...

Ces épisodes pourraient vous intéresser
Newsletter

LGV Bordeaux-Toulouse : Fast & Furious

LGV Bordeaux-Toulouse : Fast & Furious

Aujourd’hui, on se demande si on doit toujours aller plus vite avec la LGV Bordeaux-Toulouse. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 3 janvier 2023.
Écartez-vous mesdames

Renaître après l'excision

Renaître après l'excision

Marie-Claire Kakpotia Moraldo est née en Côte d’Ivoire. Excisée à l’âge de 9 ans par une tante, elle choisit de faire en 2016 une opération de reconstruction pour devenir « une...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement