Épisode 11
2 minutes de lecture
Mercredi 3 mai 2023
par suraud.esther
suraud.esther
Journaliste bordelaise, j'aime écrire sur les sujets de société, avec un faible pour l'investigation.

Sugar baby cherche son sugar daddy : des jeunes en besoin financier acceptent de tenir compagnie à des personnes mûres et fortunées, moyennant finances. Quand certains plaident la réappropriation du pouvoir de séduction, d’autres dénoncent de la prostitution déguisée. Esther, étudiante bordelaise fauchée, décide de se glisser dans la peau de Lisa, une sugar baby à la recherche d’« un homme mature avec qui passer du bon temps ». Immersion dans le monde doux-amer du sugar dating.

J’ai besoin d’argent. Étudiante, je dois subvenir à mes besoins par mes propres moyens. Au vu de la situation sanitaire, covid-19 oblige, les jobs étudiants sont difficiles à trouver. Après maintes candidatures refusées, entretiens foireux passés, je n’ai toujours aucune solution pour alimenter mon compte en banque dégarni. Il ne m’a fallu que quelques clics sur le net pour trouver une information alléchante : « Le salaire d’une sugar baby se situe   entre 8 000 et 10 000 euros par mois

Les sites de sugar dating, apparus en France à la fin des années 2000, mettent en relation de jeunes personnes, souvent étudiantes et en besoin financier – sugar baby –, avec des personnes mûres et fortunées – sugar daddy ou mama –. Cette pratique américaine avait déjà fait parler d’elle en octobre 2017 lorsqu’une plateforme de sugar dating Rich Meet Beautiful – réalisait sa campagne publicitaire devant les facs parisiennes. « Hey les étudiant(e)s ! Romantique, passion et pas de prêt étudiant. Sortez avec un sugar daddy/sugar mama », pouvait-on lire sur le panneau.

Un panel d’hommes s’offre à elle, tous âges confondus et aux revenus annuels consultables.

Scandale garanti. Un coup de pub osé qui a mené à une enquête pour« proxénétisme aggravé », toujours en cours, mais a aussi apporté un grand nombre de nouveaux inscrits sur la plateforme. Depuis, cette pratique semble s’être fait oublier. Du côté des féministes, le sujet est toujours houleux entre les « pro-sexes» et les « abolitionnistes» qui, elles, y perçoivent une forme de « prostitution  déguisée ».  Pour Céline Piques porte-parole de Osez Le Féminisme !, il n’y a aucun doute : « C’est du proxénétisme ». Selon les membres de l’association, ces plateformes devraient être systématiquement poursuivies en justice. « Il est clairement question de rapports sexuels tarifés, donc de viols tarifés. C’est un modèle archaïque et misogyne qui place la femme en tant que petite chose naïve et vulnérable. Nous sommes dans le retour des courtisanes du XIXe siècle. »

Lire cet article en entier

Retrouvez cet article dans Revue Far Ouest : Tout Reprendre
Ils et elles sont cyclistes, hackeurs, agriculteurs, étudiants, simples citoyens… Ils sont des réfugiés, des gens du voyage, des auteurs à succès ou des travailleurs du sexe non-déclarés. Des explorateurs malgré eux d’une société et de ses contradictions.

suraud.esther
Journaliste bordelaise, j'aime écrire sur les sujets de société, avec un faible pour l'investigation.
Dans le même feuilleton

Ces citoyens qui rachètent les forêts pour les protéger

Lassés de voir leurs forêts rasées les unes après les autres, des citoyens se sont unis pour les protéger. Dans le sud de la Corrèze, l’association « Faîte et Racines » rachète...

Cannabis, l'or de nos campagnes

En France, le cannabis dédié aux traitements thérapeutiques ou au marché du bien-être suscite les convoitises. Agriculteurs et industriels lorgnent cette culture nouvelle et ses...

Des vaches et des mulets

Considérée comme dépassée, longtemps moquée, la coupe mulet fait son grand retour et a même son championnat d’Europe. Sa deuxième édition, qui s’est tenue en Creuse, récompense...

Hegalaldia, sauver le sauvage

En 2020, 2 500 animaux ont été recueillis par le centre de soin Hegalaldia, au Pays basque. Bénévoles et salariés se battent chaque jour pour que des animaux sauvages, condamnés...

L214 le pacifisme avant tout

Depuis 2008, L214 fait entendre la voix des animaux d’élevage. Connue du grand public pour ses vidéos chocs dans les abattoirs de France, l’association multiplie également les...

“Les manifs de merguez, ça n'intéresse plus grand monde"

Ils surgissent par centaines dans les actions de blocage ou en tête des manifestations, au milieu d’un épais nuage de gaz lacrymogène. Jeunes et militants, ils parlent du...

La langue basque, éternelle résistante

On la dit aussi mystérieuse que difficile. À la fois héritage culturel et outil de résistance, la langue basque — l’euskera — continue de vivre des deux côtés des Pyrénées....

Bernard Friot : "Notre rapport au travail est tordu"

Sociologue et économiste, Bernard Friot veut en finir avec la vision capitaliste du travail. Nous l’avons rencontré lors de sa venue à Bordeaux en juin 2021, dans le cadre du...

Pierre Grangé-Praderas : hackeur ouvert

Le monde est scindé en deux : la science d’un côté, l’art de l’autre. Au milieu, il y a Pierre Grangé-Praderas. Artiste, chercheur et apiculteur, « PGP » est avant tout un...

Sugar baby, plaisirs sucrés ou prostitution déguisée ?

Sugar baby cherche son sugar daddy : des jeunes en besoin financier acceptent de tenir compagnie à des personnes mûres et fortunées, moyennant finances. Quand certains plaident...

Ces épisodes pourraient vous intéresser
Les Embarqués

Ces femmes qui changent l’agriculture

Ces femmes qui changent l’agriculture

Dans le milieu historiquement masculin de l’agriculture, de plus en plus de femmes de-viennent exploitantes. Elles refusent le cliché de la femme simple « aidante » à la ferme...
Bonnes vacances au chômage

Darbo en péril

Darbo en péril

Darbo était la plus ancienne usine de transformation de bois des Landes. Le travail des 131 salariés était ingrat, dangereux, mais c'était leur travail. Deux ex-salariés...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement