5 minutes de lecture
Lundi 18 mars 2024
par LA RÉDACTION
LA RÉDACTION
Nous sommes un média en ligne, local, indépendant, sans publicité et sur abonnement. Nous voulons partir de chez nous, du local, pour ancrer des histoires et des personnages dont le vécu interroge notre place au sein de la collectivité.

Aujourd’hui, on parle d’hébergement d’urgence (dans un bateau).
Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 19 mars 2024.

Jeudi 15 février, Pierre Hurmic et quatre autres maires écologistes et socialistes ont attaqué l’État en justice pour son inefficacité à héberger les sans-abri dans leurs villes. Ils demandent un remboursement d’une partie de leurs dépenses liées à l’hébergement d’urgence.

Dans cette newsletter, vous comprendrez ce qu’est un hébergement d’urgence, quel est le profil des bénéficiaires et ce que la loi immigration change pour eux. Vous découvrirez aussi comment il est possible de transformer un bateau en centre d’accueil.

Le coup de loupe

Un hébergement d’urgence c’est quoi ?

L’hébergement d’urgence est une solution de relogement temporaire destinée aux personnes sans domicile fixe ou obligées de quitter leur domicile de façon précipitée. Souvent, ces personnes sont dans des situations de détresse sociale, psychique ou médicale.

Ce type d’hébergement est provisoire : en Gironde, par exemple, les séjours n’excèdent jamais plus de 15 jours. Il se présente dans l’attente d’une solution de logement durable et adaptée. Il n’y a pas de bail, de titre d’occupation ni de versement de loyer, mais une participation financière peut parfois être demandée. L’un des principes fondamentaux de ce type d’accueil, c’est son caractère « inconditionnel », c’est-à-dire que ce droit s’étend aux personnes étrangères également.

Pour pouvoir accéder aux hébergements d’urgences, c’est par le 115, aussi connu sous le nom de SIAO (Service Intégré d’Accueil et d’Orientation), que les personnes doivent passer. Ce service recense toutes les demandes des sans-abri et les réoriente vers les places disponibles dans leur département. Fin décembre 2023, la France comptait 200 000 places d’hébergement d’urgence dont 2 160 en Gironde.

Quelles sont les personnes qui y ont recours ?

Ces dernières années, la sociologie des personnes accueillies en hébergement d’urgence s’est transformée. L’image de la personne marginale n’est plus d’actualité. De plus en plus, les personnes accueillies sont des enfants, des femmes et des personnes migrantes ou réfugiées. Souvenons-nous de ce chiffre publié en décembre 2023 : chaque nuit, 3 000 enfants dorment dans la rue en France.

Manuel Domergue, directeur des études de la fondation Abbé Pierre, expliquait sur France Culture que ce changement est dû « à la crise du logement de plus en plus forte que l’on connaît, notamment la pénurie des logements sociaux. Ceux qui en profitent habituellement sont les familles et lorsqu’on n’en a plus, ce sont eux qu’on retrouve à la rue. »

Concernant les personnes migrantes, le directeur estime que depuis 2015, le flux migratoire a augmenté et a engendré une tension au niveau des hébergements. Il constate également : « Une crise de l’hospitalité, de l’accueil. Ces personnes migrantes sont de moins en moins accueillies, acceptées, alors lorsqu’elles font des demandes d’asiles, on les retrouve davantage à la rue ou en hébergement d’urgence ».

Ce droit fondamental est-il menacé par la loi immigration ?

Eh bien oui. Le projet de loi « immigration » voté mardi 19 décembre 2023 exclut des structures d’urgence les personnes déboutées du droit d’asile et ayant reçu une obligation de quitter le territoire français (OQTF). Camille Gardesse, sociologue et urbaniste, constate lors d’un entretien avec Médiapart que cette loi est donc « une brèche dans l’inconditionnalité de l’hébergement ».

Pour la chercheuse, « affirmer qu’il s’agit d’un problème migratoire, c’est pour les autorités une manière d’instrumentaliser la question des migrations en se déchargeant de la responsabilité d’un déficit structurel de places d’hébergement. Un déficit sur lequel les associations, notamment la Fondation Abbé Pierre, alertent pourtant depuis des années. »

Le sachiez-tu ?

C’est le nombre de personnes sans domicile fixe à Bordeaux, recensées lors de la Nuit de la Solidarité réalisée le 25 janvier 2024.

C’est arrivé près de chez nous

Vivre dans un bateau

Niché entre tous les bateaux du port maritime de Bordeaux, dans le quartier des Bassins à flot, le MS Bordeaux ne dénote pas. Et pourtant, son utilité, elle, se démarque par de nombreux aspects. Ni un restaurant, encore moins une boîte de nuit, cet ancien bateau de croisière est un accueil d’hébergement d’urgence.

Fin 2023, la préfecture de la Gironde met en place un dispositif pour l’hiver, afin d’augmenter ses places d’hébergement d’urgence. C’est dans ce cadre que l’association le Diaconat, dont la mission est de venir en aide aux personnes en situation d’exclusion et d’urgence sociale, réhabilite ce bateau. « On avait une difficulté pour trouver du foncier, des bâtiments et on a été mis en contact avec le propriétaire du bateau, qui venait d’être sollicité pour monter en Hollande, pour faire de l’hébergement d’urgence. Il s’est dit qu’il y avait peut-être un intérêt à Bordeaux, et le moment est tombé pile quand il fallait », raconte Uriel Taulas, directeur du pôle urgence du Diaconat de Bordeaux.

Un moment de répit

Ainsi, depuis son ouverture à la mi-décembre, 100 personnes sont accueillies chaque jour, dès 16 h 30, pour venir manger un plat chaud, dormir et prendre un petit-déjeuner, avant de devoir s’en aller à 8 h 30, le lendemain matin. Pour pouvoir accéder à cet hébergement, les personnes doivent d’abord contacter le 115, afin qu’ils les redirigent vers les places disponibles pour une durée maximale de 15 jours.

Et pour les personnes sans-abri, ce moment représente une vraie source de stress. Laura, sans domicile fixe depuis une dizaine d’années, raconte : « Tous les matins, quand on ne dort pas dans le bateau, on met un réveil à 7 h pour appeler le 115, ils nous disent de rappeler vers 8 h 30, et lorsqu’on rappelle… Il n’y a plus rien. Alors oui, quand tous les jours on te dit non, et qu’un jour on te dit oui, c’est clairement l’euphorie ». Posée dans un canapé de la salle à manger, la jeune femme explique son soulagement d’être à l’abri pendant 15 jours. « Quand on n’est pas ici, avec mon copain on essaye de trouver un endroit à l’écart pour camper, et nous concentrer sur nos objectifs de vie. On veut avoir un appartement, un travail, la base de toute vie je dirais… »

Aux alentours de 19 h, alors que le soleil se couche et laisse transparaitre une lumière dorée, l’ambiance est calme. Dans la salle de repos, située près de l’entrée, de la variété française résonne dans les enceintes de la télé. Éparpillés dans la pièce, des bénéficiaires du MS Bordeaux profitent de ce moment de répit. Pendant ces deux semaines, l’accueil d’hébergement d’urgence « accueille les personnes afin qu’elles se posent, se reposent et bénéficient d’un accompagnement simple », explique Philippe Bradfer, directeur adjoint de la direction départementale de l’emploi, du travail et des solidarités (DDETS).

Dans ce lieu, le séjour est temporaire, avec pour objectif, une réorientation vers un hébergement plus stable, qui amènera à une réinsertion sociale.

Pour aller plus loin

Pourquoi il devient impossible de se loger ? Dans cette vidéo, Salomé Saqué décrypte la crise de logements dont souffre la France et s’interroge sur cette injustice invisible et pourtant source majeure d’inégalités dans notre pays : l’accès au logement. 

Comment comprendre les tensions qui se font sur les hébergements d’urgence ? Dans cette émission France Culture, Manuel Domergue, directeur des études de la fondation Abbé Pierre et Édouard Gardella, sociologue, échangent sur les raisons de la pénurie d’hébergements d’urgence et sur les conséquences de la loi immigration. 

Transfert de sans-abri avant les JO 2024 : qu’en pensent les premiers concernés ? Face à l’annonce des transferts des sans-abri de Paris vers les régions, Slate est allé rencontrer les principaux concernés pour connaître leurs avis. 

LA RÉDACTION
Nous sommes un média en ligne, local, indépendant, sans publicité et sur abonnement. Nous voulons partir de chez nous, du local, pour ancrer des histoires et des personnages dont le vécu interroge notre place au sein de la collectivité.
Retrouvez cet article dans le feuilleton :

Newsletter

Sécheresse : Sec ton booty

Après un été 2022 caniculaire et un mois d’octobre estival, nous avons appris à côtoyer le mot « sécheresse ». Mais avons-nous bien compris ce qu’il signifie et quelles sont ses...

Méthanisation : une usine à gaz

Aujourd’hui, on se demande si on peut produire du gaz écolo en Nouvelle-Aquitaine. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 27 septembre 2022.

Déserts médicaux : où sont les médecins ?

Aujourd’hui, on se demande si on peut encore se faire soigner près de chez nous. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 11 octobre 2022.

Collages féministes : colères sur les murs

Aujourd’hui, on célèbre les 3 ans des collages contre les féminicides. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 25 octobre 2022.

Centre de rétention administrative : au bord du CRAquage

Aujourd’hui, on se demande à quoi peut bien servir un centre de rétention administrative. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es

Inflation : un coût monté

Aujourd’hui, on essaie de comprendre l’inflation et son impact dans le Sud-Ouest. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 22 novembre 2022.

Grippe aviaire : c'est grave duckteur ?

Aujourd’hui, on passe à la loupe les conséquences de la grippe aviaire dans le Sud-Ouest Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 06 décembre 2022.

Embûches de Noël

Aujourd’hui, on se demande si on va passer un chouette Noël. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 20 décembre 2022.

LGV Bordeaux-Toulouse : Fast & Furious

Aujourd’hui, on se demande si on doit toujours aller plus vite avec la LGV Bordeaux-Toulouse. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 3 janvier 2023.

Qui étaient les tirailleurs africains du Sud-Ouest ?

Aujourd’hui, on vous raconte l’histoire des tirailleurs africains tombés en Nouvelle-Aquitaine. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 17 janvier 2023.

Données personnelles : data gueule à la récré

Aujourd’hui, on se demande si on peut vraiment protéger ses données personnelles. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 31 janvier 2023.

Un chasseur sachant chasser

Aujourd’hui, on se demande s’il faut interdire la chasse. Cette newsletter a été envoyée le 28 février 2023.

Cannabis : l'herbe est plus verte dans le Sud-Ouest ?

Aujourd’hui, on se demande s’il faut légaliser le cannabis. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 14 février.

Drag queens à Bordeaux : belles de nuit

Aujourd’hui, on vous emmène à la rencontre des drag queens à Bordeaux. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 14 mars 2023.

Festival Imprimé : pour un journalisme engagé

Aujourd’hui, on vous invite à nous rencontrer au festival Imprimé. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 28 mars 2023.

Qui est Revue Far Ouest ?

Aujourd’hui, on fait un peu plus ample connaissance. Tout, tout, tout, vous saurez tout sur Revue Far Ouest. Cette newsletter a été envoyée le 11 avril 2023 à nos inscrit·es....

Nucléaire en Gironde : atome et à travers ?

Aujourd’hui, on se demande ce qu’est le nucléaire. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 25 avril 2023.

Les raisins des nazis : le vin comme arme de guerre

Aujourd’hui, on déterre une histoire du passé. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 9 mai 2023.

Peines perdues : la prison vaut-elle la peine ?

Aujourd’hui, on revient sur l’utilité de la prison. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 23 mai 2023.

Fort·es et fièr·es : Pride was a riot

Aujourd'hui, on vous parle de fierté(s). Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 6 juin 2023.

À ceux qui sont nés quelque part : une histoire d'exil

Aujourd'hui, on donne la parole à ceux qui ne l'ont pas. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 20 juin 2023.

On va t’emmener loin, juste à côté de chez toi : PopEx, l'intégrale

Aujourd'hui, on vous présente PopEx. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 4 juillet 2023.

Des sorcières féministes et des vêtements écolo : balais et chiffons

Aujourd’hui, on parle mode et sorcières. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 18 juillet 2023.

Des bastons et des tampons : rivalités et ovalie

Aujourd’hui, on parle rugby et rivalités. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 1er août 2023.

Des pièces et des patounes : argent sauvage

Aujourd'hui, on parle monnaie locale et vie sauvage. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 15 août 2023.

Les possédées de Loudun : le diable est dans les détails

Aujourd’hui, on se fait un petit tuto DIY exorcisme et religieuses possédées. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 3 octobre 2023.

Tou'Win : être gay et jouer au rugby

Aujourd’hui, on se demande où sont les hommes gay dans le rugby. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 24 octobre 2023.

L'extrême droite se sent pousser des ailes à Bordeaux

Aujourd’hui, on plonge dans la vague brune. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 7 novembre 2023.

Écriture inclusive : (dé)masculiniser la langue française

Aujourd’hui, on se demande si le masculin est vraiment neutre. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 22 novembre 2023.

Île de Ré : une Embellie pour les familles de détenus

Aujourd'hui, on découvre une prison au milieu des vacancier·eres. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 5 décembre 2023.

La Nouvelle-Aquitaine, reine du pétrole

Aujourd'hui, on creuse pour trouver du pétrole dans le Sud-Ouest. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 19 décembre 2023.

L'huître, l'Homme et le déni écologique

Aujourd'hui, on se demande si on peut continuer à manger des huîtres. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 22 janvier 2024.

Juger les militant·es de Sainte-Soline : deux poids deux mesures ?

Aujourd'hui, on s’intéresse à un tribunal qui se radicalise contre les écolos. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 6 février 2024.

Gamers Seniors : l'Âge d'Or ?

Aujourd’hui, on joue aux jeux vidéo avec Papy et Mamie. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 20 février 2024.

Agriculteur·ices : au bout du sillon

Aujourd’hui, on parle mal-être chez les agriculteurs. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 05 mars 2024.

Pénurie d’hébergement d’urgence à Bordeaux

Aujourd’hui, on parle d’hébergement d’urgence (dans un bateau). Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 19 mars 2024.

« Épidémie » de cancers pédiatriques en Charente-Maritime

Aujourd’hui, on s’interroge sur les liens entre les cancers pédiatriques et les pesticides en Charente-Maritime. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 2 avril 2024....

Sécurité sociale : L’alimentation doit-elle devenir un droit ?

Aujourd’hui, on parle sécurité sociale de l’alimentation. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 16 avril 2024.

Ces épisodes pourraient vous intéresser
Embûches de Noël

Noël : les enfants pollueurs

Noël : les enfants pollueurs

Noël avant toute chose est une fête pour les enfants. Comment réussir à leur faire plaisir tout en respectant la Planète ? Avec deux neveux et une nièce, je relève le défi de...
L'ombre de la centrale

Nucléaire : l'homme et la machine

Nucléaire : l'homme et la machine

Entre falsifications, sous-traitance et risque d'erreur humaine, la centrale du Blayais vue de l'intérieur.
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement