4 minutes de lecture
Mardi 9 janvier 2024
par LA RÉDACTION
LA RÉDACTION
Nous sommes un média en ligne, local, indépendant, sans publicité et sur abonnement. Nous voulons partir de chez nous, du local, pour ancrer des histoires et des personnages dont le vécu interroge notre place au sein de la collectivité.

Aujourd’hui, on se demande si le masculin est vraiment neutre.
Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 22 novembre 2023.

Alors qu’Emmanuel Macron inaugurait la cité internationale de la langue française, le Sénat a adopté une proposition de loi de la droite visant à « protéger la langue française des dérives de l’écriture dite inclusive. » L’occasion de rappeler que « le masculin fait neutre » et que la langue française est immuable. Sauf que…

Dans cette newsletter, nous allons démêler le vrai du faux sur la féminisation de la langue française et vous donner quelques billes pour les débats houleux de la machine à café.

Éliane Viennot est professeuse émérite de littérature française de la Renaissance, historienne de la littérature, critique littéraire, autrice de Non, le masculin ne l’emporte pas sur le féminin !

Elle est une experte de la langue française et notamment de l’écriture inclusive, un sujet qui ne cesse d’enflammer les débats. À tort ou à raison ? Nous l’avons rencontrée à Angoulême, pour lui faire visiter l’exposition « Femmes d’Angoulême« . Et aussi pour discuter de la langue française, bien sûr !

Grâce à Éliane Viennot, nous vous proposons un tour d’horizon en trois points de ce sujet bouillant.

L’entretien dans son intégralité

On veut féminiser la langue française.

FAUX. La langue française a déjà été bien plus « féminisée » que ce que l’on pense. Par exemple, Éliane Viennot se dit « professeuse » et pas « professeur ». « Professeuse est un mot qui existe, mais dont on ne sait pas qu’il a existé, alors qu’il date d’il y a plusieurs siècles. Autrefois, nos ancêtres disaient professeuse, comme on dit coiffeuse ou chanteuse. »

On parle de « féminisation » de la langue française, mais c’est oublier qu’elle a d’abord été masculinisée. Éliane Viennot travaille « à ce que j’appelle des retrouvailles avec la langue française standard. Et ainsi, essayer de faire en sorte que les femmes soient nommées avec les noms qui leur conviennent. » 

Nous avons rencontré Éliane Viennot dans les jardins de l’hôtel de ville d’Angoulême. On y trouve notamment une statue de Marguerite d’Angoulême. Elle était la sœur de François Ier, mais pas que. Elle écrit beaucoup de poésie, de théâtre et de nouvelles. Et au XVIe siècle, elle n’était pas la seule.

« Il y avait beaucoup de femmes de pouvoir, et notre vocabulaire s’est ainsi enrichi de nombreux mots féminins pour désigner leur fonction et leur profession. Les lettrés ont dû travailler pour les grandes dames. Ils trouvaient ça très chic, contrairement à nous, d’inventer de très beaux mots pour ces femmes. »

Aujourd’hui, la langue française prône le masculin comme neutre, mais cela n’a pas toujours été le cas. « La langue dont nos ancêtres ont hérité, qui vient du latin, était beaucoup moins sexiste que celle qu’on utilise aujourd’hui. Il y a eu plusieurs moments de masculinisation de la langue. »

On a effacé les femmes de la langue française.

VRAI. Avec Éliane Viennot, nous sommes allés aux archives municipales d’Angoulême. En 2017, les archives ont dévoilé une exposition sur les femmes d’Angoulême. Dans cette exposition, une cinquantaine de femmes oubliées ont littéralement été exhumées de l’histoire d’Angoulême. De quoi tordre le cou à l’idée reçue selon laquelle les femmes n’ont pas marqué l’histoire.

« Plusieurs phénomènes se sont passés. Le premier, sans doute, se situe au milieu du XVIIe siècle. Des femmes comme Madeleine de Scudéry connaissent de véritables succès en librairie. Cela déplaît énormément aux messieurs qui s’imaginent que les lettres, la parole publique, c’est leur domaine. » Ils commencent donc par condamner les mots comme autrice ou professeuse dans la sphère publique.  

« Dans un deuxième temps, c’est la création de l’Académie française. Les lettrés vont normer la langue, rédiger le dictionnaire et ne pas y intégrer les mots qui désignent les femmes. Donc, on a l’impression, nous, en ouvrant ces dictionnaires, que nos ancêtres ne les ont jamais utilisés. »

En effaçant les femmes de la langue française, elles ont également été effacées de l’histoire : « À l’école, on apprend qu’il n’y a eu que des grands hommes. Mais cela est faux, surtout sous l’ancien régime. Les femmes ont eu énormément de pouvoir et notamment de pouvoir politique. On essaye aujourd’hui de les retrouver, de retrouver leur contribution à la culture française. »

Ce qui compte c’est la fonction, pas le mot.

FAUX. Il est tout aussi important d’entendre les mots qui désignent les femmes que de lire dans les manuels ce qu’elles ont accompli tout au long de l’histoire. « C’est évidemment très important pour que les petites filles et les femmes d’aujourd’hui puissent se projeter. Qu’elles sachent qu’elles ont derrière elles des centaines d’années avec des femmes qui ont eu des destins politiques absolument fabuleux. »

Après plus de 300 ans à effacer les femmes de la langue française, peut-on faire machine arrière ? Notre langue n’est-elle pas devenue fondamentalement sexiste ? « Moi, je dis non, parce que notre langue est restée capable, elle a des ressources d’origine. Nous sommes capables de retrouver un langage non sexiste. Notre problème, c’est que nous sommes sexistes. Pas parce que nous sommes des méchants ou des méchantes, mais parce qu’on nous a appris des usages sexistes. »

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la linguistique est du côté de la « féminisation » de la langue, de ce retour à un français standard, où le masculin ne fait pas neutre. « Ce sont des problèmes idéologiques et politiques, ce n’est pas un problème linguistique. Nous avons la langue avec nous. »

Pour aller plus loin

🙅‍♀️ Supprimer les biais de genre. C’est un fait scientifiquement établi : le masculin générique n’est pas neutre, il induit un biais de représentativité vers le masculin. Un biais que peut supprimer l’écriture inclusive

📓L’inclusif : difficile, mais pas impossible pour les dyslexiques. La Fédération française des Dys (la FFDys) est loin d’être opposée à l’écriture inclusive et donne même des pistes d’apprentissage.

⁉️Où sont les femmes dans l’histoire ? Pourquoi cette sous-représentation des femmes dans l’histoire ? Parce qu’il n’y pas assez d’historienne. Mais heureusement, Mathilde Larrère est là.

– Cette newsletter a été conçue par Clémence Postis.

LA RÉDACTION
Nous sommes un média en ligne, local, indépendant, sans publicité et sur abonnement. Nous voulons partir de chez nous, du local, pour ancrer des histoires et des personnages dont le vécu interroge notre place au sein de la collectivité.
Retrouvez cet article dans le feuilleton :

Newsletter

Sécheresse : Sec ton booty

Après un été 2022 caniculaire et un mois d’octobre estival, nous avons appris à côtoyer le mot « sécheresse ». Mais avons-nous bien compris ce qu’il signifie et quelles sont ses...

Méthanisation : une usine à gaz

Aujourd’hui, on se demande si on peut produire du gaz écolo en Nouvelle-Aquitaine. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 27 septembre 2022.

Déserts médicaux : où sont les médecins ?

Aujourd’hui, on se demande si on peut encore se faire soigner près de chez nous. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 11 octobre 2022.

Collages féministes : colères sur les murs

Aujourd’hui, on célèbre les 3 ans des collages contre les féminicides. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 25 octobre 2022.

Centre de rétention administrative : au bord du CRAquage

Aujourd’hui, on se demande à quoi peut bien servir un centre de rétention administrative. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es

Inflation : un coût monté

Aujourd’hui, on essaie de comprendre l’inflation et son impact dans le Sud-Ouest. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 22 novembre 2022.

Grippe aviaire : c'est grave duckteur ?

Aujourd’hui, on passe à la loupe les conséquences de la grippe aviaire dans le Sud-Ouest Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 06 décembre 2022.

Embûches de Noël

Aujourd’hui, on se demande si on va passer un chouette Noël. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 20 décembre 2022.

LGV Bordeaux-Toulouse : Fast & Furious

Aujourd’hui, on se demande si on doit toujours aller plus vite avec la LGV Bordeaux-Toulouse. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 3 janvier 2023.

Qui étaient les tirailleurs africains du Sud-Ouest ?

Aujourd’hui, on vous raconte l’histoire des tirailleurs africains tombés en Nouvelle-Aquitaine. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 17 janvier 2023.

Données personnelles : data gueule à la récré

Aujourd’hui, on se demande si on peut vraiment protéger ses données personnelles. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 31 janvier 2023.

Un chasseur sachant chasser

Aujourd’hui, on se demande s’il faut interdire la chasse. Cette newsletter a été envoyée le 28 février 2023.

Cannabis : l'herbe est plus verte dans le Sud-Ouest ?

Aujourd’hui, on se demande s’il faut légaliser le cannabis. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 14 février.

Drag queens à Bordeaux : belles de nuit

Aujourd’hui, on vous emmène à la rencontre des drag queens à Bordeaux. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 14 mars 2023.

Festival Imprimé : pour un journalisme engagé

Aujourd’hui, on vous invite à nous rencontrer au festival Imprimé. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 28 mars 2023.

Qui est Revue Far Ouest ?

Aujourd’hui, on fait un peu plus ample connaissance. Tout, tout, tout, vous saurez tout sur Revue Far Ouest. Cette newsletter a été envoyée le 11 avril 2023 à nos inscrit·es....

Nucléaire en Gironde : atome et à travers ?

Aujourd’hui, on se demande ce qu’est le nucléaire. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 25 avril 2023.

Les raisins des nazis : le vin comme arme de guerre

Aujourd’hui, on déterre une histoire du passé. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 9 mai 2023.

Peines perdues : la prison vaut-elle la peine ?

Aujourd’hui, on revient sur l’utilité de la prison. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 23 mai 2023.

Fort·es et fièr·es : Pride was a riot

Aujourd'hui, on vous parle de fierté(s). Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 6 juin 2023.

À ceux qui sont nés quelque part : une histoire d'exil

Aujourd'hui, on donne la parole à ceux qui ne l'ont pas. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 20 juin 2023.

On va t’emmener loin, juste à côté de chez toi : PopEx, l'intégrale

Aujourd'hui, on vous présente PopEx. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 4 juillet 2023.

Des sorcières féministes et des vêtements écolo : balais et chiffons

Aujourd’hui, on parle mode et sorcières. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 18 juillet 2023.

Des bastons et des tampons : rivalités et ovalie

Aujourd’hui, on parle rugby et rivalités. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 1er août 2023.

Des pièces et des patounes : argent sauvage

Aujourd'hui, on parle monnaie locale et vie sauvage. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 15 août 2023.

Les possédées de Loudun : le diable est dans les détails

Aujourd’hui, on se fait un petit tuto DIY exorcisme et religieuses possédées. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 3 octobre 2023.

Tou'Win : être gay et jouer au rugby

Aujourd’hui, on se demande où sont les hommes gay dans le rugby. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 24 octobre 2023.

L'extrême droite se sent pousser des ailes à Bordeaux

Aujourd’hui, on plonge dans la vague brune. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 7 novembre 2023.

Écriture inclusive : (dé)masculiniser la langue française

Aujourd’hui, on se demande si le masculin est vraiment neutre. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 22 novembre 2023.

Île de Ré : une Embellie pour les familles de détenus

Aujourd'hui, on découvre une prison au milieu des vacancier·eres. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 5 décembre 2023.

La Nouvelle-Aquitaine, reine du pétrole

Aujourd'hui, on creuse pour trouver du pétrole dans le Sud-Ouest. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 19 décembre 2023.

L'huître, l'Homme et le déni écologique

Aujourd'hui, on se demande si on peut continuer à manger des huîtres. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 22 janvier 2024.

Juger les militant·es de Sainte-Soline : deux poids deux mesures ?

Aujourd'hui, on s’intéresse à un tribunal qui se radicalise contre les écolos. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 6 février 2024.

Gamers Seniors : l'Âge d'Or ?

Aujourd’hui, on joue aux jeux vidéo avec Papy et Mamie. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 20 février 2024.

Agriculteur·ices : au bout du sillon

Aujourd’hui, on parle mal-être chez les agriculteurs. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 05 mars 2024.

Pénurie d’hébergement d’urgence à Bordeaux

Aujourd’hui, on parle d’hébergement d’urgence (dans un bateau). Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 19 mars 2024.

« Épidémie » de cancers pédiatriques en Charente-Maritime

Aujourd’hui, on s’interroge sur les liens entre les cancers pédiatriques et les pesticides en Charente-Maritime. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 2 avril 2024....

Sécurité sociale : L’alimentation doit-elle devenir un droit ?

Aujourd’hui, on parle sécurité sociale de l’alimentation. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 16 avril 2024.

Ces épisodes pourraient vous intéresser
Bienvenue en 2050

Vignes & climat : discrimination au cépage

Vignes & climat : discrimination au cépage

"Dans les pays du vieux monde viticole, l'appellation passe avant le cépage." ‪Alors qu'il existe près de 1000 cépages identifiés dans le monde entier, seule une vingtaine...
20 000 ans

Semaine 1 : le réveil

Semaine 1 : le réveil

Une semaine après la fusion du coeur du réacteur à la centrale du Blayais. Le moment de constater les dégâts, et de prendre conscience que plus rien ne sera jamais plus comme...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement