6 minutes de lecture
Mercredi 6 mars 2024
par LA RÉDACTION
LA RÉDACTION
Nous sommes un média en ligne, local, indépendant, sans publicité et sur abonnement. Nous voulons partir de chez nous, du local, pour ancrer des histoires et des personnages dont le vécu interroge notre place au sein de la collectivité.

Aujourd’hui, on parle mal-être chez les agriculteurs.
Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 05 mars 2024.

Attention, cette newsletter va aborder des sujets sensibles autour de la santé mentale et du suicide. Si vous rencontrez ces difficultés, ou connaissez un proche en danger, n’hésitez pas à consulter toutes les ressources sur ce site.

Alors que le Salon de l’Agriculture vient de clôturer ses portes, on s’est questionné à la rédaction sur le mal-être agricole et surtout… Comment le prévenir ?

Dans cette newsletter, on détaille les causes de la surmortalité chez les agriculteurs, d’où vient le mal-être agricole mais aussi comment des citoyens comme vous et nous, peuvent aider les agriculteurs en dépression. 

Le coup de loupe

Y a-t-il plus de suicides chez les agriculteurs?

« En août dernier, j’ai failli passer à l’acte. » Les déclarations de Rémi Dumaure, éleveur de volailles en Dordogne, lors du dernier Salon de l’Agriculture ont fait ressurgir le phénomène qui frappe de plein fouet le monde de l’agriculture, où le taux de suicide est plus élevé que dans d’autres secteurs professionnels. « Je bosse 100 heures par semaine sur mon exploitation, et cela fait trois ans que je ne sors pas de revenus. C’est ma femme qui me fait vivre », a raconté Dumaure à Emmanuel Macron, révélant la difficile situation que traversent certains agriculteurs.

Les derniers chiffres dont on dispose remontent à 2016. Cette année-là, la Sécurité sociale agricole (MSA) a recensé 529 suicides parmi les 1,6 million d’assurés du régime agricole, et 604 suicides l’année précédente.

Des chiffres qui sous-estiment l’ampleur de la situation, car ils ne prennent pas en considération les agriculteurs qui ne sont pas affiliés à la MSA et qui, par conséquent, ne sont pas comptabilisés.

D’où vient le mal-être des agriculteurs?

De nombreux facteurs entrent en jeu lorsque l’on parle des difficultés rencontrées par les agriculteurs. Certains reviennent dans les témoignages des paysans : l’endettement, le sentiment de dénigrement, l’isolement, les relations familiales complexes dans le monde agricole en raison de l’héritage et du poids de la transmission. Le modèle agricole lui-même qui pousse parfois à une course à l’agrandissement, un sentiment de perte de la liberté d’exploiter, la surcharge de travail et le manque de reconnaissance.

La question économique semble aussi être directement liée à la détresse des agriculteurs. Cette population présente un taux de pauvreté plus élevé que la moyenne : 16 % contre 14 % dans la population générale.

En mars 2021, un rapport présenté au Sénat constatait que «le phénomène du suicide en agriculture semble inséparable du contexte historique de modernisation de ce secteur». Pour eux, la révolution agricole que la France a connue au milieu du XXème siècle a affecté massivement les paysans dès l’après-guerre, tant dans la nature du travail que dans l’identité professionnelle, sociale et personnelle des agriculteurs, effaçant la frontière entre leur vie privée et leur activité.

S’agit-il d’un phénomène nouveau?

Eh bien, non. Les données collectées depuis les années 1970 montrent que le taux de suicide augmente depuis des décennies. Il reste proportionnellement plus élevé que celui du reste de la population, notamment depuis le changement du modèle agricole à la fin de la Deuxième Guerre mondiale.

Cependant, c’est l’explosion des chiffres de suicides dans les années 2000-2010 qui a poussé le gouvernement en 2011 à mener de nouvelles études auprès des organismes sociaux, qui se sont enfin emparés de la question.

Les premiers cas de suicide chez les agriculteurs-éleveurs ont été relevés dès la fin des années 1960, avec une hausse de dépressions et de suicides entre 1967 et 1974 attribuée à la mise en place des politiques d’incitation économiques et au premier choc pétrolier. Les chercheurs parlent d’un phénomène devenu endémique entre 1974 et 2002, et d’une aggravation de la souffrance au travail entre 2000 et 2010.

En comparaison, le rapport des sénateurs rappelle que l’ouvrage « Le suicide », publié par Émile Durkheim en 1897, avait montré une faible mortalité par suicide des paysans au XIXème siècle. Pour le sociologue, cela s’expliquait car, contrairement aux professions libérales de l’époque, l’industrie agricole semblait être épargnée par la fièvre des affaires qui avait déjà touché d’autres métiers commerçants.

Le sachiez-tu?

Les agriculteurs ont 43,2 % plus de risque de se suicider que le reste de la population. Et chez les plus de 65 ans, le risque de suicide est deux fois plus élevé. 

C’est arrivé près de chez nous

Être une sentinelle

Difficile de fermer les yeux face à l’ampleur du nombre de suicides chez les agriculteurs. En 2021, l’État s’empare du sujet et annonce la mise en œuvre d’une feuille de route pour lutter contre ce mal-être agricole. L’objectif principal ? Replacer l’humain au centre des préoccupations.

L’un des piliers de ce plan est le réseau de « sentinelles ». En Haute-Vienne, département qui comptait 1600 exploitations en 2020, des sentinelles, soit des citoyens comme vous et nous, ont été formées dès 2022. Aujourd’hui, ils sont une cinquantaine, répartis dans tout le département, à prendre soin des agriculteurs près de chez eux. « On ne leur donne pas de moyens cliniques, mais on leur apprend à avoir une présence humble, à être dans l’écoute, dans la compréhension de l’autre », explique Guylaine Fabre-Bardou, évaluatrice et formatrice du réseau des sentinelles en Haute-Vienne.

Si les sentinelles peuvent être des quidams, ils sont souvent « des citoyens qui côtoient les exploitants au quotidien, comme des vétérinaires, des contrôleurs laitiers, des médecins traitants ou tout autre professionnel qui travaillent en milieu rural », précise Aurélie Pere, responsable du service sanitaire et social de la MSA Limousin. Certains exploitants sont eux-mêmes des sentinelles, et peuvent ainsi venir en aide à leurs homologues. Il est parfois plus facile de se livrer à une personne qui traverse les mêmes difficultés que nous.

Repérer la détresse avant le passage à l’acte

L’idée n’est pas de faire des sentinelles des thérapeutes, mais plutôt des personnes présentes pour repérer la détresse et encourager les concernés à se diriger vers des professionnels compétents comme les assistantes sociales, infirmières ou médecins traitants.

Dans le secteur de l’agriculture, « on retrouve une clinique avec beaucoup d’angoisse généralisée, de la consommation excessive de nourriture ou de boisson et un sommeil perturbé. En clair, les symptômes de la dépression », relève Guylaine Fabre-Bardou. « Et dans ce type de cas, la posture n’est pas de dire de se bouger, mais de montrer sa présence. Concernant le potentiel suicide, le demander clairement est difficile, mais on peut demander à la personne : si est-ce que s’il n’était plus là, les choses seraient plus faciles ? », poursuit-elle. Ensuite, l’ancienne infirmière recommande de rester présent et d’appeler une assistante sociale ou le SAMU.

Une fois la détresse repérée par les sentinelles, ce sont les travailleurs sociaux de la mutualité sociale agricole qui prennent le relai. En Haute-Vienne, elles sont six assistantes sociales à sillonner les routes du département pour venir en aide aux agriculteurs. Toutes ont été formées par le centre hospitalier d’Esquirol de Limoges pour repérer et évaluer les crises suicidaires. Elles savent quoi dire et comment réagir lorsque quelqu’un souhaite passer à l’acte.

« Le suicide a toujours existé et existera toujours. L’avantage de ces formations et du réseau sentinelles, c’est de se soucier de l’autre, de remettre du lien », conclut Guylaine Fabre-Bardou.

Pour aller plus loin

🆘 Dans le quotidien d’une assistante sociale au chevet des agriculteurs. Dans ce reportage, France Info accompagne Marion Desbordes, une employée de la Mutualité sociale agricole qui va de ferme en ferme pour régler les problèmes administratifs des agriculteurs, mais pas que. 

😤 Pourquoi le monde agricole est-il en colère? Blast s’est entretenu avec Thomas Gibert, maraîcher et secrétaire national de la Confédération paysanne, sur les enjeux du mouvement en cours dans le monde agricole.

💭 Les agriculteurs doivent réinventer leur métier. Et si pour mettre fin à ce mal-être agricole, les agriculteurs devaient repenser leur façon de travailler ? Slate Audio est parti à la rencontre de Thomas, un agriculteur bio. 

– Cette newsletter a été conçue par Mélissa Huon, María Díaz Valderrama et Clémence Postis.

LA RÉDACTION
Nous sommes un média en ligne, local, indépendant, sans publicité et sur abonnement. Nous voulons partir de chez nous, du local, pour ancrer des histoires et des personnages dont le vécu interroge notre place au sein de la collectivité.
Retrouvez cet article dans le feuilleton :

Newsletter

Sécheresse : Sec ton booty

Après un été 2022 caniculaire et un mois d’octobre estival, nous avons appris à côtoyer le mot « sécheresse ». Mais avons-nous bien compris ce qu’il signifie et quelles sont ses...

Méthanisation : une usine à gaz

Aujourd’hui, on se demande si on peut produire du gaz écolo en Nouvelle-Aquitaine. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 27 septembre 2022.

Déserts médicaux : où sont les médecins ?

Aujourd’hui, on se demande si on peut encore se faire soigner près de chez nous. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 11 octobre 2022.

Collages féministes : colères sur les murs

Aujourd’hui, on célèbre les 3 ans des collages contre les féminicides. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 25 octobre 2022.

Centre de rétention administrative : au bord du CRAquage

Aujourd’hui, on se demande à quoi peut bien servir un centre de rétention administrative. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es

Inflation : un coût monté

Aujourd’hui, on essaie de comprendre l’inflation et son impact dans le Sud-Ouest. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 22 novembre 2022.

Grippe aviaire : c'est grave duckteur ?

Aujourd’hui, on passe à la loupe les conséquences de la grippe aviaire dans le Sud-Ouest Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 06 décembre 2022.

Embûches de Noël

Aujourd’hui, on se demande si on va passer un chouette Noël. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 20 décembre 2022.

LGV Bordeaux-Toulouse : Fast & Furious

Aujourd’hui, on se demande si on doit toujours aller plus vite avec la LGV Bordeaux-Toulouse. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 3 janvier 2023.

Qui étaient les tirailleurs africains du Sud-Ouest ?

Aujourd’hui, on vous raconte l’histoire des tirailleurs africains tombés en Nouvelle-Aquitaine. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 17 janvier 2023.

Données personnelles : data gueule à la récré

Aujourd’hui, on se demande si on peut vraiment protéger ses données personnelles. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 31 janvier 2023.

Un chasseur sachant chasser

Aujourd’hui, on se demande s’il faut interdire la chasse. Cette newsletter a été envoyée le 28 février 2023.

Cannabis : l'herbe est plus verte dans le Sud-Ouest ?

Aujourd’hui, on se demande s’il faut légaliser le cannabis. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 14 février.

Drag queens à Bordeaux : belles de nuit

Aujourd’hui, on vous emmène à la rencontre des drag queens à Bordeaux. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 14 mars 2023.

Festival Imprimé : pour un journalisme engagé

Aujourd’hui, on vous invite à nous rencontrer au festival Imprimé. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 28 mars 2023.

Qui est Revue Far Ouest ?

Aujourd’hui, on fait un peu plus ample connaissance. Tout, tout, tout, vous saurez tout sur Revue Far Ouest. Cette newsletter a été envoyée le 11 avril 2023 à nos inscrit·es....

Nucléaire en Gironde : atome et à travers ?

Aujourd’hui, on se demande ce qu’est le nucléaire. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 25 avril 2023.

Les raisins des nazis : le vin comme arme de guerre

Aujourd’hui, on déterre une histoire du passé. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 9 mai 2023.

Peines perdues : la prison vaut-elle la peine ?

Aujourd’hui, on revient sur l’utilité de la prison. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 23 mai 2023.

Fort·es et fièr·es : Pride was a riot

Aujourd'hui, on vous parle de fierté(s). Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 6 juin 2023.

À ceux qui sont nés quelque part : une histoire d'exil

Aujourd'hui, on donne la parole à ceux qui ne l'ont pas. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 20 juin 2023.

On va t’emmener loin, juste à côté de chez toi : PopEx, l'intégrale

Aujourd'hui, on vous présente PopEx. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 4 juillet 2023.

Des sorcières féministes et des vêtements écolo : balais et chiffons

Aujourd’hui, on parle mode et sorcières. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 18 juillet 2023.

Des bastons et des tampons : rivalités et ovalie

Aujourd’hui, on parle rugby et rivalités. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 1er août 2023.

Des pièces et des patounes : argent sauvage

Aujourd'hui, on parle monnaie locale et vie sauvage. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 15 août 2023.

Les possédées de Loudun : le diable est dans les détails

Aujourd’hui, on se fait un petit tuto DIY exorcisme et religieuses possédées. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 3 octobre 2023.

Tou'Win : être gay et jouer au rugby

Aujourd’hui, on se demande où sont les hommes gay dans le rugby. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 24 octobre 2023.

L'extrême droite se sent pousser des ailes à Bordeaux

Aujourd’hui, on plonge dans la vague brune. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 7 novembre 2023.

Écriture inclusive : (dé)masculiniser la langue française

Aujourd’hui, on se demande si le masculin est vraiment neutre. Cette newsletter a été envoyée aux inscrit·es le 22 novembre 2023.

Île de Ré : une Embellie pour les familles de détenus

Aujourd'hui, on découvre une prison au milieu des vacancier·eres. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 5 décembre 2023.

La Nouvelle-Aquitaine, reine du pétrole

Aujourd'hui, on creuse pour trouver du pétrole dans le Sud-Ouest. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 19 décembre 2023.

L'huître, l'Homme et le déni écologique

Aujourd'hui, on se demande si on peut continuer à manger des huîtres. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 22 janvier 2024.

Juger les militant·es de Sainte-Soline : deux poids deux mesures ?

Aujourd'hui, on s’intéresse à un tribunal qui se radicalise contre les écolos. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 6 février 2024.

Gamers Seniors : l'Âge d'Or ?

Aujourd’hui, on joue aux jeux vidéo avec Papy et Mamie. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 20 février 2024.

Agriculteur·ices : au bout du sillon

Aujourd’hui, on parle mal-être chez les agriculteurs. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 05 mars 2024.

Pénurie d’hébergement d’urgence à Bordeaux

Aujourd’hui, on parle d’hébergement d’urgence (dans un bateau). Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 19 mars 2024.

« Épidémie » de cancers pédiatriques en Charente-Maritime

Aujourd’hui, on s’interroge sur les liens entre les cancers pédiatriques et les pesticides en Charente-Maritime. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 2 avril 2024....

Sécurité sociale : L’alimentation doit-elle devenir un droit ?

Aujourd’hui, on parle sécurité sociale de l’alimentation. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 16 avril 2024.

Contraception masculine : la communauté de l'anneau

Aujourd’hui, on parle de contraception masculine. Cette newsletter a été envoyée à nos inscrit·es le 14 mai 2024.

Ces épisodes pourraient vous intéresser
En vrai, en vrac

Klaus compagnie : danser en fauteuil roulant

Klaus compagnie : danser en fauteuil roulant

À Bordeaux, la Klaus compagnie inclut les personnes handicapées avec des danseurs et danseuses valides. Elle permet aux premiers de s’exprimer sur scène ou dans les cours de...
Les Apprenti·e·s

Harcèlement de rue : t'es bien rentrée ?

Harcèlement de rue : t'es bien rentrée ?

« Ce genre de situation nous arrive à toutes, partout. » Manon Montrouge a 22 ans, et comme toutes les filles, a déjà été harcelée dans la rue. Étudiante en quatrième année à...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement