Épisode 5
10 minutes de lecture
Mercredi 29 juillet 2020
par Les Apprenti·e·s
Les Apprenti·e·s
Les Apprenti·e·s sont des jeunes ayant pris part à des programmes d'éducation aux médias, d'initiative scolaire, associative ou individuelle. Certain·e·s ont fait une "immersion" ou un atelier "premier papier" chez Far Ouest.

En novembre 2019, douze enfants de 7 et 12 ans ont réalisé un court-métrage dans le cadre du Txiki Festival, créé par l’association éponyme. Autour du thème « La Terre », ils ont pensé un scénario qui dresse un triste portrait de la situation de notre planète dans quelques années. Mais en nommant ce film « il n’est jamais trop tard », ces jeunes appellent à prendre conscience de l’urgence écologique.

« Ce sont des enfants qui vivent avec des masques. L’un d’eux l’enlève et part dans un rêve où il y a plein d’arbres et de fleurs. Il se rend compte que ce n’était qu’un rêve et que le monde ne va pas très bien… Pas bien du tout même ! » Maïa, 12 ans, raconte ainsi le scénario de ce film muet qu’elle a tourné au Txiki Festival. Ces quatre minutes reflètent l’urgence écologique : « Il faut réagir aujourd’hui, parce que sinon, ça ne va qu’empirer ! », s’exclame la collégienne.

L’association basque d’éducation aux images Txiki Productions dispense des ateliers à destination des jeunes. Chaque année, elle organise le Txiki Festival « pour cette génération qui n’est pas forcément visée par les festivals de cinéma ou d’images », explique l’encadrante Meryl Estregnat. Pour elle, cela permet d’inciter les jeunes à aller au cinéma : « Dans les méandres de toutes ces vidéos qui tournent sur tous les supports, il arrive à montrer que l’image, c’est aussi quelque chose de travaillé, de beau, et réfléchi. Pas que du portable à la va-vite, comme TikTok ou Instagram. »

Créer une histoire

Meryl Estragnat, membre de Txiki Productions, a encadré la création de ce film, avec le réalisateur Adama Diallo. Autour du thème « la Terre », « on a donné quelques pistes, et les enfants se les sont appropriées, explique-t-elle. Ils ont tout de suite commencé à parler d’écologie et se sont dit : “Qu’est-ce que ce serait, un futur où l’on ne pourrait pas avoir la chance de respirer l’air pur ?” »

« On leur a demandé s’il y avait besoin des arbres, et ils nous ont tout de suite dit que oui, pour respirer, » relate Meryl Estragnat. En suggérant quelques trames narratives, les animateurs ont laissé les enfants créer leur univers. « Parce que comme il y a beaucoup de pollution, on voulait parler d’un sujet qui sensibilise tout le monde, » ajoute Maïa.

Un enfant observe une plante.
« On leur a demandé s’il y avait besoin des arbres, et ils nous ont tout de suite dit que oui, pour respirer. »
Photo : « Il n’est jamais trop tard », Txiki Festival.

Les encadrants de Txiki avaient pourtant pensé à un scénario plus léger, se souvient Meryl : « On avait un peu rigolé en parlant des Avengers ou de la nature pour avoir des références qui leur parlent. Et eux, si petits, avaient déjà une conscience dramatique de l’écologie. Ils ont voulu aller dans la profondeur de ce drame tout en gardant la fraicheur de leur enfance. »

Les enfants voulaient que ce film marque les esprits : « Ils avaient une conscience écologique et de ce qu’il se passe dans le monde qui n’est peut-être pas aussi pointue que les adultes, mais qui n’était pas joyeuse », rationalise l’animatrice.

 « On en entend parler partout »

À 12 ans, Maïa semble pragmatique : « On voulait dire que c’était aussi un peu les parents et grands-parents qui étaient à la base de tout ça. S’ils n’avaient pas fait les erreurs avec le plastique, on n’en serait pas là aujourd’hui. On voulait aussi remettre en question notre génération en disant qu’il faut arrêter la surconsommation et faire plus de tri, par exemple, utiliser moins de produits chimiques, de plastique qui pollue les océans, la terre, etc. ».

Beaucoup de mouvements évoquant l’urgence écologique émergent chez les jeunes, comme Youth For Climate. « Avec les réseaux sociaux maintenant, on en entend parler partout », souligne l’adolescente en remarquant que les générations précédentes étaient moins informées. Maïa a acquis cette conscience à l’école, lors d’un atelier en CE1 avec la Surfrider Foundation, association qui protège les océans. Au collège, sa professeure de sciences alerte régulièrement les élèves.

Manque de bol, c’est eux qui vont récupérer ce qu’on a fait avant, mais ils ne veulent pas faire pareil.

Dans les établissements scolaires, la sensibilisation écologique s’accélère et semble fonctionner, comme l’a remarqué Meryl Estragnat : « C’est vraiment LA génération qu’on élève en disant que l’urgence écologique est une réalité et que ça peut être grave. Manque de bol, c’est eux qui vont récupérer ce qu’on a fait avant, mais ils ne veulent pas faire pareil. »

S’essayer à la réalisation

Maïa aime aller au cinéma ou regarder des films en famille. Elle participe régulièrement aux ateliers de Txiki, mais s’essayait pour la première fois à celui-ci : « Je voulais voir comment ça se passait derrière la caméra. Ce qui est bien avec Les Petits Cinéastes, c’est que d’habitude, ce sont les adultes qui filment. Là, c’était nous. »

Les enfants « voulaient tous être comédiens, les héros de leur film », s’amuse Meryl Estregnat. Ce que confirme Maïa, qui voudrait plus tard être « actrice plutôt que de tourner ». Pourtant, la grande brune qui apparaît avec un col roulé gris dans le film a apprécié cadrer certains plans ou prendre le son.

Ce court-métrage résulte de trois demi-journées de travail : une matinée pour le scénario, deux pour le montage. La participante Maïa a « choisi les costumes et les décors. Ce qui est derrière le montage et qu’on ne voit pas forcément ».

Maïa, 12 ans, a participé à l’atelier « Les Petits Cinéastes » au Txiki Festival.

Les enfants ont eu le dernier mot sur tout : « L’idée de jouer comme des enfants dans des lieux un peu chaotiques est venue d’eux, comme le cloisonnement. Ils ont pensé à se mettre dans un bunker, mais on devait rester dans l’enceinte de la médiathèque, » développe l’encadrante Meryl Estragnat.

Et le scénario ? Si ces jeunes ont été guidés par les animateurs, ils se sont montrés très concernés, ayant connaissance de la pollution en Chine ou des feux en Amazonie. « Les enfants étaient tellement au fait du drame écologique que même nous, on a été surpris du résultat, » s’exclame Meryl Estragnat.

 « Ça ne peut que s’améliorer »

« Ce n’est pas possible de tout réparer, mais on ne peut qu’améliorer », espère Maïa. L’encadrante de l’atelier, Meryl Estragnat a remarqué ce double discours, alors que les enfants « voulaient faire quelque chose de sombre parce qu’il faut arrêter de dire que tout va bien. Mais ils ont voulu appeler le film “il n’est jamais trop tard” parce que pour eux, il y a encore des choses à faire. »

Spontanément, la jeune collégienne dresse un parallèle entre la situation sanitaire actuelle, et leur tournage, fait deux mois avant : « Sans le savoir, avec l’épidémie du Covid, les masques, je pense que c’était un film prémonitoire… On avait vu ce qui pouvait se passer si l’on continuait comme ça. »

Les Apprenti·e·s
Les Apprenti·e·s sont des jeunes ayant pris part à des programmes d'éducation aux médias, d'initiative scolaire, associative ou individuelle. Certain·e·s ont fait une "immersion" ou un atelier "premier papier" chez Far Ouest.
Dans le même feuilleton

Qui es-tu Lamine Senghor ?

Un film consacré à Lamine Senghor, figure des mouvements noirs de l’entre-deux-guerres.

Inégalités : la parole des femmes voyage

Le 27 février 2020 se tenait l’avant-première du documentaire « Woman » au Cinéma Bordeaux CGR Le Français, qui révèle les injustices subies par les femmes dans le monde. La...

« Faire dire n'importe quoi aux images »

Au lycée Nicolas Brémontier, les élèves de 2e année de CAP paysagiste-jardinier se sont prêtés à un exercice particulier avec l’association landaise dédiée au numérique La...

L'esclavage, ça existe encore ?

L’esclavage, on en parle en cours d’histoire, parfois dans les livres, mais, cela reste un concept assez vague, on n’en parle pas au quotidien, et pourtant, on devrait....

La conscience écologique des enfants

En novembre 2019, douze enfants de 7 et 12 ans ont réalisé un court-métrage dans le cadre du Txiki Festival, créé par l’association éponyme. Autour du thème « La Terre », ils...

Transidentité et non-coming out

En 2017, dix élèves de l’option cinéma au lycée libournais Max Linder ont choisi de réaliser un court-métrage sur le coming-out imaginaire d’une personne transgenre, en...

Nourrir l'économie avec les données

De quel camp êtes-vous : ceux qui acceptent les cookies d’un site pour accéder à son contenu rapidement, ou ceux qui prennent le temps de les refuser ? De novembre 2018 à avril...

Poudlard est-il écolo ?

Au collège de Cantelande de Cestas, le journal papier fait par les élèves sort chaque trimestre. Habituellement, les journalistes en herbe du Canard de Cantelande choisissent...

Quand la nature reprend ses droits

En 2018, trois élèves de quatrième du collège Lahaye d’Andernos-les-Bains ont réalisé un reportage photo sur une maison abandonnée, dans laquelle s’invite une végétation. Dans...

Les ados surexposés aux images

Internet, la télévision, les réseaux sociaux… les images se multiplient autour de nous. Elles sont accessibles à tous et peuvent devenir nocives lorsque les jeunes y sont...

Photoreportage : l'entretien, ça déménage !

Pendant leur seconde année de CAP, en 2018, deux classes du lycée professionnel Jean-Baptiste Darnet de Saint-Yrieix-La-Perche (87) ont réalisé un exercice plastique avec un...

Radio au collège : l'Amérique latine on air

La classe média de quatrième du collège François Truffaut (Saint-Martin de Seignanx, 40) a réalisé l’an dernier une émission radio d’une heure, diffusée en direct. « Sur un air...

Pédopsychiatrie : « Voyez comme l’on voit le monde parfois »

Les jeunes hospitalisés dans le pôle de pédopsychiatrie du centre Esquirol, situé à Limoges (87), ont remporté le prix Mediatiks du photoreportage en 2019. Avec des boîtes de...

Le journal des Fées divers

L’association Code Chaplin a créé un jeu d’éducation aux médias pour les jeunes en décrochage. Avec des personnages fictifs comme le Smart Faune ou Pandi Pandab, les adolescents...

L’Histoire d’Angoulême à travers ses commerces

Pour mieux connaître l’histoire sa ville, la classe du Centre de formation de la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Angoulême l’a traversée. Dans le podcast « Angoulême...

Ces épisodes pourraient vous intéresser
Les Passagers

Effondrement : l'écologie des riches

Effondrement : l'écologie des riches

L’effondrement, la collapsologie, la fin des sociétés industrielles… Des termes et des concepts entendus partout depuis quelques mois, y compris chez Far Ouest. Jean-Baptiste...
Les Passagers

Vincent Mignerot : l'illusion de l'écologie

Vincent Mignerot : l'illusion de l'écologie

Pour Vincent Mignerot chercheur indépendant, l’humanité vit dans le déni : pour nous développer, nous devons détruire l’environnement. Un déni en forme d’avantage évolutif qui...
Les Apprenti·e·s

Poudlard est-il écolo ?

Poudlard est-il écolo ?

Au collège de Cantelande de Cestas, le journal papier fait par les élèves sort chaque trimestre. Habituellement, les journalistes en herbe du Canard de Cantelande choisissent...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement