Épisode 26
6 minutes de lecture
Lundi 21 juin 2021
par Les Apprenti·e·s
Les Apprenti·e·s
Les Apprenti·e·s sont des jeunes ayant pris part à des programmes d'éducation aux médias, d'initiative scolaire, associative ou individuelle. Certain·e·s ont fait une "immersion" ou un atelier "premier papier" chez Far Ouest.

Pendant une semaine, sept jeunes se sont mis dans la peau de chercheurs en questionnant leurs propres pratiques numériques. Et tenter de répondre à une question : quelle place le numérique prend-il dans leur vie ? Ces jeunes ont réalisé un film sur leur expérience, « Le je des réseaux », dont nous diffusons un extrait. Il sera projeté le 24 juin lors du Festival R festif, au Rocher de Palmer à Cenon.

Illustrations : Aurore Végas

Le projet Les Apprenti·e·s est un programme d’éducation aux médias développé par l’association Les Ami·e·s de Far Ouest. Dans ce feuilleton, nous donnons la parole à des jeunes qui s’essaient à l’écriture ou l’audiovisuel. Que leurs réalisations soient d’initiatives scolaire, associative ou individuelle, notre plateforme les valorise.

« L’idée, c’était d’interroger nos rapports aux réseaux sociaux. Le bon, comme le mauvais », résume Jason Cavernes. Avec Chloé, Sarah, Thomas, Maxime, Ilam et Alex, il a passé une semaine à analyser son usage des réseaux sociaux et la façon dont ces derniers forgent son identité. Sans se connaître, ces sept Girondins de 13 à 20 ans se sont interviewés les uns les autres, ont mené des expériences comportementales, le tout encadré par Sabra Ben Ali, doctorante à l’OREAG, et filmé par Vincent Péchaud de l’association La Smalah

À l’origine, le film a été pensé comme un outil à destination des éducateurs, parfois en décalage face aux usages que font les jeunes des réseaux sociaux. « Notre envie était de créer un support pour que les éducateurs prennent conscience de la place qu’occupe cet outil dans le quotidien des jeunes qu’ils suivent », explique Sabra Ben Ali, à l’initiative du projet. « Ce qui nous intéressait, c’était donc d’avoir des jeunes qui étaient accompagnés par un éducateur. » Parmi les ados qui ont participé à l’expérience, certains sont donc suivis par la PJJ (Protection judiciaire de la jeunesse), par l’OREAG, par l’association Rénovation.

Un fossé entre les jeunes et ceux qui les encadrent

L’idée d’une expérience et d’un film sur le rapport des jeunes aux réseaux sociaux vient d’ailleurs de Sabra, et d’un constat d’échec. « J’ai travaillé trois ans dans la prévention de la radicalisation. J’ai vu ce qu’il y avait de pire en termes de rencontres en ligne. Ça m’a beaucoup touchée. » Face à ce constat, Sabra s’est interrogée sur la place des parents et des éducateurs dans le rapport qu’ont les jeunes des réseaux sociaux. « Comment faire en sorte qu’un dialogue s’instaure et qu’on ne soit pas dans un rapport de jugement, quand les réseaux sociaux ont une vraie fonction pour les jeunes ? Je me suis posée ces questions, et j’ai voulu aller plus loin dans la réflexion. »

Maxime, Ilam et Sabra, lors d’une conversation sur leur utilisation d’Instagram.

À l’arrivée du Covid en mars 2020, le projet a pris tout son sens. « Chacun s’est enfermé dans sa bulle cognitive, se remémore Sabra. Les éducateurs m’ont souvent dit ne plus avoir de lien avec les jeunes pendant le premier confinement : ils avaient énormément de mal à investir les réseaux sociaux ou les outils numériques pour entrer en contact avec eux. Je me suis dit qu’on pouvait profiter de cette expérience-là pour savoir pourquoi on n’y va pas. »

Et plutôt que de réunir des éducateurs ou des experts, Sabra Ben Ali a préféré laisser parler les premiers concernés par les réseaux sociaux : les jeunes. En août, pendant une semaine, ils ont réalisé plusieurs expériences, tant pour analyser leurs propres usages du numérique que pour l’expliquer à ceux qui les encadrent. À travers des micros-trottoirs, des interviews face à face, des tutos d’utilisation d’Instagram ou de TikTok, ils interrogent leurs pratiques et tentent d’expliquer en quoi elles influencent leur vie au quotidien.

Prendre conscience de l’usage des réseaux

C’est Sabra qui a convaincu Jason de faire partie de l’aventure. Longtemps accueilli en ITEP, Jason est un ancien stagiaire de l’association Entr-autres, dont Sabra est présidente et dont il est par la suite devenu vice-président. « J’ai voulu participer pour apprendre des choses sur ma propre utilisation des réseaux sociaux. » À 21 ans, Jason utilise principalement Instagram, et a téléchargé Snapchat suite au tournage. Conscient que ces réseaux font partie de sa vie, il est aussi lucide sur les dangers qu’ils comportent. « Les réseaux sociaux, c’est une fausse identité qu’on se donne. Mais c’est aussi une manière plus facile d’aborder des gens qu’on ne connaît pas. »

Pendant une semaine, les jeunes ont interrogé leurs propres pratiques des réseaux sociaux à travers des interviews face-à-face ou des tutos d’utilisation d’applications.

Tous sont unanimes : dans la vraie vie, on n’aborde pas quelqu’un qu’on ne connaît pas. Sur Instagram, oui. « En soirée, par exemple, je n’ose pas aborder quelqu’un, poursuit Jason. Alors quand je remarque quelqu’un, je regarde son compte, ça me permet d’avoir beaucoup d’informations d’un coup d’œil. » Pour rendre compte de cette pratique, les sept jeunes ont participé à un exercice où ils doivent d’abord se parler face à face avant de regarder les réseaux sociaux de l’autre. « Ça a été difficile pour moi, car je suis timide, et j’étais face à quelqu’un d’encore plus timide, explique Jason. Ce n’était pas très naturel pour nous. Mais cet exercice m’a fait prendre conscience de l’usage que je fais des réseaux sociaux, sans m’en rendre compte. Le fait d’en parler m’a permis de mieux comprendre ce que j’en faisais. » Pour Sabra Ben Ali, cette prise de conscience est d’ailleurs l’un des principaux enseignements de l’expérience. « C’est comme s’ils avaient un usage intuitif du numérique, et qu’ils avaient enfin mis des mots sur leurs pratiques. »

Du film à la thèse

Le film, réalisé pour l’OREAG et financé grâce aux aides de la DRAC et de la Fondation de France, a vocation à être diffusé au sein d’ateliers avec des éducateurs. « On aimerait également le montrer aux parents, précise Sabra. On le diffuse dans des cercles restreints d’abord, pour animer le débat. » Conçu comme un outil pédagogique, le film doit servir à mieux comprendre le quotidien et les pratiques des ados qu’ils accompagnent. « Pour les éducateurs ou les parents, les réseaux sociaux sont encore des sphères assez obscures. L’enjeu, c’est de trouver notre place là-dedans pour créer le dialogue sur ce sujet. »

Sabra et Jason vont continuer l’expérience menée dans le film à travers une thèse (Crédit : Amandine Sanial).

Les premières diffusions ont déjà permis aux éducateurs d’entendre, parfois pour la première fois, des jeunes parler librement de la place que prennent les réseaux dans leur vie. « Ce qui m’a le plus percuté, pendant le tournage, c’est quand les jeunes m’ont dit “on n’a pas d’espace pour penser” », réagit Sabra. « On se rend compte qu’il n’y a que très peu d’espace de paroles où ils ne sont pas jugés, où il n’y a ni préventif ou éducatif. » En montrant des jeunes dans leur utilisation quotidienne des réseaux sociaux, le film crée un pont entre eux et leurs éducateurs. « Ça sous-tend qu’on peut travailler avec ces réseaux nous aussi. La façon dont ils investissent le numérique nous dit quelque chose de ce qu’ils sont : l’identité numérique, c’est une partie de l’identité. »

Pour Sabra, l’expérience du film a été si enrichissante qu’elle a décidé d’approfondir le travail de recherche pour en faire une thèse. « Je suis partie pour trois ans de travail. Je souhaite créer une cohorte de jeunes, qui seraient des pairs-chercheurs. L’idée, c’est de réfléchir à quelle place prend le numérique dans le quotidien des structures médico-sociales, surtout dans le rapport éducateurs-jeunes. En gros, créer un regard clinique sur ces outils et conscientiser les pratiques des réseaux sociaux. » Et, à terme, imaginer comment les éducateurs peuvent investir ces outils dans leurs métiers.

Les travaux de sa thèse se poursuivront notamment à travers des ateliers d’éducations aux médias et des groupes de paroles. « Le but, c’est d’inverser les places. Pour une fois, ce sera aux jeunes de nous guider dans l’apprentissage et l’utilisation de ces outils. » Comme d’autres jeunes ayant participé au film, Jason a accepté de poursuivre l’expérience pour la thèse. « Je vais laisser mon compte Instagram en public pendant trois ans. Pour voir comment se comportent les gens. Moi, ce qui m’intéresse, c’est de déceler les nouveaux dangers, les faux profils… Et ça, ça évolue tout le temps. »

Les Apprenti·e·s
Les Apprenti·e·s sont des jeunes ayant pris part à des programmes d'éducation aux médias, d'initiative scolaire, associative ou individuelle. Certain·e·s ont fait une "immersion" ou un atelier "premier papier" chez Far Ouest.
Dans le même feuilleton

Qui es-tu Lamine Senghor ?

Un film consacré à Lamine Senghor, figure des mouvements noirs de l’entre-deux-guerres.

Inégalités : la parole des femmes voyage

Le 27 février 2020 se tenait l’avant-première du documentaire « Woman » au Cinéma Bordeaux CGR Le Français, qui révèle les injustices subies par les femmes dans le monde. La...

« Faire dire n'importe quoi aux images »

Au lycée Nicolas Brémontier, les élèves de 2e année de CAP paysagiste-jardinier se sont prêtés à un exercice particulier avec l’association landaise dédiée au numérique La...

L'esclavage, ça existe encore ?

L’esclavage, on en parle en cours d’histoire, parfois dans les livres, mais, cela reste un concept assez vague, on n’en parle pas au quotidien, et pourtant, on devrait....

La conscience écologique des enfants

En novembre 2019, douze enfants de 7 et 12 ans ont réalisé un court-métrage dans le cadre du Txiki Festival, créé par l’association éponyme. Autour du thème « La Terre », ils...

Transidentité et non-coming out

En 2017, dix élèves de l’option cinéma au lycée libournais Max Linder ont choisi de réaliser un court-métrage sur le coming-out imaginaire d’une personne transgenre, en...

Nourrir l'économie avec les données

De quel camp êtes-vous : ceux qui acceptent les cookies d’un site pour accéder à son contenu rapidement, ou ceux qui prennent le temps de les refuser ? De novembre 2018 à avril...

Poudlard est-il écolo ?

Au collège de Cantelande de Cestas, le journal papier fait par les élèves sort chaque trimestre. Habituellement, les journalistes en herbe du Canard de Cantelande choisissent...

Quand la nature reprend ses droits

En 2018, trois élèves de quatrième du collège Lahaye d’Andernos-les-Bains ont réalisé un reportage photo sur une maison abandonnée, dans laquelle s’invite une végétation. Dans...

Les ados surexposés aux images

Internet, la télévision, les réseaux sociaux… les images se multiplient autour de nous. Elles sont accessibles à tous et peuvent devenir nocives lorsque les jeunes y sont...

Photoreportage : l'entretien, ça déménage !

Pendant leur seconde année de CAP, en 2018, deux classes du lycée professionnel Jean-Baptiste Darnet de Saint-Yrieix-La-Perche (87) ont réalisé un exercice plastique avec un...

Radio au collège : l'Amérique latine on air

La classe média de quatrième du collège François Truffaut (Saint-Martin de Seignanx, 40) a réalisé l’an dernier une émission radio d’une heure, diffusée en direct. « Sur un air...

Pédopsychiatrie : « Voyez comme l’on voit le monde parfois »

Les jeunes hospitalisés dans le pôle de pédopsychiatrie du centre Esquirol, situé à Limoges (87), ont remporté le prix Mediatiks du photoreportage en 2019. Avec des boîtes de...

Le journal des Fées divers

L’association Code Chaplin a créé un jeu d’éducation aux médias pour les jeunes en décrochage. Avec des personnages fictifs comme le Smart Faune ou Pandi Pandab, les adolescents...

L’Histoire d’Angoulême à travers ses commerces

Pour mieux connaître l’histoire sa ville, la classe du Centre de formation de la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Angoulême l’a traversée. Dans le podcast « Angoulême...

La « politique de la ville » avec des mots simples

Sept collégiens de l’atelier radio ont travaillé, en partenariat avec Radio Libres Périgord, sur des thématiques inhérentes au quartier dans lequel se situe leur collège Jean...

Harcèlement scolaire : « Agir, réagir, pourquoi ne rien dire ? »

32 élèves de seconde au lycée Sud-Médoc La Boétie (Taillan-Médoc) ont rédigé le webmagazine « pupille » en suivant le thème du harcèlement scolaire. Des rubriques concernant des...

Des paillettes dans le monde de la mode ?

« La représentation à l’écran du monde du travail » était le thème sur lequel devaient travailler les Terminales du Lycée Montesquieu pour leur option cinéma en 2017-2018. Un...

Jeunesse dorée, jeunesse jugée

Huit adolescentes du centre social Bordeaux-Nord, conscientes des préjugés sur la jeunesse, ont engagé des discussions intergénérationnelles dans leur quartier. Pour mettre les...

Déconstruire les stéréotypes de genre

Les Secondes de la promotion 2017-2018 du lycée Jean Monnet (Blanquefort) ont réalisé, pour leurs cours de sciences économiques et sociales, tout un épisode de podcast autour...

Harcèlement de rue : t'es bien rentrée ?

« Ce genre de situation nous arrive à toutes, partout. » Manon Montrouge a 22 ans, et comme toutes les filles, a déjà été harcelée dans la rue. Étudiante en quatrième année à...

« Vae Victis », quand le savoir devient une arme

Et si la démocratie avait disparu ? Si les livres étaient interdits ? Si le monde était gouverné par une "caste", un pouvoir autoritaire rassemblant ceux qui détiennent le...

Au lycée aussi, des collages féministes dénoncent le sexisme

À Bordeaux, les affiches féministes n’ont pas fleuri que dans la rue. Depuis septembre dernier, des messages dénonçant le sexisme ont envahi les murs du lycée Michel de...

"Gonflé", un court-métrage pour s'évader

Eugène, un trentenaire qui vit toujours chez sa mère, s’envole en montgolfière pour tenter de lui échapper. C’est l’histoire qu’a imaginée Louis Changeur, 23 ans, dans le...

Giulia Foïs : "Le viol, c’est le chaos complet"

Le temps d’une émission radio, les élèves du lycée professionnel Pablo Picasso de Périgueux ont reçu la journaliste et autrice Giulia Foïs. Victime d’un viol à 23 ans, elle...

Réseaux sociaux : que font-ils de moi ?

Pendant une semaine, sept jeunes se sont mis dans la peau de chercheurs en questionnant leurs propres pratiques numériques. Et tenter de répondre à une question : quelle place...

Faire des films "pour ne pas oublier"

À quoi ressemblait la vie d’un écolier en 1943 ? C’est la question que se sont posés les élèves de Saint-Gervais et de Lugon-et-l’Île-du-Carnay, en Haute-Gironde. À travers deux...

Ces épisodes pourraient vous intéresser
À votre service

La politique est une drogue dure

La politique est une drogue dure

« Quand un journaliste dit qu’il est objectif, c’est qu’il est de droite. » Noël Mamère a été maire écologiste de Bègles de 1989 à 2017. En se grillant dans le monde du...
Les Embarqués

Le temps de la Justice

Le temps de la Justice

Que se passe-t-il à l’intérieur du majestueux palais de justice ? Incursion dans un salle d’audience, le temps d’une affaire. Cet épisode de notre feuilleton « Les Embarqués »...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement