Épisode 24
6 minutes de lecture
Jeudi 22 avril 2021
par Les Apprenti·e·s
Les Apprenti·e·s
Les Apprenti·e·s sont des jeunes ayant pris part à des programmes d'éducation aux médias, d'initiative scolaire, associative ou individuelle. Certain·e·s ont fait une "immersion" ou un atelier "premier papier" chez Far Ouest.

Eugène, un trentenaire qui vit toujours chez sa mère, s’envole en montgolfière pour tenter de lui échapper. C’est l’histoire qu’a imaginée Louis Changeur, 23 ans, dans le court-métrage « Gonflé », réalisé dans le cadre de ses études à l’EMCA d’Angoulême. Louis nous plonge dans le monde fascinant de l’animation, et évoque la situation difficile des jeunes comme lui, à une époque où les studios d’animation tournent au ralenti. 

Le projet Les Apprenti·e·s est un programme d’éducation aux médias développé par l’association Les Ami·e·s de Far Ouest. Dans ce feuilleton, nous donnons la parole à des jeunes qui s’essaient à l’écriture ou l’audiovisuel. Que leurs réalisations soient d’initiatives scolaire, associative ou individuelle, notre plateforme les valorise.

« Gonflé » a été sélectionné par le festival Ciném’avenir, dont la première édition se tient en ligne du 12 au 19 avril 2021. Créé par des étudiant.e.s., ce festival récompense de jeunes réalisateur.rice.s entre 18 et 25 ans par le biais de la compétition « Cinéastes de demain ».

Revue Far Ouest : Tu réalises ton premier film seul, « Gonflé ». De quoi parle-t-il, et pourquoi ce titre ?

Louis Changeur : C’est l’histoire d’Eugène, qui vit encore avec sa mère un peu trop invasive. Il tente de lui échapper en participant à un concours de ballon à gaz. « Gonflé » par sa mère, il finit par gonfler comme un ballon lui-même pour s’évader dans les airs.

Tu es diplômé de l’EMCA (École des métiers du cinéma d’animation). Peux-tu nous parler de ta formation ?

L’EMCA une école de cinéma d’animation en quatre ans. Les deux premières années sont plutôt techniques, consacrées au dessin et à l’animation : dessiner des modèles vivants, apprendre à animer une marche… Les deux dernières années sont davantage consacrées à l’apprentissage des logiciels, des marionnettes, ou encore du stop-motion. En troisième année, je me suis spécialisé en 2D tout en continuant à faire un peu de 3D de mon côté. J’ai imaginé et créé « Gonflé » lors de ma dernière année d’école, qui est entièrement consacrée à la réalisation d’un film de A à Z.

Comment as-tu choisi le thème de ton film ? Aviez-vous des contraintes particulières pour votre projet de fin d’études ?

Non, aucune contrainte. Comme on était libres de choisir n’importe quel thème, j’ai réfléchi à un sujet dont je me sentirais légitime de parler et qui ne me lasserait pas au cours de l’année. L’idée m’est venue l’été dernier. Je passais beaucoup de temps à regarder des comédies françaises des années 70, notamment les films d’Yves Robert, comme Un éléphant ça trompe énormément. Dans ce film, le personnage de la mère de Guy Bedos, très protectrice, m’a un peu rappelé ma mère. J’avais envie de parler d’elle, de ma mère. Je me suis inspirée d’elle, et j’ai ajouté au décor des choses qui me plaisaient : l’aéronautique, les vieux trains, la mode du début du XXe siècle ou encore du Strauss, pour la musique.

Ta mère a-telle vu le court-métrage ? Comment l’a-t-elle pris ?

Elle l’a vu, et mieux que ça : c’est même elle qui fait la voix de la mère dans le film ! Elle comprend totalement, et est consciente de son côté « mère poule ».

Pourquoi as-tu choisi de te lancer dans le cinéma d’animation ?

Ça fait très longtemps que j’ai envie de faire un métier dans le dessin, voire dans la bande dessinée. Lorsque je me suis spécialisé en arts plastiques au lycée, j’avais déjà dans l’idée de faire de l’animation. En plus, je suis originaire d’Angoulême, où on entend régulièrement parler de l’EMCA. Ça m’a fait envie.
À la base, c’est le dessin qui m’a donné envie de faire ce métier. Depuis, j’ai beaucoup évolué et aujourd’hui, je m’intéresse de plus en plus à l’écriture et aux scénarios.

Comment as-tu réalisé « Gonflé » ? Quelles techniques as-tu utilisé ?

Pour les personnages, j’ai utilisé une technique que l’on appelle « puppet », ou animation marionnette, qui n’est pas de l’animation traditionnelle. Il s’agit en fait d’une marionnette 2D, dessinée et articulée sur un logiciel, qui permet de ne pas redessiner le même personnage à chaque fois. Cette technique a l’avantage d’éviter de dessiner image par image, où on peut facilement perdre le volume d’un personnage. Avec une marionnette, les volumes ne bougent pas.
Pour le décor, je me suis aidé de photos réelles, trouvées dans des livres ou même sur Google maps, par-dessus lesquelles j’ai peint. Les nuages par exemple viennent de photos que j’ai trouvées et que j’ai repeintes. 

La « marionnette » d’Eugène, sous toutes les coutures.

Quels dessins animés t’ont inspiré pour ce film ?

Je me suis beaucoup inspiré de Heidi, ou d’autres séries d’Isao Takahata, dont certaines sont moins connues en France, comme Anne, la maison aux pignons verts ou Marco. Ces trois séries m’ont marqué enfant et ce sont toujours mes séries préférées. Les dessins sont assez simplifiés, il y a peu de traits, car à l’époque l’animation se faisait à la main et on colorisait à la gouache. Les décors étaient en revanche assez réalistes. J’ai voulu garder ce style.

As-tu rencontré des difficultés lors de la réalisation de ton film ? 

J’ai peut-être sous-estimé le temps nécessaire à la réalisation d’un film tout seul. J’ai aussi l’impression d’avoir mieux réussi l’écriture et la mise en scène que l’animation, qui n’est pas optimale. Je ne la trouve pas assez dynamique. C’est le point faible de mon film. Un regret que j’ai également, c’est que mon sujet est très léger, alors que paradoxalement, je suis assez militant.

Quels sont tes projets actuels ou futurs ? 

J’aimerais justement traiter des sujets plus sérieux dans mes prochains projets. Quand j’ai imaginé mon film, fin 2019, la situation politique et économique était loin d’être ce qu’elle est aujourd’hui. J’aimerais davantage utiliser ma parole en tant qu’artiste pour défendre des causes qui me tiennent à cœur, et je travaille d’ailleurs sur un autre court-métrage sur un sujet plus sérieux. 

As-tu réussi à trouver du travail à ta sortie d’école ?

C’est le gros point noir. En cinq mois, je n’ai décroché qu’un contrat d’une semaine. Le problème, c’est que tous les diplômés de mon secteur sont dans le même cas. Il y a très peu d’offres d’emploi, que ce soit en 2D ou en 3D. La télévision a été relativement épargnée par la crise du Covid, mais pour le cinéma, tout est mis en pause. Les films censés sortir l’an dernier ne sont pas encore en salles.

En cinq mois, je n’ai décroché qu’un contrat d’une semaine

Un autre travers du monde de l’animation, c’est le peu de femmes dans le milieu. Traditionnellement, c’est un secteur plutôt masculin. Déjà, à l’époque où le numérique n’était pas utilisé, les femmes étaient plutôt employées pour des métiers de « petites mains », moins techniques. Par exemple, c’est elles qui peignaient chaque dessin à la gouache. La tendance est cependant en train de s’inverser dans les écoles, il commence à y avoir plus de filles que de garçons. Le problème, c’est que comme tout fonctionne beaucoup au réseau, les hommes s’aident entre eux et les femmes restent peu nombreuses dans les studios d’animation.

Dans le contexte de crise liée à la pandémie, le cinéma d’animation n’est-il pas épargné par rapport au cinéma classique ?

On peut penser que grâce au télétravail, le secteur peut continuer à fonctionner, et c’est en partie vrai. Mais dans les faits, beaucoup de studios d’animation tournent tout de même au ralenti, peut-être faute de financement. Il y a moins d’offres d’emplois, mais toujours autant de diplômés…

Comment t’adaptes-tu à cette situation ?

Je réfléchis à des projets de mon côté. Je vais notamment participer à un appel à projet lancé par le CNC (Centre national du cinéma et de l’image animée, ndlr) pour les diplômés en audiovisuel 2019-2020, afin de nous aider dans cette situation. Le but est d’accompagner des jeunes comme moi dans nos premiers projets professionnels en accordant des financements.

J’ai bon espoir que les choses s’améliorent depuis que mon film a été sélectionné dans la catégorie jeune public du festival du court-métrage de Clermont-Ferrand. D’autres festivals m’ont contacté après avoir vu « Gonflé » à Clermont, j’espère que ça ne va pas s’arrêter là !

Les Apprenti·e·s
Les Apprenti·e·s sont des jeunes ayant pris part à des programmes d'éducation aux médias, d'initiative scolaire, associative ou individuelle. Certain·e·s ont fait une "immersion" ou un atelier "premier papier" chez Far Ouest.
Dans le même feuilleton

Qui es-tu Lamine Senghor ?

Un film consacré à Lamine Senghor, figure des mouvements noirs de l’entre-deux-guerres.

Inégalités : la parole des femmes voyage

Le 27 février 2020 se tenait l’avant-première du documentaire « Woman » au Cinéma Bordeaux CGR Le Français, qui révèle les injustices subies par les femmes dans le monde. La...

« Faire dire n'importe quoi aux images »

Au lycée Nicolas Brémontier, les élèves de 2e année de CAP paysagiste-jardinier se sont prêtés à un exercice particulier avec l’association landaise dédiée au numérique La...

L'esclavage, ça existe encore ?

L’esclavage, on en parle en cours d’histoire, parfois dans les livres, mais, cela reste un concept assez vague, on n’en parle pas au quotidien, et pourtant, on devrait....

La conscience écologique des enfants

En novembre 2019, douze enfants de 7 et 12 ans ont réalisé un court-métrage dans le cadre du Txiki Festival, créé par l’association éponyme. Autour du thème « La Terre », ils...

Transidentité et non-coming out

En 2017, dix élèves de l’option cinéma au lycée libournais Max Linder ont choisi de réaliser un court-métrage sur le coming-out imaginaire d’une personne transgenre, en...

Nourrir l'économie avec les données

De quel camp êtes-vous : ceux qui acceptent les cookies d’un site pour accéder à son contenu rapidement, ou ceux qui prennent le temps de les refuser ? De novembre 2018 à avril...

Poudlard est-il écolo ?

Au collège de Cantelande de Cestas, le journal papier fait par les élèves sort chaque trimestre. Habituellement, les journalistes en herbe du Canard de Cantelande choisissent...

Quand la nature reprend ses droits

En 2018, trois élèves de quatrième du collège Lahaye d’Andernos-les-Bains ont réalisé un reportage photo sur une maison abandonnée, dans laquelle s’invite une végétation. Dans...

Les ados surexposés aux images

Internet, la télévision, les réseaux sociaux… les images se multiplient autour de nous. Elles sont accessibles à tous et peuvent devenir nocives lorsque les jeunes y sont...

Photoreportage : l'entretien, ça déménage !

Pendant leur seconde année de CAP, en 2018, deux classes du lycée professionnel Jean-Baptiste Darnet de Saint-Yrieix-La-Perche (87) ont réalisé un exercice plastique avec un...

Radio au collège : l'Amérique latine on air

La classe média de quatrième du collège François Truffaut (Saint-Martin de Seignanx, 40) a réalisé l’an dernier une émission radio d’une heure, diffusée en direct. « Sur un air...

Pédopsychiatrie : « Voyez comme l’on voit le monde parfois »

Les jeunes hospitalisés dans le pôle de pédopsychiatrie du centre Esquirol, situé à Limoges (87), ont remporté le prix Mediatiks du photoreportage en 2019. Avec des boîtes de...

Le journal des Fées divers

L’association Code Chaplin a créé un jeu d’éducation aux médias pour les jeunes en décrochage. Avec des personnages fictifs comme le Smart Faune ou Pandi Pandab, les adolescents...

L’Histoire d’Angoulême à travers ses commerces

Pour mieux connaître l’histoire sa ville, la classe du Centre de formation de la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Angoulême l’a traversée. Dans le podcast « Angoulême...

La « politique de la ville » avec des mots simples

Sept collégiens de l’atelier radio ont travaillé, en partenariat avec Radio Libres Périgord, sur des thématiques inhérentes au quartier dans lequel se situe leur collège Jean...

Harcèlement scolaire : « Agir, réagir, pourquoi ne rien dire ? »

32 élèves de seconde au lycée Sud-Médoc La Boétie (Taillan-Médoc) ont rédigé le webmagazine « pupille » en suivant le thème du harcèlement scolaire. Des rubriques concernant des...

Des paillettes dans le monde de la mode ?

« La représentation à l’écran du monde du travail » était le thème sur lequel devaient travailler les Terminales du Lycée Montesquieu pour leur option cinéma en 2017-2018. Un...

Jeunesse dorée, jeunesse jugée

Huit adolescentes du centre social Bordeaux-Nord, conscientes des préjugés sur la jeunesse, ont engagé des discussions intergénérationnelles dans leur quartier. Pour mettre les...

Déconstruire les stéréotypes de genre

Les Secondes de la promotion 2017-2018 du lycée Jean Monnet (Blanquefort) ont réalisé, pour leurs cours de sciences économiques et sociales, tout un épisode de podcast autour...

Harcèlement de rue : t'es bien rentrée ?

« Ce genre de situation nous arrive à toutes, partout. » Manon Montrouge a 22 ans, et comme toutes les filles, a déjà été harcelée dans la rue. Étudiante en quatrième année à...

« Vae Victis », quand le savoir devient une arme

Et si la démocratie avait disparu ? Si les livres étaient interdits ? Si le monde était gouverné par une "caste", un pouvoir autoritaire rassemblant ceux qui détiennent le...

Au lycée aussi, des collages féministes dénoncent le sexisme

À Bordeaux, les affiches féministes n’ont pas fleuri que dans la rue. Depuis septembre dernier, des messages dénonçant le sexisme ont envahi les murs du lycée Michel de...

"Gonflé", un court-métrage pour s'évader

Eugène, un trentenaire qui vit toujours chez sa mère, s’envole en montgolfière pour tenter de lui échapper. C’est l’histoire qu’a imaginée Louis Changeur, 23 ans, dans le...

Giulia Foïs : "Le viol, c’est le chaos complet"

Le temps d’une émission radio, les élèves du lycée professionnel Pablo Picasso de Périgueux ont reçu la journaliste et autrice Giulia Foïs. Victime d’un viol à 23 ans, elle...

Réseaux sociaux : que font-ils de moi ?

Pendant une semaine, sept jeunes se sont mis dans la peau de chercheurs en questionnant leurs propres pratiques numériques. Et tenter de répondre à une question : quelle place...

Faire des films "pour ne pas oublier"

À quoi ressemblait la vie d’un écolier en 1943 ? C’est la question que se sont posés les élèves de Saint-Gervais et de Lugon-et-l’Île-du-Carnay, en Haute-Gironde. À travers deux...

Ces épisodes pourraient vous intéresser
Amateurs pro

La découverte

La découverte

Par hasard mais surtout par curiosité, Carmina se connecte un soir à un site de cam...
À chacun son Mai 68

Mai 68 à Périgueux : « La joie »

Mai 68 à Périgueux : « La joie »

Mai 1968 : en Dordogne, une nouvelle grève apparaît tous les jour, alors que les revendications se mêlent aux bals et à la solidarité.
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement