Épisode 19
20 minutes de lecture
Mercredi 23 décembre 2020
par Les Apprenti·e·s
Les Apprenti·e·s
Les Apprenti·e·s sont des jeunes ayant pris part à des programmes d'éducation aux médias, d'initiative scolaire, associative ou individuelle. Certain·e·s ont fait une "immersion" ou un atelier "premier papier" chez Far Ouest.

Huit adolescentes du centre social Bordeaux-Nord, conscientes des préjugés sur la jeunesse, ont engagé des discussions intergénérationnelles dans leur quartier. Pour mettre les adultes face à la dureté de leurs propos envers les jeunes, elles ont fait appel à l’association Ricochet Sonore afin de compiler les propos reçus lors du micro-trottoir. Certaines personnes interrogées pointent « l’espoir » de la jeunesse, quand d’autres véhiculent des clichés tels que celui de la fainéantise.

Le projet Les Apprenti·e·s est un programme d’éducation aux médias développé par l’association Les Ami·e·s de Far Ouest. Dans ce feuilleton, nous donnons la parole à des jeunes qui s’essaient à l’écriture ou l’audiovisuel. Que leurs réalisations soient d’initiatives scolaire, associative ou individuelle, notre plateforme les valorise. Huit adolescentes du centre social Bordeaux Nord ont réalisé, avec l’association Ricochet Sonore, le podcast « À vos micros » autour des préjugés sur la jeunesse.

Pierre a cofondé l’association Ricochet Sonore afin de « se servir de l’outil de la musique pour favoriser la rencontre et le partage ». L’idée de départ, explique l’ancien salarié de centre social, était d’utiliser la musique en appartement pour rencontrer ses voisins, créer du lien. « On fait aussi un volet “animation digitale” avec des formats qui se veulent ludiques et pédagogiques : un quiz musical, DJ set… » complète-t-il. Puis, les cofondateurs ont l’idée de réaliser des captations sonores, comme ils l’ont fait en 2018 avec les jeunes du Centre social de Bordeaux Nord. La série de podcasts « À vos micros » interroge sur l’image véhiculée par les adolescents.

Ricochet Sonore · A Vos Micros – En 1 Mot

L’idée émane d’ailleurs des jeunes du centre social, qui a sollicité Ricochet Sonore : « On évolue en fonction des sollicitations auxquelles on souhaite répondre, explique Pierre. Ça m’intéressait de travailler, au-delà de la musique, sur l’identité sonore des territoires. » Ils ont alors créé des cartes postales sonores. « En se positionnant sur ce projet, on ne se prétendait pas journalistes, mais on accompagnait sur l’utilisation du matériel dans un but d’éducation populaire », poursuit Pierre. Le salarié Léo, qui a déjà eu des expériences en radio associative, a pu accompagner ce projet. L’homme qui vit aujourd’hui à Orléans se souvient de ces adolescentes qui « subissaient les conséquences » des représentations qu’avaient les adultes des jeunes. Il en résulte les problèmes de cohabitation entre générations.

Amandine, aujourd’hui en terminale, n’avait aucune idée du sujet au début. Elle et ses amies voulaient simplement « aller dans la rue et parler aux gens du quartier, leur poser des questions ». Spontanément, le groupe de huit filles a l’idée de discuter de la jeunesse : « On est dans un quartier populaire avec Grand Parc et Les Aubiers, il y a beaucoup de règlements de compte donc on n’a pas forcément une bonne image. Donc on voulait savoir ce que projetait notre génération. »

« On a eu ce qu’il faut en préjugés ! »

Finalement, tout est allé très vite, puisque le projet se faisait sur le temps libre des jeunes filles, en plusieurs étapes réparties sur deux mois. Le format sonore leur a semblé plus simple pour ne pas effrayer avec une caméra les personnes interrogées. Les filles ont passé deux après-midi à poser des questions telles que : « Que pensez-vous des jeunes » ou « Avez-vous des liens avec eux ? ». Puis est venue l’idée de faire un podcast. En réécoutant les micros-trottoirs, le groupe a pu dégager quatre grandes problématiques : « les jeunes en un mot », qui sert de teaser, « préjugés », « jeunesses d’hier et d’aujourd’hui », et « langage ». Puis en réécoutant, elles sont retournées dans la rue « avec des contre-questions », explique Amandine.

Désœuvrée, indisciplinée, impolie, drogués… « On a eu ce qu’il faut en préjugés », raille Léo. L’ancien animateur de Ricochet Sonore ne s’attendait pas à ce que ce soit aussi frontal : « Devant des jeunes filles, les gens se sont lâchés, sans barrière… » Son ancien collègue, Pierre, semble peu étonné aussi : « J’ai travaillé en centre social, ces choses me font toujours marrer : ce qui est curieux, ce serait de refaire un podcast dans 50 ans ou voir s’il n’y en avait pas un de fait il y a 50 ans, et je pense qu’on pourrait retrouver à travers les générations les mêmes clichés. »

Amandine en avait déjà conscience : au collège, on leur parlait trop des « jeunes avec leur téléphone ». « On voulait vérifier et engager des discussions ». Elle a été marquée par l’un des interrogés. Pour résumer, il soutient que les jeunes sont « des flemmards, des assistés ». Qu’avec les téléphones, « tu veux acheter des frites, tu vas sur Uber. Tu veux te déplacer, tu vas sur Uber ». Malgré tout, Amandine a « pris cela à la rigolade, même si ça fait du mal de savoir qu’on pense que les jeunes ne font pas grand-chose ».

« Ça reste un podcast assez simple et spontané. On n’est pas forcément allé vers les sciences sociales », prévient Léo. L’animateur a quand même pu observer des réponses sociologiques de la part des répondants : « Les plus conservateurs et caricaturaux sont de jeunes étudiants, dans les bibliothèques. Donc je pense qu’il y a aussi une question de classe », comme un mépris de la part de ceux qui se sont installés à Bordeaux Maritime pour être proches de leur école privée.

Renouer la discussion intergénérationnelle

Si Léo semble regretter le manque de diffusion de ce podcast, il souligne l’intérêt de la démarche : « Le témoignage a cette force : créer un espace de discussion à travers la fabrication du podcast. Il est devenu un produit de médiation pour confronter les adultes à ce qu’ils pensaient. » En effet, quelques mois après la réalisation, les jeunes du centre ont pu discuter de cet élément sonore avec un groupe de parents. Même le directeur du centre social est venu répondre aux clichés entendus sur les jeunes, notamment sur le fait qu’ils sont « fatigués de naissance » : en l’expliquant par la croissance, les changements de rythme. Ce podcast répondait à une visée plus globale : des rencontres, permettant de soulever des problématiques, et de voir la façon dont on y répond.

« À vos micros a déclenché cette envie d’aller plus loin, car le projet est très bien, mais ponctuel et éphémère », regrette Léo qui aurait souhaité une plus large diffusion. Ce podcast a pourtant servi un an après sa réalisation, grâce à la webradio Ondes Maritimes. Ricochet sonore et le Garage moderne ont réalisé dix heures de direct, dont une dédiée à la thématique de la jeunesse. Pierre, cofondateur de l’association, aimerait « qu’Ondes Maritimes devienne une radio de quartier » et pense aujourd’hui à des ateliers moins musicaux.

Léo retient qu’il y a « des jeunesses, multiples et diverses », selon son origine sociale, la façon dont on grandit, et même son genre. « Parfois, ça va loin dans les violences quotidiennes, de deal ou autre qui dépassent le quartier. Et que propose-t-on aux différentes jeunesses en réponse à ces problématiques ? » Le centre social pourrait être une de ces réponses, s’il avait plus de moyens. Cette structure a au moins le mérite de « proposer un espace à certains jeunes qui ne voulaient pas rentrer dans certaines dynamiques, et aux filles un espace où elles se sentent en sécurité », selon Léo. Plus tard, Amandine aimerait justement agir en tant qu’éducatrice spécialisée, « pour faire bouger les mentalités dans le social ». En se remémorant « À vos micros » deux ans après, la lycéenne trouve la démarche plutôt réussie : « On voulait montrer que ce sont vraiment des préjugés, qu’on fait des choses, que ce soit du partage ». Contrairement aux propos recueillis dans ce podcast, les jeunes « agissent sur leur avenir, appuie Amandine. Sur le climat ou les questions de féminisme, de la sexualité… On avance, on démonte les tabous, donc je trouve qu’on est engagés. »

Les Apprenti·e·s
Les Apprenti·e·s sont des jeunes ayant pris part à des programmes d'éducation aux médias, d'initiative scolaire, associative ou individuelle. Certain·e·s ont fait une "immersion" ou un atelier "premier papier" chez Far Ouest.
Dans le même feuilleton

Qui es-tu Lamine Senghor ?

Un film consacré à Lamine Senghor, figure des mouvements noirs de l’entre-deux-guerres.

Inégalités : la parole des femmes voyage

Le 27 février 2020 se tenait l’avant-première du documentaire « Woman » au Cinéma Bordeaux CGR Le Français, qui révèle les injustices subies par les femmes dans le monde. La...

« Faire dire n'importe quoi aux images »

Au lycée Nicolas Brémontier, les élèves de 2e année de CAP paysagiste-jardinier se sont prêtés à un exercice particulier avec l’association landaise dédiée au numérique La...

L'esclavage, ça existe encore ?

L’esclavage, on en parle en cours d’histoire, parfois dans les livres, mais, cela reste un concept assez vague, on n’en parle pas au quotidien, et pourtant, on devrait....

La conscience écologique des enfants

En novembre 2019, douze enfants de 7 et 12 ans ont réalisé un court-métrage dans le cadre du Txiki Festival, créé par l’association éponyme. Autour du thème « La Terre », ils...

Transidentité et non-coming out

En 2017, dix élèves de l’option cinéma au lycée libournais Max Linder ont choisi de réaliser un court-métrage sur le coming-out imaginaire d’une personne transgenre, en...

Nourrir l'économie avec les données

De quel camp êtes-vous : ceux qui acceptent les cookies d’un site pour accéder à son contenu rapidement, ou ceux qui prennent le temps de les refuser ? De novembre 2018 à avril...

Poudlard est-il écolo ?

Au collège de Cantelande de Cestas, le journal papier fait par les élèves sort chaque trimestre. Habituellement, les journalistes en herbe du Canard de Cantelande choisissent...

Quand la nature reprend ses droits

En 2018, trois élèves de quatrième du collège Lahaye d’Andernos-les-Bains ont réalisé un reportage photo sur une maison abandonnée, dans laquelle s’invite une végétation. Dans...

Les ados surexposés aux images

Internet, la télévision, les réseaux sociaux… les images se multiplient autour de nous. Elles sont accessibles à tous et peuvent devenir nocives lorsque les jeunes y sont...

Photoreportage : l'entretien, ça déménage !

Pendant leur seconde année de CAP, en 2018, deux classes du lycée professionnel Jean-Baptiste Darnet de Saint-Yrieix-La-Perche (87) ont réalisé un exercice plastique avec un...

Radio au collège : l'Amérique latine on air

La classe média de quatrième du collège François Truffaut (Saint-Martin de Seignanx, 40) a réalisé l’an dernier une émission radio d’une heure, diffusée en direct. « Sur un air...

Pédopsychiatrie : « Voyez comme l’on voit le monde parfois »

Les jeunes hospitalisés dans le pôle de pédopsychiatrie du centre Esquirol, situé à Limoges (87), ont remporté le prix Mediatiks du photoreportage en 2019. Avec des boîtes de...

Le journal des Fées divers

L’association Code Chaplin a créé un jeu d’éducation aux médias pour les jeunes en décrochage. Avec des personnages fictifs comme le Smart Faune ou Pandi Pandab, les adolescents...

L’Histoire d’Angoulême à travers ses commerces

Pour mieux connaître l’histoire sa ville, la classe du Centre de formation de la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Angoulême l’a traversée. Dans le podcast « Angoulême...

La « politique de la ville » avec des mots simples

Sept collégiens de l’atelier radio ont travaillé, en partenariat avec Radio Libres Périgord, sur des thématiques inhérentes au quartier dans lequel se situe leur collège Jean...

Harcèlement scolaire : « Agir, réagir, pourquoi ne rien dire ? »

32 élèves de seconde au lycée Sud-Médoc La Boétie (Taillan-Médoc) ont rédigé le webmagazine « pupille » en suivant le thème du harcèlement scolaire. Des rubriques concernant des...

Des paillettes dans le monde de la mode ?

« La représentation à l’écran du monde du travail » était le thème sur lequel devaient travailler les Terminales du Lycée Montesquieu pour leur option cinéma en 2017-2018. Un...

Jeunesse dorée, jeunesse jugée

Huit adolescentes du centre social Bordeaux-Nord, conscientes des préjugés sur la jeunesse, ont engagé des discussions intergénérationnelles dans leur quartier. Pour mettre les...

Déconstruire les stéréotypes de genre

Les Secondes de la promotion 2017-2018 du lycée Jean Monnet (Blanquefort) ont réalisé, pour leurs cours de sciences économiques et sociales, tout un épisode de podcast autour...

Harcèlement de rue : t'es bien rentrée ?

« Ce genre de situation nous arrive à toutes, partout. » Manon Montrouge a 22 ans, et comme toutes les filles, a déjà été harcelée dans la rue. Étudiante en quatrième année à...

« Vae Victis », quand le savoir devient une arme

Et si la démocratie avait disparu ? Si les livres étaient interdits ? Si le monde était gouverné par une "caste", un pouvoir autoritaire rassemblant ceux qui détiennent le...

Au lycée aussi, des collages féministes dénoncent le sexisme

À Bordeaux, les affiches féministes n’ont pas fleuri que dans la rue. Depuis septembre dernier, des messages dénonçant le sexisme ont envahi les murs du lycée Michel de...

"Gonflé", un court-métrage pour s'évader

Eugène, un trentenaire qui vit toujours chez sa mère, s’envole en montgolfière pour tenter de lui échapper. C’est l’histoire qu’a imaginée Louis Changeur, 23 ans, dans le...

Giulia Foïs : "Le viol, c’est le chaos complet"

Le temps d’une émission radio, les élèves du lycée professionnel Pablo Picasso de Périgueux ont reçu la journaliste et autrice Giulia Foïs. Victime d’un viol à 23 ans, elle...

Réseaux sociaux : que font-ils de moi ?

Pendant une semaine, sept jeunes se sont mis dans la peau de chercheurs en questionnant leurs propres pratiques numériques. Et tenter de répondre à une question : quelle place...

Ces épisodes pourraient vous intéresser
Contagions Chroniques

L'horizon du 11 mai

L'horizon du 11 mai

4e volet de notre série contagions chroniques. Nous sommes le 13 avril 2020. Rosa la pharmacienne, Manon la médecin urgentiste, Virginie la gérante d’un bar, Bastien, professeur...
Les rendez-vous manqués

RDV #2 Damasio : le futur au présent

RDV #2 Damasio : le futur au présent

Pour ce deuxième épisode, retrouvez l’intégralité de la rencontre d’Alain Damasio avec ses lecteurs à la librairie La Zone du Dehors. Alors en pleine promotion de son dernier...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement