Épisode 23
4 minutes de lecture
Vendredi 19 mars 2021
par Les Apprenti·e·s
Les Apprenti·e·s
Les Apprenti·e·s sont des jeunes ayant pris part à des programmes d'éducation aux médias, d'initiative scolaire, associative ou individuelle. Certain·e·s ont fait une "immersion" ou un atelier "premier papier" chez Far Ouest.

À Bordeaux, les affiches féministes n’ont pas fleuri que dans la rue. Depuis septembre dernier, des messages dénonçant le sexisme ont envahi les murs du lycée Michel de Montaigne.

Le projet « Les Apprenti·e·s » est un programme d’éducation aux médias développé par l’association Les Ami·e·s de Far Ouest. Dans ce feuilleton, nous donnons la parole à des jeunes qui s’essaient à l’écriture ou l’audiovisuel. Cet article a été écrit par Mali Nkoumou, élève de terminale au lycée Michel de Montaigne, dans le cadre d’un stage à la revue Far Ouest.

« Le féminisme est une grande partie de ma vie. » Marie a tout juste 18 ans, et admire les collages féministes depuis le tout début du mouvement. Un jour, elle scrolle sur Twitter quand elle tombe sur le compte d’une étudiante qui colle des messages féministes sur les murs de sa fac. « Ça a été un déclic. » À son tour, Marie a eu envie de rejoindre le mouvement et de l’amener jusque dans son lycée. « Mon but était de permettre aux lycéens d’en parler. C’est un sujet qui touche tout le monde, en particulier les jeunes filles. »

Au lycée Michel de Montaigne, les affiches ont le plus souvent été écrites au marqueur sur des feuilles A4 (photo : Mali Nkoumou)

Elle entre à peine en terminale quand elle commence à réunir une vingtaine de filles autour du projet. « Ça a commencé par un groupe Instagram, qu’on a appelé ‘Collages féministes Montaigne’ », explique Marie.

Pendant plusieurs jours, le groupe de filles échange sur les réseaux sociaux autour de leur projet de collage. Elles débattent entre elles et choisissent une dizaine de slogans : « Les hommes trans sont des hommes », « mon corps, mes choix » ou encore « ma tenue se passe de tes commentaires ». Des messages forts, qui méritent encore d’être martelés, pour Marie. « Le sexisme est encore trop présent dans notre société. Ces messages servent aussi à rappeler qu’un viol, une agression, ça n’arrive pas qu’aux autres. »

30 Septembre 2020 : le jour J

Après plusieurs jours de discussion, une dizaine de filles du groupe passent à l’action lors de la pause déjeuner. Elles impriment des messages sur des feuilles A4, écrivent au marqueur sur d’autres. En une heure, elles collent une cinquantaine d’affiches dans les couloirs du lycée, les toilettes, la cour, partout où elles le peuvent.

Ces messages servent aussi à rappeler qu’un viol, une agression, ça n’arrive pas qu’aux autres

« Sans les autres filles, je ne l’aurais pas fait, avoue Marie. C’est parce qu’on s’est toutes motivées et encouragées que j’ai eu la force de le faire. » Elle se souvient surtout de « l’adrénaline » procurée en posant les affiches, mêlée à la peur de la réaction des surveillants s’ils les surprenaient. « L’un d’eux nous a pourtant vues coller nos affiches, mais il n’a rien dit. »

« Ça ne va pas changer grand-chose »

Les jours qui ont suivi le collage, les réactions des lycéennes face aux affiches ont été globalement positives. « C’est une bonne idée », reconnaît Lumila Rey, élève de terminale au lycée Michel de Montaigne. Inès Bensalah, elle aussi élève de terminale, confie s’être « reconnue dans des messages » écrits sur les murs.

Côté garçons, le ressenti est différent : « C’est une bonne idée », selon Elliot Hidié, mais pour lui, « ça ne va pas changer grand-chose ». « Les anciennes générations sont plus fermées d’esprit, elles sont de la vieille époque. Aujourd’hui, les choses sont en train d’évoluer », poursuit-il. Pour autant, selon Lola Tétu, elle aussi en terminale, les garçons du lycée ne s’attardent pas sur les messages collés aux murs. « Peu de garçons regardent les affiches. C’est dommage ! »

Inès Bensalah, elle aussi élève de terminale, confie s’être « reconnue dans des messages » collés sur les murs du lycée (photo : Mali Nkoumou).

Au fil du temps, certaines affiches ont été arrachées par la pluie, le vent… Six mois après le collage, seule une dizaine d’affiches restent visibles sur les murs du lycée. Malgré les nombreux retours positifs, Marie reste persuadée que la dégradation d’affiches serait aussi le fait de certaines personnes du lycée. « Sur une des affiches, on pouvait lire ‘céder n’est pas consentir’ », explique-t-elle. Quelque temps après le collage, la négation a été supprimée pour inverser le sens du message. Pour elle, c’est aussi ce genre de dégradations qui « favorisent la culture du viol » et « perpétuent les injustices au sein de la société ».

Une boîte solidaire dans les toilettes des filles

Suite aux collages féministes, une autre lycéenne, Charlotte Diez, a eu envie d’agir à son tour. Quatre mois seulement après le collage, elle a décidé d’agir au sein du lycée en mettant à disposition une boîte solidaire de protections hygiéniques dans les toilettes des filles, en libre service. Le principe est simple : tout le monde peut déposer des serviettes ou des tampons dans une petite boîte en carton mise en évidence dans les toilettes, ou bien se servir selon les besoins.

Le groupe de lycéennes a collé une cinquantaine d’affiches partout où elles ont pu : dans les couloirs du lycée, les toilettes, ou encore la cour (photo : Mali Nkoumou)

« Je me suis souvent retrouvée dans une situation compliquée, car je ne prévois pas forcément de protection hygiénique dans mon sac », confie Charlotte. Parfois, elle a même été forcée de mettre du papier toilette dans ses sous-vêtements. « Cette boîte sert à toutes les filles qui n’ont pas eu le temps d’aller en acheter, ou pour qui les protections sont trop chères. »

Un deuxième collage ?

Six mois après le collage, Marie regrette le peu d’impact que les collages ont eu du côté des enseignants ou de l’administration. « J’aurais voulu qu’on parle davantage de féminisme suite aux collages du lycée, avec les enseignants par exemple, ou faire venir des associations pour débattre avec elles. » Aucun professeur n’a pour l’instant évoqué la question du féminisme en cours.

Marie n’abandonnera pas pour autant ses convictions : « Je réfléchis actuellement à de nouveaux projets de collages au sein du lycée, dans l’idée de continuer mon combat pour l’égalité entre les hommes et les femmes. » De nouveaux collages pourraient voir le jour très prochainement au lycée Michel de Montaigne.

Les Apprenti·e·s
Les Apprenti·e·s sont des jeunes ayant pris part à des programmes d'éducation aux médias, d'initiative scolaire, associative ou individuelle. Certain·e·s ont fait une "immersion" ou un atelier "premier papier" chez Far Ouest.
Dans le même feuilleton

Qui es-tu Lamine Senghor ?

Un film consacré à Lamine Senghor, figure des mouvements noirs de l’entre-deux-guerres.

Inégalités : la parole des femmes voyage

Le 27 février 2020 se tenait l’avant-première du documentaire « Woman » au Cinéma Bordeaux CGR Le Français, qui révèle les injustices subies par les femmes dans le monde. La...

« Faire dire n'importe quoi aux images »

Au lycée Nicolas Brémontier, les élèves de 2e année de CAP paysagiste-jardinier se sont prêtés à un exercice particulier avec l’association landaise dédiée au numérique La...

L'esclavage, ça existe encore ?

L’esclavage, on en parle en cours d’histoire, parfois dans les livres, mais, cela reste un concept assez vague, on n’en parle pas au quotidien, et pourtant, on devrait....

La conscience écologique des enfants

En novembre 2019, douze enfants de 7 et 12 ans ont réalisé un court-métrage dans le cadre du Txiki Festival, créé par l’association éponyme. Autour du thème « La Terre », ils...

Transidentité et non-coming out

En 2017, dix élèves de l’option cinéma au lycée libournais Max Linder ont choisi de réaliser un court-métrage sur le coming-out imaginaire d’une personne transgenre, en...

Nourrir l'économie avec les données

De quel camp êtes-vous : ceux qui acceptent les cookies d’un site pour accéder à son contenu rapidement, ou ceux qui prennent le temps de les refuser ? De novembre 2018 à avril...

Poudlard est-il écolo ?

Au collège de Cantelande de Cestas, le journal papier fait par les élèves sort chaque trimestre. Habituellement, les journalistes en herbe du Canard de Cantelande choisissent...

Quand la nature reprend ses droits

En 2018, trois élèves de quatrième du collège Lahaye d’Andernos-les-Bains ont réalisé un reportage photo sur une maison abandonnée, dans laquelle s’invite une végétation. Dans...

Les ados surexposés aux images

Internet, la télévision, les réseaux sociaux… les images se multiplient autour de nous. Elles sont accessibles à tous et peuvent devenir nocives lorsque les jeunes y sont...

Photoreportage : l'entretien, ça déménage !

Pendant leur seconde année de CAP, en 2018, deux classes du lycée professionnel Jean-Baptiste Darnet de Saint-Yrieix-La-Perche (87) ont réalisé un exercice plastique avec un...

Radio au collège : l'Amérique latine on air

La classe média de quatrième du collège François Truffaut (Saint-Martin de Seignanx, 40) a réalisé l’an dernier une émission radio d’une heure, diffusée en direct. « Sur un air...

Pédopsychiatrie : « Voyez comme l’on voit le monde parfois »

Les jeunes hospitalisés dans le pôle de pédopsychiatrie du centre Esquirol, situé à Limoges (87), ont remporté le prix Mediatiks du photoreportage en 2019. Avec des boîtes de...

Le journal des Fées divers

L’association Code Chaplin a créé un jeu d’éducation aux médias pour les jeunes en décrochage. Avec des personnages fictifs comme le Smart Faune ou Pandi Pandab, les adolescents...

L’Histoire d’Angoulême à travers ses commerces

Pour mieux connaître l’histoire sa ville, la classe du Centre de formation de la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Angoulême l’a traversée. Dans le podcast « Angoulême...

La « politique de la ville » avec des mots simples

Sept collégiens de l’atelier radio ont travaillé, en partenariat avec Radio Libres Périgord, sur des thématiques inhérentes au quartier dans lequel se situe leur collège Jean...

Harcèlement scolaire : « Agir, réagir, pourquoi ne rien dire ? »

32 élèves de seconde au lycée Sud-Médoc La Boétie (Taillan-Médoc) ont rédigé le webmagazine « pupille » en suivant le thème du harcèlement scolaire. Des rubriques concernant des...

Des paillettes dans le monde de la mode ?

« La représentation à l’écran du monde du travail » était le thème sur lequel devaient travailler les Terminales du Lycée Montesquieu pour leur option cinéma en 2017-2018. Un...

Jeunesse dorée, jeunesse jugée

Huit adolescentes du centre social Bordeaux-Nord, conscientes des préjugés sur la jeunesse, ont engagé des discussions intergénérationnelles dans leur quartier. Pour mettre les...

Déconstruire les stéréotypes de genre

Les Secondes de la promotion 2017-2018 du lycée Jean Monnet (Blanquefort) ont réalisé, pour leurs cours de sciences économiques et sociales, tout un épisode de podcast autour...

Harcèlement de rue : t'es bien rentrée ?

« Ce genre de situation nous arrive à toutes, partout. » Manon Montrouge a 22 ans, et comme toutes les filles, a déjà été harcelée dans la rue. Étudiante en quatrième année à...

« Vae Victis », quand le savoir devient une arme

Et si la démocratie avait disparu ? Si les livres étaient interdits ? Si le monde était gouverné par une "caste", un pouvoir autoritaire rassemblant ceux qui détiennent le...

Au lycée aussi, des collages féministes dénoncent le sexisme

À Bordeaux, les affiches féministes n’ont pas fleuri que dans la rue. Depuis septembre dernier, des messages dénonçant le sexisme ont envahi les murs du lycée Michel de...

"Gonflé", un court-métrage pour s'évader

Eugène, un trentenaire qui vit toujours chez sa mère, s’envole en montgolfière pour tenter de lui échapper. C’est l’histoire qu’a imaginée Louis Changeur, 23 ans, dans le...

Giulia Foïs : "Le viol, c’est le chaos complet"

Le temps d’une émission radio, les élèves du lycée professionnel Pablo Picasso de Périgueux ont reçu la journaliste et autrice Giulia Foïs. Victime d’un viol à 23 ans, elle...

Réseaux sociaux : que font-ils de moi ?

Pendant une semaine, sept jeunes se sont mis dans la peau de chercheurs en questionnant leurs propres pratiques numériques. Et tenter de répondre à une question : quelle place...

Faire des films "pour ne pas oublier"

À quoi ressemblait la vie d’un écolier en 1943 ? C’est la question que se sont posés les élèves de Saint-Gervais et de Lugon-et-l’Île-du-Carnay, en Haute-Gironde. À travers deux...

Ces épisodes pourraient vous intéresser
Au-delà du réel

(En)quête d'OVNIs

(En)quête d'OVNIs

Pendant que certains occupent leur temps libre à donner des coups de pied dans un ballon de foot ou à peindre des tableaux, Didier Gomez préfère recueillir les témoignages de...
Mystères, Mystères

Coupeurs de feu : soigner le mal par les mains

Coupeurs de feu : soigner le mal par les mains

Dans les campagnes françaises, tout le monde connaît l’efficacité réputée des magnétiseurs, mais personne ne sait l’expliquer. Aussi appelés coupeurs de feu, ces hommes et ces...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement