7 minutes de lecture
Article réservé aux abonné.e.s


Lundi 9 septembre 2019
par Laurent Perpigna Iban
Laurent Perpigna Iban
Il travaille principalement sur la question des nations sans états, des luttes d'émancipation des peuples aux processus politiques en cours, des minorités, et des réfugiés. Il est souvent sur la route du proche et du moyen Orient pour son site Folklore du quotidien.

Depuis quelques-jours, des centaines d’affichettes honorant la mémoire des 102 femmes mortes en France en 2019 sous les coups d’un compagnon, d’un mari, ou d’un ex-mari, ont fleuri sur les murs de Bordeaux. Les slogans sont cinglants, sans détours. Une action spectaculaire menée par une trentaine de jeunes femmes, toutes décidées à « dénoncer l’inacceptable ». Reportage.

« Elle le quitte, il la tue. » Des passantes marquent un temps d’arrêt devant ce message, visible en lettres capitales au cœur d’une rue passante de la capitale girondine. Anna, 40 ans, est formelle : « Cela me parle, bien sûr. Nous connaissons toutes au moins une femme, dans nos différents cercles d’amis, qui est victime de violences conjugales. Et ce, même quand nous ne croyons pas en connaître », assène-t-elle, l’air grave.

Dans les rues adjacentes, d’autres affichettes mettent un prénom et un âge sur les 102 féminicides comptabilisés depuis le début de l’année 2019 en France. « Je ne sais pas qui a collé cela. Je vois ces messages de manière très positive. C’est important, il faut en parler », commente Alexis, un jeune homme de 27 ans. La preuve. Lui, comme d’autres, marque un temps d’arrêt quand on évoque cette terrible statistique : en France, en 2019, une femme meurt des mains de son conjoint ou de son ex-compagnon toutes les quarante-huit heures.

MISE EN RÉSEAU

Quelques heures plus tôt, elles sont plusieurs dizaines à s’activer dans une bâtisse bordelaise du quartier Nansouty. Il y a quelques jours encore, ces jeunes femmes, pour la majorité, ne se connaissaient pas. La plupart ne faisaient pas non plus partie d’organisations féministes. Charlotte Monasterio, 28 ans, est, avec une poignée d’autres, à l’origine de cette action : « Cette méthode du collage a tout d’abord été menée à Marseille il y a plusieurs mois, sous l’impulsion de Marguerite Stern, une militante féministe, ancienne des FEMEN. Elle a renouvelé cette opération à Paris où elle vit à présent, en axant les messages sur les féminicides, et en se mettant en contact via les réseaux sociaux avec d’autres jeunes femmes. Nous nous sommes emparées de cette dynamique, et nous sommes organisées en créant un groupe sur Instagram. »

L'une des personnes colleuses contre les féminicides.
Elles sont plusieurs dizaines à préparer les affichettes qu’elles vont poser sur les murs — Photo : Laurent Perpigna Iban

Rapidement, le réseau social sature, et un groupe sur une messagerie téléphonique voit le jour. Elles sont désormais une soixantaine dessus à échanger quotidiennement. Lila, 23 ans, étudiante en langues, analyse : « C’est positif que des jeunes femmes puissent commencer leurs premières expériences militantes par des actions concrètes, dans la rue, sans passer par la maîtrise de prérequis indispensables pour intégrer certaines organisations. » Béka Kowalski, 30 ans, abonde : « C’est un féminisme plus populaire, plus accessible. Pas besoin d’avoir lu des ouvrages comme ceux de Simone de Beauvoir pour intégrer cette dynamique, comme cela est souvent le cas dans certaines plateformes militantes, très intellectuelles. »

Cet article est réservé aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter


Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement
Laurent Perpigna Iban
Il travaille principalement sur la question des nations sans états, des luttes d'émancipation des peuples aux processus politiques en cours, des minorités, et des réfugiés. Il est souvent sur la route du proche et du moyen Orient pour son site Folklore du quotidien.
Retrouvez cet article dans le feuilleton :

Écartez-vous mesdames

Mon gynéco, mon mari & moi

Tout au long de leurs vies, la gynécologie accompagne les femmes. Mais que faire quand celle-ci nie leurs choix individuels ? Stérilisation, IVG, examens routiniers… Entre...

Contraception : du latex et des hormones

« Et toi, tu utilises quoi comme contraception ? ». Pour de nombreuses femmes, le choix de la méthode contraceptive peut devenir un vrai parcours du combattant, entre mal...

Violences médicales : la bataille des gynécos

Dans la lutte contre les violences gynécologiques, la médecine se prend des claques. Mais au sein de la profession, une prise de conscience semble émerger, petit à petit.

Gynécologie : à l'écoute

Après le feuilleton Écartez-vous Mesdames, son auteur Gabriel Taïeb a participé à une émission spéciale sur Radio Campus Bordeaux avec l'illustratrice du feuilleton Manon Jousse...

Renaître après l'excision

Marie-Claire Kakpotia Moraldo est née en Côte d’Ivoire. Excisée à l’âge de 9 ans par une tante, elle choisit de faire en 2016 une opération de reconstruction pour devenir « une...

« Débiliser le corps féminin »

Coline Gineste est une ancienne doctorante en éthique du soin, autrice du mémoire de recherche et du projet de thèse « l’impact du sexisme sur la qualité des soins en...

La nouvelle éducation féministe

À l’occasion de la table ronde « Tout le plaisir est pour moi » organisée par Revue Far Ouest ce 5 juillet à l’I.BOAT, nous avons eu envie d’élargir nos perspectives. Nous nous...

L'égalité des cerveaux

"C'est seulement à l'âge de deux ans et demi que l'enfant s'identifie au masculin ou au féminin."

Féminicides : « On ne veut plus les compter »

Depuis quelques-jours, des centaines d’affichettes honorant la mémoire des 102 femmes mortes en France en 2019 sous les coups d’un compagnon, d’un mari, ou d’un ex-mari, ont...

Burn-out : les femmes au bûcher

Très médiatisé, mais encore peu reconnu, le burn-out toucherait aujourd’hui plus les femmes que les hommes. Créée pour accompagner et sensibiliser, l’association L’Burn propose...

Féministe : le burn out militant

Septembre 2019 : Charlotte Monasterio lance avec d’autres femmes le collectif Collages Féministes Bordeaux. Printemps 2020 : elle va à l’hôpital pour une dépression sévère. Il...

Du désir au viol : la réalité du consentement

Le consentement peut paraître simple : oui, c’est oui et non, c’est non. La doctorante en sociologie Alexia Boucherie est l’autrice de « Troubles dans le consentement : du désir...

Ces épisodes pourraient vous intéresser
Longues Peines

Prisons : un enjeu féministe

Prisons : un enjeu féministe

Gwenola Ricordeau est sociologue, elle enseigne la justice criminelle à la California State University à Chico, aux États-Unis. Elle vient de publier Pour elles toutes – femmes...
Les Passager·e·s

Le jeu vidéo est-il sexiste ?

Le jeu vidéo est-il sexiste ?

Quelles représentations des femmes dans le jeu vidéo ? Nous avons rencontré Fanny Lignon, autrice du livre Genre et jeux vidéo, au festival de journalisme de Couthures pour...
En vrai, en vrac

Le sexisme dans la boxe

Le sexisme dans la boxe

"Les hommes avaient des bourses afin de se concentrer sur leur pratique sportive, alors que moi j'avais un travail." L'autrice, comédienne et triple championne du monde de boxe...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement