Épisode 10
6 minutes de lecture
Mercredi 11 septembre 2019
par Gabriel TAÏEB
Gabriel TAÏEB
Jeune journaliste pigiste et rédacteur web, je travaille notamment pour Objectif Méditerranée, les Mots de Mai et le Journal du Dimanche. Avant cela, j'ai aussi pu collaborer avec Radio Campus Bordeaux et Bordeaux Gazette. Travaillant sur des sujets très divers, je m'intéresse particulièrement aux domaines de la santé, de l'autoritarisme et de la culture culinaire.

Très médiatisé, mais encore peu reconnu, le burn-out toucherait aujourd’hui plus les femmes que les hommes. Créée pour accompagner et sensibiliser, l’association L’Burn propose ‘‘d’enfiler les lunettes du genre’’ sur cette question.

Le 28 mai 2019, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a officiellement reconnu le burn-out comme un « phénomène lié au travail », lui accordant ainsi une plus grande importance et peut-être une meilleure prise en charge. À l’heure actuelle, le burn-out n’est pas reconnu par l’organisme comme une maladie, contrairement aux attentes de multiples associations. Néanmoins, cette classification n’empêche pas une éventuelle prise en charge par l’Assurance Maladie selon certaines conditions.

De manière générale, l’origine des discordes autour du burn-out porte sur la définition de celui-ci, la prévention des risques, la prise en compte de tous les facteurs, et l’accompagnement.

J’avais fini par admettre de façon totalement irrationnelle que j’allais mourir de fatigue au travail.

Mais c’est également dans ce cadre très théorique que se jouent des histoires humaines et personnelles, ainsi que de véritables enjeux sociaux. C’est en tout cas ce que souhaite mettre en avant Anne-Sophie Vives, fondatrice du collectif Les Burn’ettes et de l’association L’Burn. Rencontrée dans un café bordelais, l’ancienne notaire de 37 ans raconte son histoire avec aplomb et bienveillance.

Le burn-out au féminin

« Il y a deux ans, j’ai fait mon propre burn-out. J’étais notaire assistant depuis 10 ans, j’avais deux enfants en bas âge. Je travaillais sans relâche, sans compter mes heures, tout en m’occupant tant bien que mal de ma famille. Mon corps me lançait de partout, mais je n’avais pas le choix, je devais tenir. J’avais fini par admettre de façon totalement irrationnelle que j’allais mourir de fatigue au travail. Et après l’annonce d’un énième problème de santé, c’était trop. J’ai perdu la mémoire immédiate. J’ai explosé en plein vol. Je suis passé de Superwoman à Superlooseuse, du jour au lendemain. J’étais clouée dans mon canapé, et me suis sentie vraiment seule face à l’incompréhension et l’impuissance de mes proches. C’est à ce moment-là que j’ai pu constater la prise en charge complètement lacunaire du burn-out. » C’est ainsi qu’Anne-Sophie raconte la genèse de son projet.

Après avoir surmonté sa propre expérience, elle a souhaité monter un groupe à destination des femmes victimes de burn-out : la communauté des Burn’ettes. Depuis, le projet n’a cessé de croître et d’évoluer.

« Nous avons créé l’association L’Burn au mois de février (2019). Nous proposons surtout des groupes de paroles, essentiels pour échanger de façon décomplexée, en collaborant souvent avec des professionnels extérieurs. La plupart de nos adhérentes ont vécu leur ancien travail comme une expérience traumatique, et se posent de nombreuses questions sur leurs recours et la reconversion. Récemment, nous avons également lancé les “Afternowork“. Un moyen un peu décalé de se retrouver dans un cadre moins formel et d’assumer le fait que nous ne bossons plus, parce que nous avons pété un câble. Enfin, nous proposons des accompagnements individualisés. »

burn out, burnout, burnette, charge mentale, femmes, hommes, inégalités, reconstruction, mental, psychique, psychologique
Illustration : Gabriel Taïeb

Un des projets à long terme d’Anne-Sophie serait de monter un local pluridisciplinaire permettant une prise en charge complète et personnalisée, de la survenue du burn-out jusqu’à la reconversion professionnelle.

S’intéresser spécifiquement à la population féminine pour parler du burn-out peut surprendre et questionner, mais la volonté de l’association n’a rien d’anodin. Tout d’abord, car les femmes seraient plus touchées par l’ensemble des affections psychiques au travail, dont le burn-out d’après un rapport publié en 2018 par l’Assurance Maladie. Mais ces chiffres sont à nuancer, car ils s’appuient sur d’anciennes définitions qui ont pu évoluer.

Il suffit de comparer les chiffres de cabinets privés comme Technologia ou Stimulus avec les rapports de l’INRS et la Haute Autorité de Santé pour se rendre compte de l’incohérence des données entre elles. Les premiers parlent de 3,2 millions de personnes à risque de burn-out, alors que les seconds n’en comptent que 100 000. Les proportions ne sont pas du tout similaires, parce que les critères et les définitions sont très variables. Néanmoins, nous observons presque systématiquement une prédominance des femmes’ affirme Anne-Sophie.

Un constat reconnu par Lise Lenain, psychologue du travail et fondatrice du Cabinet Pamplemousse, qui a ses propres avis sur la question. ‘Tout d’abord, le mot burn-out me gêne un peu. À la base, il s’inscrit dans un tableau clinique très spécifique, différent de celui de la dépression par exemple. Mais il est de plus en plus utilisé comme mot fourre-tout à la mode, ce qui peut conduire à une banalisation du problème. En conséquence, le burn-out est résumé en une fragilité individuelle. Il est sous-entendu que les individus n’ont pas su s’adapter aux exigences de travail qui lui sont imposées.

L’origine du burn-out, c’est avant tout l’articulation du travail avec ses autres sphères de vie. Et aujourd’hui, la femme a une injonction sociétale à embrasser le plus de sphères possible.

La psychologue redoute notamment qu’une reconnaissance du burn-out en tant que maladie professionnelle renforce cette culpabilisation des victimes. En théorie, la procédure permettrait une prise en charge plus large et plus rapide des cas de burn-out, mais pour Lise Lenain, cela reviendrait à rejeter la faute sur l’employé considéré comme malade, et non sur l’entreprise qui impose des conditions désastreuses. ‘Il est surtout primordial de lutter contre les organisations pathogènes. Alors évidemment, il est nécessaire que les personnes déjà touchées aient un levier juridique. Cependant, nous ne pouvons pas traiter le problème qu’a posteriori. Ce n’est pas si compliqué de l’éviter. J’ai peur qu’une reconnaissance donne l’impression d’avoir gagné le combat en évitant le réel sujet.

Pour faire genre

Sur la question féminine, Lise Lenain avoue ne jamais s’être réellement posé la question, mais concède qu’il peut y avoir une surreprésentation des femmes victimes de burn-out. ‘Tout d’abord, les femmes vont plus avoir tendance à en parler. Elles communiquent plus facilement leurs états internes et consultent plus aisément, ce qui impacte la proportion à être diagnostiquée. Socialement, les hommes dans le milieu professionnel auront plus tendance à tout enfouir sans rien communiquer, jusqu’au point de rupture totale.’ Les constructions sociales genrées viennent jouer un rôle déterminant dans ces écarts statistiques.

burn out, burnout, burnette, charge mentale, femmes, hommes, inégalités, reconstruction, mental, psychique, psychologique
Illustration : Gabriel Taïeb

L’origine du burn-out, c’est avant tout l’articulation du travail avec ses autres sphères de vie. Et aujourd’hui, la femme a une injonction sociétale à embrasser le plus de sphères possible. Ce sont en tout cas des schémas intégrés, donc un terrain plus propice au burn-out. Pour montrer que nous sommes capables, nous allons nous ajouter des charges jusqu’à ce que le corps dise stop. La charge mentale grossit jusqu’à ce que ce ne soit plus possible.’

Travaillant essentiellement avec des organisations, Lise Lenain a par ailleurs pu constater qu’un des postes les plus couramment touchés par le burn-out est le manager intermédiaire. Une fonction souvent occupée par des femmes. ‘C’est un poste au carrefour de la stratégie de l’organisation et de la déclinaison opérationnelle sur le terrain. Donc un tampon entre la direction et les employés, ce qui génère beaucoup de conflits et des distorsions incroyables entre la vision du métier et sa réalité.

Pour la fondatrice de la communauté des Burn’ettes, Anne-Sophie, c’est avant tout la différence d’expérience qui l’a menée à créer le collectif. ‘J’ai pu constater que, de manière générale, les femmes parlent du burn-out très différemment des hommes. Lors de ma propre expérience, mon accouchement m’a été reproché et j’ai vécu de nombreuses injustices : des inégalités professionnelles, une difficulté à devenir associée malgré mon investissement, une culpabilisation à moins bien m’occuper de mes enfants, à gérer ma vie de couple… Le résultat est similaire, mais les problématiques sont différentes. La culpabilisation force une approche différente de la reconstruction chez les femmes.

Projets et débats

En faveur d’une meilleure reconnaissance et d’une prise en charge améliorée du burn-out, l’association L’Burn cherche également à se réapproprier cette question des exigences du genre pour l’élargir au-delà du cadre professionnel.

Bien sûr que le burn-out concerne autant les hommes que les femmes, mais je souhaitais faire passer un message spécifique : il y a des facteurs aggravants à l’épuisement. Il existe une pression au sein des entreprises, mais elle est également sociétale, familiale… Nous parlons de charge mentale aujourd’hui, parce que les femmes doivent encore gérer la majorité des tâches parentales et ménagères, en plus d’un travail peu valorisé.’

burn out, burnout, burnette, charge mentale, femmes, hommes, inégalités, reconstruction, mental, psychique, psychologique
Illustration : Gabriel Taïeb

Pour réfléchir à ces problématiques et apporter des solutions concrètes, le collectif organisait le 4 juin sa première conférence autour du ‘Burn-out des femmes’, afin d’évoquer ses spécificités en présence de plusieurs expertes. Proposant ‘d’enfiler les lunettes du genre’, selon les mots d’une intervenante, l’événement a permis de confirmer l’engouement du public local pour cette problématique, ayant fait salle comble.

Anne-Sophie Vives et sa communauté ne comptent pas s’arrêter là, et travaillent d’ores et déjà avec des représentants locaux et gouvernementaux pour que chacun, femme comme homme, puisse être accompagné au mieux dans sa reconstruction.

« J’ai eu la chance de me sortir de cette épreuve. C’est ce qui m’a permis de réaliser que je fonçais dans un mur, et quelles sont mes priorités. Si tu reprends le travail un mois après ton burn-out, en te disant que ça va passer, tu repars pour la même chose. Cela prend du temps et l’introspection. Il faut mettre en place toutes ces petites choses pour que ta situation soit réparée pour de bon. »

Gabriel TAÏEB
Jeune journaliste pigiste et rédacteur web, je travaille notamment pour Objectif Méditerranée, les Mots de Mai et le Journal du Dimanche. Avant cela, j'ai aussi pu collaborer avec Radio Campus Bordeaux et Bordeaux Gazette. Travaillant sur des sujets très divers, je m'intéresse particulièrement aux domaines de la santé, de l'autoritarisme et de la culture culinaire.
Dans le même feuilleton

Mon gynéco, mon mari & moi

Tout au long de leurs vies, la gynécologie accompagne les femmes. Mais que faire quand celle-ci nie leurs choix individuels ? Stérilisation, IVG, examens routiniers… Entre...

Contraception : du latex et des hormones

« Et toi, tu utilises quoi comme contraception ? ». Pour de nombreuses femmes, le choix de la méthode contraceptive peut devenir un vrai parcours du combattant, entre mal...

Violences médicales : la bataille des gynécos

Dans la lutte contre les violences gynécologiques, la médecine se prend des claques. Mais au sein de la profession, une prise de conscience semble émerger, petit à petit.

Gynécologie : à l'écoute

Après le feuilleton Écartez-vous Mesdames, son auteur Gabriel Taïeb a participé à une émission spéciale sur Radio Campus Bordeaux avec l'illustratrice du feuilleton Manon Jousse...

Renaître après l'excision

Marie-Claire Kakpotia Moraldo est née en Côte d’Ivoire. Excisée à l’âge de 9 ans par une tante, elle choisit de faire en 2016 une opération de reconstruction pour devenir « une...

« Débiliser le corps féminin »

Coline Gineste est une ancienne doctorante en éthique du soin, autrice du mémoire de recherche et du projet de thèse « l’impact du sexisme sur la qualité des soins en...

La nouvelle éducation féministe

À l’occasion de la table ronde « Tout le plaisir est pour moi » organisée par Revue Far Ouest ce 5 juillet à l’I.BOAT, nous avons eu envie d’élargir nos perspectives. Nous nous...

L'égalité des cerveaux

"C'est seulement à l'âge de deux ans et demi que l'enfant s'identifie au masculin ou au féminin."

Féminicides : « On ne veut plus les compter »

Depuis quelques-jours, des centaines d’affichettes honorant la mémoire des 102 femmes mortes en France en 2019 sous les coups d’un compagnon, d’un mari, ou d’un ex-mari, ont...

Burn-out : les femmes au bûcher

Très médiatisé, mais encore peu reconnu, le burn-out toucherait aujourd’hui plus les femmes que les hommes. Créée pour accompagner et sensibiliser, l’association L’Burn propose...

Féministe : le burn out militant

Septembre 2019 : Charlotte Monasterio lance avec d’autres femmes le collectif Collages Féministes Bordeaux. Printemps 2020 : elle va à l’hôpital pour une dépression sévère. Il...

Du désir au viol : la réalité du consentement

Le consentement peut paraître simple : oui, c’est oui et non, c’est non. La doctorante en sociologie Alexia Boucherie est l’autrice de « Troubles dans le consentement : du désir...

Ces épisodes pourraient vous intéresser
Monnaie, squelette et road-trip : bienvenue en Dordogne !

La ruée vers l'or

La ruée vers l'or

J’aurais falsifié mon certificat de décès pour rentrer tranquillement du Far West. Tout ça pour que mon frère m’assassine. Mais voilà qu’une brochette d’empêcheurs de tourner en...
Vies Polaires

CASPERTT : soigner les traumatismes

CASPERTT : soigner les traumatismes

Depuis 2016, les demandes de prise en charge affluent toujours plus au Centre d’Accueil Spécialisé dans le Repérage et le Traitement des Traumatismes Psychiques (CASPERTT) de...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement