Épisode 7
7 minutes de lecture
Article réservé aux abonné.e.s


Vendredi 5 juillet 2019
par Justine VALLÉE
Justine VALLÉE
J’ai quitté la pluie bretonne pour rejoindre la chaleur bordelaise après avoir terminé mes études. Intéressée par l’Histoire, les problématiques sociales et féministes, je suis venue à Revue Far Ouest pour narrer des récits au long cours.

À l’occasion de la table ronde « Tout le plaisir est pour moi » organisée par Revue Far Ouest ce 5 juillet à l’I.BOAT, nous avons eu envie d’élargir nos perspectives. Nous nous sommes interrogés sur l’éducation féministe telle que perçue par les jeunes aujourd’hui et leurs vecteurs de sensibilisation. Les sociologues Magali Della Sudda et Viviane Albenga, la géographe Édith Maruéjouls et la rédactrice des Petites Glo Florence Fortuné nous parlent de l’école, d’internet… et de l’éducation des garçons.

Soirée « Tout le plaisir est pour moi »
Le 5 juillet à l’I.BOAT
ENTRÉE LIBRE

« Féminisme et égalitaire, c’est juste synonyme », pose Florence Fortuné, rédactrice-en-chef de la newsletter féministe pour adolescent·e·s Les Petites Glo. « Donner une éducation féministe, c’est juste rattraper des siècles et des siècles d’inégalités. » Dans sa démarche d’empowerment des jeunes filles et d’inculcation de valeurs égalitaires aux garçons, l’éducation féministe doit se faire tôt.

Intérioriser le féminisme

« Même si d’énormes progrès ont été faits depuis 30 ans, il y a eu des reculs », constate la sociologue Magali Della Sudda. « L’éducation que les enfants avaient dans les années 70-80 est beaucoup moins répandue aujourd’hui. En tout cas, au début des années 2000 où on voyait des comportements sexués plus marqués. » La spécialiste du genre au centre de recherche bordelais Émile Durkheim pointe un contexte social paradoxal : « Il y a des normes égalitaires de plus en plus mises en œuvre dans les lois, et en même temps une culture liée à notre société de consommation dans laquelle pour vendre plus, il faut segmenter les marchés : on a tout intérêt à exacerber la différence entre les hommes et les femmes. »

Elle relève deux difficultés pour mettre en place une réelle éducation féministe : « On actualise tous les jours un certain nombre de choses qui sont associées à notre identité genrée. » Parmi ces stéréotypes, une fille ne joue pas au foot. Elle accuse aussi un environnement qui « vient parfois heurter brutalement les modèles un peu émancipateurs ou égalitaires proposés aux enfants. » S’il le veut, un garçon peut mettre une jupe, mais il devra résister aux regards critiques que ses pairs porteront sur lui.

Les Petites Glo : newsletter féministe et culturelle destinée aux adolescentes
Les Petites Glo : newsletter féministe et culturelle destinée aux adolescentes

Il y a quelques années, les gens pensaient encore « qu’il n’y avait plus besoin du féminisme, parce que “c’est bon, maintenant, les femmes ont le droit de voter” », désespère Florence Fortuné. « Beaucoup voyaient encore le féminisme comme un combat d’ “hystériques”. » Mais la rédactrice-en-chef des Petites Glo nuance avec ce qu’elle perçoit : « Aujourd’hui, il y a énormément d’ados pour qui le féminisme apparaît comme une évidence. À 12-13 ans, elles savent déjà ce que c’est et ont des icônes ultra-inspirantes, comme Beyoncé ou Malala. C’est plus ou moins mis en avant dans les médias, pas toujours de la bonne manière, mais au moins on en parle. » Cette intériorisation des valeurs féministes s’accroît du fait que les adolescent·e·s grandissent avec les réseaux sociaux et les mouvements tels que #metoo ou #balancetonporc.

Cet article est réservé aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter


Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement
Justine VALLÉE
J’ai quitté la pluie bretonne pour rejoindre la chaleur bordelaise après avoir terminé mes études. Intéressée par l’Histoire, les problématiques sociales et féministes, je suis venue à Revue Far Ouest pour narrer des récits au long cours.
Dans le même feuilleton

Mon gynéco, mon mari & moi

Tout au long de leurs vies, la gynécologie accompagne les femmes. Mais que faire quand celle-ci nie leurs choix individuels ? Stérilisation, IVG, examens routiniers… Entre...

Contraception : du latex et des hormones

« Et toi, tu utilises quoi comme contraception ? ». Pour de nombreuses femmes, le choix de la méthode contraceptive peut devenir un vrai parcours du combattant, entre mal...

Violences médicales : la bataille des gynécos

Dans la lutte contre les violences gynécologiques, la médecine se prend des claques. Mais au sein de la profession, une prise de conscience semble émerger, petit à petit.

Gynécologie : à l'écoute

Après le feuilleton Écartez-vous Mesdames, son auteur Gabriel Taïeb a participé à une émission spéciale sur Radio Campus Bordeaux avec l'illustratrice du feuilleton Manon Jousse...

Renaître après l'excision

Marie-Claire Kakpotia Moraldo est née en Côte d’Ivoire. Excisée à l’âge de 9 ans par une tante, elle choisit de faire en 2016 une opération de reconstruction pour devenir « une...

« Débiliser le corps féminin »

Coline Gineste est une ancienne doctorante en éthique du soin, autrice du mémoire de recherche et du projet de thèse « l’impact du sexisme sur la qualité des soins en...

La nouvelle éducation féministe

À l’occasion de la table ronde « Tout le plaisir est pour moi » organisée par Revue Far Ouest ce 5 juillet à l’I.BOAT, nous avons eu envie d’élargir nos perspectives. Nous nous...

L'égalité des cerveaux

"C'est seulement à l'âge de deux ans et demi que l'enfant s'identifie au masculin ou au féminin."

Féminicides : « On ne veut plus les compter »

Depuis quelques-jours, des centaines d’affichettes honorant la mémoire des 102 femmes mortes en France en 2019 sous les coups d’un compagnon, d’un mari, ou d’un ex-mari, ont...

Burn-out : les femmes au bûcher

Très médiatisé, mais encore peu reconnu, le burn-out toucherait aujourd’hui plus les femmes que les hommes. Créée pour accompagner et sensibiliser, l’association L’Burn propose...

Féministe : le burn out militant

Septembre 2019 : Charlotte Monasterio lance avec d’autres femmes le collectif Collages Féministes Bordeaux. Printemps 2020 : elle va à l’hôpital pour une dépression sévère. Il...

Du désir au viol : la réalité du consentement

Le consentement peut paraître simple : oui, c’est oui et non, c’est non. La doctorante en sociologie Alexia Boucherie est l’autrice de « Troubles dans le consentement : du désir...

Ces épisodes pourraient vous intéresser
Écartez-vous mesdames

Féministe : le burn out militant

Féministe : le burn out militant

Septembre 2019 : Charlotte Monasterio lance avec d’autres femmes le collectif Collages Féministes Bordeaux. Printemps 2020 : elle va à l’hôpital pour une dépression sévère. Il...
Longues Peines

Prisons : un enjeu féministe

Prisons : un enjeu féministe

Gwenola Ricordeau est sociologue, elle enseigne la justice criminelle à la California State University à Chico, aux États-Unis. Elle vient de publier Pour elles toutes – femmes...
En vrai, en vrac

Le sexisme dans la boxe

Le sexisme dans la boxe

"Les hommes avaient des bourses afin de se concentrer sur leur pratique sportive, alors que moi j'avais un travail." L'autrice, comédienne et triple championne du monde de boxe...
Par Bélénos !

Le sexisme et le jeu de rôle

Le sexisme et le jeu de rôle

Étudiante en hôtellerie et tourisme événementiel, Léa Morice est une mordue de jeu de rôle Grandeur Nature. À 25 ans, elle a décidé de consacrer son mémoire de fin d’étude à la...
Les Passagers

Le jeu vidéo est-il sexiste ?

Le jeu vidéo est-il sexiste ?

Quelles représentations des femmes dans le jeu vidéo ? Nous avons rencontré Fanny Lignon, autrice du livre Genre et jeux vidéo, au festival de journalisme de Couthures pour...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement