Épisode 3
4 minutes de lecture
Vendredi 3 juillet 2020
par Les Apprenti·e·s
Les Apprenti·e·s
Les Apprenti·e·s sont des jeunes ayant pris part à des programmes d'éducation aux médias, d'initiative scolaire, associative ou individuelle. Certain·e·s ont fait une "immersion" ou un atelier "premier papier" chez Far Ouest.

Au lycée Nicolas Brémontier, les élèves de 2e année de CAP paysagiste-jardinier se sont prêtés à un exercice particulier avec l’association landaise dédiée au numérique La Smalah. En mars 2020, ils ont réalisé un court reportage sur l’initiative de tri « l’écologie en mouvement » dans leur lycée. Avec les images de ce reportage, ils ont ensuite réalisé une vidéo « complotiste ». Une façon de les éduquer aux images, mais aussi aux « fake news », dont la progression s’accroît sur les réseaux sociaux.

« Dans le reportage, on peut faire dire n’importe quoi aux images, » témoigne Jérémy Certain, élève en 2e année de CAP jardinier-paysagisme au lycée Nicolas Brémontier de Mont-de-Marsan. Il a participé à un atelier pensé par sa professeure-documentaliste, Corinne Lambert, qui assure les cours d’éducation aux médias dans cet établissement. Cette fois, elle a voulu essayer un nouvel exercice avec les huit jeunes de la classe : réaliser leur propre reportage. Elle s’est donc accordée avec l’association La Smalah, dédiée au numérique, pour que le formateur Vincent Péchaud anime cet atelier. Le cofondateur de cette association, qui regroupe une quarantaine de bénévoles et des centaines de membres actifs, est donc intervenu au lycée montois dans le cadre de son programme d’éducation en milieu scolaire.

Le premier reportage de quatre minutes évoque une initiative lancée dans leur établissement qui consiste à réduire les poubelles noires par le compost et le recyclage : « Notre métier, ce sont les espaces verts, donc ça nous a paru logique de parler du projet de tri “l’écologie en mouvement”, sur lequel on était », explique l’élève.

Cet exercice a aussi été l’occasion pour eux de s’éduquer aux fake news, comme le détaille Jérémy Certain : « On a regardé tous les rushes qu’on avait, et on a pu faire un scénario qui était totalement faux avec. » Le lycéen de 17 ans a filmé et écrit le scénario du faux reportage.

Les coulisses des reportages et du montage

Les deux sujets ont été bouclés le 12 mars 2020. Après une conférence de rédaction, un tournage et des montages, le reportage détaillant le fonctionnement du tri au lycée montois voit le jour. Puis, en reprenant presque les mêmes images, la classe a monté une vidéo complotiste qui laisse entendre que quelque chose de louche se passe dans les coulisses du self. Des vapeurs toxiques dans la cuisine ? Une plaque tournante de produits euphorisants ?

Les élèves se rendent compte qu’il faut faire des choix, et qu’il n’y a pas deux reportages pareils sur le même sujet

Corinne Lambert, qui se charge de l’éducation aux médias dans ce lycée, explique s’être inspirée de l’exercice du journaliste Thomas Sotto dans une école de banlieue parisienne. Chaque année, elle le montre aux élèves. Cette fois, elle s’est accordée avec Vincent Péchaud de La Smalah pour faire leurs deux scénarios sur un total de deux jours. « En faisant tout ce qu’on vient de produire, les élèves se rendent compte qu’il faut faire des choix, et qu’il n’y a pas deux reportages pareil sur le même sujet, » éclaire la professeure.

Vincent Péchaud, cofondateur de La Smalah, détaille les ingrédients aboutissant à un reportage complotiste : « On leur explique que c’est parce que ces fake news font appel à nos émotions très primaires que le message s’installe et qu’on a envie de le relayer. Il y a des effets de réalisation qui font passer ces émotions. On l’a vu avec la musique, le montage. Mais on aurait pu aller plus loin. »

Se méfier des fake news

Tout a été modifié pour aboutir à cette vidéo 100 % fake. D’abord, la musique dont les violons donnent le ton dramatique. Une voix off qui souligne des « comportements troubles », et affirme avoir des révélations. Mais aussi des questions piège, comme « que pensez-vous du réchauffement climatique ? », pour faire douter les interviewés. Une belle recette pour déformer complètement le propos initial.

Vincent Péchaud retient « l’enthousiasme des jeunes ». Cet exercice a permis « de montrer le langage grammatical à l’œuvre derrière, que l’on peut appliquer à n’importe quel objet filmique ». Le cofondateur de La Smalah développe alors qu’« il n’y a rien de neutre. Nous expliquons pourquoi l’objectivité n’existe pas, mais que les journalistes professionnels sont plus dignes de confiance que quelqu’un qui serait anonyme. »

« Je suis quelqu’un qui n’est pas vraiment sur les infos, mais qui regarde sur les réseaux sociaux. Maintenant, je fais un peu plus attention à ce que je vois, » atteste le lycéen Jérémy Certain. Depuis, il a changé sa vision de l’information : « Après avoir fait ces deux reportages, je me dis que c’est tellement facile de montrer des choses fausses juste avec un peu de montage. C’est très simple à manipuler. »

« Ça peut être contre-productif »

Le formateur Vincent Péchaud pointe tout de même le danger des algorithmes sur les réseaux sociaux, où beaucoup de jeunes, comme Jérémy, se renseignent : « En fin de compte, ces fake news ou théories arrivent toujours à semer une graine pour qu’on aille creuser un peu plus, et de fil en aiguille, on se met à vraiment croire ça, parce qu’avec les recommandations ou autres, on est tombé dans une sphère informationnelle dont il est difficile de sortir. »

« Les élèves sont de plus en plus informés sur la question. Il y a quelques années, ils ne savaient pas vraiment ce que c’était », observe la professeure Corinne Lambert. En effet, une étude du cabinet de conseil Heiderich a montré que de janvier à septembre 2019, 45 millions de tweets ont été publiés sur les fake news ; 30 % de plus qu’en 2018. Plusieurs sites d’information ont lancé leur rubrique de fact-checking, comme Checknews pour Libération en 2017, ou AFP Factuel pour la grande agence de presse nationale.

Les former sur les fake news, c’est bien, mais ça peut générer une méfiance générale vis-à-vis de tous les médias

La documentaliste du lycée souligne qu’il y a une balance à faire dans cette prévention : « Ça peut être contre-productif : les former sur les fake news, c’est bien, mais ça peut générer une méfiance générale vis-à-vis de tous les médias ». En quelques années, elle a remarqué du changement dans son enseignement : « Avant, les élèves découvraient. Maintenant, c’est presque l’inverse : on doit presque les rassurer sur le fait qu’ils peuvent croire les médias. Parfois, j’arrive avec mon cours et ils renchérissent immédiatement en disant : “tout est faux”. »

Elle espérait que les élèves ayant participé à cet atelier puissent former les autres lycéens sur le sujet des fake news. Manque de chance, la crise sanitaire a empêché la tenue de cet exercice. Malgré tout, Jérémy Certain témoigne de l’utilité de ce travail : « Il y avait une bonne cohésion de groupe. C’était un super projet, qui peut servir à d’autres personnes. »

Les Apprenti·e·s
Les Apprenti·e·s sont des jeunes ayant pris part à des programmes d'éducation aux médias, d'initiative scolaire, associative ou individuelle. Certain·e·s ont fait une "immersion" ou un atelier "premier papier" chez Far Ouest.
Dans le même feuilleton

Qui es-tu Lamine Senghor ?

Un film consacré à Lamine Senghor, figure des mouvements noirs de l’entre-deux-guerres.

Inégalités : la parole des femmes voyage

Le 27 février 2020 se tenait l’avant-première du documentaire « Woman » au Cinéma Bordeaux CGR Le Français, qui révèle les injustices subies par les femmes dans le monde. La...

« Faire dire n'importe quoi aux images »

Au lycée Nicolas Brémontier, les élèves de 2e année de CAP paysagiste-jardinier se sont prêtés à un exercice particulier avec l’association landaise dédiée au numérique La...

L'esclavage, ça existe encore ?

L’esclavage, on en parle en cours d’histoire, parfois dans les livres, mais, cela reste un concept assez vague, on n’en parle pas au quotidien, et pourtant, on devrait....

La conscience écologique des enfants

En novembre 2019, douze enfants de 7 et 12 ans ont réalisé un court-métrage dans le cadre du Txiki Festival, créé par l’association éponyme. Autour du thème « La Terre », ils...

Transidentité et non-coming out

En 2017, dix élèves de l’option cinéma au lycée libournais Max Linder ont choisi de réaliser un court-métrage sur le coming-out imaginaire d’une personne transgenre, en...

Nourrir l'économie avec les données

De quel camp êtes-vous : ceux qui acceptent les cookies d’un site pour accéder à son contenu rapidement, ou ceux qui prennent le temps de les refuser ? De novembre 2018 à avril...

Poudlard est-il écolo ?

Au collège de Cantelande de Cestas, le journal papier fait par les élèves sort chaque trimestre. Habituellement, les journalistes en herbe du Canard de Cantelande choisissent...

Quand la nature reprend ses droits

En 2018, trois élèves de quatrième du collège Lahaye d’Andernos-les-Bains ont réalisé un reportage photo sur une maison abandonnée, dans laquelle s’invite une végétation. Dans...

Les ados surexposés aux images

Internet, la télévision, les réseaux sociaux… les images se multiplient autour de nous. Elles sont accessibles à tous et peuvent devenir nocives lorsque les jeunes y sont...

Photoreportage : l'entretien, ça déménage !

Pendant leur seconde année de CAP, en 2018, deux classes du lycée professionnel Jean-Baptiste Darnet de Saint-Yrieix-La-Perche (87) ont réalisé un exercice plastique avec un...

Radio au collège : l'Amérique latine on air

La classe média de quatrième du collège François Truffaut (Saint-Martin de Seignanx, 40) a réalisé l’an dernier une émission radio d’une heure, diffusée en direct. « Sur un air...

Pédopsychiatrie : « Voyez comme l’on voit le monde parfois »

Les jeunes hospitalisés dans le pôle de pédopsychiatrie du centre Esquirol, situé à Limoges (87), ont remporté le prix Mediatiks du photoreportage en 2019. Avec des boîtes de...

Le journal des Fées divers

L’association Code Chaplin a créé un jeu d’éducation aux médias pour les jeunes en décrochage. Avec des personnages fictifs comme le Smart Faune ou Pandi Pandab, les adolescents...

L’Histoire d’Angoulême à travers ses commerces

Pour mieux connaître l’histoire sa ville, la classe du Centre de formation de la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Angoulême l’a traversée. Dans le podcast « Angoulême...

Ces épisodes pourraient vous intéresser
Lacq : fumée tue

Bassin industriel de Lacq : et le gaz fût...

Bassin industriel de Lacq : et le gaz fût...

Le 19 décembre 1951, le gaz jaillit à Lacq. S’en suit une massive exploitation industrielle, jusqu’au quasi épuisement du gisement. Aujourd’hui, les usines du bassin...
Opération Tamata Océan

Au creux de la vague

Au creux de la vague

Romain et son équipage sont partis. Malgré une météo loin d'être optimale... Une erreur de débutant place Romain et ses équipiers dans une situation délicate. Le golfe de...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement