Épisode 9
9 minutes de lecture
Article réservé aux abonné.e.s


Mardi 29 octobre 2019
par Mejdaline MHIRI

Au-delà de l’engouement manifesté lors de la Coupe du monde de football en juin dernier, le football au féminin gagne en reconnaissance depuis plusieurs années. En première division, onze équipes sur douze sont liées à des grands clubs masculins, à leur savoir-faire et à leurs infrastructures. L’ASJ Soyaux, club totalement féminin, est désormais le seul à se développer en toute autonomie. Alors que le niveau du championnat augmente chaque saison, l’historique club charentais fait face à une multitude de défis.

L’ASJ Soyaux a-t-il un avenir au plus haut niveau ? Immersion dans la banlieue d’Angoulême pour dégager quelques éléments de réponse.

Photo de couverture : L’ASJ contre le FCF91 — Giovani Pablo

« Quand je suis arrivée pour jouer à Soyaux, je ne connaissais même pas le nom de la ville, se remémore, le sourire aux lèvres, Siga Tandia. C’est valable pour tous les gens qui vivent hors de Charente ! Mais une fois qu’on est là, on adhère au projet. Ici, il y a des personnes avec un gros cœur. Par contre, je ne suis pas certaine qu’on arrive à changer notre image. Dans la tête des gens, quand ils entendent “Soyaux”, c’est toujours négatif. On aura beau arriver troisième du championnat, ils diront que c’est du hasard… » Cette confession, c’est celle de la milieu de terrain et capitaine de l’ASJ Soyaux, l’un des clubs historiques du football au féminin hexagonal. Une structure riche de son passé.

L’histoire raconte qu’en 1982 les dirigeants du club de football, lui-même fondé en 1968, avaient supprimé la section féminine, car les résultats des filles faisaient de l’ombre aux garçons. Une cinquantaine de licenciées et quelques dirigeants avaient alors mené la fronde puis répliqué en créant l’Association Sportive Jeunesse de Soyaux. Depuis, le club n’a quasiment jamais quitté l’élite. En 1984, l’ASJ remporta même le titre de championne de France. C’est également ce maillot que Corinne Diacre, actuelle sélectionneuse des Bleues, a défendu comme joueuse durant dix-neuf saisons (1988-2007). À la fin de sa carrière, c’est le premier banc que « Coco » occupa comme entraîneuse (2007-2013). Voilà pour les souvenirs et les heures de gloire de l’ASJ Soyaux.

Le terrain du club de Soyaux.
« Dans le travail, on peut aller encore plus loin » — Photo : Mejdaline Mhiri

Aujourd’hui, le club est confronté au plus grand défi qu’il ait jamais rencontré : passer le cap de la professionnalisation et de ses exigences. Quitter le monde de l’amateurisme et des bonnes volontés. Pour le club d’une ville de moins de 10 000 habitants jouxtant Angoulême, le défi relève presque de la gageure. Mais les différents acteurs de l’ASJ Soyaux travaillent dur pour y parvenir.

Un effectif totalement professionnel

À commencer par les principales intéressées : les joueuses. Depuis la saison dernière, chacune est passée sous contrat fédéral, ce qui s’apparente à un contrat professionnel. Une évolution majeure qui permet très concrètement de s’entraîner deux fois par jour pour affiner encore et toujours le projet de jeu.

Cet article est réservé aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter


Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement
Dans le même feuilleton

Bordeaux : Rue(s) des négriers

De 1672 à 1837, 508 expéditions négrières financées par des armateurs bordelais déportent plus de 130 000 noirs vers les colonies. Sans le savoir, vous habitez peut-être l’une...

Le temps de la Justice

Que se passe-t-il à l’intérieur du majestueux palais de justice ? Incursion dans un salle d’audience, le temps d’une affaire. Cet épisode de notre feuilleton « Les Embarqués »...

Je change de fournisseur d'électricité !

Anaelle est sensible à l’écologie. Elle veut consommer responsable, à tous les niveaux. Aujourd’hui, se fournir en électricité « verte » est un jeu d’enfant. Vraiment ?...

Pierre(s) : de Carles à Molinier

Partons sur les traces de Pierre Molinier, un personnage fantasque à la sexualité exaltée.

Asso Entr-autres : pédaler pour se trouver

Cette association bordelaise propose aux jeunes de 16 à 25, qui cherchent encore leur place dans le monde de l’école et du travail, de vendre des jus d’orange pressés sur les...

Instantanés

Une éruption de polaroids s’est abattue sur Bordeaux. Au Volcan, l’Expolaroid a débuté le 26 avril et se tiendra jusqu’au 5 mai. Canapés vintages, lumières tamisés, tartines...

La beauté de la défaite

"C'est une histoire de perdants. C'est l'histoire de chacun, nous ne sommes pas des histoires de gagnants."

La Benauge : bloc d(estruction)

Prétendue insalubre, une barre HLM est vouée à la destruction à Bordeaux. Est-ce inévitable ?

Foot féminin, le défi du niveau pro

Au-delà de l’engouement manifesté lors de la Coupe du monde de football en juin dernier, le football au féminin gagne en reconnaissance depuis plusieurs années. En première...

Précarité VS gaspillage

De plus en plus de commerces alimentaires se tournent vers la vente d’invendus en ligne par le biais d’applications comme Too Good To Go ou Optimiam. Ils évitent ainsi le...

Picqué & Bagatelle : (con)fusion

La Fondation Bagatelle doit accueillir, d’ici 2023, les activités de l’hôpital d’instruction des armées Robert Picqué. L’ensemble, qui s’appellera Bahia, doit proposer une offre...

Prisonnier en Birmanie

En 2017, Chahid a 25 ans, est originaire de Rions et part de Bordeaux pour découvrir l’Asie du Sud. Un périple qui le mène en Birmanie pour venir en aide aux Rohingyas opprimés...

Vinci, la veuve, les orphelins et la justice

Le 25 mars dernier, le Girondin Florent Marquet décédait du paludisme en Angola. Cet ingénieur pétrolier expatrié était sous contrat avec Cegelec, filiale de Vinci, deux...

Denis Mollat, libraire redoutable et patron redouté

À la tête de la librairie indépendante la plus importante de France, ce visionnaire de 67 ans est aussi un patron tout-puissant aux méthodes de management discutables. Un...

Ni homme ni femme, mais non-binaire

Sven est un·e vidéaste de 29 ans, membre de l’association bordelaise Trans 3.0. Son genre ne correspond pas au sexe biologique — dans son cas féminin — qu’on lui a assigné à la...

SDF de Bayonne : chassé·e·s de la ville

Confinement, arrêté « anti-mendicité », arrivée de l’hiver… le quotidien des SDF est un parcours du combattant à Bayonne. Malgré les épreuves, les sans-abris luttent avec...

Couples homosexuels : se marier au temple ?

Depuis 2015, l’Église protestante permet la bénédiction des mariages homosexuels. Alors que les souvenirs de la Manif Pour Tous sont encore vifs dans les esprits, nous avons...

Enzo, boxeur pieds et poings liés

Être un champion ou tout sacrifier pour le devenir… Voilà les deux seules options d’Enzo. À 15 ans, ce jeune espoir de la boxe thaïlandaise ne vit que pour son rêve : le titre...

LGBT+ de Bayonne : Sortir à la lumière

Les Bascos est une association LGBT+ au Pays basque. De ses débuts comme club de randonnée, en passant par la lutte contre les discriminations, le collectif a grandi au milieu...

Ces femmes qui changent l’agriculture

Dans le milieu historiquement masculin de l’agriculture, de plus en plus de femmes de-viennent exploitantes. Elles refusent le cliché de la femme simple « aidante » à la ferme...

Ces épisodes pourraient vous intéresser
Far Ouest Radio

La terreur féministe : féminisme et violence

La terreur féministe : féminisme et violence

« Le machisme tue tous les jours, le féminisme n’a jamais tué personne ». Cette célèbre citation de la journaliste et militante Benoîte Groult est brandie depuis des décennies...
Sous les canopées

Hêtre ou avoir ? Les Pyrénées contre une scierie géante

Hêtre ou avoir ? Les Pyrénées contre une scierie géante

Un projet d’implantation d’une scierie géante à côté de Lannemezan (Hautes-Pyrénées — 65) a déclenché la colère des habitants. Dans une forêt qui a mis près de deux siècles à se...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement