Épisode 11
10 minutes de lecture
Article réservé aux abonné.e.s


Vendredi 22 mai 2020
par Justine VALLÉE
Justine VALLÉE
J’ai quitté la pluie bretonne pour rejoindre la chaleur bordelaise après avoir terminé mes études. Intéressée par l’Histoire, les problématiques sociales et féministes, je suis venue à Revue Far Ouest pour narrer des récits au long cours.

La Fondation Bagatelle doit accueillir, d’ici 2023, les activités de l’hôpital d’instruction des armées Robert Picqué. L’ensemble, qui s’appellera Bahia, doit proposer une offre de soins complète, mêlant les activités plus programmées de Bagatelle avec les urgences et services de réanimation de Robert Picqué. Mais de nombreuses complications font craindre un souci de viabilité de cette union, censée se faire sur les sept hectares de Bagatelle à Talence au lieu de 25 hectares de Robert Picqué à Villenave-d’Ornon.

Mi-décembre 2018, près de 200 personnes se réunissent autour d’un cercueil : celui de l’hôpital public Robert Picqué. L’objet symbolise la disparition imminente de l’Hôpital d’Instruction des Armées (HIA) villenavais : depuis 2014, ses services déménagent à l’Espic Bagatelle, 900 mètres plus loin. L’acronyme « Bahia » désigne cette union, qui se fera sur sept hectares alors qu’il en reste vingt-cinq à Robert Picqué.

Bahia, c’est l’histoire d’une offre de soins qui s’adapte à une métropole en expansion : en 2016, celle-ci comptait 783 000 habitants. Une estimation de l’INSEE en attend près d’un million à l’horizon 2030. Les urgences de Robert Picqué rejoindront alors les activités plus programmées de Bagatelle, pour proposer un ensemble hospitalier complet au secteur sud (Bègles, Villenave, Talence), amené à se développer avec le projet d’aménagement Euratlantique.

On voit bien que le seul critère qui prévaut, c’est la financiarisation des espaces, de leur valeur foncière, au mépris souverain et total du vivant

Mais Bahia, c’est l’histoire de questionnements : ne peut-on pas sauver l’espace boisé de Bagatelle quand on peut installer un projet d’une telle envergure sur un endroit peu arboré ? Doit-on mêler hôpital public et privé ? Enfin, pourquoi le ministère de la Défense impose-t-il ses décisions, quand élus, riverains et associations pointent le non-sens de ces choix ?

Bétonner l’espace boisé

« Aidez-nous à sauver 28 arbres majestueux de la destruction. » En novembre 2019, nous recevons cette pétition de l’association bordelaise Aux Arbres Citoyens. Un « carnage écologique » se produit, dit-elle, soixante arbres ayant déjà été abattus. Parmi eux, sept arbres « remarquables », déclassés par la Métropole en 2016, malgré l’appellation attribuée par l’association A.R.B.R.E.S selon des critères historiques et paysagers. Sandra Barrère, Présidente d’Aux Arbres Citoyens, bouillonne : « Quand bien même ce ne serait pas une protection au plan juridique de l’arbre, c’est un label qu’il faut pouvoir prendre en compte ! »

« Aujourd’hui, le parc boisé est agréable pour les patients. Demain, ils verront des bâtiments… », regrette Mariannick Quennec, membre d’Aux Arbres Citoyens !. Née dans ce quartier talençais, la riveraine verra bientôt ces hauts cèdres remplacés par 243 logements, dont les travaux sont en cours. La vente de ce bout de terrain au promoteur COGEDIM rapporte à Bagatelle 18 des 90 millions d’euros nécessaires au financement de Bahia. « On voit bien que le seul critère qui prévaut, c’est la financiarisation des espaces, de leur valeur foncière, au mépris souverain et total du vivant », désespère Sandra Barrère.

Dans le site Bagatelle, le bâtiment dont l'horloge pose problème.
« On ne peut pas compenser la perte d’un espace arboré, avec de grands et vieux arbres, avec des murs végétalisés. » – Photo : Justine Vallée

L’écologue Frédéric Revers constate l’impact de la destruction d’espaces naturels en milieu urbain : « Le fait de bétonner, d’imperméabiliser des sols puisque des bâtiments seront mis à la place fait perdre sur cette problématique de ruissellement des eaux, d’ilot de chaleur, probablement de régulation de la pollution… » La Métropole s’est engagée à compenser cette perte par des terrasses végétalisées. Ce qui aura « probablement un petit effet en termes de régulation thermique, peut-être sonore », grince Frédéric Revers, « mais on ne peut pas compenser la perte d’un espace arboré, avec de grands et vieux arbres, avec des murs végétalisés. »

Cet article est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter


Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement
Justine VALLÉE
J’ai quitté la pluie bretonne pour rejoindre la chaleur bordelaise après avoir terminé mes études. Intéressée par l’Histoire, les problématiques sociales et féministes, je suis venue à Revue Far Ouest pour narrer des récits au long cours.
Dans le même feuilleton

Bordeaux : Rue(s) des négriers

De 1672 à 1837, 508 expéditions négrières financées par des armateurs bordelais déportent plus de 130 000 noirs vers les colonies. Sans le savoir, vous habitez peut-être l’une...

Le temps de la Justice

Que se passe-t-il à l’intérieur du majestueux palais de justice ? Incursion dans un salle d’audience, le temps d’une affaire. Cet épisode de notre feuilleton « Les Embarqués »...

Je change de fournisseur d'électricité !

Anaelle est sensible à l’écologie. Elle veut consommer responsable, à tous les niveaux. Aujourd’hui, se fournir en électricité « verte » est un jeu d’enfant. Vraiment ?...

Pierre(s) : de Carles à Molinier

Partons sur les traces de Pierre Molinier, un personnage fantasque à la sexualité exaltée.

Asso Entr-autres : pédaler pour se trouver

Cette association bordelaise propose aux jeunes de 16 à 25, qui cherchent encore leur place dans le monde de l’école et du travail, de vendre des jus d’orange pressés sur les...

Instantanés

Une éruption de polaroids s’est abattue sur Bordeaux. Au Volcan, l’Expolaroid a débuté le 26 avril et se tiendra jusqu’au 5 mai. Canapés vintages, lumières tamisés, tartines...

La beauté de la défaite

"C'est une histoire de perdants. C'est l'histoire de chacun, nous ne sommes pas des histoires de gagnants."

La Benauge : bloc d(estruction)

Prétendue insalubre, une barre HLM est vouée à la destruction à Bordeaux. Est-ce inévitable ?

Foot féminin, le défi du niveau pro

Au-delà de l’engouement manifesté lors de la Coupe du monde de football en juin dernier, le football au féminin gagne en reconnaissance depuis plusieurs années. En première...

Précarité VS gaspillage

De plus en plus de commerces alimentaires se tournent vers la vente d’invendus en ligne par le biais d’applications comme Too Good To Go ou Optimiam. Ils évitent ainsi le...

Picqué & Bagatelle : (con)fusion

La Fondation Bagatelle doit accueillir, d’ici 2023, les activités de l’hôpital d’instruction des armées Robert Picqué. L’ensemble, qui s’appellera Bahia, doit proposer une offre...

Prisonnier en Birmanie

En 2017, Chahid a 25 ans, est originaire de Rions et part de Bordeaux pour découvrir l’Asie du Sud. Un périple qui le mène en Birmanie pour venir en aide aux Rohingyas opprimés...

Vinci, la veuve, les orphelins et la justice

Le 25 mars dernier, le Girondin Florent Marquet décédait du paludisme en Angola. Cet ingénieur pétrolier expatrié était sous contrat avec Cegelec, filiale de Vinci, deux...

Denis Mollat, libraire redoutable et patron redouté

À la tête de la librairie indépendante la plus importante de France, ce visionnaire de 67 ans est aussi un patron tout-puissant aux méthodes de management discutables. Un...

Ces épisodes pourraient vous intéresser
À votre service

Service public : force de travail

Service public : force de travail

Les réformes, les changements de statuts et les coupes budgétaires ne démoralisent pas tous les employés du Service public. Changements cycliques ou nouveaux défis, ce sont pour...
À votre service

Service public : bientôt dans votre service

Service public : bientôt dans votre service

Optimistes ou pessimistes, nos employés interrogés se questionnent sur l’avenir de leurs professions. Leur statut n’est pas le seul remis en cause : notre quotidien, dans les...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement