4 minutes de lecture
Jeudi 22 juillet 2021
par Louise Saubade
Louise Saubade
Jeune journaliste plurimédia, je me passionne pour les nouvelles écritures numériques, en particulier la vidéo web et le podcast. Je m’intéresse de près aux sujets de société, culture, solidarité, initiatives et solutions, mais aussi aux questions de genre et à l’actualité internationale. Mais mon premier amour demeure et restera l’information de proximité.

Dans les villes françaises, l’absence de monuments ou de mentions à la gloire des femmes témoigne de leur invisibilisation systématique et de leur éviction hors du champ de la mémoire et de l’Histoire. Julie Perez, guide conférencière chez Bordeaux Détours, propose une visite à vélo autour des femmes et des féminismes, afin de faire entendre les voix dissonantes de celles qui ont façonné le destin de Bordeaux.

Découvrez la boutique
Revue Far Ouest

Revues papiers • Abonnements

Boutique

Julie Perez, guide conférencière chez Bordeaux Détours, s’attache à faire entendre les voix des femmes célèbres et ordinaires qui ont façonné le destin de Bordeaux pour dessiner une histoire de la puissance des femmes.

Tout a commencé lorsque la jeune femme a été contactée par l’association Feminists in the City, qui lui propose de concevoir un circuit sur Bordeaux autour de cette thématique. Avec le Covid, la visite prend alors de nouvelles formes. 

Désormais, Julie Perez propose cette visite à vélo afin d’explorer la thématique des femmes et des féminismes pour mieux comprendre l’histoire de la ville de Bordeaux. Nous l’avons suivie le temps d’une visite à vélo.

10 % de rues féminisées

À Bordeaux, comme dans les autres villes de France, les noms féminins sont sous-représentés. « Moins de 10 % des rues féminisées, c’est tout simplement lié au fait que les femmes ne sont pas seulement exfiltrées du champ de la mémoire, de la mise en scène dans l’espace public. Elles sont aussi sous-représentées dans l’Histoire et dans les grands récits qui sont faits du passé », explique Julie Perez. 

Parmi ces noms de rues féminisés, il n’y a pas que des noms propres. « Rue des Alouettes, c’est considéré comme faisant partie de ces 10 % de rues féminisées, poursuit-elle. Si cette fois, on se recentre sur les noms de rues baptisées d’après des femmes célèbres, on tombe à 2 %. »

Modeste Testas

Premier arrêt de la visite. Nous nous rendons sur les quais, au niveau des Chartrons, pour admirer la statue de Modeste Testas, née Al Pouessi. L’objectif pour Julie Perez est de venir « questionner la place des femmes dans le système esclavagiste colon français du XVIIIe et du XIXe siècles, et donc d’aller regarder à l’intersection de la domination raciale et de la domination patriarcale, quel sort était fait aux femmes ». 

« Cette statue, elle n’a pas de socle, elle est à notre niveau, elle n’est pas mise sur un piédestal comme le sont beaucoup des statues des grands hommes, commente la guide. Ici, elle est traitée vraiment comme une femme ordinaire. » 

Beaucoup d’associations se sont d’ailleurs levées contre la représentation de cette statue. « Non pas pour le travail de Filipo, le sculpteur haïtien à l’origine de cette oeuvre, précise la jeune femme, mais bien derrière, parce que ça questionne sur la manière dont les pouvoirs publics veulent représenter l’esclavage. »

Rosa Bonheur

Nous enfourchons nos montures et direction le Jardin Public. Nous nous arrêtons face à la statue réalisée en 1910 par Gaston Leroux de Rosa Bonheur, peintresse emblématique du XIXe, née à Bordeaux. 

« Sur cette sculpture, Gaston Leroux la représente en robe. Or, c’est l’une des rares femmes au XIXe à avoir eu le droit de porter un pantalon », rapporte Julie Perez. En effet, la peintresse a bénéficié d’une ordonnance de travestissement puisque étant peintresse animalière, elle était au contact des bêtes dans les champs et dans les abattoirs.

Selon la guide conférencière, ce n’est pas anodin de voir une statue représentant une femme historique : « Souvent, quand les femmes sont portraiturées dans la commande publique et notamment sous forme de statues, c’est pour représenter des allégories, c’est-à-dire que ça va être des supports charnels, des supports physiques à une idée abstraite. Mais elles ne sont pas représentées pour ce qu’elles sont, pour qui elles sont. »

Les sorcières du Palais Gallien

Nous reprenons la route direction les ruines du Palais Gallien. « Ruines du Palais Gallien très mal nommé puisqu’il s’agit en fait non pas d’un palais mais d’un amphithéâtre gallo-romain qui a été construit à la fin du Ier siècle », corrige Julie Perez. 

Avec l’abandon progressif de ce bâtiment, des activités plus ou moins interlopes, comme de la prostitution ou de la petite délinquance, vont se développer dans ce quartier. C’est ainsi que le mythe du sabbat des sorcières s’y territorialise.

« Les sorcières, ce sont toutes les femmes qui échappent à la domination patriarcale du père, du mari, de l’Église, précise la guide. Elle rappelle que les chasses aux sorcières sont un événement historique qui a réellement eu lieu : « Elles se déroulent majoritairement à l’Époque moderne, plutôt entre le XVe et le XVIIIe siècle. Ce n’est donc pas un fait médiéval. Il y a tout un appareil juridique mais aussi religieux qui a été mis en place pour légitimer ce qu’on pourrait appeler finalement un premier féminicide de masse. »

Un métier majoritairement féminin

À la fin de la visite, Julie Perez nous parle de sa profession : « C’est un peu paradoxal puisque ce métier de guidage, c’est un métier essentiellement féminin, et donc ce sont des guides, des femmes qui parcourent les villes pour raconter l’Histoire, majoritairement écrite et mise en scène par les hommes. »

À travers cette visite, la guide conférencière s’attache « à montrer d’autres voies, faire connaître d’autres personnalités et attirer un petit peu le regard sur des problématiques qui sont aussi bien sûr contemporaines, actuelles, puisque les luttes féministes sont aujourd’hui beaucoup plus audibles qu’il y a ne serait-ce qu’une dizaine d’années ».

Vous pouvez contacter Julie Perez pour une réservation sur son compte Instagram : @bordeaux_detours

Louise Saubade
Jeune journaliste plurimédia, je me passionne pour les nouvelles écritures numériques, en particulier la vidéo web et le podcast. Je m’intéresse de près aux sujets de société, culture, solidarité, initiatives et solutions, mais aussi aux questions de genre et à l’actualité internationale. Mais mon premier amour demeure et restera l’information de proximité.
Retrouvez cet article dans le feuilleton :

En vrai, en vrac

Le compostage participatif

Impossible de composter en appartement ? C'est oublier le système du bokashi.

On ne joue pas, on boxe

"On joue au foot, on joue au tennis... mais on boxe, on ne joue pas."

La cravate solidaire

« L’habit ne fait pas le moine, mais il y contribue. » Voici la devise de l’association la Cravate Solidaire. Pour les recruteurs, l’apparence est une source importante de...

LOGICIELS LIBRES & SOUVERAINETÉ

"Un logiciel fermé est une menace pour la souveraineté de toute organisation, quels que soient son niveau et sa taille."

Le sexisme dans la boxe

"Les hommes avaient des bourses afin de se concentrer sur leur pratique sportive, alors que moi j'avais un travail." L'autrice, comédienne et triple championne du monde de boxe...

Pride sauvage, (cis)tème brutal

La Marche des Fiertés commémore chaque année l’insurrection de Stonewall. Évènement pilier de la lutte de la communauté LGBTQUIA+, elle a été annulée suite à la crise sanitaire...

La mort écolo

Entre l'embaumement, l'importation du cercueil, la crémation... Et si votre mort gâchait tous vos efforts écolo ?

Sanctuariser la terre

« Terre de Liens s’inscrit dans le changement que doivent opérer l’agriculture et les paysans dans leurs pratiques. » Alors que la Nouvelle-Aquitaine est la 1ère région agricole...

Courses : temps calme pour les autistes

Lumières moins fortes et bruits réduits : le supermarché de Langon a mis en place deux heures de temps calme tous les mardis. Ces temps calmes permettent aux autistes et...

Réforme scolaire : toujours plus d'inégalités

« On peut presque prédire quelle sera la trajectoire scolaire d’un élève à six ans et c’est extrêmement problématique. » Vos enfants rentrent à l’école ? Votre famille, vos...

L'école à la maison creuse les inégalités scolaires

Même si les classes populaires passaient plus de temps sur les devoirs que les autres, la « continuité pédagogique » des deux mois sans école a creusé les inégalités. Romain...

Sabine Delcour : Odyssée dans l'empire du milieu

SABINE DELCOUR. Dans sa nouvelle série, la photographe nous plonge dans la frénésie urbanistique de la Chine et la vertigineuse transformation de la ville démesurée, connectée...

Yoyo vidéo : le dernier vidéoclub

Au début des années 2000, La France comptait 5000 vidéoclubs. Aujourd’hui il en reste à peine sur cinquantaine sur tout le territoire. Parmi eux, Yoyo Vidéo, le vidéo club du...

Le dernier Gilet Jaune

Terminé le mouvement des Gilets Jaunes à Bordeaux ? Pas pour Patrice qui tient le piquet de grève tous les jours sur son rond-point.

La low-tech au quotidien

Difficile de se débarrasser de ses outils technologiques alors que peu d’alternatives durables semblent accessibles. L’association Low-Tech Bordeaux essaie justement de...

Ze Drive : les courses zéro déchets

Faire ses courses rapidement grâce au drive, tout en réduisant ses déchets par le vrac : c’est le pari de Ze Drive. Le supermarché sans déchet propose des retraits à Libourne...

La créativité musicale des enfants

Le producteur bordelais Müca Ozer a créé des ateliers d’éveil musical électronique destinés aux enfants dans le but de réveiller leur créativité. Avec des capteurs...

Spiruline bio : la Ferme de l'or vert

À la ferme de l’or vert, située à Bruges, Arthur et Fatima produisent leur propre spiruline bio depuis août 2020. Cette cyanobactérie, surtout utilisée comme complément...

Klaus compagnie : danser en fauteuil roulant

À Bordeaux, la Klaus compagnie inclut les personnes handicapées avec des danseurs et danseuses valides. Elle permet aux premiers de s’exprimer sur scène ou dans les cours de...

Bordeaux-Montaigne : des étudiant·es en détresse

Pour analyser l’ampleur du mal-être étudiant et proposer des solutions pour y répondre, plusieurs associations de l’Université de sciences humaines Bordeaux Montaigne (UBM) ont...

Le Pourquoi Pas Café met la culture locale sous enveloppe

Contraint de fermer ses portes depuis le 28 octobre dernier, le Pourquoi pas Café culturel se réinvente. Afin de lutter contre l'isolement en ces temps de crise sanitaire...

Le quotidien des sans-abris "confiné·es dehors"

Paris, mars 2020. Dans une capitale nocturne vidée par le confinement, le journaliste bordelais Julien Goudichaud a filmé la nuit de ceux qui dorment dehors. Son court-métrage...

Sortir du traumatisme du licenciement

Le sentiment après un licenciement se rapprocherait du stress post-traumatique. C’est la thèse avancée par Luc Biecq dans son Guide d’autodéfense du licencié, paru en 2019. Il y...

La mort civique : dépasser la vieillesse

Une personne âgée, moins indépendante qu’un enfant ? Marianne Blin, autrice de la conférence gesticulée "ridée... mais pas fanée" dénonce les idées reçues sur "les vieux"....

50 ans de féminisme

En 1977, Anne Raulin, avec un groupe de femmes, traduit et adapte le livre américain "Notre Corps, Nous-mêmes" sur la santé féminine. 50 ans après, neuf femmes le réadaptent...

"Tōitsu" de Senbeï : un album collaboratif et confiné

C’était il y a un an, au printemps 2020. Alors que tous ses projets professionnels s’arrêtent avec le reste du monde, mis sous cloche durant le premier confinement, l’artiste...

Les colleur·euses de Bordeaux

Depuis sa création, il y a deux ans, le mouvement des collages féministes n'a cessé d'évoluer. Les colleur·euses féministes utilisent l’affichage sauvage pour lutter en faveur...

Des femmes et des fûts

Déconstruire les clichés tenaces liés à leur genre et donner de la visibilité à leurs actions locales, tels sont les objectifs du collectif des femmes brasseuses de...

La forêt de Higas : une forêt comestible dans les Landes

Au cœur des Landes, à Estibeaux, Yoann Lang sème les graines d’un projet fou : créer la plus grande forêt comestible d’Europe. Étendue sur près de 7 hectares, la forêt de Higas...

Psychiatrie hors les murs

En France, les patient·es en psychiatrie sont dirigé·es vers un service en fonction de leur lieu d’habitation. Mais comment fait-on lorsqu’on n’a pas de lieu d'habitation...

Grappling : les femmes se défendent en non-mixité

À Villenave d’Ornon, le club Submission Power Team propose des cours de self-defense en non-mixité, destinés uniquement aux femmes. Le « grappling », mix entre jiu jitsu et...

Urbanisation et féminisme : tou·tes en selle

Dans les villes françaises, l’absence de monuments ou de mentions à la gloire des femmes témoigne de leur invisibilisation systématique et de leur éviction hors du champ de la...

L'urine, déchet renouvelable

La société Toopi Organics recycle l'urine pour créer des engrais, pesticides et produits ménagers. Une alternative écologique, mais aussi économique pour les agriculteurs...

École en forêt : l'enfant dans la nature

En 2019 paraît le livre L’enfant dans la nature, co-écrit par Matthieu Chéreau et Moïna Fauchier-Delavigne. En plus d'aider à l'épanouissement et développement de l'enfant...

Marie Ange & Flory : le droit à s'habiller dignement

Marie-Josée a été aide-soignante dans une maison de retraite, et a vu la difficulté des personnes âgées et handicapées qui s'habillent avec des vêtements inadaptés. En réponse à...

Ces épisodes pourraient vous intéresser
Les Passager·e·s

La médecine des singes

La médecine des singes

Paludisme, maux de gorge, parasites intestinaux... Comment les grands singes se soignent-ils ?
La face cachée des vignobles

Bordelais : un château à la dérive

Bordelais : un château à la dérive

La dernière étape de mes trois jours dans le Bordelais s’est déroulée dans une étonnante librairie, l’Antre Guillemets, en plein milieu de la zone commerciale de Langon....
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement