6 minutes de lecture
Vendredi 19 mars 2021
par Louise Saubade
Louise Saubade
Jeune journaliste plurimédia, je me passionne pour les nouvelles écritures numériques, en particulier la vidéo web et le podcast. Je m’intéresse de près aux sujets de société, culture, solidarité, initiatives et solutions, mais aussi aux questions de genre et à l’actualité internationale. Mais mon premier amour demeure et restera l’information de proximité.

Contraint de fermer ses portes depuis le 28 octobre dernier, le Pourquoi pas Café culturel se réinvente. Afin de lutter contre l’isolement en ces temps de crise sanitaire, l’équipe a décidé de diffuser gratuitement sa programmation sous forme d’enveloppes culturelles, à destination d’habitant·es du quartier Bordeaux Sud, d’étudiant·es et de séniors. Une initiative qui vise également à soutenir et faire la promotion d’acteur·ices de la culture locale, mise à l’arrêt forcé depuis des mois.

Implanté dans Bordeaux centre depuis janvier 2019, le café Pourquoi Pas propose une programmation culturelle variée. Contraint de fermer ses portes depuis le 28 octobre dernier, l’établissement a souhaité s’adresser à un public isolé par la pandémie.

«L’idée, c’est de donner un sourire en fait, confie Lionel Lopez, cofondateur du Pourquoi Pas Café culturel. Aujourd’hui, on a des personnes qui sont dans une situation de crise, qui sont isolées. Notre but, c’est de leur offrir un moment où iels vont avoir le sourire et se dire “Tiens, j’ai reçu un cadeau d’un·e inconnu·e.” »

Avec leur stagiaire Juliette, les deux fondateur·ices décident de lancer leurs enveloppes culturelles. Un projet rendu possible malgré une conjoncture économique défavorable pour la plupart des bars et cafés. « Comme on est dans un local associatif, notre contrat fait qu’aujourd’hui, on sauvegarde notre trésorerie, explique le jeune homme. Et cela nous permet du coup depuis plusieurs mois maintenant d’avoir l’esprit suffisamment libre pour essayer d’être créatif·ve sur d’autres choses. On a eu la volonté et l’envie d’offrir une surprise aux voisin·es et aux habitant·es autour du Pourquoi Pas. 500 foyers, 500 étudiant·es et 500 seniors vont les recevoir. En voyant la situation, on a décidé d’élargir le projet aux étudiant·es et aux seniors. Personne n’est épargné par cette crise, mais c’est vraiment un public particulièrement touché. »

La culture locale dans votre boîte aux lettres

Grâce aux enveloppes culturelles, l’équipe espère participer à la diffusion de la culture locale, mise à l’arrêt forcé depuis des mois. « Dans ces enveloppes, il y a quasiment que des acteur·ices bordelais·es, détaille Lionel Lopez. Vous retrouverez à l’intérieur un petit A4 plié en deux, avec un poème de Frédéric Daïtoha, slameur de Street Def Records. Il y aussi une illustration du journal TACK Magazine, mais aussi des chaînes Twitch qui proposent des jeux de rôle. Pour les seniors, évidemment, on ne leur a pas mis les chaînes Twitch, on leur propose d’autres jeux : on leur met un petit quiz derrière, un petit jeu de société. Vous avez aussi un code de téléchargement pour Wagaal, artiste bordelais, dont vous pouvez télécharger l’album gratuitement. Il y a aussi des liens de podcast qui ont été nos coups de cœur, parce qu’on a le temps d’écouter des choses. »

Pour Lionel Lopez, c’est d’abord le souhait de partager son réseau culturel qui l’anime. «Soyez curieux·ses d’aller découvrir tout ce qu’on vous propose dans ces enveloppes, et nous on sera ravi·e de faire connaître ces pépites qu’on vous a sélectionnées », lâche-t-il dans un sourire.

Le Pourquoi Pas café, un lieu de divertissement singulier 

Avant sa fermeture, fin octobre, le Pourquoi Pas proposait régulièrement à son public une multitude d’événements, à la fois ludiques, pédagogiques et culturels. «Ma compagne Vénaïg Péchard et moi-même, on avait envie de mettre en place un nouveau projet sur Bordeaux et tous les soirs proposer un événement différent, raconte le gérant. On fait du théâtre d’improvisation, des battles de compliment, des soirées quiz, des blind test, des silent party, des conférences, des soirées projection, en ayant tous les jours des configurations de salle différentes, en n’ayant jamais la même ambiance dans cette salle. C’est un sacré challenge puisqu’on était que deux pour monter tout ça. On a fait plus de 500 événements du coup en deux ans, malgré la rupture avec le Covid-19. »

Et pour le Pourquoi Pas café, pas de frais supplémentaire : « Pour nous, c’est comme si c’était un budget d’action com’, mais plutôt que de faire juste de la com’ classique et de dire « bonjour, on va rouvrir un jour », on a préféré mener ça de manière solidaire et bienveillante. »

Louise Saubade
Jeune journaliste plurimédia, je me passionne pour les nouvelles écritures numériques, en particulier la vidéo web et le podcast. Je m’intéresse de près aux sujets de société, culture, solidarité, initiatives et solutions, mais aussi aux questions de genre et à l’actualité internationale. Mais mon premier amour demeure et restera l’information de proximité.
Retrouvez cet article dans le feuilleton :

En vrai, en vrac

Le compostage participatif

Impossible de composter en appartement ? C'est oublier le système du bokashi.

On ne joue pas, on boxe

"On joue au foot, on joue au tennis... mais on boxe, on ne joue pas."

La cravate solidaire

« L’habit ne fait pas le moine, mais il y contribue. » Voici la devise de l’association la Cravate Solidaire. Pour les recruteurs, l’apparence est une source importante de...

LOGICIELS LIBRES & SOUVERAINETÉ

"Un logiciel fermé est une menace pour la souveraineté de toute organisation, quels que soient son niveau et sa taille."

Le sexisme dans la boxe

"Les hommes avaient des bourses afin de se concentrer sur leur pratique sportive, alors que moi j'avais un travail." L'autrice, comédienne et triple championne du monde de boxe...

Pride sauvage, (cis)tème brutal

La Marche des Fiertés commémore chaque année l’insurrection de Stonewall. Évènement pilier de la lutte de la communauté LGBTQUIA+, elle a été annulée suite à la crise sanitaire...

La mort écolo

Entre l'embaumement, l'importation du cercueil, la crémation... Et si votre mort gâchait tous vos efforts écolo ?

Sanctuariser la terre

« Terre de Liens s’inscrit dans le changement que doivent opérer l’agriculture et les paysans dans leurs pratiques. » Alors que la Nouvelle-Aquitaine est la 1ère région agricole...

Courses : temps calme pour les autistes

Lumières moins fortes et bruits réduits : le supermarché de Langon a mis en place deux heures de temps calme tous les mardis. Ces temps calmes permettent aux autistes et...

Réforme scolaire : toujours plus d'inégalités

« On peut presque prédire quelle sera la trajectoire scolaire d’un élève à six ans et c’est extrêmement problématique. » Vos enfants rentrent à l’école ? Votre famille, vos...

L'école à la maison creuse les inégalités scolaires

Même si les classes populaires passaient plus de temps sur les devoirs que les autres, la « continuité pédagogique » des deux mois sans école a creusé les inégalités. Romain...

Sabine Delcour : Odyssée dans l'empire du milieu

SABINE DELCOUR. Dans sa nouvelle série, la photographe nous plonge dans la frénésie urbanistique de la Chine et la vertigineuse transformation de la ville démesurée, connectée...

Yoyo vidéo : le dernier vidéoclub

Au début des années 2000, La France comptait 5000 vidéoclubs. Aujourd’hui il en reste à peine sur cinquantaine sur tout le territoire. Parmi eux, Yoyo Vidéo, le vidéo club du...

Le dernier Gilet Jaune

Terminé le mouvement des Gilets Jaunes à Bordeaux ? Pas pour Patrice qui tient le piquet de grève tous les jours sur son rond-point.

La low-tech au quotidien

Difficile de se débarrasser de ses outils technologiques alors que peu d’alternatives durables semblent accessibles. L’association Low-Tech Bordeaux essaie justement de...

Ze Drive : les courses zéro déchets

Faire ses courses rapidement grâce au drive, tout en réduisant ses déchets par le vrac : c’est le pari de Ze Drive. Le supermarché sans déchet propose des retraits à Libourne...

La créativité musicale des enfants

Le producteur bordelais Müca Ozer a créé des ateliers d’éveil musical électronique destinés aux enfants dans le but de réveiller leur créativité. Avec des capteurs...

Spiruline bio : la Ferme de l'or vert

À la ferme de l’or vert, située à Bruges, Arthur et Fatima produisent leur propre spiruline bio depuis août 2020. Cette cyanobactérie, surtout utilisée comme complément...

Klaus compagnie : danser en fauteuil roulant

À Bordeaux, la Klaus compagnie inclut les personnes handicapées avec des danseurs et danseuses valides. Elle permet aux premiers de s’exprimer sur scène ou dans les cours de...

Bordeaux-Montaigne : des étudiant·es en détresse

Pour analyser l’ampleur du mal-être étudiant et proposer des solutions pour y répondre, plusieurs associations de l’Université de sciences humaines Bordeaux Montaigne (UBM) ont...

Le Pourquoi Pas Café met la culture locale sous enveloppe

Contraint de fermer ses portes depuis le 28 octobre dernier, le Pourquoi pas Café culturel se réinvente. Afin de lutter contre l'isolement en ces temps de crise sanitaire...

Le quotidien des sans-abris "confiné·es dehors"

Paris, mars 2020. Dans une capitale nocturne vidée par le confinement, le journaliste bordelais Julien Goudichaud a filmé la nuit de ceux qui dorment dehors. Son court-métrage...

Sortir du traumatisme du licenciement

Le sentiment après un licenciement se rapprocherait du stress post-traumatique. C’est la thèse avancée par Luc Biecq dans son Guide d’autodéfense du licencié, paru en 2019. Il y...

La mort civique : dépasser la vieillesse

Une personne âgée, moins indépendante qu’un enfant ? Marianne Blin, autrice de la conférence gesticulée "ridée... mais pas fanée" dénonce les idées reçues sur "les vieux"....

50 ans de féminisme

En 1977, Anne Raulin, avec un groupe de femmes, traduit et adapte le livre américain "Notre Corps, Nous-mêmes" sur la santé féminine. 50 ans après, neuf femmes le réadaptent...

"Tōitsu" de Senbeï : un album collaboratif et confiné

C’était il y a un an, au printemps 2020. Alors que tous ses projets professionnels s’arrêtent avec le reste du monde, mis sous cloche durant le premier confinement, l’artiste...

Les colleur·euses de Bordeaux

Depuis sa création, il y a deux ans, le mouvement des collages féministes n'a cessé d'évoluer. Les colleur·euses féministes utilisent l’affichage sauvage pour lutter en faveur...

Des femmes et des fûts

Déconstruire les clichés tenaces liés à leur genre et donner de la visibilité à leurs actions locales, tels sont les objectifs du collectif des femmes brasseuses de...

La forêt de Higas : une forêt comestible dans les Landes

Au cœur des Landes, à Estibeaux, Yoann Lang sème les graines d’un projet fou : créer la plus grande forêt comestible d’Europe. Étendue sur près de 7 hectares, la forêt de Higas...

Ces épisodes pourraient vous intéresser
Les Embarqués

Pierre(s) : de Carles à Molinier

Pierre(s) : de Carles à Molinier

Partons sur les traces de Pierre Molinier, un personnage fantasque à la sexualité exaltée.
Contagions Chroniques

Claustrophobie

Claustrophobie

Rosa la pharmacienne, Virginie la gérante de bar, Manon l’urgentiste, Anthony l’employé de grande surface… Nous retrouvons nos personnages – rejoints par d’autres – au lendemain...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement