Épisode 5
7 minutes de lecture
Article réservé aux abonné.e.s


Jeudi 2 juillet 2020
par Erwan MORVAN
Erwan MORVAN
J'ai 22 ans, né en 1997 je suis originaire du Loiret. Actuellement en école de journalisme à l'IJBA, à Bordeaux, j'ai toujours eu le souhait de faire de cette profession ma vie. Je me prédestine plus particulièrement à une carrière de journaliste sportif tout en ayant une affection pour l'actualité locale. Pour moi, ce métier permet la divulgation de l'actualité et des derrières des informations nous entourant voire nous submergeant dans notre société.

À Bordeaux, les travaux de la Villa Shamengo sont suspendus depuis le 3 janvier dernier. Le projet de construction de la maison-école-laboratoire subit depuis son annonce en 2017 l’opposition de la part des habitants du quartier de la Bastide. Plus qu’une querelle de voisinage, la collision de ces deux mondes raconte notre rapport à l’espace public, l’environnement et l’urbanisation.

L’année 2020 vient à peine de débuter. Le 3 janvier, les résidents de l’allée Serr sont réveillés par le bruit des tractopelles et des camions. Les engins slaloment entre les pieux déjà plantés pour évacuer les rondins de bois restants. Les poteaux devaient servir de fondation à l’édifice. Mesurant plus d’un mètre de haut et ayant la largeur d’un arbre, ils rappellent étrangement les colonnes de Buren. Le tribunal administratif de Bordeaux l’a décidé : les travaux de la Villa Shamengo, situés rive droite, sont suspendus.

L’opposition de l’association citoyenne pour la conservation et la promotion des espaces libres de la Bastide (Acpel) aura donc eu raison — provisoirement — de ce projet de villa écoresponsable après un référé en urgence le 3 janvier dernier.

La Villa Shamengo ? Un projet colossal et démontable, composé d’un grand édifice de 1 000 m², avec verrières sur tous les côtés, jardin, terrasse, cuisine et chambres en son cœur. L’objectif de ce lieu est de promouvoir un nouvel art de vivre autour de quatre valeurs : prendre soin de soi, créer dans l’éthique, préserver la planète et s’engager pour les autres. Lieu de vie, d’apprentissage et d’expérimentation. Elle réunira, en un même lieu, la production, la consommation, l’éducation et les loisirs du futur.

La présidente de la communauté Shamengo, Catherine Berthillier, souhaite « la construction d’un Nouveau Monde en respectant l’environnement ». Une vingtaine de personnes doit vivre sur place alors que 150 innovations seront exposées au grand public. Le bâtiment devait être construit en un an pour ensuite rester sur place durant cinq années, avant de migrer vers une autre ville.

Nathalie Blanc est directrice du Centre des Politiques de la Terre à l’université de Paris et experte de la nature en ville et de l’esthétique environnementale. Pour elle, ce projet s’apparente au « phénomène des Grands Voisins ». Qualifié aussi d’urbanisme occupationnel, le réaménagement de l’ex-hôpital Saint-Vincent-de-Paul, à Paris, en est la genèse.

En 2020, les Allées Serr auraient dû ressembler à de grands bâtiments, dont le centre comporte un parking extérieur et un espace arboré.
En 2020, les allées Serr auraient dû ressembler à cela. Source : La Villa Shamengo.

L’hôpital désaffecté a été transformé en laboratoire urbain. En 2015, trois associations ont décidé d’utiliser le temps de vacance du site pour y expérimenter de nouvelles formes d’occupation de l’espace. Concrètement, il est un endroit de partage qui s’adapte à l’environnement ambiant et centralise plusieurs dizaines d’associations, d’artisans et de jeunes entreprises développant leurs activités. Le tout dans une interaction essentielle avec les habitants du quartier et de la ville alentour.

Cet article est réservé aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter


Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement
Erwan MORVAN
J'ai 22 ans, né en 1997 je suis originaire du Loiret. Actuellement en école de journalisme à l'IJBA, à Bordeaux, j'ai toujours eu le souhait de faire de cette profession ma vie. Je me prédestine plus particulièrement à une carrière de journaliste sportif tout en ayant une affection pour l'actualité locale. Pour moi, ce métier permet la divulgation de l'actualité et des derrières des informations nous entourant voire nous submergeant dans notre société.
Dans le même feuilleton

Dans le creux de la vague

L’été dernier, une société privée, Wavelandes, a annoncé la création d’un complexe aquatique, qui aura pour attraction phare une vague artificielle destinée aux surfeurs...

La plaie des cochons

Paysans, riverains et écologistes se mobilisent contre deux projets de porcheries industrielles dans les Pyrénées.

Île de Ré : un problème environnemental étouffé

Une bataille contre les algues vertes se déroule depuis une dizaine d’années sur l’île de Ré. On les connaît surtout pour leur présence sur les côtes bretonnes mais elles...

La Chrysalide : école à ciel ouvert

En ville ou à la campagne, le modèle des « écoles du dehors » se répand doucement en France alors qu’il est beaucoup plus répandu en Europe et dans le monde. Immersion à la...

Villa Shamengo : utopie suspendue

À Bordeaux, les travaux de la Villa Shamengo sont suspendus depuis le 3 janvier dernier. Le projet de construction de la maison-école-laboratoire subit depuis son annonce en...

Le vieil homme et la terre

Au cœur de la campagne girondine, une génération de jeunes agriculteurs se prépare à prendre la relève de la vieille garde incarnée par Hervé Georges, paysan et militant. Dans...

Ces épisodes pourraient vous intéresser
Cash sur Table

Tous à table

Tous à table

Un an après le reportage choc de Cash investigation sur les pesticides dans le vin, où en est le vignoble bordelais ?
La réalité des squats de la Métropole

Squat : la réquisition comme alternative

Squat : la réquisition comme alternative

Près de 160 personnes en grande difficulté ont été relogées samedi 9 novembre, dans un ancien EHPAD désaffecté, situé sur la commune de Cenon. Alors que la crise de...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement