7 minutes de lecture
Article réservé aux abonné.e.s


Mardi 8 septembre 2020
par Laurent Perpigna Iban
Laurent Perpigna Iban
Il travaille principalement sur la question des nations sans états, des luttes d'émancipation des peuples aux processus politiques en cours, des minorités, et des réfugiés. Il est souvent sur la route du proche et du moyen Orient pour son site Folklore du quotidien.

Installé à Bordeaux depuis 2006, Mehmet Yalçin a bien manqué être expulsé vers son pays d’origine, la Turquie. Ses soutiens et avocats préviennent : s’il est extradé, il risque des persécutions. En sursis aujourd’hui, son affaire questionne directement l’influence des relations diplomatiques franco-turques sur le droit d’asile accordé aux Kurdes.

Dans leur appartement lormontais, Mehmet et Hemine Yalçin ne peuvent dissimuler leur inquiétude. Lui a passé une bonne partie du mois d’août en grève de la faim dans un centre rétention administrative ; elle, à se ronger les sangs dans le domicile familial avec leurs trois enfants. En cause, une obligation de quitter le territoire français (OQTF) qui devait renvoyer Mehmet Yalçin vers son pays d’origine, la Turquie, à la fin du mois d’août. Un scénario aussi terrifiant qu’inimaginable pour cette famille kurde installée à Bordeaux depuis de longues années.

De prime abord, le parcours de la famille Yalçin ressemble à celui de tant d’autres : une vie impossible dans une région en conflit, l’exil, l’installation en France, puis une interminable attente de régularisation. Avec, au terme de ce processus, un examen de demande d’asile aux allures de partie de roulette russe.

Une vie impossible en Turquie

L’histoire de Mehmet Yalçin commence à Varto, une petite ville du sud-est de la Turquie. Né en 1980, il s’implique dès l’adolescence dans différents mouvements politiques kurdes. Cette décennie 1990 est brûlante, marquée d’un côté par un mouvement national kurde en pleine phase de mobilisation des masses, et de l’autre, un État turc qui leur mène une guerre sans merci.

La bête noire d’Ankara a un nom, le Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK, créé en 1978), qui rend coup pour coup à un État turc qui nie jusqu’à l’existence du peuple kurde. La répression dans l’est de la Turquie est terrible : sous couvert de lutte antiterroriste, des milliers de villages sont détruits, près d’un million de Kurdes sont déplacés, et des milliers d’exécutions extrajudiciaires sont rapportés.

Cet article est réservé aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter


Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement
Laurent Perpigna Iban
Il travaille principalement sur la question des nations sans états, des luttes d'émancipation des peuples aux processus politiques en cours, des minorités, et des réfugiés. Il est souvent sur la route du proche et du moyen Orient pour son site Folklore du quotidien.
Retrouvez cet article dans le feuilleton :

À la croisée des destins

Un Sahraoui dans la ville

Le canot pneumatique est à l’arrêt. Ses passagers sont cahotés, de gauche à droite. Plus personne ne parle. Chacun scrute l’horizon, craignant de voir apparaître les très...

De Dakar à Castillon-la-Bataille : le métissage pour identité

« Nous avions une grande maison en Dordogne. Il est arrivé que l’on sonne chez nous, et que l’on me dise : « Bonjour, est-ce que je pourrais parler au propriétaire ? » »....

Républicains espagnols : « mon père, ma république, ma patrie »

Elles sont là, discrètes. Parfois au coin de notre rue. Nous les effleurons innocemment du regard quand nous arpentons le quartier de la base sous-marine à Bordeaux, ou quand...

André Rosevègue : une voix juive pour la paix

Né en 1945 d’un père polonais et d’une mère roumaine, tous deux juifs et communistes, André Rosevègue tente depuis quelques années de reconstituer le puzzle du passé familial....

Centre de rétention d'Hendaye : « être migrant n'est pas un délit. »

« Eux c’est nous. » 146 personnes, dont des membres de l’association altermondialiste Bizi et le député européen José Bové ont voulu prendre la place des migrants du centre de...

Alpha Kaba : esclave en Libye, journaliste à l'IJBA

Alpha Kaba Sept était journaliste radio en Guinée. Suite à une de ses enquêtes il doit quitter son pays pour sauver sa vie. Il traverse le continent à pied jusqu'à l'Algérie......

Kurdes de Bordeaux : sur tous les fronts

Ils sont près de 2.500 sur l’ensemble du département de la Gironde. Extrêmement actifs politiquement, les Kurdes envahissent régulièrement l’espace public afin d’exposer leurs...

De Bordeaux à Dakar, les routes de l'exil.

Le pays, présenté comme l’un des plus stables d’Afrique, voit tout un pan de sa jeunesse tenter l’aventure vers l’Europe. Depuis le début des années 2000, ils partent par...

Guerre en Syrie, larmes en Gironde

Rien ne laissait présager que l’onde de choc provoquée par l’offensive turque dans le nord de la Syrie puisse se propager jusqu’à Bordeaux. Et pourtant, ces derniers jours...

Journaliste privé de droit

Urmondzhon Sufiev est journaliste indépendant. Ses enquêtes sur la corruption qui gangrène son pays, le Tadjikistan, l’ont placé dans l’œil du cyclone : c’est contraint et forcé...

Être une Guinéenne arbitre à Bruges

Oumou Baldé semble infatigable. Cette Guinéenne de 31 ans, installée en France depuis 2009, est sur tous les fronts. Celui des stades de football où elle a réussi à se faire une...

Mehmet Yalçin : une famille kurde dans la tourmente

Installé à Bordeaux depuis 2006, Mehmet Yalçin a bien manqué être expulsé vers son pays d’origine, la Turquie. Ses soutiens et avocats préviennent : s’il est extradé, il risque...

Communauté arménienne de Bordeaux : discrétion et solidarité

La communauté arménienne bordelaise est discrète, mais très active. Encore plus depuis la reprise des tensions au Haut-Karabakh. Une nouvelle association a vu le jour il y a...

Ces épisodes pourraient vous intéresser
Tuer Manger

L'art de la mort

L'art de la mort

Annabelle a tué et mangé une poule qu'elle a elle-même élevé. Jamais elle n'a été aussi proche de la mort et de son propre instinct de prédation. Elle a eu envie de rencontrer...
À la croisée des destins

Un Sahraoui dans la ville

Un Sahraoui dans la ville

Le canot pneumatique est à l’arrêt. Ses passagers sont cahotés, de gauche à droite. Plus personne ne parle. Chacun scrute l’horizon, craignant de voir apparaître les très...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement