Épisode 10
8 minutes de lecture
Article réservé aux abonné.e.s


Mardi 11 février 2020
par Justine VALLÉE
Justine VALLÉE
J’ai quitté la pluie bretonne pour rejoindre la chaleur bordelaise après avoir terminé mes études. Intéressée par l’Histoire, les problématiques sociales et féministes, je suis venue à Revue Far Ouest pour narrer des récits au long cours.

Urmondzhon Sufiev est journaliste indépendant. Ses enquêtes sur la corruption qui gangrène son pays, le Tadjikistan, l’ont placé dans l’œil du cyclone : c’est contraint et forcé qu’il a dû prendre le chemin de l’exil avec sa femme et trois de leurs enfants. Leurs années de route les ont menés sur les bords de la Garonne, où ils rêvent de stabilité. Mais le sort les rattrape : règlement Dublin oblige, ils risquent d’être renvoyés en Lettonie, pays par lequel ils ont transité, et qui entretient des relations cordiales avec le Tadjikistan.

« Quand je compare ce qu’a fait le Tadjikistan pour moi avec ce qu’a fait la France… Je comprends que j’ai deux terres maternelles. » Drapé dans un trench beige, Urmondzhon Sufiev reste pensif. Son sourire est ponctué de hochements de tête lorsqu’il comprend certains mots français. Au Tadjikistan, ce symbole de la presse indépendante avait fondé en 2007 le groupe Ozodagon — « libre » en français, qui regroupait journal, radio et site internet. En France, la famille tadjike a peu de droits du fait de son statut de « dublinée » : le premier État par lequel ils sont entrés dans l’Union européenne est responsable de leur demande d’asile — la Lettonie dans leur cas.

Lorsque Urmondzhon évoque les raisons qui l’ont poussé à fuir son pays avec sa femme Zulkhomor et leurs trois enfants, son explication est sans détour : « j’y suis vu comme un ennemi ». D’un français balbutiant, mais compréhensible, Nekfar, 17 ans, joue le traducteur lors de cette première rencontre. Avec Bobosufi, l’aîné de la fratrie, les trois hommes reconstituent avec une pointe d’émotion le récit de ces années en exil. Après leur établissement à Bordeaux depuis près d’un an, ils se demandent qui les aidera si « le pays de la liberté » ne le fait pas.

Un comité de soutien s’est créé dans le lycée de Nekfar « parce que dans la classe, c’était le premier directement menacé avec sa famille ». Jean-Louis Mouquet, professeur de théâtre du lycéen, s’attriste de sa situation, quand il ne s’étonne pas du niveau de français acquis par son élève. « Quand on voit comment ils parlent de la France, cet amour, cette admiration… Dublin entrave tout cela. On ne peut pas faire plus francophiles qu’eux. » Cette volonté de se réfugier dans ce que la famille tadjike appelle le « pays de la liberté » coïncide avec ce qu’elle a toujours défendu : la liberté d’expression.

L’instabilité plutôt que l’insécurité

Depuis la publication d’enquêtes sur la corruption du gouvernement tadjik sur Ozodagon, Urmondzhon est considéré comme terroriste. Dans son pays, la presse est muselée depuis 2013, des entraves qui ont favorisé la réélection à la présidence de la République de Emomalii Rahmon (il en est à la tête du pays depuis 1992, et a été réélu quatre fois depuis). Intronisé « leader de la nation » fin 2015, il mène une politique répressive envers ceux qui ne répandent pas sa parole. De la 116e place (sur 180) au classement de la liberté de la presse, le Tadjikistan tombe à la 150e l’année suivante. En 2017, c’était la fin de Nigoh, « un des très rares journaux indépendants dans le pays », déplore Johann Bihr, ancien responsable des pays de l’Est et d’Asie centrale à Reporters sans Frontières (RSF).

Urmondzhon Sufiev dans l'appartement qui lui est prêté.
Urmondzhon Sufiev a fui avec toute sa famille — Photo : Justine Vallée

« Un jour, ils peuvent venir, te prendre et personne ne le saura », s’inquiète Bobosufi. L’aîné, qui se destinait à la diplomatie, et Zevarbonu, sa sœur diplômée de journalisme international, ont aussi souffert de la censure de leur université. Pendant les deux premières années de cavale de leur père, le gouvernement épiait chaque geste de la famille ; d’où leur décision de fuir tous ensemble.

Cet article est réservé aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter


Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement
Justine VALLÉE
J’ai quitté la pluie bretonne pour rejoindre la chaleur bordelaise après avoir terminé mes études. Intéressée par l’Histoire, les problématiques sociales et féministes, je suis venue à Revue Far Ouest pour narrer des récits au long cours.
Dans le même feuilleton

Un Sahraoui dans la ville

Le canot pneumatique est à l’arrêt. Ses passagers sont cahotés, de gauche à droite. Plus personne ne parle. Chacun scrute l’horizon, craignant de voir apparaître les très...

De Dakar à Castillon-la-Bataille : le métissage pour identité

« Nous avions une grande maison en Dordogne. Il est arrivé que l’on sonne chez nous, et que l’on me dise : « Bonjour, est-ce que je pourrais parler au propriétaire ? » »....

Républicains espagnols : « mon père, ma république, ma patrie »

Elles sont là, discrètes. Parfois au coin de notre rue. Nous les effleurons innocemment du regard quand nous arpentons le quartier de la base sous-marine à Bordeaux, ou quand...

André Rosevègue : une voix juive pour la paix

Né en 1945 d’un père polonais et d’une mère roumaine, tous deux juifs et communistes, André Rosevègue tente depuis quelques années de reconstituer le puzzle du passé familial....

Centre de rétention d'Hendaye : « être migrant n'est pas un délit. »

« Eux c’est nous. » 146 personnes, dont des membres de l’association altermondialiste Bizi et le député européen José Bové ont voulu prendre la place des migrants du centre de...

Alpha Kaba : esclave en Libye, journaliste à l'IJBA

Alpha Kaba Sept était journaliste radio en Guinée. Suite à une de ses enquêtes il doit quitter son pays pour sauver sa vie. Il traverse le continent à pied jusqu'à l'Algérie......

Kurdes de Bordeaux : sur tous les fronts

Ils sont près de 2.500 sur l’ensemble du département de la Gironde. Extrêmement actifs politiquement, les Kurdes envahissent régulièrement l’espace public afin d’exposer leurs...

De Bordeaux à Dakar, les routes de l'exil.

Le pays, présenté comme l’un des plus stables d’Afrique, voit tout un pan de sa jeunesse tenter l’aventure vers l’Europe. Depuis le début des années 2000, ils partent par...

Guerre en Syrie, larmes en Gironde

Rien ne laissait présager que l’onde de choc provoquée par l’offensive turque dans le nord de la Syrie puisse se propager jusqu’à Bordeaux. Et pourtant, ces derniers jours...

Journaliste privé de droit

Urmondzhon Sufiev est journaliste indépendant. Ses enquêtes sur la corruption qui gangrène son pays, le Tadjikistan, l’ont placé dans l’œil du cyclone : c’est contraint et forcé...

Être une Guinéenne arbitre à Bruges

Oumou Baldé semble infatigable. Cette Guinéenne de 31 ans, installée en France depuis 2009, est sur tous les fronts. Celui des stades de football où elle a réussi à se faire une...

Mehmet Yalçin : une famille kurde dans la tourmente

Installé à Bordeaux depuis 2006, Mehmet Yalçin a bien manqué être expulsé vers son pays d’origine, la Turquie. Ses soutiens et avocats préviennent : s’il est extradé, il risque...

Communauté arménienne de Bordeaux : discrétion et solidarité

La communauté arménienne bordelaise est discrète, mais très active. Encore plus depuis la reprise des tensions au Haut-Karabakh. Une nouvelle association a vu le jour il y a...

Ces épisodes pourraient vous intéresser
Man Vs Wild

La plaie des cochons

La plaie des cochons

Paysans, riverains et écologistes se mobilisent contre deux projets de porcheries industrielles dans les Pyrénées.
136 tonnes d'histoire

136 tonnes d'histoire

136 tonnes d'histoire

Un canal, des canaux... et des bateaux. Un canal vieux de 350 ans se souvient et frémit au passage du premier bateau chargé après une parenthèse de 25 ans. C'est l'histoire d'un...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement