Épisode 2
2 minutes de lecture
Mardi 12 juin 2018
par Laurent Perpigna Iban
Laurent Perpigna Iban
Il travaille principalement sur la question des nations sans états, des luttes d'émancipation des peuples aux processus politiques en cours, des minorités, et des réfugiés. Il est souvent sur la route du proche et du moyen Orient pour son site Folklore du quotidien.

« Nous avions une grande maison en Dordogne. Il est arrivé que l’on sonne chez nous, et que l’on me dise : « Bonjour, est-ce que je pourrais parler au propriétaire ? » ». Doudou, professeur d’anglais à Castillon-la-Bataille, s’amuse de ces anecdotes, qu’il a appris à traiter avec recul et discernement. Sarah et Babacar, deux de ses trois enfants, vivent désormais à Bordeaux où ils étudient. La famille nous reçoit au marché cosmopolite de St-Michel où ils ont leurs habitudes, en un samedi ensoleillé. L’occasion de faire le point sur le parcours de leur famille venue de Dakar, autant que sur des questions identitaires devenues brûlantes en France. La famille se livre, avec sourire et optimisme.

Découvrez la boutique
Revue Far Ouest

Revues papiers • Abonnements

Boutique

« Mais mon histoire est d’une banalité sans nom ! »  s’exclame Doudou. Ce professeur d’anglais a pourtant bien des choses à raconter. Né à Dakar, il y a « quelques dizaines d’années », il a grandi dans un Sénégal à un tournant majeur de son histoire. Ce pays, qui faisait partie de l’empire colonial français était devenu en 1946 un territoire d’outre-mer, avant que les luttes anticolonialistes menées à cette époque en Afrique n’emmènent le pays vers un statut d’autonomie.

L’aboutissement, c’est une déclaration d’indépendance, proclamée le 20 juin 1960. Comme un symbole, c’est le poète national Léopold Sédar Senghor qui devient alors le premier président de la République, et dessine les contours d’un pays aux cicatrices profondes, qui sera l’un des premiers à revendiquer sa « négritude ».

À Dakar, les années 1960 et 1970 se sont révélées être une période charnière. Doudou se souvient : « Le quartier du Plateau, à Dakar, c’était le quartier des Français chics. Progressivement, une partie des Sénégalais, ceux que l’on pourrait appeler les indigènes, se sont implantés dans le quartier de la Médina, qui était lui un quartier très populaire. »

La famille nous rencontre au marché Saint-Michel à Bordeaux
La famille nous rencontre au marché Saint-Michel à Bordeaux — Photo : Laurent Perpigna Iban

C’est ici que Doudou a grandi. Avec beaucoup d’affection, il évoque le souvenir de son grand-père, un comptable officiant occasionnellement en tant qu’Imam à Dakar, qui lui offrira un cadeau que Doudou n’oubliera pas : sa première clarinette. « Mon grand-père était un érudit de l’Islam, et c’est amusant de le signaler, c’est avec lui que j’ai fêté mes premiers Noëls. Je crois qu’il a eu la première voiture de la Médina. Nous habitions dans une maison en pierre, un peu semblable à la maison que nous acquerrons ici plus tard. Et il y avait un pied de vigne aussi, c’est marrant. Comme si c’était un présage », raconte-t-il, le sourire aux lèvres.

Pourtant, à l’époque, Doudou et les siens sont parfois considérés comme des Sénégalais un peu à part, à cause de leur rang social et de leurs influences. « On nous traitait parfois de toubabs. Nous avons appris la culture française très tôt. Mon grand-père me parlait en français, parfois. Surtout quand il était en colère. La langue de l’autorité, déjà » s’amuse-t-il. […]

Lire cet article

Retrouvez cet article dans Revue Far Ouest : Courage.
Qu’ils portent de grandes causes ou qu’ils luttent au quotidien pour leur survie, nous avons voulu vous raconter ces courageux et ces courageuses, qui souvent s’ignorent.

Laurent Perpigna Iban
Il travaille principalement sur la question des nations sans états, des luttes d'émancipation des peuples aux processus politiques en cours, des minorités, et des réfugiés. Il est souvent sur la route du proche et du moyen Orient pour son site Folklore du quotidien.
Dans le même feuilleton

Un Sahraoui dans la ville

Le canot pneumatique est à l’arrêt. Ses passagers sont cahotés, de gauche à droite. Plus personne ne parle. Chacun scrute l’horizon, craignant de voir apparaître les très...

De Dakar à Castillon-la-Bataille : le métissage pour identité

« Nous avions une grande maison en Dordogne. Il est arrivé que l’on sonne chez nous, et que l’on me dise : « Bonjour, est-ce que je pourrais parler au propriétaire ? » »....

Républicains espagnols : « mon père, ma république, ma patrie »

Elles sont là, discrètes. Parfois au coin de notre rue. Nous les effleurons innocemment du regard quand nous arpentons le quartier de la base sous-marine à Bordeaux, ou quand...

André Rosevègue : une voix juive pour la paix

Né en 1945 d’un père polonais et d’une mère roumaine, tous deux juifs et communistes, André Rosevègue tente depuis quelques années de reconstituer le puzzle du passé familial....

Centre de rétention d'Hendaye : « être migrant n'est pas un délit. »

« Eux c’est nous. » 146 personnes, dont des membres de l’association altermondialiste Bizi et le député européen José Bové ont voulu prendre la place des migrants du centre de...

Alpha Kaba : esclave en Libye, journaliste à l'IJBA

Alpha Kaba Sept était journaliste radio en Guinée. Suite à une de ses enquêtes il doit quitter son pays pour sauver sa vie. Il traverse le continent à pied jusqu'à l'Algérie......

Kurdes de Bordeaux : sur tous les fronts

Ils sont près de 2.500 sur l’ensemble du département de la Gironde. Extrêmement actifs politiquement, les Kurdes envahissent régulièrement l’espace public afin d’exposer leurs...

De Bordeaux à Dakar, les routes de l'exil.

Le pays, présenté comme l’un des plus stables d’Afrique, voit tout un pan de sa jeunesse tenter l’aventure vers l’Europe. Depuis le début des années 2000, ils partent par...

Guerre en Syrie, larmes en Gironde

Rien ne laissait présager que l’onde de choc provoquée par l’offensive turque dans le nord de la Syrie puisse se propager jusqu’à Bordeaux. Et pourtant, ces derniers jours...

Journaliste privé de droit

Urmondzhon Sufiev est journaliste indépendant. Ses enquêtes sur la corruption qui gangrène son pays, le Tadjikistan, l’ont placé dans l’œil du cyclone : c’est contraint et forcé...

Être une Guinéenne arbitre à Bruges

Oumou Baldé semble infatigable. Cette Guinéenne de 31 ans, installée en France depuis 2009, est sur tous les fronts. Celui des stades de football où elle a réussi à se faire une...

Mehmet Yalçin : une famille kurde dans la tourmente

Installé à Bordeaux depuis 2006, Mehmet Yalçin a bien manqué être expulsé vers son pays d’origine, la Turquie. Ses soutiens et avocats préviennent : s’il est extradé, il risque...

Communauté arménienne de Bordeaux : discrétion et solidarité

La communauté arménienne bordelaise est discrète, mais très active. Encore plus depuis la reprise des tensions au Haut-Karabakh. Une nouvelle association a vu le jour il y a...

Ces épisodes pourraient vous intéresser
Sous les canopées

Rochechouart : forêt en danger

Rochechouart : forêt en danger

La forêt de Rochechouart a plus de mille ans. Un trésor d’histoire et de biodiversité, patrimoine intouchable de la Haute-Vienne. Intouchable, vraiment ? Elle serait sur le...
Les Passager·e·s

Rokhaya Diallo : “Racisme, sexisme, mettre fin au déni”

Rokhaya Diallo : “Racisme, sexisme, mettre fin au déni”

Journaliste et réalisatrice, Rokhaya Diallo est une des voix émergentes du « féminisme intersectionnel » en France. En visite dans le Sud-Ouest pour le festival « Comme un...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement