8 minutes de lecture
Article réservé aux abonné.e.s


Mardi 12 mai 2020
par Jean BERTHELOT DE LA GLÉTAIS
Jean BERTHELOT DE LA GLÉTAIS
Correspondant à Bordeaux pour Europe 1, pour qui je commente les matchs à domicile des Girondins, et pour Radio Classique, pour qui je fais des reportages d’information générale. J’écris dans Grazia en tant que pigiste régulier, pour la rubrique actualités, sur des thèmes très divers. J’assure également une correspondance, toujours à Bordeaux, pour le quotidien Le Courrier de l’Ouest. Je suis pigiste pour Sud-Ouest Magazine, le mook Sang-Froid et le Journal des Télécoms. .

La pandémie et le confinement qui en a découlé ont conduit beaucoup de professionnels à se tourner vers leur assurance, espérant voir leur perte d’exploitation être en partie prise en charge. En vain, le plus souvent, le secteur se réfugiant derrière des clauses d’exclusion. Une habitude, semble-t-il, bien plus qu’un comportement exceptionnel en cette période si particulière…

Photo de couverture : Markus Spiske 

Souscrire à l’une de nos offres, c’est nous aider à réaliser toujours plus de contenus de qualité.
Notre objectif : 1 000 nouvelles souscriptions d’ici le 30 novembre, pour un média double format, à la fois web et papier.

S’il est une chose que l’on ne peut pas reprocher à l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), c’est d’être un repaire de trotskistes enragés. La vénérable institution, intégrée à la Banque de France, fait généralement preuve d’une réserve toute diplomatique et ses sanctions sont pour le moins mesurées.

En 2016, le « gendarme de l’assurance » n’avait ainsi délesté les fraudeurs que de 6,5 millions d’euros, une demi-paille pour un secteur qui avait généré, la même année, 208 milliards de cotisations. Certes, d’autres amendes ensuite -10 millions à BNP Paribas en 2017, 50 millions à la Banque Postale en 2018, par exemple — avaient illustré une sévérité légèrement accrue. Mais voir l’ACPR, début mai, annoncer ouvrir une enquête sur les assureurs qui refusent d’indemniser leurs clients pour les pertes subies durant le confinement est tout de même un petit événement. Et pourrait aboutir, éventuellement, à un dédommagement de certains assurés, qui en seront avertis en juillet.

« Les contrats sont bien verrouillés »

Qu’elle débouche ou non sur des résultats concrets, cette démarche est en tout cas significative du retentissement que trouve actuellement le désarroi de nombre de professionnels. « Entre avril et octobre, tous mes week-ends sont généralement pris », explique Marion, photographe de mariage à Bordeaux. « Là, tout a été décommandé en avril, mai et même juin. Et pour juillet et août, les annulations commencent à arriver », constate, dépitée, la jeune femme. « Bien sûr, les mariages seront reportés, mais à des moments où j’aurai déjà d’autres engagements. Le chiffre d’affaires de ces mois-là ne sera jamais rattrapé. »

Pas de dommages matériels ? Pas d’indemnisations — Photo : Annie Spratt

Ayant souscrit une garantie perte d’exploitation, la photographe s’est tournée, dès le début du confinement, vers son assurance. « Et on m’a expliqué que je n’avais droit à rien, n’ayant pas subi de dommages matériels. » Un refrain servi à presque tous les professionnels, à commencer par ceux qui en ont le plus besoin, dont les restaurateurs. Avec, parfois, des mésaventures particulièrement cruelles, comme pour Tanguy Laviale, le chef étoilé de Garopapilles, à Bordeaux.

Dans un premier temps, lui aussi s’est vu opposer un refus d’indemnisation de la part de son assureur. « Et quelques jours plus tard, il m’a rappelé en expliquant qu’il allait “faire un geste” et rembourser en partie mon manque à gagner », détaille le jeune chef. « J’ai dû rassembler de multiples documents, consacrer beaucoup de temps au montage du dossier, que j’ai envoyé rapidement. » En vain : l’assureur le recontacte pour lui dire que finalement, au regard du nombre de clients concernés, il lui reviendrait trop cher de les indemniser.

Anecdote surréaliste, dont transpire un manque de considération et de respect que constatent beaucoup de professionnels en ce moment. « La discussion n’a même pas été possible », regrette le chef rochelais Christopher Coutanceau, fraichement distingué par trois étoiles au Michelin. « Le seul fait de donner les denrées que nous avions, pour ne pas les jeter, représente un préjudice de 10 000 euros, auxquels s’ajoute la perte d’exploitation de nos deux restaurants. Mais l’assurance n’a rien voulu entendre, jouant sur les mots, les clauses, pour nous expliquer pourquoi nous n’avions droit à aucune indemnisation. »

Cet article est réservé aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter


Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement
Jean BERTHELOT DE LA GLÉTAIS
Correspondant à Bordeaux pour Europe 1, pour qui je commente les matchs à domicile des Girondins, et pour Radio Classique, pour qui je fais des reportages d’information générale. J’écris dans Grazia en tant que pigiste régulier, pour la rubrique actualités, sur des thèmes très divers. J’assure également une correspondance, toujours à Bordeaux, pour le quotidien Le Courrier de l’Ouest. Je suis pigiste pour Sud-Ouest Magazine, le mook Sang-Froid et le Journal des Télécoms. .
Retrouvez cet article dans le feuilleton :

Contagions Chroniques

La bascule

Autour de la table: un médecin urgentiste, une pharmacienne, une cheminote, un agent de la Mairie, un employé d’une grande surface, la propriétaire d’un bar… et un invité...

Claustrophobie

Rosa la pharmacienne, Virginie la gérante de bar, Manon l’urgentiste, Anthony l’employé de grande surface… Nous retrouvons nos personnages – rejoints par d’autres – au lendemain...

Silence

Bordeaux ne méritait plus vraiment son surnom de « Belle endormie ». Jusqu’à ce que le confinement vide les rues, les bars de nuits et les marchés du matin. La frénésie a laissé...

L'enfance placée confine à l'abandon

Déjà difficile en temps normal, la situation des enfants placés durant le confinement devient intenable.

Questions sans réponses

Les jours défilent. Manon, Rosa, Anthony, Willy et les autres acteurs notre série sont toujours au front. La fatigue commence à se faire sentir. Ils témoignent de leurs doutes...

L'horizon du 11 mai

4e volet de notre série contagions chroniques. Nous sommes le 13 avril 2020. Rosa la pharmacienne, Manon la médecin urgentiste, Virginie la gérante d’un bar, Bastien, professeur...

Assurances, le lien de défiance

La pandémie et le confinement qui en a découlé ont conduit beaucoup de professionnels à se tourner vers leur assurance, espérant voir leur perte d’exploitation être en partie...

Déconfinons le futur

« Les Français ne retrouveront pas avant longtemps leur vie d’avant. » Quelle était notre vie d’avant ? Et souhaitons-nous tout·e·s la reprendre telle quelle ? Nous avons voulu...

Le jour d'après, phase 1

Ce 11 mai 2020 devait faire date. Pour des millions de personnes, cette journée était celle du renouveau ; et même si le covid-19 est loin d’avoir disparu de nos vies et de nos...

Pour les autres

La crise du coronavirus a mis en lumière des dizaines de métiers jusqu’alors relativement invisibilisés. Comme si, soudain, le monde prenait conscience de leur importance de...

7 jours pour changer de métier

Mise à mal par la pandémie de Covid-19, Ramset NSO, une petite entreprise girondine spécialisée dans la distribution de ramettes de papier et produits d’impression grand format...

[En images] Covid : Vivre avec

Lorsque nous bouclions le dernier sujet de « contagions chroniques » à la fin du mois de mai, les personnages de notre série étaient partagés entre l’espoir d’un retour à la...

Précarité étudiante : solidarité sur le campus de Bordeaux

Avant même la crise sanitaire, L’Insee estimait que 20 % des étudiant·e·s en France vivaient sous le seuil de pauvreté. Créé au début du premier confinement, l’association...

Concerts et artistes : la scène musicale en plein flou artistique

La musique « live » va-t-elle disparaître ? Adieu concerts, salle de répétition et pogo ? Un an après le début des premières restrictions sanitaires, le flou est toujours total...

Ces épisodes pourraient vous intéresser
Les Embarqués

Vinci, la veuve, les orphelins et la justice

Vinci, la veuve, les orphelins et la justice

Le 25 mars dernier, le Girondin Florent Marquet décédait du paludisme en Angola. Cet ingénieur pétrolier expatrié était sous contrat avec Cegelec, filiale de Vinci, deux...
En vrai, en vrac

Spiruline bio : la Ferme de l'or vert

Spiruline bio : la Ferme de l'or vert

À la ferme de l’or vert, située à Bruges, Arthur et Fatima produisent leur propre spiruline bio depuis août 2020. Cette cyanobactérie, surtout utilisée comme complément...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement