Épisode 4
8 minutes de lecture
Article réservé aux abonné.e.s


Mercredi 8 janvier 2020
par Chloé RÉBILLARD
Chloé RÉBILLARD
Bretonne qui s’est volontairement exilée au Pays basque, Chloé a fait ses premiers pas de journaliste au sein de la rédaction de Sciences Humaines et a rencontré le Pays basque avec Mediabask. Désormais journaliste indépendante, elle travaille sur les questions de société et d’environnement. Elle est notamment correspondante pour Reporterre.

Supprimer la prison. Le courant abolitionniste qui porte cette proposition a souvent du mal à se frayer un chemin dans les discours autour des peines carcérales. Gabi Mouesca, ancien membre d’une organisation armée basque, a troqué son 7 millimètres contre des armes juridiques pour défendre une conviction profonde : la prison est une barbarie moderne.

Découvrez la boutique
Revue Far Ouest

Revues papiers • Abonnements

Boutique

Les mains dans le dos, le corps droit, Gabriel — Gabi — Mouesca, marche six pas par six dans une maison de Tarnos à côté de la communauté Emmaüs où il nous a donné rendez-vous. Le bruit des chaussures sur le sol sonne comme une aiguille d’horlogerie, tant la régularité de son pas semble mécanique. Six pas par six. « Ce fut la taille de ma cellule pendant des années. » L’homme a dédié sa vie d’adulte à la lutte contre la prison.

À l’intérieur des murs, comme prisonnier d’abord, avec une série de records dont il se serait bien passé : sur ses 17 années passées derrière les barreaux, il en compte trois à l’isolement complet, 12 en maison d’arrêt et 16 avant son principal procès. Sa carrière carcérale comprend également une évasion réussie. La date est un point indélébile de sa mémoire : « C’était le 13 décembre 1986. Dans ta ligne de vie, il y a des événements qui marquent, celui-ci en est un. » Elle lui a offert quelques mois de liberté avant d’être repris.

À sa sortie définitive en 2001, le militant indépendantiste basque, membre d’Iparretarrak, organisation armée révolutionnaire indépendantiste au Pays basque nord, fait de sa lutte contre la détention son métier. « Je suis devenu militant anticarcéral dès mon premier jour de prison », affirme-t-il. En détention il passe une licence de droit pour mieux s’armer. En 2001, il devient référent prison pour la Croix-Rouge française. En 2004 il est élu président de l’Observatoire International des Prisons (OIP), poste qu’il occupera pendant 5 années. Pendant un temps, il travaillera également pour Harrera, une structure qui aide au retour des prisonniers et exilés basques au Pays basque nord. Poste qu’il a quitté depuis deux ans.

Maison de Gabi Mouesca, à côté de la communauté Emmaüs, à Tarnos.
Gabi Mouesca nous a donné rendez-vous dans une maison de Tarnos à côté de la communauté Emmaüs – Photo : Chloé Rébillard

Gabi Mouesca nous a donné rendez-vous dans une maison de Tarnos à côté de la communauté Emmaüs
– Photo : Chloé Rébillard

Son nouveau projet en cours de construction dans une maison de Tarnos — ancien centre des Missions africaines, toute proche du centre communauté Emmaüs, est de créer une ferme de maraîchage qui accueillera en placement extérieur des femmes condamnées à de longues peines. Actuellement en travaux, le lieu permettra à chaque femme de disposer d’une chambre individuelle au sein de la ferme, où elles cultiveront trois hectares en maraîchage bio et assureront la vente de la production sur les marchés tout en bénéficiant d’un suivi individualisé avec des travailleurs sociaux pour leur réinsertion. Le projet est réservé aux femmes avec plus de 5 ans de détention et en fin de peine, avec une priorité accordée pour les personnes que la détention a privées de liens sociaux. L’ouverture est prévue en 2020 avec sept femmes, il est prévu que les capacités d’accueil seront par la suite augmentées progressivement.

Cet article est réservé aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter


Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement
Chloé RÉBILLARD
Bretonne qui s’est volontairement exilée au Pays basque, Chloé a fait ses premiers pas de journaliste au sein de la rédaction de Sciences Humaines et a rencontré le Pays basque avec Mediabask. Désormais journaliste indépendante, elle travaille sur les questions de société et d’environnement. Elle est notamment correspondante pour Reporterre.
Dans le même feuilleton

Rémy Garnier ou la soif de justice

Inspecteur des finances à la retraite dans le Lot-et-Garonne, Rémy Garnier a passé sa carrière à se battre contre la fraude. Jusqu’à entrer en scène dans l’affaire Cahuzac, dont...

Street medics : croix bleues et gilets jaunes

Chaque semaine, les images de manifestants blessés lors des mobilisations des gilets jaunes envahissent les réseaux sociaux. Dans ce nouvel épisode de Social Brutal, Revue Far...

Pays basque : le désarmement

Le chemin de l'apaisement au Pays Basque est semé d'embûches. Retour sur le désarmement chaotique de l'ETA.

Abattre les barreaux

Supprimer la prison. Le courant abolitionniste qui porte cette proposition a souvent du mal à se frayer un chemin dans les discours autour des peines carcérales. Gabi Mouesca...

Rokhaya Diallo : “Racisme, sexisme, mettre fin au déni”

Journaliste et réalisatrice, Rokhaya Diallo est une des voix émergentes du « féminisme intersectionnel » en France. En visite dans le Sud-Ouest pour le festival « Comme un...

Féministe : le burn out militant

Septembre 2019 : Charlotte Monasterio lance avec d’autres femmes le collectif Collages Féministes Bordeaux. Printemps 2020 : elle va à l’hôpital pour une dépression sévère. Il...

LGBT+ de Bayonne : Sortir à la lumière

Les Bascos est une association LGBT+ au Pays basque. De ses débuts comme club de randonnée, en passant par la lutte contre les discriminations, le collectif a grandi au milieu...

Pausa : offrir une halte

Ces dernières années, la ville de Bayonne s’est retrouvée sur une des nombreuses routes de l’exil. C’est dans ce contexte que le centre d’accueil « Pausa» a ouvert ses portes à...

Un Sahraoui dans la ville

Le canot pneumatique est à l’arrêt. Ses passagers sont cahotés, de gauche à droite. Plus personne ne parle. Chacun scrute l’horizon, craignant de voir apparaître les très...

De Dakar à Castillon-la-Bataille : le métissage pour identité

« Nous avions une grande maison en Dordogne. Il est arrivé que l’on sonne chez nous, et que l’on me dise : « Bonjour, est-ce que je pourrais parler au propriétaire ? » »....

Désobéir pour sauver la nature

Quelque part en Corrèze, au milieu des bois, une poignée de cabanes se fondent dans le paysage. Organisés en collectif, ses habitants n’ont pas choisi la forêt pour s’y cacher...

Ces femmes qui changent l’agriculture

Dans le milieu historiquement masculin de l’agriculture, de plus en plus de femmes de-viennent exploitantes. Elles refusent le cliché de la femme simple « aidante » à la ferme...

Le vieil homme et la terre

Au cœur de la campagne girondine, une génération de jeunes agriculteurs se prépare à prendre la relève de la vieille garde incarnée par Hervé Georges, paysan et militant. Dans...

Nicolas, le foot dans les yeux des potes

Aveugle de naissance, Nicolas est supporter des Girondins de Bordeaux et fréquente assidûment leur stade depuis 1996. Il effectue aussi un certain nombre de déplacements, y...

ASJ Soyaux : football au féminin en Première Division

Alors que depuis la Coupe du monde 2019, le football au féminin gagne en reconnaissance, en première division, neuf équipes sur douze sont liées à de grands clubs masculins....

Enzo, boxeur pieds et poings liés

Être un champion ou tout sacrifier pour le devenir… Voilà les deux seules options d’Enzo. À 15 ans, ce jeune espoir de la boxe thaïlandaise ne vit que pour son rêve : le titre...

Renaître après l'excision

Marie-Claire Kakpotia Moraldo est née en Côte d’Ivoire. Excisée à l’âge de 9 ans par une tante, elle choisit de faire en 2016 une opération de reconstruction pour devenir « une...

Le #1 : Courage

Après trois ans d’existence, nous sommes partis à la conquête du support papier et de sa proximité avec un semestriel. Au fil des années, vous avez été de plus en plus...

Ces épisodes pourraient vous intéresser
Sous les canopées

Forêt de Rochechouart : « Il se battra jusqu'au bout. »

Forêt de Rochechouart : « Il se battra jusqu'au bout. »

Selon Thomas Modori, le groupement forestier de M. Gheerbrant souhaite défendre la biodiversité de la forêt de Rochechouart et non pas la raser.
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement