7 minutes de lecture
Article réservé aux abonné.e.s


Vendredi 10 avril 2020
par Jean BERTHELOT DE LA GLÉTAIS
Jean BERTHELOT DE LA GLÉTAIS
Correspondant à Bordeaux pour Europe 1, pour qui je commente les matchs à domicile des Girondins, et pour Radio Classique, pour qui je fais des reportages d’information générale. J’écris dans Grazia en tant que pigiste régulier, pour la rubrique actualités, sur des thèmes très divers. J’assure également une correspondance, toujours à Bordeaux, pour le quotidien Le Courrier de l’Ouest. Je suis pigiste pour Sud-Ouest Magazine, le mook Sang-Froid et le Journal des Télécoms. .

Déjà difficile en temps normal, la situation des enfants placés durant le confinement devient intenable.

Photo de couverture : Annie Spratt

Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement

« On sacrifie des gosses. » La voix est lasse, usée. Mais Lyes Louffok, qui incarne depuis plusieurs années la lutte en faveur des droits des enfants placés en France, reste combatif. Il se dit « catastrophé » par la situation actuelle et par les conséquences du confinement.

« Les dysfonctionnements de l’aide sociale à l’enfance (ASE) ne sont pas nés avec la crise sanitaire. Celle-ci ne fait que les mettre en lumière, mais elle les accentue aussi douloureusement », estime cet ancien enfant placé, auteur de Dans l’enfer des foyers, paru chez Flammarion. L’ASE est ce dispositif qui intervient dès lors qu’il y a des violences à l’intérieur des familles, mais aussi quand l’autorité des parents est défaillante.

Si la situation le permet, il peut être décidé de laisser l’enfant dans sa famille, mais en le faisant suivre par un éducateur. L’ASE a aussi le pouvoir de saisir le juge des enfants ; lequel décide, dans certains cas, de confier l’enfant à des proches, à une famille d’accueil ou à un « lieu de vie », communément appelé « foyer ».

Il y en a qui ont été renvoyés dans leurs familles alors même que le processus de retour n’était absolument pas terminé

Tout au long du processus, chaque enfant est accompagné par un éducateur de l’ASE qui est son « fil rouge », et coordonne les actions des uns et des autres. L’ASE prend en charge les placements judiciaires décidés par le juge des enfants : ils représentent 80 % des cas. Mais elle traite aussi des placements administratifs, ceux qui se font avec l’accord du ou des détenteurs de l’autorité parentale — qui peuvent y mettre fin à tout moment.

Les départements souverains

Depuis 1983 et la décentralisation, l’ASE relève de la responsabilité des départements. Ceux-ci lui ont consacré 8,3 milliards d’euros en 2018, mais avec des disparités énormes, car ils ont la liberté de lui attribuer le financement qu’ils souhaitent. En 2017, le Rhône n’y dédiait que 5 % de son budget, contre 19 % en Charente-Maritime. « Il y a 101 départements, et autant de politiques différentes », résume Lyes Louffok.

Or cette institution est, y compris en temps normal, défaillante : 70 % des jeunes suivis n’obtiennent pas de diplôme ; les filles ont 13 fois plus de risques que la moyenne de tomber enceinte avant leur majorité ; un SDF sur quatre est un ancien enfant placé. Et ce, alors même qu’ils ne représentent que 2 % des mineurs — 341 000 en 2017.

Au-delà des chiffres, profondément révélateurs, des drames viennent régulièrement pointer les failles de l’ASE : le meurtre de la petite Vanille, à Angers, en février ou celui d’un mineur par un autre à Suresnes, quelques semaines plus tôt, l’ont douloureusement rappelé…

Une personne dans la rue, peut-être sans domicile fixe : un enfant sur quatre ayant bénéficié de l'ASE devient SDF.
Un SDF sur quatre est un ancien enfant placé — Photo : Jonathan Rados

C’est donc dans ce contexte que le confinement a été décrété, mi-mars. Avec des conséquences potentiellement dramatiques pour les enfants placés. « Il y en a qui ont été renvoyés dans leurs familles alors même que le processus de retour n’était absolument pas terminé », accuse Éric, éducateur spécialisé dans un foyer d’un département de Nouvelle-Aquitaine.

Cet article est réservé aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter


Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement
Jean BERTHELOT DE LA GLÉTAIS
Correspondant à Bordeaux pour Europe 1, pour qui je commente les matchs à domicile des Girondins, et pour Radio Classique, pour qui je fais des reportages d’information générale. J’écris dans Grazia en tant que pigiste régulier, pour la rubrique actualités, sur des thèmes très divers. J’assure également une correspondance, toujours à Bordeaux, pour le quotidien Le Courrier de l’Ouest. Je suis pigiste pour Sud-Ouest Magazine, le mook Sang-Froid et le Journal des Télécoms. .
Retrouvez cet article dans le feuilleton :

Contagions Chroniques

La bascule

Autour de la table: un médecin urgentiste, une pharmacienne, une cheminote, un agent de la Mairie, un employé d’une grande surface, la propriétaire d’un bar… et un invité...

Claustrophobie

Rosa la pharmacienne, Virginie la gérante de bar, Manon l’urgentiste, Anthony l’employé de grande surface… Nous retrouvons nos personnages – rejoints par d’autres – au lendemain...

Silence

Bordeaux ne méritait plus vraiment son surnom de « Belle endormie ». Jusqu’à ce que le confinement vide les rues, les bars de nuits et les marchés du matin. La frénésie a laissé...

L'enfance placée confine à l'abandon

Déjà difficile en temps normal, la situation des enfants placés durant le confinement devient intenable.

Questions sans réponses

Les jours défilent. Manon, Rosa, Anthony, Willy et les autres acteurs notre série sont toujours au front. La fatigue commence à se faire sentir. Ils témoignent de leurs doutes...

L'horizon du 11 mai

4e volet de notre série contagions chroniques. Nous sommes le 13 avril 2020. Rosa la pharmacienne, Manon la médecin urgentiste, Virginie la gérante d’un bar, Bastien, professeur...

Assurances, le lien de défiance

La pandémie et le confinement qui en a découlé ont conduit beaucoup de professionnels à se tourner vers leur assurance, espérant voir leur perte d’exploitation être en partie...

Déconfinons le futur

« Les Français ne retrouveront pas avant longtemps leur vie d’avant. » Quelle était notre vie d’avant ? Et souhaitons-nous tout·e·s la reprendre telle quelle ? Nous avons voulu...

Le jour d'après, phase 1

Ce 11 mai 2020 devait faire date. Pour des millions de personnes, cette journée était celle du renouveau ; et même si le covid-19 est loin d’avoir disparu de nos vies et de nos...

Pour les autres

La crise du coronavirus a mis en lumière des dizaines de métiers jusqu’alors relativement invisibilisés. Comme si, soudain, le monde prenait conscience de leur importance de...

7 jours pour changer de métier

Mise à mal par la pandémie de Covid-19, Ramset NSO, une petite entreprise girondine spécialisée dans la distribution de ramettes de papier et produits d’impression grand format...

[En images] Covid : Vivre avec

Lorsque nous bouclions le dernier sujet de « contagions chroniques » à la fin du mois de mai, les personnages de notre série étaient partagés entre l’espoir d’un retour à la...

Précarité étudiante : solidarité sur le campus de Bordeaux

Avant même la crise sanitaire, L’Insee estimait que 20 % des étudiant·e·s en France vivaient sous le seuil de pauvreté. Créé au début du premier confinement, l’association...

Concerts et artistes : la scène musicale en plein flou artistique

La musique « live » va-t-elle disparaître ? Adieu concerts, salle de répétition et pogo ? Un an après le début des premières restrictions sanitaires, le flou est toujours total...

Ces épisodes pourraient vous intéresser
Les Illustres anonymes

Quatre hommes & un minitel

Quatre hommes & un minitel

Synchronisation des montres. Début des années 90, quatre amis se retrouvent dans une maison familiale. Amoureux de bidouille et d’informatique, ils décident de se lancer dans...
Contagions Chroniques

L'horizon du 11 mai

L'horizon du 11 mai

4e volet de notre série contagions chroniques. Nous sommes le 13 avril 2020. Rosa la pharmacienne, Manon la médecin urgentiste, Virginie la gérante d’un bar, Bastien, professeur...
Soutenez Revue Far Ouest !

Nous avons besoin de 1 000 nouvelles souscriptions pour continuer à exister.

Découvrir nos offres d’abonnement